AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 323
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
CRÉDITS : Lempika. sur Bazzart
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar

MessageSujet: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 17:07


Edward Dawkins
C'est toujours la même chose ici. Moi, je suis le patient. Et vous, l'impatient.

identité : Edward Dawkins pour vous servir. surnom : Ed pour les gens normaux. Les autres me connaissent sous le pseudo de The Drifter. date et lieu de naissance : Quelque part en hiver 1989. Personne ne connaît la date exacte, alors je dis que je suis né le vingt janvier. J'ai vu le monde à New York, ça j'en suis certain. âge : Vingt-sept ans. nationalité et origines : Américain de ce que j'en sais. Mais je pourrais très bien avoir du sang bulgare, espagnol, danois, j'en sais trop rien. situation maritale : Célibataire. orientation sexuelle : J'aime les femmes. Les belles femmes. Les blondes, les brunes, les rousses, peu importe. Je les aime toutes. Même si depuis que je suis à Ostrov Island, j'ai développé une sorte d'intérêt pour les hommes aussi. occupation : Patient. Même si j'aimerais être de l'autre côté de ce bureau. Pas parce que je regrette d'être fou à lier, mais parce que les psychiatres sont bien plus fous que moi encore. ancienneté à ostrov island : Deux longs mois. maladie(s) : Trouble de stress post-traumatique, agressions physiques, meurtres. avatar : Chris Wood. groupe choisi : Lycoris Sanguinea. principaux traits de caractère : Pervers-narcissique, beau parleur, agressif, attentif, calculateur, manipulateur, en manque d'affection sans oser se l'avouer, impulsif, irréfléchi, instable, doux et protecteur avec le très peu de personnes à qui il tient vraiment, étonnamment généreux.
i'm not mad, my reality is just different from yours...
1. 12 février 1989, 00h24. Un mois.

« Debbie, ce gosse on peut pas le garder. Il est pas à nous, peut-être même qu’il a été volé. Hors de question qu’il reste ici. » - « Mais enfin, Henry, il va mourir de froid si on le laisse là ! » - « On l’amènera au couvent à la première heure demain. On a déjà trois enfants, on peut pas se permettre d’en élever un autre. » Deborah Dawkins se met à sangloter, serrant l’enfant dans ses bras. Il doit avoir un mois tout au plus, et il a été déposé sur le pas de la porte de la famille Dawkins. D’où il vient, personne ne le sait. Il est là, c’est tout. Deborah enveloppe l’enfant dans une grosse couverture et lui prépare un biberon, qu’il boit d’une seule traite. Un ogre malgré sa taille. Elle lui sourit tendrement, et Henry Dawkins observe la scène d’un regard triste mais attendri. « D’accord, on le garde. Mais si quelqu’un vient le chercher, on fait pas d’histoires. Compris ? »

2. 3 décembre 1995, 20h21. Six ans.

Il approche. Je l’entends. Je retiens ma respiration, ça fait trop de bruit. Trop de bruit… trop de bruit. Mon cœur aussi fait du bruit, mais lui je peux pas l’arrêter. Une larme coule sur ma joue. Silencieuse, elle. Ouf. Je serre fort Nounours contre moi, j’ai envie de lui parler mais ça fait… trop de bruit. Mon lit me protège, on peut pas me voir d’ici, mais il peut se pencher. Il, le tueur. Le monstre. Le monstre sous mon lit n’est pas sous mon lit. Il est dans le salon. Non, il n’y est plus. Il monte les escaliers. Il appelle ma maman. Papa lui répond qu’il a un fusil. Ce n’est pas vrai. Sa voix a tremblé, je l’ai entendu. Une deuxième larme coule. Pas de bruit. Maman crie, beaucoup trop de bruit. Je sursaute et je m’appuie plus fort contre le mur, pour mieux me cacher, mais ça ne marche pas. S’il se penche, il me verra. Il me prendra Nounours. Papa crie des choses, il est fâché, il a peur, très peur. Papa hurle, puis papa se tait. Les larmes coulent, sans bruit.
C’est au tour de mes sœurs. Elles crient, elles aussi. Puis elles ne crient plus.
Il ne m’a pas trouvé.

3. 14 juin 2004, 02h19. Quinze ans.

Les yeux rivés sur quatre photos d’hommes qui se ressemblent tous, j’écrase ma cigarette dans le cendrier devant moi. Le mur est rempli d’informations, de photos et de cartes des Etats-Unis. Patrick Gunarsson, 58 ans, Denver. Olaf Rostov, 45 ans, Boston. Lewis Johnson, 61 ans, New Jersey. Joey Andrejev, 52 ans, New York. Un rictus fier s’affiche sur mon visage. Je détache trois photos du mur, les écrasant dans ma main. La dernière photo, je la positionne au milieu du tableau d’affichage, observe la sale tête du type, puis lui plante une punaise en plein dans l’œil. Joey Andrejev, 52 ans, New York.  

4. 8 septembre 2006, 22h16. Dix-sept ans.

« Tara au Drifter ». Je clique sur le message qui s’affiche sur l’écran de mon ordinateur. « Le Drifter à Tara », je réponds, mes doigts filant sur le clavier à toute vitesse. J’entends un bruit derrière moi et me retourne vivement, prêt à bondir sur l’éventuelle personne qui viendrait me déranger. Mon imbécile de tante n’oserait jamais s’engouffrer dans ma chambre, je lui ai fait comprendre plus d’une fois que c’était strictement interdit. Mais je me méfie. Il n’y a personne, et je me retourne. « J’ai trouvé J.A. ». Le message me fait frissonner. Pour la première fois dans ma vie, je ne sais pas quoi faire. « Tara au Drifter. T’es toujours là ? » Je me reprends et respire profondément. « Vingt-trois heures au Bar, ne sois pas en retard. » J’éteins mon ordinateur, ma mâchoire tremble, je passe une main dans mes cheveux. C’est le moment.

5. 9 septembre 2006, 20h55. Dix-sept ans.

« Je comprends pas, il devait être là ! » De toutes mes forces, j’attrape la fausse blonde par le cou et la plaque contre le mur. « Mais t’as eu tort. T’as eu entièrement tort. Et tu sais quoi ? Tu vas me le payer » je lui crache, furieux. Je resserre mon étreinte sur elle. Elle le mérite. L’erreur est humaine, mais celle-là, c’était l’erreur à ne pas commettre. Pas avec moi, pas avec ce type dont le cœur bat toujours alors qu’il aurait dû s’arrêter ce soir. Tara sanglote. Ça me fait sourire, dangereusement. Je sors mon téléphone de ma poche arrière et le secoue devant son visage. « Tu veux appeler maman ? Lui dire que le grand méchant loup va te manger ? » Elle tente d’agripper le téléphone, mais elle échoue lamentablement. « Oh, arrête, ça va être marrant. Promis. Tu vas mourir de rire. » Ma voix est froide, tranchante. Je lui lâche le cou, elle suffoque. Ça me fait sourire à nouveau. Puis je l’assomme.

6. 25 décembre 2008, 17h53. Dix-neuf ans.

Lentement, je me laisse glisser dans ses bras, me blottissant contre elle, les yeux fermés, les larmes aux yeux. Elle ressemble à ma sœur. Elle ressemble trop à ma sœur. Ça me fait peur, mais ça me fait du bien quand même. Je suis redevenu enfant. Un enfant innocent et sans défense qui ne connaît pas les horreurs de la vie. Je souris. C’est Noël. J’observe les guirlandes dans le sapin, j’ai hâte d’ouvrir mes cadeaux. Mais je n’en aurai pas. C’est pas ma sœur, ça. Mais c’est bien quand même. Je passe mes bras autour d’elle, je sais pas comment elle fait pour ne pas avoir peur. Tout le monde a peur de moi, j’ai pas d’amis. Enfin, que des amis cinglés, et c’est pas des amis, c’est des alliés. Mais elle, elle est différente.

7. 24 mai 2014, 14h11. Vingt-cinq ans.

Posté contre la vitrine d’un magasin de vêtements, les bras croisés, j’observe un type en costume qui parle au téléphone en faisant de grands gestes. Un italien. Il connaît J.A., je le sais, j’en suis sûr. Le regard avenant, le sourire naturel, je m’avance vers lui. Lentement, sans me presser. Pour ne pas le faire fuir. Sans introduction, je lui prends son téléphone des mains et l’écrase sous mon pied, les yeux calmes et froids. Une pluie d’injures s’ensuit, injures qui ne m’atteignent pas. Je le fixe, tout simplement. Lorsqu’il termine, je prends la parole. « Où est Joey Andrejev ? » Il est déstabilisé. « Je ne sais pas de qui tu parles, maintenant dégage ! » Je souris, penche la tête, puis je reprends. « Où est Joey Andrejev ? » Le type soupire sans discrétion, puis fait mine de s’en aller. « Fous-moi la paix. » Je le retiens et sors mon arme de ma longue veste de pluie, discrètement d’abord. Je la pousse dans son dos et reprends ma question. « Où…est… Joey Andrejev ? » Ma voix est glaciale mais étonnamment calme. « Je sais pas de qui tu parles. » - « Mauvaise réponse. » D’un geste habile, je tire plusieurs coups de feu dans la foule, sans viser ni regarder qui je touche, un éclair furieux dans le regard. Le type en face de moi se retourne, choqué et terrifié, puis je pointe mon fusil sur son front. « Où est Joey Andrejev ?! » je crie enfin, ignorant les cris de panique et de douleur autour de moi. « Il organise tout depuis l’asile abandonné à Willard, New York ! » Je sens mon arme quitter mes mains, mes bras se tordent et ma joue rencontre durement le sol. Les cris de la sécurité envahissent le centre commercial mais je ne me débats pas, souriant en coin. J.A. est à New York.

8. 14 septembre 2015. Vingt-six ans.

Les nouilles sont fades, les carottes pas cuites et la viande crue. Je tourne ma fourchette dans mon assiette, fixant ce tas de nourriture qu’on ne peut pas qualifier de repas. Tout ça pour cinq morts et quatre blessés. Ils auraient pu faire un effort, quand même. Un type tatoué à côté de moi raconte sa vie à qui veut bien l’entendre. Personne, en l’occurrence. Mais il parle, il parle, il parle. J’ai la tête qui va exploser. Ma fourchette grince dans mon assiette. Mon voisin s’arrête de parler un instant, me regarde, puis reprend de plus belle. Je me mets à siffler dans l’espoir qu’il se taise, ce qu’il fait un instant, le regard noir. « T’as un problème, gamin ? » Je me tais, le fixe, souris. « Si tu pouvais te la fermer jusqu’à… disons… la fin de ta vie, ça serait vachement cool. » Il lève les yeux au ciel, soupire, puis m’ignore totalement. Il continue à parler de ses conquêtes comme de la météo et c’est à mon tour de soupirer. « Ferme ta gueule », je lui dis sèchement, agacé. Je remarque un sourire retenu sur le visage des autres prisonniers. « Et si tu fermais la tienne, pour voir ? » Je souris. « D’accord. » Je plante ma fourchette dans sa main gauche, et le tatoué hurle de douleur. « C’est mieux quand j’ai le droit de parler, pas vrai ? »

9. 18 juillet 2016, 9h24. Vingt-sept ans.

Les secousses du bateau me donnent le mal de mer. Un transfert sur une île, le bonheur total. « Monsieur Dawkins doit absolument être interné. C’est un meurtrier, un agresseur, un danger public. » D’un air malicieux, j’ajoute : « Et il a un trouble de stress post-traumatique qui le rend totalement instable et imprévisible, ne l’oublions pas. » Quitte à ce qu’ils me collent des étiquettes, autant le faire moi-même. Un peu d’autonomie m’empêchera de devenir fou.  

Kay
prénom : Elena. âge : 18 ans. type de personnage : Scénario.  d'où connais-tu le forum ? J'y étais il y a longtemps, quelque part vers l'ouverture du forum    comment le trouves-tu ? Le contexte est tout simplement dingue     as-tu lu le règlement ? Entièrement   autre chose à dire ? Ce scénario est une vraie perle J'ai choisi le nom d'Edward parce qu'il y a déjà un Edwin, j'espère que ça conviendra  


Code:
<t>chris wood »</t> <ps>edward dawkins</ps>




Dernière édition par Edward Dawkins le Dim 18 Sep 2016 - 23:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 568
MIROIR : Amber Heard
IDENTITÉ : yellowsubmarine
CRÉDITS : jeune padawan♡
A DÉBARQUÉ LE : 25/12/2015

SITUATION : elle a perdu son fiancé, lâchement assassiné par un fou furieux
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 17:12

Bienvenue parmi nous, et encore merci d'avoir choisi mon scénario
Le pseudo est parfait, n'hésite pas si tu as des questions surtout
Bon courage pour ta fiche !

_________________
le poison était dans la plaie voyez-vous, et la plaie ne se refermait pas.
it's always me alone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youknowiambad.tumblr.com En ligne
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 17:16

Bienvenue ou plutôt Rebienvenue du coup même si ça fait longtemps Bon choix de scenario Hâte d'en savoir plus sur ton personnage, bon courage pour ta fiche


Dernière édition par William J. Michaels le Dim 11 Sep 2016 - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 21:06

On va finir par être nombreux à répondre aux surnom de Ed'
En tout cas bienvenue sur le forum, super choix de scénario et bon courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 21:32

Bienvenue sur le forum et bonne continuation pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Dim 11 Sep 2016 - 21:57

Oh, bha ça alors ! Chris Wood .
Bienvenue et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 323
MIROIR : Chris Wood
IDENTITÉ : Kay
CRÉDITS : Lempika. sur Bazzart
A DÉBARQUÉ LE : 11/09/2016

SITUATION : Coeur pris... mais il ne battra bientôt plus
EST ÂGÉ DE : Vingt-sept ans
avatar

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Lun 12 Sep 2016 - 17:50

Merci beaucoup à tous pour cet accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 568
MIROIR : Amber Heard
IDENTITÉ : yellowsubmarine
CRÉDITS : jeune padawan♡
A DÉBARQUÉ LE : 25/12/2015

SITUATION : elle a perdu son fiancé, lâchement assassiné par un fou furieux
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Lun 12 Sep 2016 - 18:50


Félicitations !

J'ai adoré lire ta fiche ! Et le caractère d'Edward est génial, c'est vraiment ce que j'imaginais ! Je te valide et j'ai hâte qu'on rp tous les deux Amuse toi bien parmi nous

Te voilà maintenant validé En premier lieu, nous te demanderons d'aller vérifier que ton avatar est bien recensé. Désormais, tu as la possibilité d'aller te créer un scénario. Tu devras ensuite aller créer ta fiche de liens et celle de tes sujets. Oh, n'oublie pas de faire ta demande de logement ou de dortoir ! Ensuite, rendez-vous dans ce sujet, que vous soyez psychiatres ou patient, pour vous recenser ! Bon jeu sur Ostrov Island !

_________________
le poison était dans la plaie voyez-vous, et la plaie ne se refermait pas.
it's always me alone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youknowiambad.tumblr.com En ligne
PILULES AVALÉES : 1737
MIROIR : dianna agron
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/XynPapple
A DÉBARQUÉ LE : 29/07/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 27 ans (née le 29 septembre 1990)
avatar

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Lun 12 Sep 2016 - 18:57

oui je viens après la guerre
mais CHRIS WOOD et puis ce scénario
j'ai adoré lire ta fiche en tout cas bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1450
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : class whore stuff
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016

SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Mar 13 Sep 2016 - 9:32

En retaaaaaard...

Bienvenue !
J'aime beaucoup le caractère d'Edward.

_________________
★ Damage incorporated ★
Stepping out ? You'll feel my hell on your back. Blood follows blood and I make sure. Victim is your name and you shall fall. I chew and spit you out, I laugh, you scream and shout. Fuck it all and fucking no regrets, never happy endings on these dark sets. Step a little closer if you please...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   Mer 14 Sep 2016 - 22:55

Je viens de lire ta fiche, olala un pervers narcissique comme ma Kate les aime *o* En tout cas j'ai hââte de le découvrir davantage
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis le patient, vous l'impatient ♦ Edward Dawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Heureux de vous connaitre!
» Quel personnage de Star Wars êtes-vous ?
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Tu étais formidable, j'étais fort Minable [Pv Sienna]
» Je suis content de vous revoir ! Ft Calypso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: Monsters Among Us :: Four Walls And A Roof :: Welcome in !-