AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Sound of silence - Hoéo-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 232
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : cripsow
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 929

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Sound of silence - Hoéo-    Ven 2 Sep - 23:47

Je me suis réveillé en sueur en pleine nuit. Il était 4h ce matin et je venais encore de dégringoler du lit. C'était pas ma faute mais celle de Léo. J'ai du crier dans mon sommeil, j'ai du faire des cauchemars c'est pour ça. J'en fais chaque nuit en fait. C'est normal, je suis psy et dans ma tête ça tourne pas rond. Si vous saviez comme ça m'énerve tout ça. Et c'est de ta faute Léo hein, fais pas l'innocent non plus.
Justement ma voisine de chambre a du entendre mes horribles cris qu'elle m'a prise dans ses bras pour que je me calme. Normal elle est psy comme moi et c'est la jolie Siobban en plus. C'était pas une technique de drague je vous le promet même si Léo aurait voulu en profiter pour la mettre dans son lit mais pas moi, je suis pas comme ça moi.
Je suis arrivé en retard au bureau à mon premier rendez vous, les gardes ont ralés parce qu'ils attendaient avec la patiente depuis 30 min devant la porte et comme c'était encore une cinglée et bah ils pouvaient pas la laisser. Mon bureau a finit dans un de ces état encore. J'étais super heureux. Et à la pause de midi, j'ai engloutit vite fait mon sandwich car ici les heures on les compte pas, on en fait tellement. Ça m'énerve parfois. Et puis ma mère m'a passé un appel , il a fallut qu'elle s'inquiète pour moi, pour son Romichou chéri qui était loin de Londres.
C'est la première fois qu'elle prend de mes nouvelles c'est bizarres mais moi je lui en donne pas non plus donc ça se comprend. En même temps à Ostrov on a l'impression d'être dans une prison, on est dans notre monde et de l'extérieur on s'en bat un peu les couilles. Enfin les patients pour ceux qui veulent se barrer l'extérieur c'est le paradis perdu.
Maman m'a fait prendre du retard dans mes rendez vous. Le mardi ouais j'ai l'impression d'avoir un agenda de ministre. Mais je recevais un nouveau patient cette après midi mais c'est galère de faire le premier rendez vous avec un nouveau patient. Comme je suis un grand anxieux j’appréhende toujours.
Ouais c'est la loose je sais. Mais j'ai vite fais pris le dossier en main et j'ai vu le nom : HOWARD TAYLOR. Et à peine je voulais mettre mes lunettes pour faire intello, le patient a déboulé dans mon bureau.
Je ne le connaissait pas donc pas d’appréhension particulière sur sa dangerosité.
Tout est calme Roméo hein. Et au pire Léo gère et s'occupe personnellement de lui.
Le patient numéro 12454 s'est alors installé sur le divan , et puis moi j'aime bien les chiffres alors je l'appelle par ce nom pour faire le gros psy sadique qui déshumanise les patients.
Roméo, il s’appelle Howard hein.

-Bonjour Howard, je m’appelle Mr Johnson mais tu peux naturellement m’appeler par mon prénom qui te fera peut être sourire, moi c'est Roméo. Tu ne dois pas avoir peur, je suis là pour t'écouter non pour te juger.

On dirait un joli petit ange qui parle Roméo. C'est presque mignon.
Ta gueule Léo ! Je suis en séance !
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 199
MIROIR : Daniel Radcliffe
IDENTITÉ : Harrie
CRÉDITS : Bazzart, we <3 it, Tumblr
A DÉBARQUÉ LE : 24/03/2016
FORCE : 848

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 27 ans
Howard Taylor

MessageSujet: Re: Sound of silence - Hoéo-    Dim 4 Sep - 15:09

Sound of silence
Roméo & Howard
Quand Howard James Taylor ouvrit les yeux ce matin, il avait la mort dans l'âme, enfin, sous entendu plus que d'habitude. En effet, aujourd'hui il avait rendez-vous avec un nouveau psychiatre. Le sien avait capitulé, jeté l'éponge, ce qui était formidablement rassurant quand on avait l'espoir de guérir au sein d'un hôpital ! Oh, il ne se faisait pas tellement d'illusions, il n'allait pas être plus éloquent avec ce nouveau diplômé en blouse blanche, mais c'était ça, ou il finissait en isolement pour rébellion et désobéissance. De toute façon, il n'avait pas l'habitude de désobéir, mais franchement, parler à un psy... ! C'était absurde et grotesque, ça n'allait pas l'avancer d'ouvrir son cœur, de laisser ses propres meurtrissures se répandre sur son beau bureau. La honte et le jugement, Howard n'y tenait pas spécialement, qu'il lui file ses cachets et qu'on n'en parle plus ! Il se redressa en position assise sur son lit, pris sa tête lourde entre ses mains, et se mit encore une fois à pleurer. Les larmes comme seul moyen d'expression qu'il avait depuis des mois. Il pleurait quand il était triste, quand il se souvenait, mais aussi quand il était exalté, et presque certain d'être heureux. Ses yeux étaient délavés comme un vieux jean usé. Allez, c'était l'heure. Il enfila son uniforme où son nom de famille était cousu juste sous le nombre 2454, une vraie vache à l'abattoir, affligent. Le nouveau psy s’appelait Johnson, encore hein. Des Johnson il en avait rencontré un paquet, tous aussi hautains les uns que les autres, espérons qu'il ne fasse pas trop « psy parfait », la petite punaise vorace qui grouille dans les ruines de son cerveau. Il poussa la porte timidement et derrière le bureau, un... Un jeune homme ! Quoi, son âge ! Un type qu'il aurait pu croiser dans un couloir de son dortoir. De mieux en mieux...

- Bonjour Howard, je m’appelle Mr Johnson mais tu peux naturellement m’appeler par mon prénom qui te fera peut être sourire, moi c'est Roméo. Tu ne dois pas avoir peur, je suis là pour t'écouter non pour te juger.

Son sourire se retrousse très faiblement, mais là, il marquait un point. Fan inconditionnel du dramaturge anglais, le nouveau part avec un avantage, et... Pas qu'un seul... Bouche entrouverte, joues flamboyantes, Howard secoua vivement la tête, se flagellant mentalement pour avoir secrètement remercié Dieu en trois secondes et demies, pour lui avoir confié ce spécimen rare. L'anglais hoche la tête pour le saluer brièvement, incapable d'échapper le moindre son. Il s'installe et fuit le regard chaleureux du brun en face de lui, il examine plutôt l'angle parfait du bureau. Après s'être frotté quinze fois ses mains moites, et avoir gratté le coin de la table derrière laquelle il siégeait, Howard se risqua à lancer un regard à Roméo. Il était là pour l'écouter ? Fort bine, il n'avait rien à dire ! Pour ne pas le juger ? Bien sûr... Cet homme avait sensiblement son âge, qu'est-ce qu'il pouvait avoir comme argument pour l'aider ? Il était là, recroquevillé sur lui-même, terrifié, une petite bête inoffensive et craintive. Pourtant... Il avait envie de parler cette fois... Sans doute grâce (à cause?) de cette génération voisine, la confiance était un poil plus au rendez-vous, mais c’était pas encore ça. Il se racla la gorge, et d'une voix éteinte, timide, il murmura :

« - Bonjour... Roméo. ». Peut-être que c'était Shakespeare qui lui donna un coup de main, qui lui donna un peu de force, mais cette salutation était le seul son qu'il avait adressé à un médecin jusqu'ici.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 232
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : cripsow
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 929

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Sound of silence - Hoéo-    Ven 18 Nov - 20:43

Écouter maman parler au téléphone m'a rendu nostalgique pendant quelque minutes.
Je me suis alors demandé pourquoi, j'étais ici, si loin de chez moi sur cette ile paumée ou le réseau beuge tellement que du wifi on en capte tout les 30 ans. Moi qui était l'étudiant sexy à Oxford, qu'est ce que je faisais ici ? Alors que je pourrais être dans ma ville natale à slalomer entre les bus rouge et à avaler dix tasses de thé par jour. Au lieu de cela , je me suis mis au régime café et vodka et plus. Et être psy m'a fait commencer à fumer du nimportequoi.
Mais qu'est ce que tu es devenu Roméo ?
Les professeurs de l'université t'avaient prédit un avenir brillant et pourtant non.
Je n'aime pas cet endroit et je ne sais si je l'ai aimé un jour. Quand les lourdes portes se sont fermée dérrière moi adolescent, je ne savais pas qu'elles allaient se rouvrir pour y accueillir un psy tout juste diplomé. Mais je travaille trop et même quand j'essaye de travailler, je ne fous rien. Oui, cela va vous paraître contradictoire ce que je dis mais c'est comme ça, parfois , je dis le contraire de ce que je dis, mon double maléfique influence aussi pour tout vous dire.

Je sentais une tension entre moi et le patient. Oui, il était très jeune et semblait renfermé, effrayé et pas très tactile non plus. Non, ne vous imaginez pas que je vais lui faire un calin ou quoi que ce soit d'autre, donc pas besoin qu'il soit tactile.
Je remarquai immédiatement son accent Anglais et vis Cambridge sur son dossier. Il était l'un des notre. Un british pur souche et non un Américain déluré.
Oui, je savais qu'Howard était différent. Il y avait quelque chose. Quelque chose de mystérieux en lui que je voulais découvrir.

Il n'était pas entrain de m'engueuler à se demander pourquoi est ce qu'on l'amenait dans mon bureau. Au contraire, non, silencieux, me regardant fixement.
J'eus presque un sentiment de malaise face à un patient aussi imposant et … distingué.
Par rapport aux autres qui posaient limite les pieds sur mon bureau au moment de la consultation.
Les anglais au moins connaissent les bonnes manières !
Mais sa voix était comme même très timide. Moi qui ne parlait pas beaucoup en temps normal sauf quand Léo s'y mettait. J'allais devoir ressortir mes questions de merde de psy.

-Très bien. Howard, ta question va me paraître débile mais as tu conscience de pourquoi tu es ici ?

-Durant nos séances, repris-je, ce sera surtout baser sur l'échange. Je te poserai des question et il faudra essayer de me répondre le plus clairement possible. Je ne veux pas brusquer les choses, mais il faudra y mettre de la volonté.

Je savais qu'il se disait que je répétai le même speech sans cesse.
Mais non, je suis différent moi.
T'es surtout fou Roméo !

Oui Léo, cela je le sais.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 199
MIROIR : Daniel Radcliffe
IDENTITÉ : Harrie
CRÉDITS : Bazzart, we <3 it, Tumblr
A DÉBARQUÉ LE : 24/03/2016
FORCE : 848

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 27 ans
Howard Taylor

MessageSujet: Re: Sound of silence - Hoéo-    Lun 28 Nov - 18:53

Sound of silence
Roméo & Howard
S'appeler Roméo faisait sourire certes, mais ne garantissait certainement pas la confiance d' Howard Taylor. Le psychiatre posait un regard sur lui, et même sas le renvoyer, l'anglais sentait que ce geste lui glaçait le sang et perçait son front. Il se sentait comme cette fourmi sur laquelle on se penche avec une loupe.

« Très bien. Howard, ta question va me paraître débile mais as tu conscience de pourquoi tu es ici ? »

C'était la première de la longue liste de questions qu'il ne voulait pas entendre, ni dans ce bureau, ni ailleurs. Pourquoi il était là ? Pour exactement la même raison pour laquelle on avait tenté de l'interné à l'hôpital de Cambridge. C'était un genre de malédiction qui rongeait progressivement son cerveau et ses tympans chaque fois qu'il faisait ne serait-ce qu'y penser. Inconsciemment, son visage grimaça de douleur et les voix démoniaques qui dictaient ses instincts grondèrent à tue-tête. Howard avait toujours été dans le déni, c'était ce qui lui permettait de survivre au quotidien, mais parfois, la lucidité était si forte et si hideuse, qu'il ne pouvait faire autrement que de se la prendre en pleine face, comme maintenant, là. Il savait pourquoi il était là, alors il n'allait pas mentir, ça, c'était pas son genre. Il hocha tristement la tête sans prendre la peine de regarder Roméo, l'embarras lui grimpant aux joues.

« Oui... Je le sais. »
, bredouilla-t-il sans conviction. Bon, et maintenant ? Cela n'allait rien changer d'en être conscient ou pas, de toute façon ses lèvres resteraient scellées, point final. C'était un Taylor, bon sang !

Pas le temps de respirer davantage, le jeune psychiatre reprit :


« Durant nos séances, ce sera surtout baser sur l'échange. Je te poserai des question et il faudra essayer de me répondre le plus clairement possible. Je ne veux pas brusquer les choses, mais il faudra y mettre de la volonté. »


La mâchoire crispée, Howard hocha la tête. C'était comme de dire « oui oui, cause toujours », mais avec plus de politesse. Edgar avait été son meilleur formateur au jeu des « questions-réponses », il avait été habitué à supporter l'insolence, l'arrogance, et la grossièreté, mais cet homme n'était pas Edgar, et la tâche allait s'avérer plus difficile.

« Je vous écoute... »
, un nuage d'insolence, très subtil, juste dans son regard peut-être, puis Howard se ravisa, et fixa à nouveau ses chaussures molletonnées.
electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sound of silence - Hoéo-    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sound of silence - Hoéo-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Can you hear this sound ? [Privé Luna & Elisan]
» Souf & Sound / jument sauvage
» Wrestlemania 26
» Märchen Von Friedhof {OK}
» 17 Octobre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-