AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Don't care the dark (Kaleith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 93
MIROIR : Hugh Dancy
IDENTITÉ : Lore
CRÉDITS : BABINE
A DÉBARQUÉ LE : 31/12/2016

SITUATION : En plein questionnement
EST ÂGÉ DE : 40 ans
avatar

MessageSujet: Don't care the dark (Kaleith)   Mer 10 Jan - 15:10


Une douleur sourde pulse lentement dans chacun de tes membres. Comme un cœur qui bat paisiblement, comme si le sang qu'il t'envoie te rongeait les veines. C'est désagréable. Mais c'est plus calme que tout ce que tu as connu dernièrement. C'est quelque chose de simple. De concret. Complet. Lentement, tes paupières battent, révélant un univers flou, composé de vert sombre et de bleu nuit. Deux silhouettes penchées au-dessus de toi. Abel. Jeremy. Tu as déjà vécu cette scène. Les plombs ont sauté. Il est plus que temps de fuir. Leurs soupirs de soulagement se font entendre, mais c'est une voix dégoulinante de sarcasme qui te ramène à la réalité "-On rêve Joyce ?". Tu te redresses lentement tandis que les deux plus jeunes s'écartent. Devant toi, Kaleb, un sourire moqueur aux lèvres. Alors c'est irrépressible. Inébranlable. Un sourire étire tes lèvres. Tu es heureux de le voir. Vous vous faufilez entre les arbres et rapidement, une crevasse se profile devant vous. Abel et Jeremy ont disparu. Ce n'est plus que toi face à lui. La falaise semble démesurément haute. Derrière vous, les lampes torches, les aboiements des chiens, les pas précipités contre la terre. Vos regards s’agrippent pour ne plus se lâcher. Le dernier voyage. Tu l'embrasses et l’agrippes avant de vous jeter dans le vide. C'est la fin. Puis tout s'arrête. Tu es debout dans les bureaux de l'armée américaine où tu as travaillé quelques années avant d'être envoyé au NSA. Tu sais ce qui s'apprête à arriver. Ton cœur se glace au creux de ta poitrine. Mais le temps est inéluctable et un officier entre. A travers le brouillard, tu entends le nom d'Abel alors qu'ils font entrer un corps. Mais comment ? Abel est mort sous les bombes. On n'a jamais retrouvé que de lui sa plaque. Tu retiens un cri d'horreur en voyant la chaire explosée, les yeux révulsés, les os mit à nu et un haut le corps te saisit. Mais le pire arrive lorsqu'en regardant de nouveau son visage, ce sont les traits de Kaleb que tu contemples. Il te semble que tu sombres au fond du plus noir des abysses. Un froid glacial te saisit tandis que tu regardes le carnage qu'est devenu ton compagnon d'infortune. Les "Trahison !" hurlés par tes collègues t'explosent les tympans. Puis les locaux de la CIA. La torture. L'envie d'en finir. L'image d'un Kaleb défiguré, ravagé flottant devant tes yeux. Quelques heures passées dans le noir où tu tentes de te réfugier à Ostrov, de retrouver Abel, Kaleb par tous les moyens possibles. Mais Ostrov n'existe plus. Car lui n'est plus.

***

Tu te réveilles en sursaut, trempé de sueur, incapable de distinguer le rêve de la réalité. Où es-tu ? Soudain, une montée de bile dans ta gorge te soulève le cœur et bientôt une odeur insoutenable envahie la petite pièce où tu vis désormais. C'est tremblant, vacillant, incertain du soutien que t'offrent tes jambes que tu rejoins à pas précipités la salle de bain pour rafraîchir ta gorge desséchée et mal en point. Tu ne prends même pas la peine de jeter un œil à ton reflet, alors que le souvenir de ton rêve manque de te jeter à terre. Tu dois savoir. Maintenant. Tu ressors de la salle d'eau et te dirige à pas précipités vers la porte de Kaleb, manquant de t'effondrer plusieurs fois. Une fois devant cette dernière, tu tambourines, le désespoir te barbouillant le cœur d'une mélasse noire, collante, qui semble s'infiltrer dans tes poumons. Tu ne prends même pas conscience du fait qu'un garde pourrait te voir. Tu n'as que ce nom dans l'esprit, martelé tel un mantra incessant. Kaleb, Kaleb, Kaleb. Tu as tout fait pour l'éviter depuis trois semaines. Trois semaines à ignorer les cauchemars, ton cœur en berne, ton sommeil qui s'amenuise, la recrudescence des tortures, comme si les agents de la CIA percevaient ton état de faiblesse. Alors tu continues de tambouriner à la porte. Tu ignores même ce que tu vas bien pouvoir lui dire si la porte finit par s'ouvrir. Tu veux t'assurer qu'il est en vie. Palpable. Qu'il n'est pas qu'un souvenir. Alors tu continues à taper comme un damné, murmurant son nom encore et encore comme si tu ne connaissais plus que ça. Le teint blafard, le corps trempé de sueur, les yeux injectés de sang, à l'évidence quelque chose parcourt tes veines. Et pourtant, rien, tu n'as rien pris. Et la seule chose qui te ronge est l'envie de t'assurer qu'il n'est pas mort. Qu'il ne t'a pas abandonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Don't care the dark (Kaleith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: Men's corner :: The Bed Rooms-