AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Pauvres âmes sur l'autel des pécheurs ♖ feat Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 43
MIROIR : Elisabeth Moss
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : avatar : Eledhwen ; signature : bat'phanie
A DÉBARQUÉ LE : 27/08/2017
FORCE : 195

SITUATION : Mariée à son Seigneur.
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Zipporah E. Ashworth

MessageSujet: Pauvres âmes sur l'autel des pécheurs ♖ feat Clyde   Jeu 14 Sep - 22:52



PAUVRES ÂMES SUR L'AUTEL DES PÉCHEURS
La mort est tapie dans les nuages. La peur rôde dans la nuit, car les morts dans leurs suaires saluent la fuite précipitée du soleil, et entonnent des chants sauvages dans les bois, en dansant autour de l'autel de Yule, fougueux et blanc.
L’éclairage du plafond irradiait la salle de consultation, sa lumière crue, éclatante, presque nucléaire, tenait l’ombre en respect, l’empêchant de masquer les imperfections de ceux qui se trouvaient en dessous. “ M’dame, je sens toujours pas mon bras c’est normal ? ” Ses yeux se fixèrent dans le reflet du miroir de l’étagère à pharmacie pour attraper le visage du patient qui se tenait derrière elle. Même à cette distance, le miroir réussissait à lui renvoyer les iris brunes et divines de celui qui venait de lui posait la question, elles brillaient comme des feux follets, de la même couleur que la terre fraîchement retournée. “ Il faut attendre un petit peu pour que les effets de l’anesthésie locale se dissipent complètement.” répondit-elle en se fendant d’un petit sourire. Puis elle se reconcentra sur les instruments chirurgicaux qu’elle prenait soin de replacer dans le haricot en inox, en attendant qu’une quelconque infirmière ait la présence d’esprit de les nettoyer.

C’était un garde qui lui avait amené cette pauvre brebie qui était actuellement allongée sur le divan d’examen, contemplant les points de sutures cousues sur sa peau comme des petites étoiles accrochées dans un ciel de chair. Il s’était fait ouvrir l’avant-bras par un autre patient au cours d’une bagarre qui avait éclatée dans le réfectoire. L’arme du crime ? Une brosse à dent taillée en son extrémité. Zipporah avait désormais l’habitude de la perpétuelle ingéniosité dont faisait preuve les patients pour se fabriquer des armes. Ce n’était pas la blessure profonde et suintante du blessé qui l’avait frappé, c’était son regard, percutant et foudroyant comme un coup de poing en plein thorax. Zipporah avait distingué l’aura qui l’avait entouré, épousant chaque parcelle de son corps, comme une fine brume doré. D’un coup d’oeil, elle avait compris ce qu’Il lui demandait, Il le rappelait à Lui. Elle avait soigné Son protégé, pansé sa plaie, recousue sa peau fendue en une tranchée sanglante.

L’observant toujours dans le reflet de la glace, Zipporah profita qu’il contemplait toujours sa blessure pour subtilement glisser un scalpel dans la poche de sa blouse. Le plus naturellement du monde elle se rapprocha de lui, contourna le divan et se positionna derrière son champs de vision. Elle avait une vue plongeante sur la tête du jeune homme, alors d’un geste sec, elle agrippa le menton du patient qu’elle releva pour faire apparaître une gorge immaculée. “NON” l’entendit-elle hurler alors que la lame de son scalpel venait trancher d’un geste précis et mortel la carotide palpitante de vie. Le cri du patient mourra dans un bruit de gargouillis alors que ce dernier s’étouffait dans son propre sang qui giclait à chaud bouillon. Le liquide s’échappait de la gorge en une fontaine rougeâtre, ne manquant pas d’éclabousser la blouse de la chirurgienne ainsi que son visage. C’était un véritable torrent rouge et épais qui se déversait sur le corps du blessé, coulant abondamment tout le long du divan jusqu’à chuter au sol en cascade. Des yeux révulsés par la peur et la souffrance se tournèrent vers elle, la lueur incandescente qui y brillait implosa en une multitude de fragments lumineux. Le patient, dans un geste désespéré, réussi à lui arracher son scalpel des mains et tenta d’atteindre la chirurgienne qui se recula aussitôt, le liquide continuait à s’écouler hors de lui mais son bras retomba, inerte. Puis ses yeux s’immobilisèrent dans leurs orbites, tout signe de vie les ayant quittés.

Zipporah ressentait une sensation désagréable, celle qui s’obtient lorsqu’on se sent épié. Elle tourna la tête et son coeur faillit se stopper net dans sa cage thoracique lorsqu’elle aperçut un homme qui se tenait devant elle. Depuis combien de temps était-il là ? Qu’avait-il vu ? Ce visage lui était familier, elle savait qu’elle avait affaire à un garde et c’est ce qui l’inquiétait.
“Il a profité que j’avais le dos tourné pour prendre le scalpel et se trancher la gorge avec, je n’ai eu le temps de rien faire.” Son ton autoritaire et implacable claqua tel un fouet, comme une mise en garde. “C’est moi qui ai crié.”

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
 

Pauvres âmes sur l'autel des pécheurs ♖ feat Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Environnement: Les pays riches doivent des billions aux pauvres
» HAITI,LE VENTRE DES PAUVRES SOUS CONTROLE
» Pourquoi les Paysans haitiens sont-ils si pauvres?
» En pensant aux petits pauvres haitiens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The infirmary-