AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 125
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]    Dim 8 Juil - 21:18



Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails.

Nathaniel ft. Lexie


Premier jour de travail. Voilà ce qui attendait le jeune blondinet après ce petit-déjeuner qui lui avait fait du bien. La veille, le jeune homme avait rencontré la personne qui l'aiderait dans cette nouvelle aventure : Niamh. Toute la journée, il avait été en sa compagnie et elle lui avait tout expliqué. Aujourd'hui le vrai travail commençait. Nathaniel avait repris des couleurs grâce à une nuit de sommeil dont il avait eu franchement besoin après avoir fait nuit blanche il y avait deux jours sur un océan trop tanguant à son goût. Il n’avait pas encore fini de ranger sa valise, préférant s’en occuper ce soir après tout ce qu’il avait à découvrir ici. La chambre numéro treize avait été silencieuse, mais ne l’avait pas empêché de faire des cauchemars. Il s’était réveillé, haletant, et avait saisi sa ventoline pour calmer ses poumons qui avaient commencé à se serrer. Il avait vu son frère sur une table d’examen entouré de vieux fous qui lui disaient qu’il allait mourir et qu’il ne reverrait plus personne. Il avait bien passé une vingtaine de minutes à laisser couler ses larmes brûlantes sur ses joues. Après la colère du jour, le chagrin nocturne avait pointé le bout de son nez. Épuisé, il avait fini par se rendormir, sa couverture serrée contre son corps, comme si le grand morceau de tissu était l’unique protection qu’il possédait avec le monde qui l’entourait.

Au petit matin, il avait ouvert les yeux à huit heures trente tapantes lui laissant trente minutes pour se préparer. D’ordinaire, il aurait pris le soin de mettre son réveil à huit heures, mais son corps en avait demandé bien plus. Il avait encore tellement d’heures de sommeil à rattraper. Le petit Anglais avait saisi une chemise ainsi qu’un pantalon tout neuf qu’il avait emporté dans sa valise avant de filer à la salle de bain que possédait sa chambre. Tout le décor entier le changeait relativement de sa petite vie de riche. En effet, ses parents, qui étaient tous les deux avocats, possédaient une grande maison dont personne n’avait à se plaindre. Combien de temps son frère était-il resté sur cette île sombre ? Pas très longtemps en tous les cas et il se demandait bien s’il avait même passé une nuit ici où si ces monstres s’étaient occupés de lui directement.. Pourtant, le mystère continuait de planer dans la tête du blond. Il n’avait eu aucune preuve. Il se regarda longuement dans le miroir à la sortie de la douche qui lui avait fait du bien et soupira.

- Tu peux le faire Nath ‘. Tu as déjà travaillé dans un hôpital. Un petit peu certes, mais un petit peu.


Il était principalement resté dans ce grand cabinet londonien avec plusieurs médecins qui avaient commencé à lui faire découvrir leurs spécialités telles que la neurologie, l'odontologie, la chirurgie, la cardiologie ou encore la médecine générale. Il avait tout de même eu l’occasion de se rendre au Royal London Hospital avec ses formateurs pour quelques interventions. Serait-il ici à la hauteur ? Après tout, il était encore jeune et il manquait d’expérience.

- Tu t’en es toujours très bien sorti. Même eux le disaient toujours, se répéta-t-il en pensant aux différents médecins avec qui il avait sympathisé et qui lui manquaient déjà.

Maintenant, il était là, dans une île où personne ne pouvait le trouver. Viendrait-on le chercher ? N’aurait-il pas du faire autrement pour aller récupérer son frère ? Il avait l’impression d’être tombé bien bas en apprenant qu’il n’avait plus personne à retrouver. Cependant, une petite voix lui disait qu’il fallait qu’il continue ce que son ainé avait commencé, qu’il ne soit pas mort pour rien. Le jeune homme, fin prêt se rassit sur son lit quelques instants et se frotta les yeux. Son cœur battait trop rapidement dans sa poitrine. Sa main toucha la poche de son pantalon qui contenait sa ventoline. Il ferma les yeux et prit une grande inspiration avant de relâcher tout l’air. Il était hors de question de laisser le stress l’envahir comme cela et puis il avait toujours eu un don naturel avec les patients. Il devait ranger sa peine et son chagrin le temps de la journée. Après tout, il était celui qui était doux, à l’écoute et rassurant. Cela faisait toujours sourire les médecins avec qui il travaillait. Il savait aussi qu’il avait des difficultés à lâcher prise après le travail et laissait son esprit penser aux différentes personnes qu’il avait vu. « C’est le début, on a presque tous été comme ça, mais tu trouveras ta balance. Au fur et à mesure, tu comprendras que tu ne dois pas laisser ton travail engloutir ta vie personnelle. » Combien de jeunes médecins avaient fait une dépression en découvrant qu’il y avait des cas où le « mieux » n’était qu’une petite solution et pas assez pour atteindre la perfection ? Beaucoup très probablement. Ne pas laisser les sentiments personnels trop jouer sur le moral. Personne n’était dieu et tous faisait de son mieux pour aider les gens, mais il fallait aussi penser à soi après les consultations. Ressasser sans cesse tout les problèmes du monde était loin d’être la meilleure solution..

Il se leva enfin pour se rendre à l’endroit qui servait le petit-déjeuner de telle heure à telle heure chaque matin pour les employés. Son passage fut assez rapide entre un thé et des toasts afin de se remplir l’estomac. Maintenant qu’il avait de nouveau l’estomac plein, il savait ce qui l’attendait : première rencontre avec une patiente. La personne en question était une jeune femme âgée de vingt-huit ans atteinte de psychopathie, de sadisme, de masochisme sexuel, mais encore d'automutilation et comme si la liste n'était pas assez longue, Jenkins possédait également une fascination particulière pour le sang.. Jamais le blondinet avait eu une patiente aussi complexe et il commençait déjà à se faire un sang d'encre. Avait-on fait exprès de le faire tomber sur elle ? Se vengeait-on de sa petite mascarade d'identité pour entrer ici ? Etait-ce un moyen de lui faire payer sa venue pour aller chercher son frère que ces monstres avaient soit-disant "tué" ?! Il s’était empressé de se réciter son cours afin de revenir mentalement sur ces parties là assez complexes. En gros sa patiente était assez compliquée et pour un premier pas à Ostrov Island, il n’était franchement pas.. gâté..

Nathaniel avait d’ores et déjà le dossier en main et sa mission du jour était de faire un point général afin de se présenter et de la connaître avant de passer à un examen médical, case par laquelle les patients devaient passer régulièrement. Il espérait que la jeune femme ne lui donne pas trop de fils à retordre même s'il en doutait.

Il sentait aussi souvent la peur de ses patients, et il pouvait comprendre lia nervosité de certains. Après tout, lui n’aimait pas du tout être du côté du patient, il était toujours en train de flipper, mais être de l’autre côté du navire était différent, rassurant même. Il avait enfilé sa blouse blanche et avait accroché le badge qu’on lui avait donné. « Nathaniel Williams, externe ».

- Поехали! *, murmura t-il pour se donner du courage.

Après une expiration, il entra alors dans l’infirmerie d’Ostrov Island pas après pas. Cette dernière était grande, mais toujours plus sombre que ce qu’il avait connu, pourtant, cet endroit paraissait faire partie des pièces les moins obscures qu’il avait été donné de voir, sans doute pour mettre en confiance les patients. Arrivé dans une petite pièce à part à l’intérieur de cette infirmerie, il posa son dossier et regarda autour de lui. Un bureau, une table d’examen et tout le matériel. Il allait pouvoir aller chercher sa fameuse patiente du nom de Lexie Jenkins. D’un pas mesuré, il se rendit dans une petite salle qui servait de salle d’attente et fit parcourir son regard avant de poser ses yeux gris clair sur la jeune femme qu'il n’avait sans aucun mal reconnue. C’était bel et bien Lexie et le cœur du blondinet battait à cent à l’heure. Se détendre était la clé et en un sourire, Nathaniel avait repris en mains son rôle.

- Lexie Jenkins, annonça t-il alors.

Être familier ? Ne pas l’être ? Sa « mentor » lui avait dit de faire au feeling, mais que le tutoiement était mieux ici, chose dont le blond n’avait pas spécialement l’habitude. La jeune femme face à lui, avait un teint qui semblait avoir un peu perdu de sa couleur, comme si la vie ici se faisait toujours de plus en plus morne.. Elle était assez fine et ses cheveux bruns renforçaient les traits fins et froids de son visage. Nathaniel tendit alors le bras pour lui montrer le chemin vers l’endroit qu’elle devait mieux connaître que lui. Ce chemin-là, chaque patient devait sans doute le connaître comme le fond de leur poche. Il continua de marcher jusqu’à la salle, et la laissa entrer avant de refermer la porte derrière lui. À partir de ce moment-là, ils étaient rien que tout les deux.

- Je t’en prie, prends place Lexie, commença le jeune homme qui s’installa à sa place en posant son dossier à côté de lui.

La grande pendule qu’il pouvait voir juste en avant les yeux était elle aussi très vieille et le tic tac qu’elle ne cessait de produire lui faisait prendre conscience que le temps ne s’était pas arrêté ici, même s’il en avait l’impression. La vie continuait et c’était même sa nouvelle vie qui allait pouvoir débuter.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/ En ligne
PILULES AVALÉES : 64
MIROIR : KStew
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 02/07/2018

SITUATION : A vendu son âme au diable depuis un bout de temps.
EST ÂGÉ DE : 28 longues années à côtoyer l'enfer.
avatar

MessageSujet: Re: Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]    Jeu 19 Juil - 12:58



sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails.
NEMO ME
IMPUNE LACESSIT

 
nathaniel ϟ  lexie .

Visite de routine à l’infirmerie. Lexie avait clairement l’impression d’y passer plus de temps que dans la salle commune. Entre sa tentative de suicide foirée et ses nombreux débordements avec d’autres patients, elle était souvent amenée ici de force. Les membres du personnel connaissaient sa fascination inquiétante pour le sang et à force de mise en garde, ils avaient finit par abandonner l’idée de la punir en l’envoyant en isolement chaque fois qu’on retrouvait une plaie sur ses bras, puisqu’elle arrivait malgré tout à recommencer une fois enfermée dans sa cellule. Du moment qu’elle n’attaquait plus les autres, ça n’était pas alarmant.

Bras croisés et affalée au fond du siège, Lexie fixait un point imaginaire devant elle en attendant son tour. Le garde assis à côté d’elle tapotait nerveusement sur ses cuisses depuis plusieurs longues minutes déjà. Puis il se leva et quitta en prétextant  dans un bafouillement presque incompréhensible qu’il était bientôt l’heure du repas et qu’il devait aller surveiller les autres patients. Encore un nouveau qui n’avait pas reçu les bonnes consignes... Lorsqu’il claqua la porte derrière lui, la brune esquissa un sourire mauvais en reportant son regard vers son point invisible. Personne pour la surveiller ? Vraiment ?

Lorsque le médecin l’appela enfin, la patiente réalisa qu’elle ne l’avait jamais vu et que les bonnes nouvelles s’accumulaient pour elle, pour une fois. Elle resta muette, docile. Dans le plus grand des calmes, elle entra dans la pièce et attendit que le jeune médecin l’autorise à s’asseoir. Elle avait l’habitude que les membres du personnel la tutoient. Nirina était sans aucun doute l’une des seules à l’avoir vouvoyé dès le départ. Pour sa part, elle préférait vouvoyer. Non pas par respect, mais plutôt pour s’amuser. Pour installer un climat de confiance avec la personne, lui faire croire qu’elle pouvait être une bonne personne, avant que son interlocuteur ne comprenne que ce n’était qu’un moyen de l’amadouer pour mieux attaquer.

Jusque-là, rien d’alarmant pour lui. Certains patients auraient déjà démontré les prémices d’une crise de folie. Mais contrairement à ces patients, Lexie était totalement consciente de ce qu’elle faisait, elle n’était pas de ces fous qui ne contrôlaient plus leurs gestes, leurs mots, leurs pensées. Si elle n’était pas déjà fichée à Ostrov et malgré son regard éternellement sombre, on aurait presque pu penser qu’il s’agissait d’une patiente inoffensive. C’est ce qu’elle aimait faire croire, lorsqu’elle avait affaire à un nouveau membre du personnel, bien que la plupart d’entre eux étaient prévenus des patients difficiles avant leur première journée. Une fois installée calmement sur son siège, elle observa autour d’elle en faisant mine d’être étonnée, avant de regarder le médecin, léger sourire en coin. “Vous n’appelez pas un garde… ?” Ces mots sonnaient clairement comme une menace, et c’était voulu. Elle souhaitait simplement jauger la réaction du jeune homme pour mieux le cerner. Elle avait évidemment connu des membres du personnel difficiles à impressionner et pour qui ce genre de phrase ne les inquiétait pas plus que ça… Et pourtant. Mais c’était avant tout pour prévenir le petit nouveau. Après quelques débordements avec des médecins un peu trop curieux, l’hôpital avait fini par installer une règle spécifique lors de ses visites. Bien que certains ne respectaient pas cette règle et ne se plaignaient pas de la patiente qui pouvait dans de rares cas se montrer sage, Lexie était maintenant habituée à être surveillée par un garde lorsqu’elle passait une visite médicale. Dans le cas du jeune blond qui lui faisait face, elle restait réellement étonnée que celui-ci n’ait pas été tenu au courant de cette règle. À moins que ce soit volontaire de sa part…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 125
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Re: Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]    Sam 21 Juil - 11:40



Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails.

Nathaniel ft. Lexie


Le clac de la porte venait de lui signifier que le signal était maintenant enclenché et que c’était à lui de jouer. Il ignorait ce que ces patients pensaient des médecins ici, mais il allait vite le découvrir. Il s’était aussi demandé si ce que lui avait raconté son frère à propos de meurtres, de tortures et d’expérimentations étaient vraies. Il avait très rapidement capté le regard de la jeune brune qui l’avait alors suivi dans le cabinet d’un calme plutôt surprenant. « Patiente très difficile » « Il faut se méfier énormément » avait-il lu sur son dossier.

Cette dernière avait cependant un de ces regards froids, ou plutôt assombri, comme si la bonne humeur n’était pas au rendez-vous. Était-ce au contraire de l’angoisse ? Non. Elle n’affichait aucun signe de nervosité et puis elle était à Ostrov depuis longtemps. La jeune femme semblait être plutôt concentrée sur son comportement calme qui plaisait à Nathaniel, qui le rassurait en quelque sorte, mais qui en y réfléchissant d'avantage était beaucoup trop inquiétant, trop louche. « Se méfier » pouvait signifier plusieurs choses, et il allait garder l’étiquette de « manipulatrice » dans sa tête. Il n’avait jamais eu à faire à ce genre de patients, mais dans la vraie vie, il était plutôt habitué à ce genre d’énergumènes du lycée. Ils n’étaient pas malades psychologiquement comme la jeune femme devant lui, mais au final, ne jouait-il pas le même jeu qu’elle ici ? Après tout, il se montrait sage et innocent auprès du personnel ici, mais attendait de réunir assez d’informations afin de mener en douce sa petite enquête, alors le jeune externe saisissait comment les rouages tournaient.

Avait-elle de bonnes relations avec les autres médecins ? Il ne savait pas encore tellement comment ses collègues géraient tout ça, mais lui les voyait aussi comme des personnes qu’il désirait aider et il n’y avait que cette envie-là qui l’avait poussé à ne pas sauter d’une falaise pour atterrir dans l’eau glaciale de la mer. Il aurait pu retrouver son frère après tout, être en paix, faire taire ces démons qui ne cessaient de lui murmurer que c’était sa faute, qu’il ne lui en avait pas empêché. Peut-être que s’il l’avait accompagné, il aurait pu le sauver. À la place, il avait échoué et il ne pouvait pas se permettre d’en finir au même résultat avec ces gens en difficulté.

Nathaniel chassa les images pour s’empresser de se concentrer de nouveau sur la réalité. Un garde. En appeler un disait-elle. Oui, cela avait été noté dans ses inscriptions et c’était l’étape suivante qu’il allait faire sauf qu’elle l’avait devancé. Le ton qu’elle avait employé était assez étrange. Brutal, voir même presque menaçant ou rempli de reproches. Qu’allait donc-il arriver s'il ne le faisait pas ? Bien sûr, il ne se laissa pas déstabiliser par ces premières paroles. Le blondinet esquissa au contraire un petit sourire amusé et se saisit du vieux téléphone à fil devant lui.

- Si, bien sûr, affirma t-il.

Il se mordilla la lèvre pour s’empêcher de rire en voyant que ce téléphone datait des années de ses grands-parents. Il fallait faire les numéros un par un en les faisant tourner. Le bruit de la roue résonna plusieurs fois et quelqu’un décrocha très rapidement. Nathaniel demanda alors un garde en précisant l’étage ainsi que le numéro de porte. Ce dernier arrivait dans deux minutes.

- Très bien, je vous remercie, à tout de suite. Over
, conclu Nathaniel.

Le garde qu’il avait eu utilisait des petits codes qui le faisait marrer mais qui étaient des codes de radios. Nathaniel s’était pris au jeu. Il reposa le vieux téléphone et releva les yeux vers la jeune femme. Il n’allait pas lui dire dans combien de temps exactement le garde arriverait, il allait laisser la surprise et la crainte qu’il puisse débarquer à tout moment histoire qu’elle ne lui fasse pas une attaque.

- Bonjour Mademoiselle. Vous savez pourquoi vous êtes ici ce matin ?, demanda le blond en la saluant. On va faire un bilan général, je suis certain que vous en avez déjà fait dès votre plus jeune âge, rien de bien inquiétant, expliqua t-il pour la rassurer. As-tu des questions ?

Et voilà qu’il s’embrouillait avec les formules de politesse. Il sourit de nouveau.

- Simple petite question basique histoire de ne pas s’embrouiller. Préfères-tu que je te tutoie ou que te vouvoies ?

Voilà. Au moins ce serait réglé. Voilà pourquoi la partie de simplement parler était importante. Elle permettait d’établir de bonnes bases avec le ou la patiente, mais aussi de t’étudier avec attention. Il était très fort pour observer le moindre mimique et plus il faisait durer la petite conversation, plus c’était pour avoir du temps pour la cerner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/ En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes you just have to open your heart, not crushing those of others with your own nails. [Nathaniel ft. Lexie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Open your heart to me ♣ Drago
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Mek' pour l'open de peinture GW
» The way of the heart.
» ND Open IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The infirmary-