AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 come to me baby, don't be shy (zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 444
MIROIR : aaron johnson
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 01/01/2017

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 24 ans
avatar

MessageSujet: come to me baby, don't be shy (zoey)   Mar 3 Juil - 0:50



❝don't be shy❞
zoey & oscar
L’idée m’était venu soudainement. Sans trop y réfléchir, j’avais eu comme une illumination en plein milieu de la cafétéria. Depuis que j’avais croisé Zoey -et surtout réalisé qu’elle n’était pas une hallucination- j’avais cherché n’importe quel moyen pour la revoir. Sans succès. J’étais un patient sans histoire à Ostrov, et jamais du genre à transgresser les règles. Je ne me promenais jamais en dehors de là ou j’avais le droit en général, et Zoey n’avait plus été de service dans le couloir des hommes. Mais l’attente était trop longue. Ca n’était même plus une simple envie de la voir, c’était devenu un besoin, une nécessité.

Rentrant dans ma chambre, j’attendais que les gardes soient un peu plus loin avant de me diriger vers le bureau dont je me servais souvent pour écrire. Caché dans un livre, un morceau de verre. Petit, discret, ramassé un jour dans un couloir. Je pensais qu’il me serait utile, mais à quoi, je n’en savais rien. Jusqu’à aujourd’hui. Sans plus réfléchir davantage, j’en enfonçais la pointe dans mon bras. Le sang coula instantanément, me faisant légèrement grimacer. Je ne cherchais pas à me faire mal. Seulement à avoir une excuse pour aller voir les infirmières. Une infirmière en particulier. Je recommençais trois fois à me couper avant de tambouriner à la porte de ma chambre. Les gardes ne tardèrent pas à ouvrir, s’attendant sans doute à un patient qui faisait une énième crise de colère. Voyant mon bras ensanglanté, ils se lancèrent un regard mauvais, presque agacé et l’un commença à m’amener vers l’infirmerie. Je touchais à mon but… Priant intérieurement pour que Zoey y soit.

Il y avait deux infirmières présentes. Et Zoey en faisait parti. Elle était plus en retrait. Je levais les yeux au ciel, concluant que la première s’occuperait donc de moi… A moins que Zoey s’impose pour me soigner. J’eus soudainement l’idée de la jouer stratège. « J’aimerais que Mademoiselle Alexander s’occupe de moi. Elle a l’habitude, je me blesse souvent. » Et suite à ces mots, je lui adressais un sourire. Bienveillant et provocateur à la fois, un sourire un peu indescriptible. Peu d’importance. Le garde était parti, et l’infirmière avait haussé les épaules, nous laissant seuls dans l’infirmerie, Zoey et moi. « Je sais que tu n’as pas envie de me parler, mais là, tu ne vas pas avoir le choix… »


©️️ Pando

_________________
+IN THE MOOD FOR CHAOS+
All the other kids with the pumped up kicks, you'd better run, better run, out run my gun. All the other kids with the pumped up kicks, you'd better run, better run, faster than my bullet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youknowiambad.tumblr.com
PILULES AVALÉES : 62
MIROIR : Kristina Bazan
IDENTITÉ : Popicorne
CRÉDITS : january cosy
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 23 ans
avatar

MessageSujet: Re: come to me baby, don't be shy (zoey)   Mar 3 Juil - 12:08



Don't be shy

 
Oscar Bradshaw  ϟ  Zoey Alexander.

- Depuis sa dernière rencontre avec Oscar ou plutôt la première à Ostrov,  Zoey avait pris soin de l’éviter comme la peste. Pour se protéger ? Sûrement puisqu’elle savait qu’il était capable de la toucher en plein cœur mais elle ne voulait pas, pas après ce qu’il avait fait. Elle était venue pour essayer de comprendre son geste seulement elle ne comprenait toujours pas, cette crise de folie soudaine, cette crise qui l’avait emmenée loin d’elle. Inconsciemment, c’est pour cette raison qu’elle lui en voulait, d’avoir foutu en l’air ce qu’ils avaient commencé à construire tous les deux. Bien que le couloir des hommes était censé être de sa responsabilité, elle avait prétextée s’être fait agresser lors d’un service afin qu’un de ses collègues prenne le relais pendant qu’elle se remette de ses émotions ainsi elle n’avait plus aucun moyen de pouvoir le croiser pendant un temps.

Se trouvant dans l’infirmerie avec sa collègue, les deux jeunes femmes discutaient un peu tout en rangeant les stocks de médicaments qu’ils venaient de recevoir. Jusqu’à ce qu’un garde ne ramène un malade, un malade qui s’était visiblement bien amoché le bras mais lorsqu’elle leva le regard vers son visage, elle le reconnut immédiatement. Elle ne mit pas longtemps avant de comprendre qu’il s’était fait cela volontairement afin de venir directement à sa rencontre, c’était malin mais en même temps ca ne l’étonnait pas venant de sa part. Toutefois, elle ne le laisserait pas gagner de cette façon et elle laissa simplement sa collègue s’en occuper, au moins avec quelqu’un il ne dirait rien cependant il semblait rusé puisqu’il avait suggéré que ce soit elle qui s’occupe de lui. Après avoir levé les yeux au ciel une fois tous les deux, la blonde s’approcha de lui. -

"C’est malin ce que tu as fait… Mais idiot. Après ce que je vais faire, je vais devoir transmettre à ton psychiatre ce qui est arrivé donc que tu t’es fait du mal à toi-même. Automutilation en plus sur ton dossier, ca ne risque pas d’arranger ton cas. Assieds-toi."

- Dit-elle après avoir désigné d’un signe de tête le lit médical qui se trouvait derrière lui. Elle sortit ensuite les différentes choses dont elle avait besoin pour soigner cette plaie. Bien qu’elle n’ait pas forcément envie d’être en sa présence, elle n’allait pas non plus le laisser se vider de son sang. Elle commença alors par retirer le sang qui avait déjà coulé afin d’y voir plus clair. -

"Je n’ai rien à te dire Oscar. Je vais soigner cette plaie que tu t’es infligé et tu vas retourner dans ta chambre, il ne se passera rien de plus."

- D’une certaine façon, elle s’en voulait d’avoir à lui parler ainsi mais elle n’avait pas vraiment le choix si elle voulait se préserver. De plus, étant une nouvelle arrivante, elle ne peut pas se montrer proche d’un patient aussi rapidement sinon cela paraitrait trop suspect et son but n’est pas de se faire virer, après des années à galérer, elle avait enfin atteint son but ce n’était pas pour qu’il s’en aille aussi vite. Puis elle avait toujours cette rancœur qui lui restait en travers de la gorge même si cela faisait partie du passé désormais. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

come to me baby, don't be shy (zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
» P... de baby-boomers 68tards...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The infirmary-