AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 TOO PRETTY FOR ME – Louppy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 284
MIROIR : Alex Turner
IDENTITÉ : Dragon
CRÉDITS : ©glass skin. ☩ ©ANESIDORA
A DÉBARQUÉ LE : 30/05/2017
If i were you Id do me too
SITUATION : seul, divorcé, veuf, collectionneur d'âmes enchaînées autour de ses doigts
EST ÂGÉ DE : 33 ans
avatar

MessageSujet: TOO PRETTY FOR ME – Louppy   Dim 11 Fév - 21:38



too pretty for me

poppy & loulou

that's not my bitch, she's not my girl, she's not my babe my stomach's in pain – #icanteven

C'est pas un pressentiment qu'il a dans la bouche, non, c'est l'eau de la douche qui lui coule dans les yeux et sur les dents. Ça fait mal, c'est trop chaud. Sauf qu'il a le regard et les bras hérissés contre le mur d'en face et il peut pas se décrocher de là. Y'a son corps sans vie qui s'y colle, et les corps, tous ces corps, les fantômes qui lui passent dessus comme des voitures qui roulent vite. Il est en plein milieu d'une autoroute. Happé. Il a envie de vomir. Le jet d'eau s'éteint avec le bruit des gouttes à qui on coupe la parole. Il prend pas la peine de se sécher, il sort de la salle de bain en espérant glisser sur le carrelage et s'éclater la tête par terre.
Tout ce corps, déglingué.

Il fouille dans un tiroir et s'allume une cigarette, ouvre la fenêtre – toute sa peau, elle a froid – recrache sa fumée dehors, referme la fenêtre, éteint sa cigarette. Il a le souffle court quand il se prend pour un dragon. Mais il a pas d'écailles et plus de feu dans l'ventre. Le seul dragon qui existe, il existe plus. Faut pas qu'il existe. Faudrait pas s'vautrer encore une fois.

Une main qui passe dans ses cheveux mouillés comme une étrangère. Il enfile des vêtements par dessus les flaques d'eau qui le recouvrent. C'est désagréable, même ses cils frissonnent. C'est comme s'il avait l'océan au corps. C'est une noyade en surface. Y'a des engueulades qui se mélange au tic de l'horloge en fond sonore, le râle du vent qui baise un arbre. Il sort.

Sur la plage, ses pas sont empotés par l'eau. C'est pas facile de marcher dans le sable mouillé. Ça rappelle la peau de tous ces corps, le ventre qui palpite sous les doigts froids, les poils qui se dressent juste là. Il a presque les pieds dans les vagues, le bouts des yeux dans la mer, le vent lui claque la gueule, il plisse les yeux même si y'a pas de soleil. Ses mains s'ouvrent, se ferment, comme dans une tentative désespérée. Il veut s'en aller. Il sait pas où, mais il veut pas faire demi-tour, il veut pas retourner dans son bureau, c'est moche, c'est gris, c'est pas ça qu'il veut. Il pourrait se jeter dans les vagues, mais il tomberait dans l'écume. La mer a la rage. D'la mousse blanche crachée vers lui, il en veut pas. Il sait pas ce qu'il veut, il a la tête qui tourne et les cheveux mouillés, glacés qui lui tombent devant les yeux. C'est pas un pressentiment qu'il a sous la peau, c'est la mort qui le bouffe de l'intérieur, c'est un fantôme qu'il sent passer derrière lui. Il veut pas se retourner.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 26
MIROIR : Lana Del Rey.
IDENTITÉ : spf
CRÉDITS : neon cathedral & Beylin.
A DÉBARQUÉ LE : 10/02/2018

SITUATION : l'abandon sous la frustration, le palpitant en putréfaction.
EST ÂGÉ DE : 30 hivers pour cacher les hématomes sur son coeur misère.
avatar

MessageSujet: Re: TOO PRETTY FOR ME – Louppy   Dim 11 Fév - 23:43



too pretty for me

« I can be an angel sometimes I can be real fucked up I miss you only sometimes I give you real tough love 'cause I'm a devil with a halo ...»

-------- --------



Rayons lunatiques sur les murs lubriques, éclats anarchiques qui s’imposent dans cette cellule sadique. Y a le regard qui vogue sur les effluves de luminosité sous le gris agité. Nuages qui rongent le ciel de goudron avec provocation. Réminiscences salées de cette tempête qui se jouent encore dans ses pensées. Y a les mèches entremêlées sous les doigts qu’elle vient glisser dans sa chevelure détachée sous les émotions contrastées. Besoin de s’exiler, désir de respirer. S’évader loin des hurlements, du néant de ce calvaire incessant. Esprits mutilés qui rodent entre les couloirs blancs, qui s’accrochent à l’espoir comme à des lames de rasoirs. Elle n’en peut plus, la poupée, elle a la cage thoracique compressée. Sous les échos, sous les flots des maux. Alors elle se détache la jolie, loin de ce piège d’hérésie. Elle se casse dans la nuit. Pour trouver une brise à laquelle se raccrocher, une clope à gratter, un peu de présence pour s’étouffer. Alors y a la carcasse qui fuit dans la bâtisse, les yeux explosés par la fatigue accumulée et par les fantasmes altérés. Car y’a toujours ce poids sur sa nuque, collier qu’elle cache dans son décolleté, là où un anneau lui brûle la chair, comme une marque faite au fer. Souvenirs d’une appartenance, d’une démence, d’un divorce. Comme une corde autour du cou, elle le garde la jolie pour se rappeler de ne plus jamais resombrer dans les mêmes conneries. De ne plus s’attacher au premier enfoiré. Juste s’amuser, juste profiter de tous les excès que la vie peut lui donner… Alors elle se permet de rêver la poupée, à une rencontre tardive, un regard suspect, un sourire aguicheur et une danse de candeur. Besoin d’expirer jusqu’à ne plus savoir respirer.

Puis la lune songeuse qui vient dessiner sur sa peau les éclats de sa pureté alors que la carcasse se rend sur cette plage de sable mouillé. Et ce corps qui se laisse trainer, les pieds dans l’eau, pour taire aussi les échos. Poppy, elle sourit. Poppy, elle survit. Alors qu’elle s’agite et qu’elle s’effrite. Excitation étrange de l’inconnu, de la cohue. Elle le suit la jolie, sans trop observer la démarche et l’audace. Elle se rapproche comme une prédatrice affamée. Les pas assurés et le corps bien moulé. Puis y a ce pressentiment, qui vient la percuter. La peur qui revient la hanter, quand elle se permet enfin de contempler l’étranger. Lui et ses mèches entremêlées, lui avec son dos bien dessiné. Les bras ballants, le palpitant qui s’abat furieusement. Paralysie instantanée, fantôme du passé. Elle a l’impression de rêver la poupée, ou de cauchemarder. Et y a l’air qui vient lui manquer. Y a sa bouche qui veut crier et ses jambes qui veulent détaler. Et y a un seul mot qui sort, un frêle murmure qui la détruit sous la morsure. «  Lou …  » Seul syllabe qui arrive à se briser de sa gorge serrée, alors qu’elle regrette déjà de faire retentir sa voix. Et elle n’attend pas, elle ne peut pas. Elle ne veut pas vérifier si c’est son ancien mari qui se tient là. Elle ne veut pas affronter cette gueule cassée que seul le temps a réussi à effacer. Elle veut décamper, s’enfermer dans sa cellule pour sombrer. Pour guérir les plaies encore une fois. Pour recoudre ce coeur qui ne peut pas lutter.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 284
MIROIR : Alex Turner
IDENTITÉ : Dragon
CRÉDITS : ©glass skin. ☩ ©ANESIDORA
A DÉBARQUÉ LE : 30/05/2017
If i were you Id do me too
SITUATION : seul, divorcé, veuf, collectionneur d'âmes enchaînées autour de ses doigts
EST ÂGÉ DE : 33 ans
avatar

MessageSujet: Re: TOO PRETTY FOR ME – Louppy   Mar 13 Fév - 23:29



too pretty for me

poppy & loulou

that's not my bitch, she's not my girl, she's not my babe my stomach's in pain – #icanteven

Il sent le pouls du sable sous ses pieds. Un battement précipité en corde longue, pour pendre le nom de tous ces corps et les regarder valser. Le vent les baiser. Loulou, les yeux dans l'eau, la tête à la surface, le corps sur le sable. Loulou aime pas ça, il voit passer Leeroy. Il sent le pouls du diable aussi (celui qui gronde, celui qui rit). Mais c'est le sable qui prend son pied, le sable, il vibre amoureux au vent, il se laisse caresser, passif, il attend. Il attend l'orage orgasme en grinçant. Un pressentiment. Qui lui vrille dans la nuque. Ça s'hérisse, ça se confond avec une perle d'eau, mais c'est bien un pressentiment. Et c'est un frisson moitié peur moitié petite mort qui descend le long de son dos. Il se retourne pas, ça serait se rendre compte de quelque chose. Il veut pas, il veut pas, il veut que ce soit elle, il a peur des dragons, son ombre le démange, elle va l'faire brûler dans la nuit sur la plage avec son souffle qui tremble et qui flamme le début de son nom. Il veut cramer, là. Il a pas l'choix. Sorry baby sorry baby sorry baby, l'amour qui brise ça éclate en morceau et ça te revole dessus. T'es jamais vraiment à l'abri. Sorry baby. « Non... » Loulou s'bouche les oreilles, ferme les yeux, se passe les mains sur le visage. Il sent sa peau brûler, elle fait des cloques, elle fait des bulles. Il rouvre ses paupières, se retourne, repasse sa main devant ses yeux. Et ses doigts restent accrochés à ses joues qui piquent, sa bouche elle reste entrouverte, elle sait pas quoi marmonner, ses yeux ils disent tout un tas de choses contraires. Face au dragon. « Non, non non non... » Il a un rire étouffé, il veut s'étouffer, le sable vibre sous ses pieds. « C'est pas possible... » Ses mains elles tremblent, mais il veut pas qu'elles tremblent, il les fait s'arrêter, il les serre fort en poings maladroits contre son corps. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Il a envie d'hurler, il veut pas cramer, il veut brûler, il veut voir, voir si c'est bien elle. Il veut la cramer, lui aussi. Il veut cramer avec elle. Sorry baby. Sorry baby. Sorry.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 26
MIROIR : Lana Del Rey.
IDENTITÉ : spf
CRÉDITS : neon cathedral & Beylin.
A DÉBARQUÉ LE : 10/02/2018

SITUATION : l'abandon sous la frustration, le palpitant en putréfaction.
EST ÂGÉ DE : 30 hivers pour cacher les hématomes sur son coeur misère.
avatar

MessageSujet: Re: TOO PRETTY FOR ME – Louppy   Mer 14 Fév - 20:56



too pretty for me

« I can be an angel sometimes I can be real fucked up I miss you only sometimes I give you real tough love 'cause I'm a devil with a halo ...»

-------- --------



L’écume entre les lèvres, les vagues à l’âme. Océan démonté qui s’imprègne de ses prunelles figées. Sous le reflet, miroir insensé d’un abandon prématuré. D’une erreur de jeunesse qui la pousse encore trop près de la falaise. Pieds dans le vide, coeur livide. Ca fait mal. Eclat dans le palpitant, poumons qui se compressent sous le vent. Parfum qui s’immole doucement quand l’espoir se méprend. Sentiments divergents. Entre haine et douceur. Entre douleur et horreur. Poupée qui sent son sang qui bat trop rapidement, qui l’entend son coeur qui loupe un battement. Agonie immobile quand son regard vogue sur les lignes fines de ce dos tentant. Et la bouche qui s’entrouvre légèrement, juste pour laisser passer cette familiarité, ce prénom qui claque sur le palais. Et l’erreur puis cette terreur. Y a tout qui s’agite chez la jolie, tout qui se consume sous la morsure des souvenirs. Bribes martyrs d’une histoire de deux amants qui s’accrochent fermement à leurs plaies inavouées. Jusqu’à la mort… Remords qui se répètent sans cesse dans ses pensées entremêlées. Ils avaient menti. Ils s’étaient ternis. Et elle s’est enfuit. Loin de tout. Loin de lui. Et elle le refait encore cette folie. Quand elle se détourne face à la réalité et qu’elle ne peut pas l’affronter. Car les cicatrises ne sont pas encore refermées. Et rien quand y pensant, elle brûle sous la souffrance exacerbée. Et pourtant y a un mot qui résonne dans l’obscurité. Un seul mot qui s’immole dans le silence entier. «  Non...  »  Négation sous la condamnation. Le corps mécanique se stoppe, car c’est cette voix qui la hantait. Ce timbre singulier qui a pu la faire supplier tant de fois, sous l’effroi ou sous l’émoi. Quand il lui disait « ne t’arrêtes pas. ». Et cette brise qui la glace sur place. Elle la sent cette humidité qui vient ronger ses prunelles, alors qu’elle retient, qu’elle se maintient dans son équilibre malsain. «  Non, non non non...  »  Ca se répète sans cesse. Non, casse toi. Non, ne me fais pas ça. Non, reviens moi. Non, je ne t’aime pas. Et l’éclat qui subit le rire nerveux, qui a les phalanges serrées tout autant que sa poupée qui se tient en retrait. Ils sont tous deux blessés, encore saignés par le passé. «  C'est pas possible...  »  Si seulement… Si seulement ça ne pouvait être qu’un simple rêve que Morphée leur offrirait. Ce serait tellement plus aisé. «  Qu'est-ce que tu fais ici ?  »  Et y’a cette question qui cherche un écho, y a cette interrogation qui ne peut plus la faire reculer ou avancer. Y a juste cet arrêt soudain, ce stop incertain quand la réalité retombe et qu’elle est figée face à son existence damnée. Et qu’elle subit cette obligation comme une punition. Elle ravale ses sanglots la poupée brisée, elle efface l’écume qui vient mouiller son regard tuméfié. Puis enfin, elle se retourne, avec ses traits tirés, bouffés par l’anxiété. Et y a l’électricité qui vient la mordre, quand elle se perd sur ce corps qu’elle a tant de fois effleuré. Cette chaleur qui vient directement la bouffer quand les prunelles s’accrochent à cette gueule cassée. Putain d’enfoiré. Arrête de me faire encore de l’effet. Et elle voudrait hurler, crier pour que tout s’efface, pour tout oublier, ou peut être se jeter dans les flots démontés pour se noyer. Mais y a tous les efforts qu’elle a fait, tous ces corps qu’elle a percuté pour dégager les sentiments dégueulasses de son coeur crasse. Et elle ne peut pas faire semblant. Alors elle se détache la lache. «  Je ne peux pas faire ça.  »  Elle ne veut pas lui parler, même pas essayer. Elle veut se cacher, s’étouffer entre ses draps. «   Désolée.  »  Et pourtant il y’a cette excuse qui tombe doucement d’entre ses lèvres, alors qu’elle s’accroche encore à lui de son regard perforé. De ses yeux interloqués, de ses prunelles attachées. Comme si rien n’avait changé. Mais son corps s’éloigne dans l’obscurité, ses jambes tremblantes cherchent à s’échapper. En priant pour qu’il la laisse en paix.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: TOO PRETTY FOR ME – Louppy   

Revenir en haut Aller en bas
 

TOO PRETTY FOR ME – Louppy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]
» ♪ Pretty Women ♪
» pretty much dead already ◭◭ PHOENIX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: Ostrov Island - Outside :: La plage-