AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 257
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016
FORCE : 808

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar
Edward Dawkins

MessageSujet: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Mer 14 Sep - 14:03

You saw what you never should have seen. Δ Héloïse & Edward

« Bonne nuit mon chéri. » Je panique. « Maman, non ! Il va… il va… » Elle me sourit, pose une main sur ma joue. « Fais de beaux rêves. Quand tu te réveilleras, maman sera là. » Je perds patience, ma respiration s’accélère. « Reste avec moi ! Maman ! S’il te plaît… » Je désespère. J’agrippe la main de ma mère, j’essaye de l’attirer vers moi, mais elle se défait de mon emprise et quitte la chambre. Les larmes commencent déjà à couler. La nuit tombe. Il monte les escaliers, j’entends son pas lourd et étrangement calme. « Non, non, non… » je chuchote, trop terrifié pour bouger et alerter mes parents. « C’est ta faute, petit Edward, entièrement ta faute… » Sa voix me glace le sang. Je me réfugie sous mes draps pour échapper à la menace, mais le bruit de pas ne s’en va pas. «T’aurais dû les avertir, tes parents… Regarde-toi. Réfugié sous tes draps. T’es ridicule. Bats-toi, comme un homme ! » Je me concentre sur ma respiration, mais mon cerveau veut entendre ses mots, ses critiques. Il a raison. C’est de ma faute. Je vais… je vais alerter mes parents. Je pose un pied sur le parquet froid de ma chambre, puis un autre. Mes parents hurlent.

« NON ! » J’ouvre les yeux, la respiration trop rapide, le cœur qui bat trop fort. Je suis trempé de sueur. Je regarde autour de moi, je suis encore dans la salle commune. Il n’y a personne, les autres sont probablement en train de manger. Ils n’ont pas eu les couilles de me réveiller pour m’emmener avec eux. Je passe une main dans mes cheveux trempés, essayant de retrouver mes esprits. Foutu cauchemar. Il m’a empêché de dormir cette nuit, comme toutes les autres nuits. J’ai des cernes qui me donnent un air de cadavre. Je me frotte les yeux. M’endormir en dehors de ma chambre était la chose à ne pas faire. Je suis vulnérable, dans mon sommeil. Et je ne veux pas être vulnérable. Hors de question.

Un mouvement derrière moi me fait me retourner vivement. Je ne suis pas seul. Une femme se trouve là, pas loin du canapé. Je me lève en vitesse et m’approche d’elle, un éclair violent dans le regard. « T’es là depuis combien de temps ? » je lui crache, furieux à l’idée qu’elle ait pu surprendre mon réveil en sursaut. J’ai envie de porter ma main à son cou, mais un garde nous surveille depuis l’entrée de la salle. Je me retiens, sans pour autant me défaire de cet air menaçant qui me caractérise. « Qu’est-ce que t’as vu ? Hein ? Dis-moi tout. » Je serre les poings pour contenir ma rage, conscient que si j’entreprends quoi que ce soit, c’est l’isolement qui m’attend. Ce n’est pas l’isolement qui me fait peur, mais bien cette femme qui a peut-être vu quelque chose qu’elle n’aurait pas dû voir. Une faille. Ma seule et unique faille.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 412
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/moi même gifs/(@tumblr) signature/neon demon (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1396

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-sept ans.
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Jeu 15 Sep - 16:30

YOU SAW WHAT YOU NEVER SHOULD HAVE SEEN.EDWARD&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Elle était de nouveau là cette nuit, cette ombre que je vois parfois. D’habitude, mes terreurs nocturnes, je ne m’en souviens pas, c’est Adam qui me dit que j’ai de nouveau hurlé à la mort cette nuit. Mais parfois je vois quelqu’un, ou quelque chose je ne sais pas trop. Et elle me fait peur, elle me fou la trouille. Alors je crie, je hurle et je ne dors pas. Au matin je ressemble à un zombie, je suis épuisée et je me demande comment je fais pour tenir debout. Aujourd’hui le programme était loin d’être remplie. J’avais commencé par le petit déjeuner, puis on m’avait autorisé à me promener une heure dans le parc. J’avais réussi à voir mon fiancé pendant cette heure, et il m’avait rassuré. Je lui souriais, une chose que je n’arrivais à faire qu’en sa présence. Le sentir près de moi m’envahissait d’une certaine chaleur. Comme si je me retrouvais à la maison, chez nous. Alors que je me retrouvais à des kilomètres de la maison, c’était Adam qui était mon chez moi. Mais cette heure, comme toujours, était passée bien trop vite. Alors on m’avait ramené à l’intérieur, et vu que je n’avais pas rendez-vous chez ma psychiatre, on m’autorisait à aller à la salle commune. Je regardais rapidement autour de moi, elle était bondée et tout aussi rapidement, j’attrapais un livre, me mettais isolée dans un coin et lisait.

Un roman de cape et d’épée. Les trois mousquetaires, d’Alexandre Dumas. Je me plongeais dedans, totalement, ne faisant plus du tout attention à moi. A tel point que je ne remarquais même pas que les autres patients s’étaient éclipsés pour me laisser seule dans cette salle. Ce n’est que lorsque j’arrivais à la fin de mon bouquin que je levais le nez. Plus personne, sauf une, et elle dormait. Je posais mes yeux sur lui, je l’avais déjà observé quelque fois et j’avais parfaitement remarqué qu’il était tout aussi zombiesque que moi. Comme s’il passait de très mauvaises nuits. Mais je n’osais pas m’approcher de lui, au fond je ne le connaissais pas. Je me trompais peut-être, qui sait. Bien que j’aie rarement de mauvais jugement concernant les personnes, ici à Ostrov, je n’étais plus sûre de rien. Alors je ne disais rien et je l’observais dans mon coin. Mais je replongeais dans mon livre, et terminais les trois pages restantes. Je lisais vite, trop vite même. J’avais l’impression d’avoir loupé quelque chose, alors je savais parfaitement que je le relirais la prochaine fois. Je fermais le livre, et reposais mon regard sur cet homme. Il ne me voyait pas vraiment, j’étais dans un coin, et il était quasiment dos à moi. NON ! Il avait crié, et s’était réveillé en sursaut. Un cauchemar. Différent d’une terreur nocturne, mais plus horrible parce qu’on s’en souvenait. J’avalais ma salive et me levais discrètement, pour ranger mon livre. Mais il m’avait vu et s’était retourné d’un geste brusque.

Je sursautais moi aussi, et d’un geste rapide il s’était approché de moi. J’étais tétanisée, maintenant il me fichait la trouille. Depuis combien de temps j’étais là ? Euh, bonne question. Il était si proche de moi que je n’osais pas bougé. « Euh… depuis… » Un geste de tête rapide vers l’horloge au dessus de la porte et je calculais tout aussi rapidement que j’étais ici depuis deux heures et demi. Je le regardais à nouveau. « Deux heures et demi. Je lisais. » Je reculais un peu et mes jambes heurtaient le fauteuil dans lequel j’étais assise auparavant. Qu’est-ce que j’avais vu ? Tout. Sa sieste et son réveil brutal. J’avais même entendu son cri. Et je pourrais très bien lui faire croire que je n’avais rien vu, je savais au fond de moi que si je mentais, j’aurais des emmerdes. Et je savais que je ne voulais pas d’emmerdes. Pas avec lui. Je savais que si je mentais, il le saurait. « Promis je dirais rien. » Et je ne dirais rien. je savais garder les secrets. Et s’il le fallait je garderais le sien.

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

but you know happiness can be found even in the darkest of times, when one only remembers to turn on the light.


Dernière édition par Héloïse Winchester le Mer 18 Jan - 12:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 257
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016
FORCE : 808

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar
Edward Dawkins

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Sam 17 Sep - 23:05

You saw what you never should have seen. Δ Héloïse & Edward

Voir la peur dans mes yeux, ça me plaît tellement. Elle est terrifiée, et ce rien que par mon visage et ma voix. Je ne l’ai même pas touchée. Pas encore. Pourtant, je n’ai pas envie de me réjouir davantage de cette peur. Non, pour le moment je suis énervé. Pire que ça même, je suis en colère. Je ne veux pas qu’on me voie dans une telle position de faiblesse, endormi dans un canapé en plein milieu d’une salle commune. J’ai fait une erreur en me laissant aller, je n’ai même pas senti que je m’endormais. J’ai fait une erreur, mais comme d’habitude, je vais tout faire pour rejeter la faute sur les autres. Sur cette petite femme qui a l’air bien fragile, en l’occurrence.

Deux heures et demie. Deux longues heures et une demi-heure qu’elle était là. Il n’y a pas de doute : elle a tout vu. Elle m’a vu dormir, cauchemarder peut-être, elle m’a vu me réveiller en sursaut. La colère monte. Elle n’a pas le droit. Elle était là au mauvais endroit, au mauvais moment, et elle va le regretter.

« Deux heures et demie de trop », je lui crache, l’air mauvais. Le garde dans la porte d’entrée me lance un regard froid. Un avertissement. Tiens-toi à carreaux. Bien sûr que je vais me tenir à carreaux. Sage comme une image, Edward Dawkins. Toujours. J’avance vers elle, elle recule. J’avance encore, elle recule à nouveau. Puis elle ne recule plus parce que le canapé derrière elle l’en empêche. Tant mieux.

Je lui demande ce qu’elle a vu, pour être sûr. Si elle ment elle prendra cher. Mais la peur l’empêchera de mentir, je le sais. Elle veut sauver sa peau, alors elle m’avouera tout sans broncher. C’est ce qu’elle fait. A moitié. Elle ne me dit pas ce qu’elle a vu, mais elle me fait comprendre qu’elle a assisté au spectacle. « T’as plutôt intérêt à fermer ta gueule, ouais. » Mes yeux lancent des éclairs, mais une pointe d’inquiétude y brille malgré moi. Si elle en parle à qui que ce soit, je suis foutu. Plus de réputation, mon image brisée en mille morceaux.

C’est mon jour de chance, le garde a l’air totalement inoffensif et même ennuyé à l’idée de devoir gérer un autre fou comme moi. Feignasse. Je pose à nouveau les yeux sur mon interlocutrice, arborant soudainement un air totalement adorable… sourire et compagnie. Seul mon regard reste menaçant, dangereux, insistant. Mais ça, le garde ne le verra pas. « Tu veux bien me suivre, s’il te plaît ? » Ma question est plutôt un ordre bien caché, et je ne doute pas qu’elle me suivra docilement, comme un chiot collé aux baskets de son maître. Je me dépêche de sortir de la salle commune, longe les couloirs, tourne à droite, à gauche, à droite, jusqu’à trouver un couloir désert.

Je la plaque contre le mur sans prendre de gants, pressant une main contre sa bouche pour qu’elle se taise. « Surtout, ne t’avise pas de crier. Sinon je te promets que tu crieras plus jamais. » Mon air mauvais est de retour. Je lâche l’inconnue, mais mon regard reste rivé sur elle. « Maintenant, dis-moi ce que t’as vu. Et n’évite pas la question, cette fois. » Je sais ce qu’elle a vu, mais je veux l’entendre de sa bouche. L’entendre bégayer, galérer à prononcer la moindre phrase.    

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 412
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/moi même gifs/(@tumblr) signature/neon demon (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1396

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-sept ans.
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Mar 4 Oct - 22:37

YOU SAW WHAT YOU NEVER SHOULD HAVE SEEN.EDWARD&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Il m’avait vu, du moins il m’avait attrapé alors que je voulais simplement rangé le livre que j’avais terminé. Mais ça ne lui plaisait pas, à lui, de ne pas être seul dans cette pièce. Parce que oui, je l’avais vu dormir, j’avais remarqué que son sommeil était des plus agité et surtout, je l’avais vu se réveiller en sursaut. Et ça ne lui plaisait pas du tout. D’un bon il s’était levé et approché de moi. Il me foutait la trouille, mais je me disais que tant que le garde serait là, il ne me ferait rien de mal. Du moins, je l’espérais. J’espérais pouvoir avoir assez confiance en ce garde pour qu’il ne m’arrive rien. Je lui répondais depuis combien de temps j’étais là, je ne lui mentais pas et lui annonçais que j’étais ici depuis deux heures et demies et que j’étais en train de lire, espérant dans le fond qu’il se dirait que je n’avais rien vu. Deux heures et demies de trop. Je ravalais ma salive sans le lâcher du regard. Ce type me foutait littéralement la trouille et je n’arrivais même pas à lui cacher. A une époque, j’étais bien plus forte que ça. Mais cet endroit m’avait clairement affaiblie et sans mon fiancé j’étais littéralement à la merci de tous. Jetant un rapide coup d’œil vers le garde moi aussi, je voyais le regard qu’il lançait au type face à moi. Ca me rassurait, un peu, de voir que lui aussi voulait qu’il ne fasse rien de mal. Il avance, et je recule par automatisme. Il répète son geste et moi aussi. Puis je ne pouvais plus bouger parce que le canapé me bloquait. Je laissais tomber mon livre par terre, alors qu’il me demandait ce que j’avais vu. Encore une fois, je savais que je ne pourrais lui mentir, alors je lui répondais que je ne dirais rien. Et c’était vrai, je serais muette comme une tombe. Il me fusillait du regard, mais dans le fond, s’il me disait ça c’était parce qu’il était inquiet. Ce type tenait clairement à sa réputation, et visiblement j’étais la seule qui pourrait y mettre un terme. Je hochais la tête. « Promis. » Maintenant j’espérais juste qu’il s’éloigne et qu’il me laisse partir.

Sauf qu’il regardait le garde avant de poser son regard à nouveau sur moi, avec un air totalement nouveau. Avec ce sourire, on aurait presque cru croire que c’était un mec adorable. Si on ne regardait pas ses yeux. Puis il me demanda de le suivre, et même si au fond de moi une voix me disait de refuser, je savais que je ne devais pas. « D’accord. » Et de toute façon, ce n’était pas une question. Si je ne le suivais pas de moi-même, il me traînerait de force et ça, même devant ce garde. Alors il avançait, et je le suivais comme un chien suit son maître. Je ne laissais rien paraître auprès du garde, comme si d’un seul coup cet homme et moi étions devenu ami et que nous nous rendions à la cafétéria ensemble. Je lui collais littéralement aux baskets, jusqu’à un couloir totalement désert où il me plaquait contre un mur. J’aurais pu crier, et j’aurais du mais il avait été plus rapide que moi et avait posé sa main sur ma bouche, m’ordonnant de ne pas crier, au risque que je ne crie plus jamais. Je le regardais totalement terrifiée et hochais la tête. Il me lâchait encore et ma respiration se fit plus intense et plus rapide. Il ne me lâchait pas des yeux, je ne pouvais pas m’enfuir, rien. Il me rattraperait, j’en étais certaine. Ce que j’ai vu ? Ok, on recommence. « Je euh… je t’ai vu dormir… et euh… j’avais l’impression que tu dormais mal… » Et ce n’était pas qu’une impression. Il faisait un cauchemar, et ça se voyait. « Un cauchemar peut-être ? Et puis je t’ai vu te réveiller en sursaut… » Je levais les yeux vers lui et le regardais. « Mais promis, je dirais rien ! Je te le jure ! »

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

but you know happiness can be found even in the darkest of times, when one only remembers to turn on the light.


Dernière édition par Héloïse Winchester le Mer 18 Jan - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 257
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016
FORCE : 808

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar
Edward Dawkins

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Sam 19 Nov - 23:14

You saw what you never should have seen. Δ Héloïse & Edward

Ce qui est bien dans un asile de fous, c’est que même la situation la plus étrange peut être perçue comme étant tout à fait normale. Un gars qui menace une fille totalement terrifiée et qui lui sert le plus adorable des sourires quelques instants plus tard, c’est monnaie courante ici. Ca a même un nom. Trouble de la personnalité multiple. Ce serait presque un truc à rajouter à mon dossier tellement je suis bon à ça. J’ai un sourire enfantin, on me l’a souvent dit. Et pour une fois, ça joue en ma faveur.

Elle me suit docilement, sans dire un mot. Elle aurait pu crier à l’aide. C’est facile, ça prend deux secondes, ça alerte tous les gardes qui sont dans le coin et ça me fait voler en isolement. Ou en torture, si le cœur leur en dit. Mais elle n’en fait rien. Je la domine, je mène la danse, comme bien souvent. Elle, elle lit la menace dans mon regard. Le garde, lui, il ne voit que mon sourire. Parfait.

Au détour d’un couloir, je la plaque contre le mur et l’empêche de crier. Si elle crie, je suis foutu. Alors faut qu’elle se tienne à carreaux, sinon ça va mal se terminer pour elle. J’aurai beau partir en isolement, y’aura bien un jour où on me libèrera. Et elle sait aussi bien que moi que ce jour-là, je risque de mordre. Fort. Plus fort que jamais. Sa voix tremble quand elle m’explique ce qu’elle a vu. L’instabilité dans sa voix me fait sourire de satisfaction. J’avais l’impression que tu dormais mal. Un rire amusé, inquiétant m’échappe et je hoche la tête, les yeux rivés sur elle.

« Bien vu, Sherlock. » Ma voix est froide, mon sourire n’est qu’un sourire de façade. Il s’efface d’ailleurs quand elle parle d’un cauchemar. Elle vient de mettre le doigt sur le problème, et je déteste ça. Elle répète qu’elle n’en parlera à personne et je soupire, un sourire sadique aux lèvres. « Mais ma jolie… bien sûr que tu n’en parleras à personne. J’y veillerai personnellement. » Un autre rire inquiétant m’échappe et je passe mon bras autour de son cou, comme le ferait un ami. En serrant un peu mon étreinte sur elle, je l’incite à marcher à mes côtés le long du couloir, m’éloignant un peu plus des endroits les plus fréquentés. « Un cauchemar… quel genre de cauchemar, tu penses ? » J’ai envie de voir jusqu’où son imagination nous mènera. Peut-être qu’elle inventera elle-même la façon dont je l’effrayerai. L’effrayer, oui. Pas la tuer. Pas encore, tout du moins. Je veux savoir s’il y a une autre personne qui se cache derrière ce petit bout de femme terrifiée. « Quels cauchemars peuvent bien hanter l’esprit d’un fou ? C’est pourtant bien connu, Edward Dawkins n’a peur de rien… non ? Tu penses que j’ai des faiblesses ? » Ma voix est menaçante, mon sourire sinistre.  

Décidément, elle aurait dû crier.       

© GASMASK


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 412
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/moi même gifs/(@tumblr) signature/neon demon (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1396

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-sept ans.
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Ven 16 Déc - 0:34

YOU SAW WHAT YOU NEVER SHOULD HAVE SEEN.EDWARD&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Je ne savais pas pourquoi, mais je le suivais sans rien dire. Enfin si, je savais pourquoi. Je me doutais parfaitement que si jamais je criais, qu’un garde venait et le foutait en isolement, il se vengerait tôt ou tard. Et j’avais déjà parfaitement cerné le personnage : sa vengeance serait terrible. Alors je me taisais et je le suivais docilement. Peut-être qu’il ne me ferait pas de mal. Peut-être pas. Je n’en avais aucune idée mais j’espérais tout de même que tout se passe bien. Si une once d’espoir existait encore dans ce trou. Tout ce que j’avais vu, c’était qu’il dormait mal. Il devait avoir fait un cauchemar. Ça se voyait. J’arrivais même à savoir ce qu’il avait ressentit, car les seules fois où j’arrivais à dormir, un cauchemar me réveillait. Sauf que lui, ça avait l’air de lui déplaire. Du moins le fait que j’ai vu toute la scène. J’avais été témoin de sa faiblesse.  Et ça ne lui plaisait pas, du tout. J’étais clairement dans une sale posture. On avait le même problème, en quelques sortes, mais ça je me doutais bien qu’il s’en foutait. Il voulait s’assurer que je me taise, et certainement me faire peur par la même occasion. Et pour l’instant, c’était réussi.

Bien vu, Sherlock.

Sa voix était froide, son sourire ne présageait rien de bon. Il était faux. Mais il s’effaçait quand je parlais de cauchemar. J’avais vu juste, je le savais. Mais il me terrifiait toujours autant. Je répétais encore une fois que je ne le dirais à personne. Son secret était sûr avec moi, je pouvais être une véritable tombe. Et puis, je n’avais personne à qui le répéter de toute façon. Sans le lâcher des yeux je hochais rapidement la tête à sa remarque. Je n’en parlerais à personne. Son rire ne présageait rien de bon, mais lorsqu’il passait son bras autour de mon cou, je me laissais faire. Son geste n’avait rien de méchant, bizarrement, on aurait plus dire deux amis se baladant comme ça. Sauf qu’il était loin d’être mon ami. Je ne connaissais même pas son nom. Mais il ne fallait pas que je m’en fasse un ennemi. Alors je m’effaçais, je le laissais prendre le dessus et j’obéissais tel un animal qui obéissait à son maître. Mais qu’était-il advenu de la Héloïse d’avant ? Celle qui ne se laissait faire par rien ni personne ? Elle avait disparu. Disparu le jour où elle avait mit les pieds dans cet hôpital.

« Un cauchemar bien réel. »
Pour la première fois j’osais réellement poser les yeux sur lui. Sans crainte. J’avais l’impression d’être sa psy. Alors que non, j’étais juste une patiente qu’il s’amusait à martyriser. « Peut-être même que ce n’était pas un cauchemar, mais quelque chose que tu as vraiment vécu. » Je connaissais bien ce genre de cauchemar. Combien de fois j’avais rêvé que j’abandonnais mon fils dans un supermarché alors que c’était vrai. Je l’avais vraiment vécu. « Et ça te hante. » Hanter, c’était ça le mot juste. Mes cauchemars, si réel me hantais. Et lui aussi apparemment. Je marchais à côté de lui, sans le lâcher des yeux cette fois. Son nom pouvait être Edward Dawkins, il pouvait être aussi fou qu’il le voulait, des cauchemars le hantaient autant qu’ils me hantaient. « Des faiblesses ? Oh non, je suis beaucoup plus faible que toi, c'est certain. Mais un souvenir te hante comme il me hante. Et ça, on y peut rien. »

Et aussi étrange que cela puisse paraître, cela nous faisait un point commun.

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

but you know happiness can be found even in the darkest of times, when one only remembers to turn on the light.


Dernière édition par Héloïse Winchester le Mer 18 Jan - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 257
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016
FORCE : 808

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar
Edward Dawkins

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Lun 16 Jan - 15:38

You saw what you never should have seen. Δ Héloïse & Edward

Elle a raison. Elle sait que j’ai réellement vécu mon cauchemar. Je ne sais pas comment elle le sait, mais elle le sait. Ses paroles me font perdre mon sourire arrogant, elle me déstabilise. La dernière chose que je souhaite, c’est qu’on découvre mes faiblesses et qu’on en profite. C’est ma crédibilité qui est en jeu. J’ai passé tellement d’années à me forger une carapace que je ne sais pas ce que ça donnerait si on en venait à la briser. Ce serait dangereux d’en arriver là. Mais je ne veux pas savoir, elle n’a simplement pas intérêt à essayer de m’enlever mon masque. Je n’ai encore tué personne ici, mais il faut un début à tout, n’est-ce pas ?

Elle répète qu’un souvenir me hante, et ça m’énerve. Mon visage se ferme, j’ai une envie folle de la blesser. Mais ce n’est pas assez subtil. Non, Edward Dawkins aime jouer. Sa vie est un jeu. Alors on va jouer. Un sourire charmeur vient illuminer mon visage, dangereusement. Lentement, je passe mes doigts sur le visage de la jeune femme. Mon attitude change sans cesse avec elle, mais c’est une technique comme une autre pour l’effrayer.

Ma chérie…”, je commence doucement, trop doucement. “Tu ne dois pas garder tes soucis pour toi. Et si tu me racontais ce fameux souvenir qui te hante ?” Première étape : détourner la conversation. Son souvenir ne m’intéresse pas réellement. Mais si ça peut me donner de l’inspiration pour taquiner la dénommée… tiens, elle ne s’est pas présentée. Quel manque atroce de politesse. Comme un ami, je passe mon bras dans le sien et continue à marcher, tout en prenant l’air le plus normal possible. Après tout, il ne faudrait pas que je me fasse choper. J’ai pas fini de m’amuser. “Avant qu’on discute… tu as oublié de préciser ton prénom.” Je pose mon regard sur elle, un sourire provocateur en coin collé aux lèvres. “Je pourrais t’en vouloir pour ça… Mais un peu d’amour dans ce monde de brutes ne nous fera pas de mal, tu ne crois pas ?

Un petit rire faussement doux m’échappe. Je ne sais pas où je veux en venir. Je n’ai pas de plan d’attaque, pas de but précis à part faire tourner en bourrique cette pauvre jeune femme innocente. Quelque part, j’ai envie qu’elle réagisse. C’est plus drôle, après tout. Mais la voir terrorisée à ce point-là est plutôt plaisant aussi. On croise un garde, que je salue dans un sourire horriblement innocent. “Bonne journée à vous !” Il me dévisage d’un air sévère et je secoue la tête en levant les yeux au ciel, soupirant. “Ils sont pas rigolos, ici…” je dis à Héloïse, avant de retrouver mon petit sourire charmeur. Je plonge mon regard dans le sien, de façon étrangement tendre. “Alors, dis-moi tout.”        

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 412
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/moi même gifs/(@tumblr) signature/neon demon (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1396

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-sept ans.
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   Jeu 9 Fév - 21:19

YOU SAW WHAT YOU NEVER SHOULD HAVE SEEN.EDWARD&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Je sais que j’ai raison quand je dis qu’il a réellement vécu son cauchemar. Mes terreurs nocturnes m’empêchaient de dormir la plupart du temps, mais comme si ce n’était pas assez, lorsque j’arrivais à fermer les yeux et à dormir, un cauchemar venait me hanter. Ou plutôt un souvenir. Le souvenir de moi au magasin, prise d’un trouble panique, abandonnant mon fils dans un rayon. Il n’avait que quelques mois la première fois que je l’avais fait, et à partir de ce moment, tout le monde me prenait pour une mauvaise mère, puis pour une folle. Alors que mon fils était l’être que j’aimais le plus au monde, et il me manquait terriblement. Voilà pourquoi j’avais compris qu’il avait réellement vécu le cauchemar qu’il avait fait dans la salle commune. Parce que j’étais dans le même état lorsque je me réveillais. Je ne voulais pas utiliser ça contre lui, je n’oserais jamais. Il me faisait beaucoup trop peur.  Non je voulais juste… Je n’en sais rien à vrai dire. Le faire parler un peu, lui montrer que quelqu’un pouvait le comprendre en fait. Je ferme les yeux alors que ses doigts passent sur mon visage, totalement terrorisée. Je lui ai avoué que moi aussi un souvenir me hantait et je n’aurais peut-être pas du finalement, parce que lui risquait de s’en servir contre moi. Et évidemment, il me demandait quel était ce fameux souvenir. « Je… j’aime pas en parler… » Et je ne voulais pas. Pas avec lui.

Il passe son bras dans le mien, et continue sa route m’entraînant avec lui par la même occasion. Je lui suivais sans broncher, au cas où on croisait quelqu’un. J’allais faire comme lui et prétendre que nous étions simplement deux amis se baladant dans les couloirs. Il me demande mon prénom, c’est vrai que je ne lui avais pas dit, mais il ne me l’avait pas encore demandé. Et je n’en avais pas eu l’occasion. De plus, je pensais qu’il s’en foutrait royalement de savoir comme je m’appelle. Il me regarde, ajoutant qu’il pourrait m’en vouloir pour ça. Je le regardais aussi. Apparemment, il tenait absolument à savoir comme je m’appelais. « Héloïse… »

On croise un garde, et je prends l’air le plus naturel possible tout en gardant le bras d’Edward qui lui souhaita une bonne journée au garde. Je me doutais bien qu’il n’était pas sérieux du tout, et le garde aussi vu le regard qu’il lui avait jeté. Mais j’avais bien joué le jeu et ce dernier ne remarqua pas que j’étais en quelques sortes la prisonnière du patient. Ouf… Cela voulait dire : pas de représailles venant de mon ‘’compagnon’’. Et c’était tout de ce que je demandais. Je hochais la tête à sa remarque, il avait plutôt raison. La plupart n’étaient vraiment pas drôle ici. Puis il pose à nouveau son regard dans le mien. C’était différent cette fois. Tendre, presque doux en fait. « Je… c’est rien. C’est quelque chose que j’ai fais dont je ne suis pas fière, je m’en veux. » Je le regardais à mon tour. « Et quand j’en rêve, j’ai la même réaction que toi. »  

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

but you know happiness can be found even in the darkest of times, when one only remembers to turn on the light.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward   

Revenir en haut Aller en bas
 

« You saw what you never should have seen. » Héloïse & Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Edward •~ [validé]
» Edward Flamas [Validée]
» Une nuit de folie avec God' & cie !
» Edward Grand, alias Greed(fini)
» Fullmetal Alchemist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: Common Room-