AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Jeu 24 Mai - 15:55



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan


« Bienvenue en enfer. » Les mots ne cessaient de résonner aux oreilles de Nathaniel. Travailler ici. Devoir rester. Être prisonnier au final. Ne pas avoir le choix. Voilà dans quoi il s’était embarqué. Il n’avait pas retrouvé son frère trop curieux et imprudent et en plus de cela, il se faisait avoir lui-même. Que pouvait-il faire pour remédier à ça ? Pourrait-il trouver une solution afin de mettre au clair la situation concernant son ainé ? On lui avait assigné une chambre, le numéro 13, et il n'avait pas pu s'empêcher de rire intérieurement, comme si le destin était là pour se foutre de lui. On aurait dit qu’on agitait devant lui une sorte de cadeau empoisonné qu’il n’avait pas le droit de refuser. Il était certain que ce numéro était maudit et qu'il renfermait une chambre au lourd passé, comme ces stupides films d'horreur américains.

L’endroit lui donnait tout simplement froid dans le dos. Adieu les longs couloirs tout blancs qui lui donnaient ce sentiment de sécurité. Maintenant, il ne voyait plus que d’une sorte de labyrinthe sombre où n’importe qui pouvait surgir à n’importe quel moment pour lui injecter une seringue de chloroforme pour l'endormir d'un seul coup et l'emmener il ne savait où pour lui faire il ne savait quoi. Que faisaient-ils exactement ici d'ailleurs ? Pourquoi n’avait-il pas pris la peine d’écouter un peu plus son grand frère quand ce dernier lui avait exposé les faits pas très glorieux ? Mais s’il y avait une chose qui était certaine, ceux qui dirigeaient cet hôpital n’étaient pas nets et tuaient leurs ennemis. Ce mot-là, signifiait-il aussi patients ? Pourquoi son frère se serait-il intéressé à tout ça, s’il n’y avait pas eu des meurtres sur eux ? Il lui fallait donc redoubler de prudence pour lui-même tout aussi bien que pour les autres.

Ne faire confiance à personne. Voilà par quoi il allait commencer avant d’en savoir un peu plus sur ce lieu bien trop lugubre. Les salles d’examens étaient-elles aussi noires ? Le jeune homme marchait d’un pas rapide dans le long couloir principal sans vraiment trop savoir, il se rendait. Où étaient donc les chambres ? On s’était soit disant chargé de ses affaires pour les emmener là-bas et il était maintenant en train de chercher cette fameuse aile réservée au personnel. S’égarait-il ? Ses yeux ne cessaient d’examiner les plaques inscrites sur les portes. Infirmerie, salle commune, cafétéria..

Qui de sain ici aurait eu l’envie de manger ? Il avait comme l’impression que s’il avalait la moindre nourriture, il se mettrait à être malade.. Pourtant, il avait besoin de force. Le bateau l’avait carrément affaibli et le choc de cet « entretien » l’avait fini. Il n’osait même pas savoir à quoi il pouvait ressembler.. Déjà qu’il était assez pâle d’ordinaire, son teint devait avoir viré en cette blancheur maladive et épuisée. Pas très glorieux tout ça..

Il approchait maintenant de bureaux.. celui des psychiatres et des scientifiques. Son cœur s’accélérait au fur et à mesure, car la tension montait en lui. Était-ce psychologique ou existait-elle réellement pour l'avertir que quelque chose d’important se passait par ici ? L’énergie était en tous les cas plus forte et son corps avait comme la sensation d'être plus lourd. Il s’arrêta pendant quelques secondes et tourna la tête pour observer les alentours. Personne.. Juste un brouhaha assez lointain. Il eut juste à regarder sa montre pour savoir qu’il débarquait en pleine pause du midi et il eut un léger sourire sur son visage. Pause du midi signifiait forcément que tout le monde était occupé à se rassasier alors il allait peut-être avoir l’occasion de faire ce qu’il ne faudrait pas, juste pour voir. Il en brûlait d’envie et le chagrin ainsi que la colère lui rongeaient le cœur. Il ne pouvait tout simplement pas accepter la nouvelle et la fatigue ne l’aidait pas. La tête lui tournait à moitié et son ventre vide le faisait pourtant souffrir.

Un autre regard en arrière. Personne. Devant ? Pas le moindre signe non plus. Il était seul et son instinct le poussa alors à se rendre devant une porte sans doute interdite : les bureaux des psychiatres. Il avait hésité avec ceux des scientifiques, mais il avait imaginé que si quelqu’un devait garder les dossiers des gens ici, cela pouvait être les psychiatres en priorité. Il posa alors sa main sur l’épaisse poignée tandis que son cœur avait changé de rythme. Il était capable de sentir le stress se répandre dans ses veines tel un puissant poison. Que faisait-il exactement ? Il devenait déjà dingue ! Sa mère l'aurait sans doute bien repris en lui répétant qu'il n'était qu'un jeune homme trop curieux qui n'avait pas à se mêler de ce qui ne le regardait pas.

- C'est là que tu as bien tort chère maman.. ça me concerne.., murmura Nathaniel.

Le jeune homme se sentait comme pousser à aller faire sa petite visite pour éclaircir un peu les mystères qu’il voulait élucider et le manque de sommeil l’empêchait de réfléchir à un réel plan. Son poignet droit bougea alors le plus lentement possible vers le bas afin de faire ce premier geste de coupable.

- Ostrov Island.. je ne veux pas de secrets.., chuchota-t-il d'une voix inaudible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/
PILULES AVALÉES : 351
MIROIR : Daniel Sharman
IDENTITÉ : Sunkissed
CRÉDITS : Sunkissed
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : éternel célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Jeu 31 Mai - 22:38



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan

On raconte que l’ennui est l’un des visages de la mort ; et à cet instant précis, Callahan n'en avait plus aucun doute.

Il détestait à peu près tous les aspects d’Ostrov Island, mais la salle de surveillance était sans hésiter le lieu qu’il portait le moins dans son cœur. L’absence de fenêtre et de lumière naturelle le rendait claustrophobe ; être coincé à cinquante centimètres à peine d’un mur entier d’écrans lui donnait la désagréable impression de jouer dans un film de Kubrick. Certains de ses collègues adoraient pouvoir glander là pendant huit heures avec un thermos de café, mais le militaire n’était pas fait pour ça. Être obligé de rester assis le rendait dingue, et ce n’était rien à côté du sentiment d’être un espèce de voyeur n’accordant d'intimité à personne, pas même à ses propres collègues. Avoir l’œil partout était nécessaire, il le savait bien - mais ça n'empêchait pas de lui laisser un goût dégueulasse au fond de la gorge.
Tortillant nerveusement un trombone entre ses doigts, son regard glissa sur la caméra de la salle commune, s’attarda sur celle de la cafétéria. Celle-ci était remplie de personnes attablées, comme toujours à cette heure-là. L’un de ses collègues avait dû intervenir pour séparer deux patients, mais globalement, tout était calme.

Trop calme, en fait.

Mais soudainement, un mouvement sur l’une des caméras à sa droite attira son attention. Une silhouette venait d'apparaître dans le couloir des bureaux ; le même couloir qui donnait sur sa salle de surveillance.
Intrigué, Callahan se pencha vers l’écran, observant attentivement l’individu. Il était si pâle et ses cheveux si clairs que l’écran n’en retransmettait qu’une étrange silhouette fantomatique. L’homme se contentait de marcher, au début. Et puis, il sembla regarder autour de lui, comme pour s’assurer qu’il était seul. Le militaire connaissait ce comportement par cœur : c'était celui de ceux qui avaient quelque chose à se reprocher.
Comme pour confirmer sa pensée, la main du type se posa alors sur une poignée, hésitant. La porte à laquelle elle était accrochée appartenait au bureau des psychiatres - l’un des nombreux bureaux à être strictement interdit au reste du personnel. Les documents qui y étaient archivés étaient classés secret défense. Callahan n'en savait pas plus, il n'avait jamais cherché plus loin. Il s'était plié à cette interdiction et à toutes les autres comme il l'avait toujours fait : sans poser de question.

Rhodes se leva aussitôt, n'ayant qu'un pas à faire pour atteindre la porte de la salle de surveillance. Il l’ouvrit alors doucement, sans un bruit, avant de se glisser en-dehors lentement. Et l’individu se tenait bien là, lui tournant le dos, à quelques mètres à peine à sa droite.
Retenant son souffle, il commença alors à traverser à pas de loup la distance qui les séparait - le plus silencieusement dont il était capable. Un pas. L’homme semblait hésiter, restant immobile. Deux pas. Il murmurait, inaudible. Cinq pas. Son poignet avait bougé, poussant lentement la poignée vers le bas. Six pas. Il murmura de nouveau ; et cette fois, Callahan était assez près pour l’entendre. Fixant sa nuque, il l’attrapa soudainement par derrière, écrasant sa matraque contre sa gorge.

- On dit "je voudrais", pas "je veux", souffla-t-il.

Il maintint l'homme contre lui quelques secondes avant de libérer l’emprise qu’il avait sur sa gorge. Il le plaqua alors aussitôt contre la porte pour l’obliger à lui faire face. Il le détailla du regard ; de son teint diaphane à ses cheveux presque blancs, en passant par l’opale qui luisait dans ses yeux. Il n’avait jamais vu ce type, mais puisqu’aucun nouveau patient n’était arrivé cette semaine, cela ne pouvait probablement être qu’une seule personne :

- Docteur Williams, je présume ? Les mots avaient glissé de ses lèvres avec un mépris évident ; on lui en avait déjà parlé, de ce médecin.

La direction ne lui avait rien dit de précis, bien entendu. Ils ne faisaient pas encore suffisamment confiance au militaire pour cela : ils avaient simplement demandé à ce qu'on le garde à l’oeil et reporte la moindre activité suspecte le concernant. Autant dire que cela commençait bien, si c'était réellement lui...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Mar 5 Juin - 1:14



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan


Oui.. pas de secrets.. Voilà ce que le jeune blondinet pensait tandis que sa main restait immobile sur la poignée. Il sentait la sueur perler à son front et son cerveau semblait l’avoir abandonné. Ce dernier ne donnait plus l’information à ses doigts qui restaient paralysés.

- Nan…, chuchota-t-il de nouveau.

Allez.. se disait-il. Il pouvait le faire non ? Il n’y avait aucune chance que des caméras soient installées dans un endroit aussi lugubre.. À chaque fois qu’il marchait dans les couloirs, il avait l’impression d’entendre les notes rapides et aiguës du thème du célèbre film d’horreur Halloween avant de percevoir les notes les plus lentes et les plus graves.. Que pouvait-il lui arriver au pire du pire ? Il était toujours décidé à jouer sur la carte du nouveau innocent qui cherchait sa chambre et qui n’avait pas bien lu à cause de la fatigue du voyage. Alors oui, honnêtement, il n’était pas certain qu’un scientifique allait surgir derrière lui, lui planter une seringue de chloroforme dans l’épaule avant qu’il ne se réveille dans un fauteuil, face à une lumière bien trop lumineuse pour ses yeux si clairs, les poignets attachés solidement aux accoudoirs, le rendant prisonnier de médecins fous . Un véritable cauchemar qui avait l’air de bien se marier à l’ambiance et aux petits dires de son frère.. « Arrête de raconter des sottises Nath'.. on n'est pas dans un stupide film américain.. »

Son cœur résonnait de plus en plus fort dans sa poitrine, sentant une chaleur dans le couloir. Sa nervosité sans doute. Il lui fallait ouvrir cette putain de porte, mais au lieu d’entendre un potentiel grincement des écrous, ce fut un petit cri de surprise qui résonna dans tout le couloir. Un contact. Une main sur son poignet. Tout les sens en alerte, le jeune blondinet sentait la boule dans son estomac devenir lourde. Le vieux film d’horreur était en train de prendre forme ! Une voix. Grave. Celle d’un homme au parfum assez particulier. Une rectification. Un ton sec. Un souffle à son oreille qui l’avait fait frissonner de crainte, mais aussi cette espèce d’énorme poids qui écrasait avec brio les os de sa colonne vertébrale. Cela le fit grimacer et il se retint de gémir en serrant les dents au profit de tenter de se débattre. En vain. L’inconnu était trop fort pour lui, ce qui se confirma quand il vit enfin le visage de son ennemi avant d’être directement plaqué au mur. Nathaniel n’avait même pas eu le temps de saisir sa main pour l’en empêcher qu’il se retrouvait étouffé à cause du col de sa chemise toute sale. Ses yeux gris clair scrutaient les yeux marron de l’homme qui était un garde s’il en croyait l’arme qu’il possédait. C’était donc cette énorme chose qui l’avait écrasé.

Le rythme cardiaque du jeune externe était toujours au maximum. L’autre le scrutait et les quelques secondes de calme qui planait entre eux étaient gênantes, surtout que Nath’ avait juste envie de lui gueuler dessus pour bien lui faire comprendre qu’il était complètement taré. Mais bon.. c’était lui qui avait commis une faute à pénétrer dans le bureau de cette manière déloyale n’est-ce-pas ? Comme si le type avait réfléchi à plusieurs options d’entamer la conversation, il lui montrait par une simple interrogation pas vraiment réelle - vu qu’il avait la réponse - qu’il n’avait pas intérêt à nier quoi que ce soit. Ce mec était impressionnant et vu la carrure - le brun faisait au moins un bon dix centimètres de plus que lui - il avait le poste de gardien ici.

Se faire choper dès le premier jour. Super. Comme si l’horrible révélation n’avait pas suffi. Cependant, Nath’ avait bien noté cette espèce de poison dans la voix grave du gars : le dédain, plus communément nommé le mépris. Génial.. Tout le monde avait été mis au courant ou quoi ? Mais "docteur" ? Oui, un jour prochain, le titre serait à la lumière du jour. Nath fixait les doigts de l’homme sur sa chemise. Il commençait à étouffer à la fin !

- Nathaniel Williams, enchanté, fit-il entre deux souffles.

Il allait faire comme si de rien n’était, il n’avait pas l’énergie, ni l’envie de jouer à cache-cache, alors il allait se comporter à la Nathaniel.

- Maintenant si vous pouviez me lâcher.., continua-t-il en le fixant alors droit dans les yeux. Ce serait merveilleux.

Il fit un mouvement vers l’avant pour se libérer aussi en même temps et put enfin respirer. Il avait du mal avec les gens qui essayaient de l’étouffer, car cela pouvait déclencher une crise d’asthme. Il se massa près du cou et regarda la porte avant de poser sa main sur la poignée pour l’enclencher.

Rien. Rien du tout. Fermée. Verrouillée. Il avait pris des risques pour rien. Et il avait sa réponse sur le fait que des précautions étaient prises pendant les pauses déjeuners.

- Mince alors. Le bureau est fermé !, s’exclama t-il alors ayant trouvé sa petite ruse. Je me suis un peu perdu et je comptais trouver du personnel afin de demander où je vois aller. L’aile où sont les chambres, ce n'est pas ici ? En effet, vraiment secrète comme aile alors !, termina t-il en faisant référence à ce que le gardien l'avait problement entendu chochoter.

Le gardien avalerait-il ça ? Après tout, Nathaniel était le meilleur en ce qui concernait la comédie lorsqu’il décidait de se tirer d’une situation périlleuse. Certes, la dernière, face au recruteur n’avait pas fonctionné vu que son identité avait été découverte, alors jouer la comédie face à des pions de damiers déjà tout mangés par l’équipe adverse ne servait .. à rien oui. Nathaniel avait pris le soin de ne pas fixer le gardien. Les vieilles légendes urbaines disaient qu’un menteur avait tendance à fuir le regard de la personne, mais en vérité, des gens un minimum intelligent savaient parfaitement que c’était l’inverse. Un menteur qui fixait sans aucun répit sa cible était une personne qui cherchait à voir si l’autre avait validé et gobé son mensonge. Le menteur avait toujours besoin d'une approbation. Son regard avait dévié vers le haut à gauche et non en haut à droite, ce qui ajoutait encore plus de naturel à son mensonge. Un regard portant vers le haut à droite signifiait que la personne était en train de se créer une situation visuelle dans le but de créer son mensonge, alors que la gauche était un visuel issu de sa mémoire, la vérité. Nathaniel avait appris et saisi ça, pour le manipuler à sa guise, surtout quand il mentait. Se reprogrammer en quelque sorte pour ce genre de situation où il faisait tout pour se contrôler lui.

- Vous êtes donc Monsieur..?, demanda alors le blond, curieux de savoir à qui il avait à faire.

En temps normal, l’anglais aurait probablement sorti un « Puis-je savoir qui vous êtes ? », mais le manque de sommeil - vu qu’il avait fait nuit blanche, trop occupé à vomir ses tripes par-dessus la rampe du bateau - ne lui permettait pas non plus de passer par toutes ces formalités. Et puis.. il ne fallait pas non plus dire que l’autre l’avait accueilli les bras ouverts. Non, juste une petite matraque très légère posée avec douceur dans son dos endoloris par la fatigue. Une merveille quoi.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/
PILULES AVALÉES : 351
MIROIR : Daniel Sharman
IDENTITÉ : Sunkissed
CRÉDITS : Sunkissed
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : éternel célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Jeu 14 Juin - 16:42



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan

Enchanté ; le type se disait enchanté. Callahan serra les dents. Il se payait probablement sa tronche, et il ne supportait pas ça.

Les yeux gris du jeune homme s’ancrèrent aux siens alors qu’il lui demandait de lâcher prise. Il n’aimait pas non plus le ton qu’il avait employé, faussement affable, alors qu’il venait à peine de lui plaquer sa matraque sous la gorge. En toute honnêteté, il aurait nettement préféré des insultes - elles auraient au moins eu l’avantage de ne pas empester l'hypocrisie. Pourtant, le militaire relâcha tout de même son étreinte, et le regarda. Il le regarda essayer de déclencher la poignée, et réaliser qu’il venait de prendre ce risque pour rien. Il le regarda et réalisa qu'il était peut-être une menace pour Ostrov - mais visiblement une menace sans aucun plan. Tant mieux. C’était une bonne chose - pour Callahan, en tout cas.

Le futur médecin s’étonna alors que la porte soit fermée, avant d’expliquer s’être perdu et avoir cherché l’aide de collègues. Le militaire le dévisagea, impassible. Son petit discours était convaincant. Tout y était, du regard sincère aux intonations innocentes.

Il mourait d’envie de le croire.

Mais ce n’était pas le cas. Parce qu’on l’avait mis en garde à son sujet. Parce qu’il l’avait vu jeter un oeil suspect autour de lui avant de poser la main sur la poignée. Et parce qu’il n’avait pas toqué. Il l’aurait fait, s’il avait réellement cherché de l’aide ; Callahan était prêt à en mettre sa main à couper. Williams avait fait des études de médecine. Si on en croyait le déterminisme social, cela laissait de fortes chances pour qu’il soit issus d’une classe moyenne ou privilégiée. Le genre de milieux où les principes de base de la bienséance sont rarement négligés - surtout pas le jour de son arrivée sur son nouveau lieu de travail.
Il ne répondit rien, restant parfaitement silencieux. Il préférait le laisser dans le doute. Son regard froid s’attarda un instant sur les cernes du jeune homme, son teint blafard, la sueur qui avait perlé sur son front. Il ressemblait aux patients, lorsqu’ils les sortaient de la salle d’isolement. Il ressemblait à ceux qu’on venait d’essayer de briser pour les rendre dociles. Mais il chassa cette idée de sa tête ; Nathaniel venait d’arriver, cela n’avait pas de sens.

- Rhodes. Pas de prénom. Il n’en aurait pas besoin - Callahan ne comptait pas sympathiser avec lui. Pas après la façon dont ils venaient de se rencontrer. Pas tant qu’il ne trouverait pas de raison de lui faire confiance.

Il baissa les yeux, continuant d’inspecter l’homme qui lui faisait face. Il distinguait vaguement quelque chose, dans sa poche de jean. C’était trop petit pour être une arme - mais la forme lui rappelait vaguement une bombe lacrymogène, voire même certains tasers.
Alors, sans un mot, il le plaqua une nouvelle fois au mur, glissant sans ménagement sa main dans la poche du jeune homme. Il n’en avait rien à foutre de défier tous les records de malséance au monde - s’il fallait avoir ce type à l’oeil, il fallait avant tout s’assurer qu’il ne soit pas armé, point. Assurer la sécurité de cet enfer était son travail, et il s’efforçait simplement de le faire bien.
Il ressortit l’objet de la poche, l’observant une seconde. Un bronchodilatateur. C’était tout. De la foutue ventoline.
Il ne s’excusa pas, se contentant de le lui coller sur le torse pour qu’il le récupère, avant de poser sa main sur son épaule pour l’inviter à avancer.

- Suis moi, ordonna-t-il simplement, toujours aussi loquace.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Jeu 14 Juin - 23:38



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan


Enchanté. Voilà ce qu’il lui avait dit. Franchement, la situation était à mourir de rire d’ironie. Le blondinet était bien trop gentil, bien trop docile comme on lui disait trop souvent, mais il n’avait pas pu s’en empêcher.. Il fallait faire bonne image devant ce garde qui n’avait franchement pas l’air commande. Il avait remarqué la mâchoire crispée de l’homme face à lui quand il lui avait sorti ça. Oh non.. il n’avait pas du tout apprécié la politesse qui ne semblait pas être la chose la plus appropriée dans ce genre de moments ! Et puis tant pis hein ! S’il n’était pas content, il pouvait aller se faire voir !

Le garde le relâcha lorsque Nathaniel lui demanda bien gentiment de ne plus le rendre prisonnier. Le contact froid de l’arme le faisait flipper et il se demandait bien comment cet homme faisait pour l’avoir avec lui toute la journée. Nathaniel était certain que si on lui laissait dans les mains à peine dix minutes, il serait capable de retirer la sécurité sans faire exprès et blesser quelqu’un voir même se blesser lui-même un idiot Il n’avait jamais été fait pour la baston et ce n’était pas demain la veille que cela changerait. La seule chose avec laquelle il pourrait éventuellement se défendre serait une bonne seringue de chloroforme qu’il pourrait planter dans l’épaule de son adversaire pour le faire tomber raide sur le sol ! Cela pouvait-il être une victoire ? Les yeux du blond descendirent vers les bras musclés du jeune homme. Il avait clairement la carrure pour ce genre de métier, c’était clair comme de l’eau de roche. Il avait bien vu qu’il l’avait lâché à contre cœur, mais il n’avait pas vraiment eu le choix. Après tout, ce n’était pas comme s’il lui avait sauté dessus pour riposter !

Pendant que Nathaniel jouait sa comédie à la perfection, il luttait pour ne pas le regarder dans les yeux. Ne pas guetter la moindre de ses réactions ! C’était la clé ! Mais de l’angle naturel qu’il avait eu, il avait pu voir que le garde en était un vrai de vrai, c’est-à-dire un mec sans expression. On aurait dit son frère quand il plaidait. Alors, il n’avait aucune piste. Pas la moindre idée s’il l’avait cru ou pas, mais quelle chose lui disait qu’il aurait bientôt un indice dans quelques secondes. « Une… deux.. se mettait-il à compter dans sa tête. Trois.. quatre.. cinq.. » Son regard froid qui s’attardait un peu trop sur lui, lui donna un peu chaud. Il sentait la douce chaleur lui offrir une couleur légèrement rosie sur ses joues bien trop pâles. Ce genre de nervosité, il ne pouvait pas la contrôler malheureusement. Les prunelles insistantes du garde avait quelque chose de spécial qui le rendait nerveux. Il semblait réfléchir et le quitter des yeux lui était cette fois-ci bien difficile alors il se força à faire divaguer son regard ailleurs, comme sur sa main qui tenait l’arme, ou encore son torse qui serait toujours plus musclé que le sien. « Six… puis.. Rhodes ». Rhodes. Cela devait être son nom oui. Nath hocha la tête tandis que l’autre recommençait son petit jeu. Qu’avait-il à le mater comme ça bon sang ? De haut en bas en plus..! De quoi être encore plus mal à l’aise ! Il ne manqua pas ses yeux qui s’étaient alors soudainement stoppés près de son entrejambe au niveau de sa poche droite de pantalon.

Alors qu’il allait ouvrir la bouche pour lui dire que ce n’était rien à part sa ventoline, Nath se fit de nouveau plaquer au mur d’une manière pas très douce. Décidément ! Cette fois-ci, il sentit la main de l’homme se mettre carrément dans sa poche afin d’en sortir sa fameuse ventoline. Il sentait des frissons dans tout son corps. Il avait sans doute peur qu’il la lui confisque et il devait avouer qu’il n’était pas à l’aise avec les contacts physiques. Étrange pour un futur médecin, mais vrai. Il n’avait pas plus de mal que ça avec les patients, fort heureusement, il aimait même bien les rassurer et être tactile avec eux, mais quand les rôles s’inversaient, il en était hors de question. Il réagissait toujours différemment quand ça avait le malheur d’arriver et encore une fois, le jeune Anglais était perturbé. Sa respiration se coupait presque tandis que son dos était collé contre ce mur trop froid. L’autre avait du pouvoir, une présence imposante et Nath fermait les yeux, tentant de chasser le parfum trop fort de l’homme qui parvenait jusqu’à ses narines. Parfum pas désagréable, mais perturbant oui. Allait-il faire plus ? Lui tirer dessus ? Non. Il ne fallait pas devenir parano, mais rester prudent s’imposait. Alors que son cœur battait à la chamade dans sa poitrine, le garde ressortit enfin la petite merveille de sa poche. Ouf. Il venait bien de voir que ce n’était pas une bombe ou un truc du genre. Il lui redonna alors son bien qu’il s’empressa de refourrer dans sa poche. Il n’était pas doux et ne s’excusait même pas. Alors qu’il allait s’excuser pour il ne savait même pas encore quelle raison, Rhodes lui coupa de nouveau la parole en lui demandant une seule chose : de le suivre. Inquiétant tout ça.. Que voulait-il ? Qu’allait-il faire avec lui ?!

Alors qu’il allait obéir et faire un pas vers l’avant, Nathaniel se rendit compte que son corps s’était paralysé sur place. Il avait peur. Il était même terrorisé en fait après ce qui venait de se passer le matin même entre le recruteur diabolique et lui. Son grand frère avait-il raison ? Se pouvait-il que le garde en avait assez vu pour décider de le donner en pâture à il ne savait qui ?! Il désirait savoir où ils allaient aller avant de faire le moindre pas. L’autre ne l’avait franchement pas mis en confiance, alors il estimait qu’il avait le droit de demander.

- On va où ?, fit Nathaniel d’une voix qu’il ne voulait pas faible, mais plutôt ferme sans trop l’être pour ne pas paraître trop exigeant.

Trouver le bon équilibre. Les yeux gris du blond regardèrent alors le long couloir vide.

- Je me trouve à ce point au mauvais endroit ?


Il avait envie de rajouter un « Je suis chanceux d’être tombé sur vous. » mais en repensant à la réaction de coincé qu’il avait eu au moment où il lui avait sorti un simple "enchanté", il ne fallait mieux pas tenter le coup.

- Vous allez me conduire à ma chambre ? Y a t-ils d’autres formalités à accomplir avant ça ?
, demanda t-il sincèrement.

Après tout, c’était peut-être bien possible, en tout cas, ce n’était pas impossible. Surtout ici. Il avait vingt-deux ans, il était seul ici, il ne connaissait personne et il avait peur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/
PILULES AVALÉES : 351
MIROIR : Daniel Sharman
IDENTITÉ : Sunkissed
CRÉDITS : Sunkissed
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : éternel célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Sam 16 Juin - 12:05



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan

Callahan lui avait tourné le dos et commencé à avancer dans le couloir, mais il continuait tout de même d’observer l’intrus du coin de l’œil. Ne jamais lâcher du regard, même s’il n’était pas armé. Même s’il aurait été stupide de sa part de tenter quoi que ce soit. Jamais. Faire confiance était quelque chose qu’on oubliait vite, quand on était déployé sur le terrain par l’armée. La seule exception allait aux frères d’armes. Impossible de tenir le coup si on ne pouvait pas leur accorder une confiance aveugle. Mais c’était un peu différent, ici. A part Niamh et Anastasia, il se méfiait de tous. Nathaniel était peut-être son nouveau collègue… Mais il était encore loin de le considérer comme un membre de son camp.

Les questions du jeune homme le forcèrent à s’arrêter, tournant légèrement la tête vers lui.

- Oui, je t’accompagne à ta chambre. C’est bien la pièce que tu cherchais, non ?

Un léger rictus avait accompagné ces mots. Il était toujours persuadé que cette excuse n’avait été qu’un mensonge ; mais ce qu’il l’avait surpris à faire n’était pas assez grave pour être remonté à la direction maintenant. Alors, autant le raccompagner là où il avait le droit de foutre les pieds.
Il se retourna complètement, lui faisant face, une pointe d’agacement crispant ses traits.

- Pour ce qui est des formalités… Tu es censé avoir signé le règlement intérieur en même temps que ton contrat. Tu ferais probablement bien de le lire.

Ses yeux bleus s’étaient posés avec intensité dans ceux, gris, du futur médecin. L’interdiction pour tout autre que les psychiatres de pénétrer dans ce bureau y était mentionnée ; ainsi que toutes les autres. Il ne pourrait plus faire semblant de ne pas à savoir, à l’avenir.
Il avait envie de l'envoyer se faire foutre, avec ses questions. Il n'avait pas envie de parler, et le faisait déjà bien plus qu'il ne le jugeait nécessaire. Mais il lui avait semblé lire quelque chose, dans le regard du jeune blond. Quelque chose qui ressemblait à une ombre d'angoisse.
Il était peut-être à garder à l’œil, il avait peut-être des choses à se reprocher ; ça n'en restait pas moins un gamin de vingt ans à peine balancé dans un milieu hostile. Callahan pouvait au moins faire un effort - ça ne l'obligeait pas à baisser sa garde.

- Ensuite… On devrait t’avoir remis tes vêtements de travail et fait visiter les lieux. Est-ce que ça a été fait ?

Connaissant l’organisation plus qu’aléatoire des lieux, le fait que ces étapes aient été négligées ne l’aurait pas spécialement étonné. Une fois, cela avait même été une patiente, qu'ils avaient oublié d'accueillir, la laissant errer dans la cour pendant plus d'une heure. La plupart de leurs collègues était une bande d’incompétents, et la seule raison qui faisait qu’ils ne se faisaient pas renvoyer était que personne de sain d’esprit n’aurait jamais envie de les remplacer.
Le militaire fit encore quelques pas, refermant la porte de la salle de surveillance à clé. En théorie, il avait le droit à un total de quinze minutes de pause dans la journée. Tout ce que les caméras filmaient était enregistré, tous les gardes avaient un talkie-walkie ; il avait donc le droit de quitter la salle pendant cette courte pause sans mettre en péril la sécurité de tout l’établissement. Elle allait probablement y passer entièrement avec cette histoire de nouveau, mais tant pis. Au fond, c'était toujours mieux que d'être coincé encore derrière ce mur d'écrans.
Il croisa les bras en constatant que Williams n'avait toujours pas bougé, commençant doucement à s'impatienter.

- Tu viens, ou tu veux que je te laisse le temps d’essayer de forcer d’autres points du règlement histoire qu’on aie une raison suffisante d'en référer directement aux supérieurs ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Dim 17 Juin - 13:14



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan


Nathaniel voyait le garde s’éloigner alors que lui avait fait le choix d’attendre d’obtenir un peu plus de réponse de sa part. Plus il restait dans ce couloir et plus l’endroit lui donnait froid dans le dos. Les films d’horreur qu’il aimait bien regarder avec son frère auraient pu être tournés ici sans aucun problème. Il imaginait déjà la caméra tournée vers ce grand couloir qui paraissait infini, les lumières s’éteignant et s’allumant, laissant le héros dans le noir avant de lancer la musique à suspens. Nathaniel aurait sûrement dit « Putain ! Mais casse toi reste pas là! Moi j’me trouve dans un endroit pareil, je me taille direct ! »

Et maintenant, il y était et il se rendait compte qu’il n’avait pas spécialement le choix. L’endroit deviendrait-il moins effrayant au fur et à mesure des jours ? S’y ferait-il ? Comprenant qu’il n’avançait pas, car seuls ses pas résonnaient sur le sol, Rhodes se stoppa et tourna la tête vers lui. Il avait toujours ce regard intimidant. Ce genre de regard qu’on avait du mal à imaginer autrement que froid d’ailleurs. Il semblait être recouvert d’une parfaite carapace que même la plus fine des épées n’aurait pas réussi à percer ne serait-ce qu’un petit millimètre. La chambre était-elle bien la pièce qu’il cherchait ? Non. Pas pour le moment en tout cas. Ce qu’il cherchait ? La réponse n’aurait certainement pas plu au garde qui l’aurait sans doute défoncé avec son arme s’il lui disait qu’il voulait des informations sur son frère et sur ce qu’il se passait réellement.

- Oui, c’est bien ça, répondit le jeune blond tout en ne manquant pas l’espèce de rictus étrange du garde.

Qu’est-ce que cela signifiait au juste ? Soit il cherchait à le rassurer, mais il n’en avait pas l’habitude, soit il lui faisait comprendre qu’il avait bien cerné son petit jeu. Après tout, il devait y avoir certaines personnes ici qui savaient probablement qu’il s’était fait passer sous un autre nom que celui de son frère histoire d’entrer plus aisément et semer le doute. Cela avait royalement loupé évidemment.

Rhodes était à présent tourné complètement face à lui et Nathaniel était en train de percevoir le profond agacement qui régnait sur son visage. D’accord.. il lui faisait maintenant le reproche de ne pas avoir lu le règlement, mais en même temps, il n’avait pas eu le temps. Il avait été face au recruteur à ce moment-là et les mots s’étaient tous soudainement emmêlés les uns avec les autres comme s’il avait souffert d’une dyslexie subite alors que ce n’était que la peur. Alors oui, forcément, il n’en avait pas retenu un seul passage !

Il préféra ne rien répondre à ça, ce n’était pas la peine. Que lui dire d’ailleurs ? Qu’il envisageait de le faire sagement dans sa chambre ? Pathétique, Rhodes s’en foutait s’en doute pas mal. Il avait de ces yeux bleus perçants tellement puissants que ses joues s’étaient misent à rosir de nouveau. La nervosité avait fait accélérer le rythme de son cœur et il avait envie de se mettre à courir loin de tout ça. Cet « Ostrov Island » lui avait tout l’air d’un labyrinthe avec des couloirs qui se ressemblaient tous les uns les autres. Arriverait-il à trouver son chemin ? Il sentait une boule se nouer dans sa gorge qu’il tenta de chasser en déglutissant avec difficulté. Se reprendre. La fatigue intense lui jouait des tours et le rendait beaucoup plus craintif et émotif, non ? Il n’avait qu’une seule envie : se mettre sous ses couvertures et éclater en sanglots afin de pleurer toutes les larmes de son corps en criant qu’il allait le retrouver, son grand frère. Le chagrin était très lourd dans son cœur et il avait l’impression qu’on avait rajoutée une énorme pierre à l’intérieur de celui-ci qui rendait le fardeau beaucoup trop lourd pour lui. Rhodes savait-il qu'on avait soi-disant tué son frère ? Si oui, cela faisait aussi de lui un coupable et un monstre. À la question suivante, Nathaniel se contenta se prime abord de faire non de la tête. Il n’avait encore rien visité et il tenta de se reprendre pour pouvoir parler.

- Non. Non, je ne l'ai pas fait, sinon je ne me serais pas perdu. Et je n'ai pas encore eu les vêtements.

Le garde devait sans doute parler de blouse blanche et truc du genre. Il remit sa ventoline dans sa poche, se rendant compte qu’il l’avait encore entre ses doigts. Rhodes referma une porte tout à gauche qui était restée à moitié ouverte et Nathaniel se demandait bien où cela menait. La clé tourna dans la serrure, montrant au blond que la salle lui était hors de portée. Tout ici semblait fonctionner avec des clés. Le badge électronique imprimé à son nom de l’hôpital de Londres lui serrait ici inutile vu que la technologie à Ostrov Island n’était probablement pas aussi avancée. Allait-il rester planté là ? Ou bien tenterait-il de nouveau de forcer une porte, donc par conséquent de violer le règlement ? Rhodes n’avait pas l’air de faire partie de ces personnages méfiants qui le devenaient moins une fois qu’ils avaient totalement avalé son histoire. Il venait même de faire référence à la direction, mot qui lui fit froid dans le dos vu qu’il en sortait. Ces monstres. Il grimaça légèrement et fit non de la tête.

- J’arrive, fit-il tout simplement en lui emboîtant le pas.

La visite allait pouvoir commencer. Il espérait que cette dernière allait se faire sans incidents. Il était exténué et n’avait pas la force de faire face de nouveau à qui que ce soit pour des choses angoissantes. Il espérait aussi que l’autre allait un peu se détendre, car cela ne l’aidait franchement pas à ne plus ressentir cette angoisse qui devenait presque maladive alors qu’il venait juste de mettre les pieds ici. Rhodes serait-il un bon guide en lui expliquant les choses où se contenterait-il d’avancer sans un mot sans quoi cette visite n’aurait aucun sens et perdrait de son utilité ? Nathaniel allait attendre qu’il parle avant d’en placer une car même s’il avait des questions, Rhodes ne semblait pas la personne la plus ouverte à tout ça. Était-ce son état naturel ou l’avait-il mis en colère avec ses petites escapades illégales ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/
PILULES AVALÉES : 351
MIROIR : Daniel Sharman
IDENTITÉ : Sunkissed
CRÉDITS : Sunkissed
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : éternel célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Mar 19 Juin - 12:18



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan

Callahan était trop loin pour remarquer la tristesse envahissant les yeux du jeune homme ; en revanche, il n’avait pas raté le rose qui s’était déposé un instant sur ses jours diaphanes, rapidement suivit par un changement de son expression. Ses traits semblaient plus lourds ; écrasés par la fatigue, peut-être, la frustration d’avoir été pris sur le fait... ou le chagrin. Quelque chose n’allait pas ; mais il n’en savait pas assez sur lui pour comprendre quoi, et encore moins pour poser la question.

Un soupir échappa à ses lèvres quand Nathaniel confirma ses craintes : la visite n’avait pas été faite. Ou du moins, c’était ce qu’il prétendait ; peut-être n’était-ce qu’un mensonge de plus pour couvrir le premier. Mais qu’aurait-il à y gagner ? Le garde n’avait qu’une demande à passer par sa radio, pour en avoir une confirmation ou non. Cela aurait été se mettre en défaut trop bêtement.
Dans le doute, il porta tout de même le talkie-walkie à ses lèvres, simplement pour prévenir qu’il faisait la visite. S’il mentait, ça lui mettrait un coup de pression ; et si un autre garde lui avait fait visiter, il se chargerait sans doute de rétablir la vérité.

Le garde ne bougea pas, attendant que le jeune blond arrive à son niveau ; puis il commença par indiquer les bureaux du couloir dans lequel ils étaient encore : ceux dans lesquels il était autorisé, ceux dans lesquels il ne pouvait pas aller seul, celui où il ferait ses consultations.
Et puis, il posa sa main sur la porte qu’il venait de fermer à clé.

- Ça, c’est la salle de surveillance. Un garde est toujours présent pour garder un œil sur les écrans - on s’y relaie jour et nuit. Le directeur a accès aux mêmes images depuis son ordinateur, si l’envie lui prend.

Son regard se planta dans celui du jeune homme, s’y accrochant avec intensité.

- Tout le bâtiment ou presque est filmé et enregistré en permanence. S’il y a quelque chose d’inhabituel, ce sera remarqué. Vraiment.

Ses yeux le sondèrent un instant. Il n’insistait pas sur cette pièce innocemment ; c’était à la fois une menace et un conseil. Un 'Tu es surveillé et crois-moi, je suis probablement le dernier de tes problèmes' murmuré en silence.
Il recommença alors à avancer, lâchant enfin Williams du regard. Ils sortirent du couloir en question par une lourde porte battante, avant de se retrouver dans un nouveau couloir, perpendiculaire au premier.

- C’est l’infirmerie. Il y a souvent au moins une infirmière présente en journée, mais il lui arrive de s’absenter pour donner les médicaments quotidiens, et aussi les premiers soins s’il est risqué de déplacer le blessé sans elle.

Ces précautions étaient en réalité rarement prises ; trop rarement, il le savait. Un patient qui venait de recevoir une violente correction était souvent porté là sans grande délicatesse, et surtout sans s’inquiéter de risquer d’empirer son état. Ostrov n’avait d’hôpital que le nom ; ils ne soignaient rien ou presque, ils tenaient simplement à l’écart du reste du monde.

- Tu seras sûrement appelé là souvent pour donner un coup de main. Et l’infirmerie donne par l’intérieur sur la salle d’opération. Je n’ai pas les clés pour te la montrer, mais pareil, tu vas probablement avoir l’occasion de t’y familiariser assez vite.

Il se tourna à nouveau vers lui. A leur gauche se trouvaient les escaliers qui menaient aux bureaux administratifs, à leur droite, ils retournaient plutôt au coeur du bâtiment.

- Est-ce que tu as des questions ?

Puisqu'il venait d'arriver, le jeune homme avait certainement des interrogations sur leur fonctionnement, ou le type d'opérations qui avaient généralement lieu. Callahan n'était pas le plus calé sur le sujet médical, mais pour être du corps de métier qui était responsable de la majorité de ces blessures, il pouvait toujours essayer.
Il montra alors les escaliers d’un mouvement de tête. Cet étage était celui où il était allé le moins souvent, depuis qu’il était arrivé là. Les contacts avec leurs supérieurs étaient rares, et se limitaient généralement à des instructions données par leurs radios.

- Là haut, c’est la direction et les salles de réunions. Est-ce que c'est utile que je te montre ? Je n’ai pas beaucoup de temps.

Il avait dit ça sans animosité, pour simple information. S’il pouvait éviter d’avoir à aller le chercher dans les labyrinthes du sous-sol parce qu’ils n’avaient pas eu le temps de finir la visite et qu’il s’était perdu, ça l’arrangeait. Pas une deuxième fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Lucky Blue Smith
IDENTITÉ : Miss_W
A DÉBARQUÉ LE : 21/05/2018
Silencieux, mais observe énormément..
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 22
avatar

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    Mer 20 Juin - 16:01



Curiosity is the wick in the candle of learning..

Nathaniel & Callahan


« J’arrive ». Décidément Nathaniel n’était pas vraiment une personne que l‘on pouvait qualifier comme abondamment bavarde lorsqu’il ne se sentait pas en sécurité. Son mal de crâne pas possible n’aidait franchement pas et il avait hâte de pouvoir ouvrir sa valise et avaler un cachet miracle qui le soulagerait. Il avait aussi envie de s’allonger, mais il avait comme le sentiment que le lit se mettrait à tanguer à l’infini comme le maudit bateau sur lequel il avait passé trop d’heures. Quand il s’en irait d’ici, car bien sûr, de l’ambition, il en avait, il prendrait tout sauf ce moyen de transport. Mais aurait-il réellement le choix ? Il ne se rappelait pas avoir vu ou avoir entendu parler d’un aéroport sur une île.. surtout comme celle-ci.. S’il y avait bien un pouvoir magique dont le blondinet souhaitait, c’était bel et bien de pouvoir transplaner d’un endroit à un autre ! Ce serait à la fois une économie de temps, d’argent et d’énergie ! Le 3 en 1, comme la lessive des machines à laver ! Que demande donc le peuple ?

Un soupir. Décidément, le garde n’avait vraiment pas envie d’être là et le fait qu’il lui annonce qu’une visite n’avait pas encore été réalisée semblait le finir. Aussitôt le brun porta son genre de talkie-walkie à ses lèvres pour confirmer ce qu’il venait de lui dire. Cette image-là fit légèrement sourire, Nathaniel, car le mec avec son uniforme avait l’air tout droit sorti d’un film d’action.

- Alors vous ne dites jamais « Reçu cinq sur cinq ?, ne put s’empêcher de sortir le jeune futur médecin.

Comment allait-il le prendre ? Oui, ce Rhodes ne semblait pas tellement aimer lui faire la conversation, il le voyait rien qu’aux traits de son visage, mais Nathaniel avait toujours été une personne curieuse et toujours prête à accumuler du savoir à la moindre occasion. Il avait aussi noté que l’accent du garde était plus prononcé que le sien, purement londonien et sans doute un peu posh sur les bords. Non, ici, il avait un accent plaisant à écouter, un petit accent typique du nord de l’Angleterre, si bien qu’il était près à parier qu’il était originaire d’une ville près de Manchester. Certaines syllabes étaient accentuées plus qu’il ne le faisait lui et il s’amusait à noter lesquelles. Rhodes lui expliquait alors que la porte qu’il venait de sagement fermer se trouvait être la salle de surveillance, salle qui n’était apparement jamais quittée, de jour comme de nuit. Les horaires devaient plutôt être difficiles, pensa le blond. Il remarquait aussi qu’il était en train de bien insister sur le fait que tout soit filmé et enregistré, cela ne faisait aucun doute qu’il faisait référence à son comportement étrange vis-à-vis de la porte. Il ne l'avait pas cru. Ce mec était fort et il se rendait compte qu’ici, il était à un autre niveau, dans un monde totalement.. différent. Nathaniel brûlait d’envie de se la jouer à la mode de son frère en lui disant que de toute manière, les gardes surveillaient beaucoup plus les patients que les médecins, mais il préféra se taire. Il s’était déjà assez fait remarquer, surtout pour un premier jour..

- Entendu, fit tout simplement le blond qui préférait les phrases courtes depuis tout à l’heure histoire de justement s’empêcher de sortir autre chose qui serait mal vu.

Son regard perçant avait été franchement intense et il se demandait s’il était toujours comme ça ou s’il désirait simplement impressionner les inconnus par le biais du « pouvoir » qu’il avait ici ? Son murmure n’était pas aussi passé inaperçue et Nath comprit qu’il avait plutôt bien à se tenir. Il allait devoir user de ruse afin de découvrir ce qu’ils cachaient tous ici ! Cela n’allait pas être facile, mais même s’il avait l’air d’un innocent attaché aux règles, il n’hésiterait pas à faire tout son possible pour avoir ce qu’il cherchait désespérément.

Ils avancèrent dans le long couloir, toujours aussi sombre et Rhodes lui présenta l’infirmerie. L’endroit avait l’air tout calme à cette heure-ci voir même désert, ce qui était inquiétant. Y avait-il vraiment de la vie dans cet endroit ? Car jusque-là, il n’avait pas été confronté aux lieux communs qui grouillaient sans doute de mondes. L’image qu’il avait d’Octrov Island pour le moment était « un endroit rempli de longs couloirs tout droit sortis de films d’horreurs où un patient pouvait venir te sauter dessus à tout moment à une intersection d’un couloir afin de te provoquer une crise cardiaque. » Super bon petit résumé pour ses pensées en vrac.

Il irait sans doute travailler ici, et le blond nota bien dans sa tête les lieux qui se ressemblaient tellement tous trop, afin de tenter de s’en souvenir. En entendant le mot « salle d’opération », son petit instinct de futur médecin ressortit. Le peu de fois où il avait pu y aller du bon côté, c’est-à-dire du côté du personnel et non de patient, il avait adoré. Le chirurgien avec lequel il avait pu découvrir des choses avait toujours été de compagnie agréable et ouvert à toutes ses questions. Quand il était du côté des médecins, il était tellement bien plus à l’aise si bien qu’il en oubliait les fois où il avait été dans ce genre d’endroit. La dernière fois n’avait pas été une salle d’opération, mais une salle de déchoc, lorsqu’il avait fait une crise d’asthme assez sévère. Quand il avait compris qu’il se trouvait là, il avait encore plus paniqué vu qu’il savait parfaitement que cela correspondait à un débit expiratoire de pointe très très faible concernant son asthme et qu'il était vraiment dans la merde. La deuxième fois avait été pour une blessure à la tête qui datait de maintenant quelques années. Il avait eu bien d’autres expériences vu que sa vie se résumait tout de même à un jeune homme assez maladroit. Un poignet cassé par exemple aussi.

- Y a t-il un plan papier d’Octrov ?, tenta alors le jeune homme tout en sachant très bien que le garde allait probablement être encore plus exaspéré ou qu’il allait lui rire au nez.

Mais tout semblait tellement plus difficile à mémoriser ! Ça changeait tellement des couloirs blancs !

- Et quels types d’opérations seront majoritairement dans ce genre d’en..en fin ici ?, ne put s’empêcher d’aborder le blond.

Après tout, celle-ci n’était pas une question stupide et c’était aussi un moyen d’en savoir un peu plus sur ce dont les gens étaient atteints ici. Après, le garde n’était pas le mieux placé pour savoir tout ça, mais obtenir quelques infos ne lui feraient pas de mal. De quoi souffraient donc les gens ici, car « fou » n’était pas vraiment un mot approprié pour définir une pathologie..

Plus loin, de grands escaliers semblaient mener à d’autres endroits un peu plus creepy. Des genres de bureaux de la direction selon Rhodes qui n’avait pas tellement le temps de lui montrer. Était-ce nécessaire ?

- Est-il parfois nécessaire pour les médecins de s’y rendre ? Et quel service correspond à quoi ?, fit Nathaniel en tentant de deviner quels types de bureaux étaient là-haut.

Rhodes était-il tout seul à surveiller cet endroit pour qu’il soit aussi pressé ? La chose était bien stupide, mais les couloirs lui filaient tellement la chair de poule que s’il y allait avec quelqu’un la première fois, il se sentirait d’avantage en sécurité.. mais comment lui faire comprendre ce genre de pensées totalement gamines et stupides ? Il était même certain qu’il ferait partie des plus jeunes du personnel, la chose ne serait même pas impossible.

- Ils mènent à autre chose après les bureaux ?, continua le blond toujours aussi curieux.

Peut-être que lui montrer apaiserait ses questions qui sortaient tellement trop de sa bouche. Comme quoi parfois, il pourrait s’avérer être une vraie petite pipelette.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite/blog/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Curiosity is the wick in the candle of learning. [Nathaniel ft. Callahan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» South Africa learning from Venezuela's initiatives - Mbeki
» Brezilyen fòme yon "Brigad Desalin" pou ede peyizan ayisyen plante.
» Curiosity killed the cat [Indira & Arabella]
» « i'm still learning to love ▲ Adrianna
» Pick Wick, Drakéide. [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House-