AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 An open door † Baxtova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 72
MIROIR : Chris Pine
IDENTITÉ : Arman/denver
CRÉDITS : Toaster
A DÉBARQUÉ LE : 21/08/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar

MessageSujet: An open door † Baxtova   Ven 13 Oct - 22:27

An open door
This is a lovely home. This is why the best place is between your arms
Ses yeux avaient beau regarder le papier encore et encore, son esprit n'avait pas l'air de comprendre. Son esprit n'était peut-être pas le plus volontaire qui soit ceci dit. Pas aujourd'hui. Hey. Il y a des jours comme ça où tout son corps refuse de travailler hein. Bon. C'était mal vu, bien évidemment, ne pas oublier que Zacharia n'était pas là depuis longtemps. Il devait faire bonne figure. Enfin, autant qu'il pouvait être bon. C'était facile non? Alex l'aidait autant qu'il pouvait. Parce que même lui s'était plus adapté que Zach à l'idée de se trouver sur une île pour soigner des fous. Enfin, lui était censé s'occuper de leurs blessures. Zacharia lui était censé juste... Les tenir en laisse? Ok. Ça sonne encore plus mal maintenant que c'est lâché sur le papier mais l'idée rester assez correct. Zach est censé maintenir l'ordre. C'est un bon gars, un bon garde, c'est son boulot et quelque part il va s'y habituer. Ce n'est pas si différent de son ancien travail, ça consistait à la même chose sauf qu'il était sur la terre ferme. Et qu'au moins il pouvait partir boire un coup la nuit tombée. Ici il ne pouvait pas. Fallait juste s'y habituer. Il y avait toujours moyen de se faire livrer quelque chose, non? Si. Si. Reste positif, reste dans la bonne idée.
Une nouvelle fois le blond se passe la main sur le visage, c'est juste pour rester éveiller. Il note quelque chose qu'il n'a pas vu hier. Note tel ou tel détail de sa chambre. Elle est bien, grande, complète. L'appartement qu'il habitait avec Simplet ne lui manque même pas. C'est bizarre d'ailleurs. De se dire que l'appartement, son appartement est maintenant réduit à une chambre double qu'ils partagent comme s'ils avaient toujours vécu ensemble. Aujourd'hui la chambre est violette, de la couleur du confort, de la couleur de l'appartement d'ailleurs. Au moins ça montre qu'il a pu s'habituer à l'endroit. Qui... Est déjà une bonne chose. Se réhabituer à de petites choses de la vie sonne plus facilement lorsque l'on joue aux sims que lorsque les choses se passent dans la vraie vie.

Enfin. Baxter sauta sur ses pieds, réveillant plus ou moins le patient qui dormait sur une chaise un peu plus loin. Il jeta un petit sourire d'excuse à l'homme qui rebaissa la tête. Voilà qu'un simple bon suffisait à effrayer certaines personnes ici. Voilà qui était tout de même relativement étonnant. Il regarda une dernière fois les deux autres gardes dans la salle. En effet, sa présence n'était pas nécessaire maintenant que l'autre était arrivé. Disons juste que Zacharia n'avait pas eu d'endroit, ou d'envie, où aller l'instant d'après. Sa main se leva en signe de salut aux deux autres hommes tandis qu'il se dirigea vers la sortie, cherchant plus l'infirmerie. C'était encore un gros labyrinthe comme endroit. Et pas celui pour enfant où sortir c'est facile finalement. Mais bien celui où son esprit était incapable de reconnaître le nord du sud parce que tour était bien trop similaire ici. Mais finalement ses yeux se posent sur le panneau, la porte du moins, lui indiquant l'endroit où il voulait être. Un petit sourire se pose sur ses lèvres tandis qu'il pousse la dite porte. « Grincheux! Est-ce que t'es là? » Il fait du bruit, toujours, c'est souvent son genre, la dernière fois qu'il était rentré en faisant un tel bruit le dit grincheux lui avait envoyé un paquet de compresses au visage, mais là, pas besoin de se baisser, il ne semble pas être là. Alors blondinet avance un peu plus dans l'infirmerie avant de poser son regard sur quelqu'un et de sourire. « Excusez moi demoiselle vous n'auriez pas vu un médecin dans le coin? » Puis finalement la dite demoiselle se retourne. Et c'est le choc pour les yeux, l'arrêt pour le coeur et le blanc dans l'esprit. « Anastasia?! » L'incrédulité est palpable.
©️junne.

_________________
House of memories
If you're a lover, you should know, the lonely moments just get lonelier the longer you're in love, Than if you were alone, memories turn into daydreams become a taboo.(c)lazare.


Dernière édition par Zacharia I. Baxter le Jeu 2 Nov - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 651
MIROIR : katie mcgrath
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/alaska
A DÉBARQUÉ LE : 12/12/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans, je suis née le 16 décembre 1988 en URSS
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Sam 21 Oct - 15:19



an open
door
La nuit avait été courte et le réveil difficile. Mon vieux radio réveil sonna, et je frappais dessus avec plus de violence que d’habitude. Il s’était tût. Peut-être pour toujours, je n’en savais rien. Je le saurais ce soir, certainement, en l’enclanchant pour demain matin. Je m’étirais dans mon lit, avant de m’y asseoir et de m’étirer une nouvelle fois. Je me frottais les yeux, comme si ça allait m’aider à mieux me réveiller puis je regardais autour de moi, comme si je découvrais cette pièce pour la première fois. Je sortais mes jambes du lit, et un frisson me parcouru. J’avais froid. Mes pieds se posèrent sur la bouteille de vodka de la veille et je la poussais, pour qu’elle roule jusqu’à ma corbeille. Mes pieds sur le sol, je me frottais le visage. Impossible de me réveiller. J’avais presque envie de me faire porter pâle pour aujourd’hui, et rester blottie dans ma couette toute la journée.

Comment j’avais fait pour arriver jusqu’à l’infirmerie, je n’en étais plus très sûre. Pourtant, depuis le temps que j’étais ici, je connaissais le chemin pour me rendre à mon travail par cœur. Malgré le fait que cet hôpital soit un véritable labyrinthe. Les premières fois, je m’étais perdue. Plusieurs fois même. Je n’avais jamais eu un sens de l’orientation très développé. Mais j’avais fini par m’y faire, et depuis tout roulait. Regardez : même avec une gueule de bois et un mal de tête énorme que j’avais réellement ressentit après ma douche, j’y arrivais. J’étais même passée par la cafétéria pour prendre de quoi manger. J’avais dans l’idée de prendre un cachet une fois arrivée à l’infirmerie, mais un patient, accompagné d’un garde, m’attendaient déjà. Ce dernier me regarda, l’air totalement dépité par cette journée qui ne faisait que commencer. « Ça commence bien… » Un petit sourire se dessina sur mes lèvres. Il avait raison. Je hochais la tête et me lavais les mains avant de m’occuper de ce patient. Comment s’était-il fait une plaie pareille à peine sortie du petit déjeuner ? Je posais la question au garde, qui haussa les épaules. Il n’en savait rien, il l’avait trouvé comme ça.

Mon collègue emmena le patient soignée avec lui, et après m’être une nouvelle fois lavé les mains, je prenais un cachet pour mon mal de tête qui n’avait malheureusement pas disparu miraculeusement. Je fermais les yeux en entendant quelqu’un parler à nouveau, sans vraiment faire attention à ce qu’il disait. Le seul mot qui m’interpella était grincheux. Je buvais une grande gorgée dos en prenant mon cachet, lorsque la voix s’approchait. Elle était vraiment proche. Assez pour que je sois forcée d’y faire attention, et assez pour qu’elle me dise quelque chose. Mais non, ce n’était pas possible. Il ne pouvait pas être là. L’alcool devait encore me jouer des tours. J’hallucinais ou alors quelqu’un avait une voix très ressemblante. Je posais mon verre d’eau et me retournais.

Oh mon dieu. Je n’avais pas rêvé. C’était bien sa voix à lui. Celle de Zacharia. Il était là, face à moi. Pour je ne sais quelle raison. Vu sa tenue, et le fait qu’il se balade seul, il n’était pas un patient. C’était déjà rassurant. Ania parle. Mais je n’arrivais pas à parler, pas tout de suite. Il me fallait un peu de temps pour réaliser. J’en avais même oublié mon mal de tête. « Zacharia… » avais-je finalement réussi à souffler. « Je… » J’essayais de parler, de dire quelque chose « Bozhe moy… » Mais une idée folle me vint à l’esprit, et c’était irrésistiblement tentant. Je réduisais la distance entre nous et allait le prendre dans mes bras. « Qu’est-ce que tu fais ici ? » J’en avais besoin, de le prendre dans mes bras. Parce que j’en chiais ces derniers temps, et qu’il m’avait tout de même manqué.

EXORDIUM.


Dernière édition par Anastasia N. Volkova le Lun 6 Nov - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 72
MIROIR : Chris Pine
IDENTITÉ : Arman/denver
CRÉDITS : Toaster
A DÉBARQUÉ LE : 21/08/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Mer 25 Oct - 21:46

An open dream
This is a lovely home. This is why the beat place is between your arms
Elle serra les bras autour de son cou et lui resta quelques instants inerte sans savoir comment réagir. Ania se tenait devant lui, plus bizarrement autour de lui, le tenait fort, prouvait avec cette prise que ce quelque chose était réelle. Elle était réelle autant que lui l'était. Dieu. Voilà deux être réels perdus dans un lieu qui devrait leur être interdit. Puisse tu les aider de la façon la plus simple et raisonnable à tes yeux. Son coeur bat. De la manière la moins raisonnable qui soit, son coeur bat vite, trop. Boum. Ne serait-ce pas l'usage particulier de la drogue qui le place dans un état comme celui-ci? Boum. Mais l'odeur qui émane d'elle, la chaleur de son corps, tout n'affirme que réalité. Tout n'est que vrai. Elle l'est. 

Les yeux devinrent légèrement humides, même si c'est quelque chose qu'il nierait beaucoup après. Ses bras s'étaient resserrés autour de la jeune femme et les mêmes yeux humides s'étaient fermés histoire d'humer avec plus d'intérêt l'odeur de cette dernière. Il y a des odeurs qui sont faites pour vous changer à jamais; de s'inscrire dans votre corps comme une note qui commence à chaque nouvel instant. Elle était sa note et aujourd'hui la musique qui se jouait était digne du paradis. « Je ne parle toujours pas ta jolie langue tu sais? » Un petit rire presque triste passa ses lèvres, il refusait bizarrement de la lâcher et n'avait oser lui parler tandis qu'elle se tenait loin de lui. Ses yeux se rouvrent finalement, tandis qu'il prend un peu de distance, regarde avec autant d'adoration qu'avant le visage. « Je travaille ici Ania. C'est pareil pour toi je suppose. » Autant que j'espère. L'idée qu'elle puisse être patiente ici serait... dérangeante. Le blond saisit ses mains, dans le but de les étudier, c'est un geste stupide finalement mais il veut juste... s'assurer. On ne retrouve pas quelqu'un que l'on a tant aimer pour ne rien lui dire et ne pas s'en occuper finalement.

Lorsqu'il prend finalement conscience qu'elle n'a rien Zacharia lâche ses mains et recule d'un pas. L'information prend place dans son esprit. Il a enfin réalisé tout ce qu'elle est et tout ce que sa présence représente. Puis une petite vague de souvenirs déferle sur lui, ça aussi il en prend conscience. « Attends... » Il fronce les sourcils en jugeant l'endroit quelques instants. « C'est pour cet endroit que l'on a rompu? » Techniquement, enfin, ce n'est que quelques idées qu'il se fait (avec un peu d'espoir). « Tu m'as lâché pour un hôpital psychiatrique?! » Le ton monte dans les aigus, de façon à ce qu'il toussote, histoire de retrouver un minimum de crédibilité. La rupture avec Ania fut... Un moment douloureux de sa vie. Il faut donc comprendre l'étonnement de: 1.Retrouver cette personne qui lui fut plus chère que jamais 2.C'est pour son boulot et par conséquent ici qu'ils ont rompus 3.Ceci est un hasard des plus total.

Zach secoue la tête quelques instants avant de remettre son regard sur Ania une nouvelle fois. On ne va pas dire qu'elle l'a quitté pour ça... Elle a juste pris d'autres dispositions. Le blond se passe une main sur le visage, s'attardant sur sa bouche. Il la regarde, encore incrédule, fallait-il qu'ils soient à l'autre bout du monde pour se retrouver? « J'y crois pas. Hm Hm. » Il se passe encore, comme toujours, la main sur les yeux. C'est un doux rêve qui devient réalité.
 
©️junne.

_________________
House of memories
If you're a lover, you should know, the lonely moments just get lonelier the longer you're in love, Than if you were alone, memories turn into daydreams become a taboo.(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 651
MIROIR : katie mcgrath
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/alaska
A DÉBARQUÉ LE : 12/12/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans, je suis née le 16 décembre 1988 en URSS
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Mer 1 Nov - 20:37



an open
door
Mes bras serrés autour de lui, je m’imprégnais de son odeur. Et ça me faisait du bien. Un bien fou même. C’était comme si on ne s’était jamais quitté et pourtant des années avaient passées. C’était dingue le bien que quelqu’un d’aussi familier pouvait vous faire, même lorsque la séparation avait été… Difficile ? Enfin, pour moi ça l’était. Parce que j’avais l’impression de devenir dingue entre ces murs, que ces derniers mois avaient été plus que difficile et que de retrouver la seule personne que, finalement, j’avais réellement aimé, me mettait du baume au cœur comme on disait. Les larmes montaient à mes yeux, mais je les fermais pour le cacher. Ce n’était pas le moment de craquer. J’allais certainement devoir lui donner des explications, et si aucun de nous deux n’avaient réellement changé, ça pouvait vite dégénérer.  Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’il me dit qu’il ne parlait toujours pas ma jolie langue. Evidemment. C’était logique après tout. Il n’avait jamais appris, et ce n’était pas après mon départ qu’il allait le faire. « Je m’en doute… » Je le lâche enfin, et le regarde. C’était comme s’il n’avait pas changé. Dans une foule, je l’aurais toujours reconnu entre mille. Ses yeux… Ses yeux étaient toujours aussi bleus, toujours aussi envoutant. Il me rassure en me disant qu’il travaillait ici. Je hochais la tête, doucement. « Moi aussi. »

Je lâche ses mains, surtout parce que lui décide de le faire, mais ne bouge pas alors que lui recule d’un pas. « Attends… » Voilà. Ça allait commencer. Le petit moment d’accalmie qu’on venait de partager se terminait déjà. Evidemment qu’il avait compris. Ce n’était pas la vérité à cent pour cent, mais ça s’en rapprochait fortement. J’avais trouvé un nouveau travail, de l’autre côté de l’océan et… et je ne voulais pas d’une relation à longue distance. Je n’aurais pas pu. Jamais je n’aurais tenu le coup. Alors j’avais préféré rompre avec lui, pensant que c’était le mieux à faire. Pour lui. Pour moi. Pour nous. Les premiers mois avaient été difficiles. Les autres étaient mieux. Puis ça avait recommencé. Il se passe les mains sur le visage, les yeux, les lèvres et je le reconnais bien là. Je baisse les yeux quelques instants, histoire de me reprendre. Parce que la gueule de bois, puis les retrouvailles avec Zach, ça faisait beaucoup à encaisser, d’un coup. « C’est vrai que dit comme ça… »

Je relève les yeux finalement vers lui, et le regarde. « On a rompu parce que j’ai trouvé un travail loin de chez nous… En l’occurrence celui-là… Mais j’ai voulu tout arrêté parce que… Parce que j’aurais pas supporté une relation à longue distance. J’pensais que c’était le mieux à faire… Pour nous… » Mais peut-être que je m’étais trompée. Sauf que je n’en saurais jamais rien, maintenant.

EXORDIUM.


Dernière édition par Anastasia N. Volkova le Lun 6 Nov - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 72
MIROIR : Chris Pine
IDENTITÉ : Arman/denver
CRÉDITS : Toaster
A DÉBARQUÉ LE : 21/08/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Jeu 2 Nov - 22:07

An open dream
This is a lovely home. This is why the beat place is between your arms
« C’est vrai que dit comme ça… » Dit comme ça mais dit tout court les faits se révèlent être les mêmes. Anastasia était partie, le laissant vide de sens et totalement inutile à la société. Il ne fonctionnait même plus correctement plusieurs semaines après leur rupture. Ouais, Zacharia avait été le parfait déchet après cette rupture, du style au pot de glace et aux comédies romantiques. Heureusement Prof avait été à ses côtés, en bon ami un peu suspicieux. "Elle te méritait pas" "Mais non, tu retrouveras l'amour". Mais pour Zacharia, Ania avait tout été pendant un long moment. Elle l'était certainement encore. Même si le jeune homme dénierait tout en bloc si quelqu'un mettait les faits en lumière. Avoir Ania relevait maintenant du rêve utopique. Mais son coeur s'était emballé dans cette embrassade, ses yeux languirent et son sourire s'était agrandit. Dénier était simple et pourtant c'était bien réel. « On a rompu parce que j’ai trouvé un travail loin de chez nous… En l’occurrence celui-là… Mais j’ai voulu tout arrêté parce que… Parce que j’aurais pas supporté une relation à longue distance. J’pensais que c’était le mieux à faire… Pour nous… » C'est douloureux d’entendre la vérité. Même s'il en perle quelques larmes d'espoir. La vérité avait été que la distance aurait tué leur couple, leur couple que les gens trouvait déjà fâcheux. Ils s’engueulaient mais finissaient toujours pas revenir, à s'aimer comme des fous, incroyablement fort, d'une violence inouïe; elle avait mis fin à ça. D'un coup. Sec. Et la blessure qui aurait dû, depuis le temps se refermer était rester ouverte pour des raisons qui n'étaient absolument pas obscures.

« Mieux pour nous? Sérieusement Ania? » Zacharia soupire en secouant doucement la tête, le geste parait dramatique, lui se sent stupide. Mais en aucun cas il n'est d'accord avec ce qu'avance la jeune femme. « C'était mieux pour toi Ania. Pas pour nous. » Parce que lui n'était devenu qu'un bordel sans nom après. Certes elle n'aurait pas pu le savoir et oui il lui cherchait des excuses parce que des braises lorsqu'elles sont nourries repartent de la manière la plus logique qui soit. « Tu m'as manqué. » Son ton est presque froid, la chaleur est contenue dans son coeur, sa main couvre en partie son visage, comme s'il était honteux de cette révélation, comme s'il se sentait coupable d'exprimer ces sentiments. Mais l'amour qu'il a pour elle est fin, sans fin. « Tu m'as manqué chaque foutu jour. » Cette fois-ci son ton est plus colérique, accusateur de cette amour qui lui porte et qu'elle a si pitoyablement jeté comme si ce n'était qu'une simple chose réutilisable. Comme si cet amour n'avait aucune raison d'être. Mais de raisons ils en avait de grandes dans le coeur de Zach. Mais son coeur n'était pas utile non? « Tu veux savoir un truc stupide? Un truc stupide qui s'est passé dans mon cerveau!? De rouge tu es passé à bleu foncé! Et le bleu c'est la couleur des remords Ania! J'ai des remords alors que ce n'est même pas moi qui ai mis fin à notre foutu couple! »

Il se frotte l'avant-bras nerveusement, ça le démange toujours lorsqu'il s'énerve. Ses yeux se bloquent dans ceux d'Ania. Dieu qu'il a aimer cette femme. Dieu que ses sentiments sont restés inchangés...
©️junne.

_________________
House of memories
If you're a lover, you should know, the lonely moments just get lonelier the longer you're in love, Than if you were alone, memories turn into daydreams become a taboo.(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 651
MIROIR : katie mcgrath
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/alaska
A DÉBARQUÉ LE : 12/12/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans, je suis née le 16 décembre 1988 en URSS
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Sam 11 Nov - 23:23



an open
door
Je lève les yeux vers lui, et mon regard bloque dans le sien. Je m’y noie, comme j’ai pu m’y noyer de nombreuses fois auparavant. Mais cette fois, c’était différent. Ce n’était pas comme toutes ses fois, où fous amoureux nous pouvions nous regarder tout simplement pendant de longs moments, sans rien dire. Tout était dans le regard, à chaque fois. Là, tout était plein de remord. De haine peut-être ? Je me détestais, au fond, d’avoir fait ce que j’avais fait, d’être ce que j’étais redevenue aujourd’hui. Peut-être même qu’il me haïssait lui aussi. Et ça ne serait que compréhensible. Parce que je lui avais sorti la plus horrible des excuses concernant notre rupture. Il avait raison, c’était mieux pour moi. Pas pour nous. Parce que je savais, du moins je pensais que, je n’arrivais jamais à vivre loin de lui si nous étions toujours un couple. Je n’aurais pas supporté une relation longue distance. Alors j’avais rompu, sans penser à lui parler avant voir ce qu’il en pensait lui. Je n’avais pensé qu’à moi. J’avais été la fille la plus égoïste. Je n’avais pensé qu’à ma gueule et j’étais partie. Et finalement, ça n’avait pas été plus facile, loin de là. J’avais mis un moment à m’adapter à ce lieu, à cet endroit. J’avais réussi à me faire quelques amis, parmi les membres du personnel. Mais il y avait toujours une ombre au tableau, et c’était Zach. Il me manquait, et pendant un temps j’aurais tout donner pour le revoir. Et finalement, j’allais mieux, dérapant de temps à autres mais j’avais plus ou moins réussi à passer à autre chose. Puis j’avais replongé, pas à cause de lui. Mais j’étais mal, l’alcool était devenu ma meilleure amie et… maintenant il était là. Il était venu travailler sur cette île. On était réunis. Et je ne savais pas si ça allait m’aider ou si ça m’enfoncerait encore plus. Je ne le lâchais pas des yeux lorsqu’il me disait qu’il avait des remords vis-à-vis de notre rupture. Alors que ce n’était que ma faute. Seulement la mienne. Mon cœur se serrait, mes yeux piquaient. Les larmes commençaient à monter, mais je ne détournais pas le regard. « Toi aussi tu m’as manqué. Plus que je ne le crois et plus que je ne l’avouerais. » Et j’étais contente qu’il soit là finalement. Parce que c’était peut-être ce dont j’avais besoin finalement. Quelqu’un qui avait compté pour moi. Quelqu’un qui comptera toujours. « J’ai merdé, d’accord. Vraiment merdé. Et tu sais quoi ? Ça a lamentablement foiré. Parce que j’arrivais pas à t’oublier. J’pensais y arriver, mais non… » J’essuyais les quelques larmes qui perlaient aux coins de mes yeux avant de reprendre. « Puis le temps a passé, et ça allait mieux. Mais je t’ai jamais oublié. Et maintenant t’es là… t’es sur cette île merdique… » Et j’espérais sincèrement qu’il allait rester. Même si sa présence ne m’enfoncerait que plus encore, je voulais qu’il reste. Je ne voulais pas devoir le quitter une deuxième fois.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 72
MIROIR : Chris Pine
IDENTITÉ : Arman/denver
CRÉDITS : Toaster
A DÉBARQUÉ LE : 21/08/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Dim 19 Nov - 10:58

An open dream
This is a lovely home. This is why the beat place is between your arms
Ils ont été amoureux un long moment l'un de l'autre, ayant partager quelques nombreuses choses qui faisaient qu'un couple perdure, ou bien qu'il se casse, de l'amour il n'en avait pas manqué entre eux. De la passion il y en avait eu, de celle meurtrière qui faisait plus de mal que de bien, qui les dévorait vivants... Ils n'auraient certainement pas pu survivre longtemps l'un avec l'autre. Ils se serraient brûler les ailes, pareils à Icare. Et alors ils se seraient noyés dans une mer de sentiment bien trop grande et trop profonde pour qu'ils soient capable de faire quoi que ce soit pour survivre. Maintenant ils n'étaient plus grand chose, peut-être tout deux se retrouvaient dans la situation la plus triste, perdu l'un sans l'autre. Ou peut-être tout simplement qu'ils s'en étaient très bien tirer. Enfin, Zacharia ne croyait pas en cette version. Voilà qu'ils étaient déjà tout les deux déjà si peu lorsqu'ils étaient ensemble. A deux ils avaient formé un tout. Maintenant ils étaient la moitié d'un tout.

« Toi aussi tu m’as manqué. Plus que je ne le crois et plus que je ne l’avouerais. »

Pourtant elle venait de lui avouer. Et bizarrement, bizarrement, agréablement, voilà que son coeur en prenait un coup, qu'il était percé mais que pour entendre quelque chose comme ça il était prêt à lui tendre une nouvelle fois, qu'elle donne un nouveau coup dedans. Elle semblait être sur le point de pleurer, ou bien alors une larme, un quelque chose avait coulé de ses yeux. Comme s'il n'avait pas été touché. Il l'aimait. Enfin. D'un amour considérable. Est-ce que c'était possible de s'en rendre compte de cette façon? Est-ce que c'était possible d'aimer quelqu'un que l'on a pas vu depuis quelques années, comme si c'était hier? Pourtant son coeur ne pouvait pas mentir, il ne mentait pas, jamais. Ou bien il avait menti bien longtemps durant les années qu'ils avaient vécus ensemble, croyant que cet amour passionnel ne durerait qu'un temps. Il n'était pas mort. Il était encore là, présent, à battre dans son cœur. « Pourtant tu viens de m'en faire part lys, c'est bête... » Un petit sourire bête passe sur son visage, un petit sourire qui passe rapidement, qui s'est pourtant éteins sur ses lèvres.


Il y a ces quelques larmes qui perlent aux coins de ses yeux, et alors qu'elles ne sont que quelques une, peu nombreuses et certainement peu importantes, il ne peut s'empêcher d'étirer sa main sur la joue de la jeune femme, dans le but de ne pas la voir... « Hey, Ania, arrêtes de pleurer s'il te plait... J'aime pas te voir... Comme ça. On va... Certainement s'en sortir nan? Comme toujours? » Un petit rire triste s'échappa de ses lèvres, qu'il espérait partager avec la jeune femme, ils partageaient beaucoup de choses ensemble, pourquoi pas un peu rire sur ce cas là aussi? « Cette île est pas si foutue que ça? Ouais elle est nulle, c'est vrai... Mais on a vu pire, toi et moi. » Est-ce qu'il y avait encore un toi et moi entre eux?
©️junne.

_________________
House of memories
If you're a lover, you should know, the lonely moments just get lonelier the longer you're in love, Than if you were alone, memories turn into daydreams become a taboo.(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 651
MIROIR : katie mcgrath
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/alaska
A DÉBARQUÉ LE : 12/12/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans, je suis née le 16 décembre 1988 en URSS
avatar

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   Dim 19 Nov - 17:01



an open
door
L’espace d’une seconde, je me demandais si ce n’était pas mal gueule de bois qui me jouais des tours. Si ça se trouve, les effets de l’alcool était encore bien présent et j’hallucinais totalement le fait que Zacharia soit devant moi, en ce moment même. Si ça se trouve, je parlais à quelqu’un d’autre, imaginant totalement la conversation que j’aurais pu avoir avec mon ex petit-ami. Mais, lorsque, sentant les larmes montées, je fermais les yeux quelques instants, en les rouvrant c’était toujours Zacharia qui était face à moi. Et du coup, je ne savais pas si je devais être heureuse, terrifiée ou triste. Il était venu sur cette île et il ne savait pas dans quel merdier il s’était foutu. Je ne le savais pas non plus en arrivant, mais je le savais maintenant et voilà pourquoi j’avais peur. Voilà. J’étais à la fois heureuse et terrifiée qu’il soit là. Heureuse de le revoir, parce que Dieu sait à quel point il m’avait manqué. Mais aussi terrifiée à l’idée qu’il lui arrive quelque chose. Il m’avait plus manqué que je ne l’avouerais peut-être, même si je finissais par lui dire tout ce que j’avais sur le cœur. Tout semblait si facile avec lui. Comme ça l’avait toujours été. C’était comme si on s’était quitté la veille, alors que ça faisait déjà… Deux ans ? Trois ans ? Je ne savais même plus depuis combien de temps j’étais ici, tant les derniers mois m’avaient paru durer une éternité. J’essuyais rapidement les larmes qui perlaient au coin de mes yeux, même si quelques-unes parvinrent à s’échapper, alors qu’il posait sa main contre ma joue. Doucement, tendrement. A ce geste, je fermais une nouvelle fois les yeux pour pleinement en profiter, lâchant un petit rire à ses remarques. Ouais, on allait s’en sortir, comme toujours. Oui on avait vu pire, tous les deux. Bien pire que cette île merdique, que ces gens complètement dingues qui arrivaient à faire perdre la tête à tout le monde. Même aux médecins, aux gardes et aux simples infirmières comme moi. J’ouvrais à nouveau les yeux, et plongeait mon regard dans le sien. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres. « Même si tu dois probablement me détester pour ce que je t’ai fait, je suis contente de te voir ici. Ça fait du bien. Vraiment. » J’attrapais délicatement sa main posée sur ma joue et la serrais dans la mienne. « Promets-moi de faire attention à toi ici. Promets-le-moi Zach… » Je ne voulais pas qu’on lui fasse du mal. Il avait déjà assez souffert, et moi aussi. Pas la peine d’en rajouter encore une couche. Et même si nous n’étions plus ensemble, j’étais contente de le revoir. Revoir un visage familier, surtout aussi familier que lui ne pouvait que faire du bien.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: An open door † Baxtova   

Revenir en haut Aller en bas
 

An open door † Baxtova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Habitation] Open Door
» Mek' pour l'open de peinture GW
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» ND Open IV
» Open Video a GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The infirmary-