AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1143
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Abandon
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar

MessageSujet: Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher   Ven 3 Nov - 12:19


Et, la main dans la main, dominant tout prestige
Peyton & Isak

« Va, ne crains plus les maux et le poids de la vie ; Ceux qu'affranchit l'amour peuvent braver le sort ; Contemplons l'avenir sans peur et sans envie »
Il n'y a pas grand chose à noter sur son comportement. Isak est un connard. Le mot est cru. Bien évidemment qu'il est cru. L'homme est similaire à ces paroles.  Dans ses actes comme dans sa façon de penser. Il est vu comme quelqu'un de mauvais lorsque ce n'est même pas son but. L'intérieur est malheuresement plus triste. Son intérieur est une tempête assez perpétuel. Pas qu'il s'en plaind. Disons qu'il n'est même pas sûr de ce qu'il ressent. Les sentiments sont totaleement entremélés dans son esprit et de l'amour pourrait ressembler à de la douleur. Ou bien cette douleur a bien été existante. La douleur est telle qu'il la sentit lorsqu'il ressentait de l'amour. Les quelques mots qui signifiaient la fin d'une relation ont sonnés comme le glas de sa santé mentale. Il était peut-être devenu tout ce qu'il ne voulait pas être. Abandonné.
Et puis le sentiment de culpabilité s'était fait une place au sein de lui-même, prenant place dans un tour infernal. Le tour est gratuit, que tout le monde s'invite. Là vous vous demandez certainement ce qu'il s'est passé pour que la culpabilité malsaine prenne place dans son esprit. Ses yeux s'étaient posés sur son enfant. La seule personne qu'il avait chérie plus que jamais dans ce monde. Celle qui avait réchauffé son coeur lorsque celui ci le pensait froid comme tout. Elle avait été une vision de l'enfant prodigue, celui dont on parle dans les livres (non pas dans la bible enfin) celui qui est fait pour sauver un couple. Bon, elle n'avait pas sauvé leur couple mais elle avait fort certainement sauver Isak lorsqu'il était au plus bas.

"Peyton?" Son père toqua doucement à la porte de la jeune fille. Doucement, certainement dans le but de ne pas la réveiller si elle dormait. Il tenait dans ses mains des quelques petites choses qui étaient interdites pour tous mais qu'il savait pertinemment où bien cacher. Il ne fallait pas être magicien pour cacher des choses aux gardes ici. La jeune fille ne répondit pas. Il toqua une nouvelle fois doucement avant de pousser la porte. Elle se tenait là sur son lit, peut-être ne souhaitait-elle pas lui parler? L'idée le fit baisser les yeux, lui qui était si fier en temps normal, n'arrivait même pas à savoir quel comportement employé auprès de sa fille actuellement. "Je... T'ai apporté quelques petites choses qui pourraient t’intéresser?" Si tu veux...
(c) DΛNDELION

_________________
Et puis dans le whisky, tu as noyé ta peine, tandis que la tristesse s’écoulait dans mes veines.Aux élans de mon cœur alors tu répondais, dans ton propre malheur, par l’agressivité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 63
MIROIR : melissa benoist
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/beylin (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 12/08/2017

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : vingt deux ans (9/10/1995)
avatar

MessageSujet: Re: Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher   Ven 17 Nov - 15:12

❝ va, ne crains plus les maux et le poids de la vie ; ceux qu'affranchit l'amour peuvent braver le sort ; contemplons l'avenir sans peur et sans envie ❞Et, la main dans la main, dominant tout prestige.Ma tête. Elle me fait terriblement souffrir. C’était horrible des sensations, certainement l’une des pires que j’avais connu. Mais ce n’était pas la pire de toute. La pire c’est celle d’être abandonné par un être aimé. J’ai vécu avec ma mère, seule. Deux fois. Parce que mon père est parti. Deux fois. Mais j’avais survécu, les deux fois. Enfin c’est ce que je pensais, puisque j’étais désormais enfermée dans ce trou à rats. Mais il était là. Mon père était présent, cette fois. J’avais l’impression que ma main était immense, elle l’était pour moi d’ailleurs. Elle avait grandi à vue d’œil et même mes jambes étaient plus grandes que d’habitude. J’étais comme une Alice aux pays des merveilles, mais sans les merveilles. Juste cet horrible mal de tête. J’étais en salle commune quand c’était arrivé. Et les autres patients me regardaient bizarrement, parce que je gémissais de douleur, je regardais mes mains et mes jambes avec de grands yeux. Jusqu’à ce qu’enfin, un garde m’emmène jusqu’à l’infirmerie. Enfin quelqu’un qui avait compris qu’il fallait faire quelque chose au lieu de me regarder souffrir seule dans mon coin.

L’infirmière était gentille, elle me donnait quelque chose et finalement je fermais les yeux. J’entendis seulement l’ordre de ma ramener dans ma chambre, avant de ne plus rien sentir du tout.

Quand je les ouvrais à nouveau, j’étais dans ma chambre. Par réflexe, je regardais mes mains, mes jambes et elles étaient de taille normale. Et surtout, je n’avais plus mal à la tête. Je frotte mon visage de mes deux mains pour me réveiller un peu plus. Je ne savais pas si j’étais autorisée à sortir ou non, mais je ne comptais pas bouger. Rester ici me convenait parfaitement. Je m’asseyais juste sur mon lit, dos au mur, sans oublier mon oreiller derrière mon dos et ma couette sur mes jambes. L’hiver commençait réellement à arriver, et ça se sentait, même à l’intérieur. Je venais de terminer de m’installer, pas encore totalement réveillée lorsque quelqu’un frappa à la porte. Mon père. Il avait peut-être eu vent de ma mésaventure et venait voir comment j’allais, peut-être qu’il n’en savait rien. Mais je ne disais rien. Je n’étais pas sûre d’avoir envie de lui parler, alors peut-être que si je me taisais il repartirait. Plus tard. J’irais le voir plus tard. Mais il frappe une nouvelle fois et fini par entrer. J’avais oublié qu’un Gallagher, c’était coriace. Alors je levais la tête et le regardais. « Je... T'ai apporté quelques petites choses qui pourraient t’intéresser ? » Il avait touché ma curiosité. Il m’en fallait peu, je le reconnaissais. « Montre. » D’un bond, je me décalais légèrement sur mon lit, afin de lui laisser une place convenable et par la même occasion, l’inviter à s’asseoir.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1143
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Abandon
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar

MessageSujet: Re: Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher   Dim 19 Nov - 10:52

Et, la main dans la main, dominant tout prestige
Peyton & Isak

« Va, ne crains plus les maux et le poids de la vie ; Ceux qu'affranchit l'amour peuvent braver le sort ; Contemplons l'avenir sans peur et sans envie »
"Montre" Un soupir s'échappa de sa gorge, peut-être pas très discret, de toute façon c'était Isak. Peu discret et aucun tact. Est-ce que ce n'était pas quelqu’un chose d'assez propre à son sang, sa lignée? Peut-être mais là n'est pas la question, il offre un petit sourire coupable à la jeune fille. Elle se décale sur son lit, l'invite à s’asseoir. L'idée est agréable, très agréable même. Elle apporte un peu de baume dans son coeur, parce que par ce geste, qui peut paraître anodin, stupide, elle lui permet d'entrer dans son espace, c'est le sien et il n'aurait jamais forcé une attention, un calin ou tout autre geste si elle n'avait pas voulu. Mais voilà qu'elle se déplace d'elle-même. Qu'elle lui offre une place auprès d'elle. S'il avait eu un coeur il aurait probablement fondu. Enfin, s'il avait eu un coeur parfaitement fonctionnel, il aurait certainement fondu.


Alors, après quelques instants où, le seul mouvement qu'il fait, c'est se balancer d'un pied à l'autre, Isak s'avance vers la jeune fille, sa jeune fille, la sienne, sa chaire, son sang, assise sur son lit d'hôpital parce que, sa gosse, a des problèmes mentaux. Personne, oh non, personne ne peut savoir quel sentiment est le plus présent dans l'esprit d'une personne, dans l'esprit d'un père, lorsqu'il prend réellement conscience de la situation, de celle-là précisément. Sa fille n'est pas enceinte. Sa fille n'est pas demandé en mariage ou elle n'a pas eu un accident de voiture léger. Non... Sa fille est internée dans un hôpital psychiatrique, où elle a été envoyée par sa mère. Et la liste de ses "troubles" fait deux fois plus que celle de sa voisine d'en face. C'est la culpabilité. Oh juste, simplement pour répondre à la question plus haut. Quel sentiment ressent un père à la vue de sa fille dans cette situation? De la culpabilité. Pure et simple.

Tandis que son dos rencontre le mur, un petit sourire passe sur ses lèvres, un peu plus confiant tandis qu'il tend les maigres choses à Peyton. « Je sais, je suis désolé ce n'est pas grand chose, on dit souvent que c'est la qualité qui compte, mais même la qualité ici est médiocre. Tu me diras ce que tu veux j'essayerais de te trouver ça Princesse, d'accord? » Il sourit de nouveau en déballant le livre, le carnet et les crayons qu'il lui a trouvé.
(c) DΛNDELION

_________________
Et puis dans le whisky, tu as noyé ta peine, tandis que la tristesse s’écoulait dans mes veines.Aux élans de mon cœur alors tu répondais, dans ton propre malheur, par l’agressivité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 63
MIROIR : melissa benoist
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/beylin (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 12/08/2017

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : vingt deux ans (9/10/1995)
avatar

MessageSujet: Re: Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher   Sam 30 Déc - 18:08

❝ va, ne crains plus les maux et le poids de la vie ; ceux qu'affranchit l'amour peuvent braver le sort ; contemplons l'avenir sans peur et sans envie ❞Et, la main dans la main, dominant tout prestige.Je ne savais pas combien de temps j’avais dormi exactement, mais à peine réveillée depuis quelques minutes qu’on frappait déjà à ma porte. J’espérais qu’on ne venait pas me sortir de là parce que je n’avais aucune envie de sortir de ma chambre. Plus aujourd’hui. Je voulais juste être tranquille. Mais c’était mon père, qui était venu me voir et apparemment, il m’avait apporté quelques trucs. D’un bon, je me décalais pour lui laisser une place sur le lit, place qu’il s’empressa de prendre. Je ne savais pas s’il était au courant de ma crise de toute à l’heure, et je ne savais même pas si je devais lui dire. Le fait que je sois sa fille n’était pas un secret, alors quelqu’un avait dû lui dire non ? Si ce n’était pas le cas, je n’avais aucune idée de comment lui annoncer. C’était toujours délicat de dire ça. J’étais ici pour guérir, apparemment, mais pour l’instant rien ne s’arrangeait. Mes tocs, le fait que je me transformais en Alice aux pays des Merveille après son brownie… rien.

Au moins je n’étais pas seule. Même si ma mère m’avait envoyé ici, que j’avais l’impression qu’elle se débarrassait simplement de moi, j’avais au moins retrouvé mon père. Pourtant, toutes ces choses avaient commencé après son départ, mais je ne lui en voulais pas. Au contraire, j’étais heureuse de l’avoir près de moi. Il n’était pas mon médecin attitré mais je savais qu’il ferait tout pour s’occuper de moi, et pour m’aider. Et finalement, je me sentais chanceuse. La majorité des patients ici n’avait pas la chance d’avoir un membre de leur famille avec eux. Quand j’en voyais certains, j’avais de la peine pour eux. Etre seul ici ne devait pas être une mince affaire. Et je savais que, si j’étais totalement à leur place, je ne survivrais jamais.

Mon père me tendit les petites choses qu’il m’avait apporté. Et, alors que mes yeux étaient posés sur ses petites attentions, je répétais sa phrase, de bout en blanc. « Je sais, je suis désolé ce n'est pas grand chose, on dit souvent que c'est la qualité qui compte, mais même la qualité ici est médiocre. Tu me diras ce que tu veux j'essayerais de te trouver ça Princesse, d'accord? » Je relevais les yeux, et lui offrais un sourire désolé. Désolée Papa, de toujours répéter les choses qu’on me dit. D’être un véritable perroquet. D’être un boulet ? Mais je n’en dis pas plus, et baissais à nouveau les yeux vers ce qu’il m’avait apporté. Un livre, un carnet et des crayons. Un sourire, sincère et heureux cette fois se dessina sur mes lèvres. « Merci papa ! » J’adorais dessiner, lire. Ça occupait pas mal de mon temps ici, et au moins le temps passait plus vite. Du moins, il en avait l’air. Je posais ces trois choses sur mes cuisses, et regardais à nouveau mon père. Je passais mes bras autour de son cou, et le serrais doucement contre moi, en fermant les yeux. « Merci… » Au bout de quelques secondes, je le relâchais et lui souriais. Ça allait mieux, d’un coup, et je me sentais même d’humeur bavarde. « Ça va ? T’es pas encore devenu dingue ici ? », lui demandais-je un léger sourire taquin sur les lèvres.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et, la main dans la main, dominant tout prestige ◈ Gallagher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» Se promène par la main (pv Gael)
» (69) Dark Tirak est dans la place...tout baigne!!!
» [EVENT] LIBRE - Laboratoire
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: Women's corner :: The Bed Rooms-