AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Les cauchemars d'un vétéran [Nira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 371
MIROIR : Jeremy Renner
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : TAG
A DÉBARQUÉ LE : 21/01/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 41 ans
avatar

MessageSujet: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Ven 18 Aoû - 21:24

Les cauchemars d'un vétéran

"Il fait tellement chaud que la sueur coule le long de mon dos et le long de mon cou, la terre et la poussière me colle à la peau, d'ailleurs j'avale de la poussière et je n'arrête pas de tousser, il faut dire que vue le nombre de cigarette que je fume par jour, ça n'aide pas. Avec les autres je suis toujours de garde, à faire le tour de la ville. C'est pauvre, les femmes vont se réfugier chez elle, les hommes nous regardent d'un oeil noir, les enfants jouent avec des bouteilles en plastique. Je suis la avec mes camarades, fusil à la main et tout le tralala qui va avec ... J'ai l'impression d'être sur une autre planète, d'être un intrus alors que je veux juste protéger les gens, je n'ai pas signer pour faire peur ou pour semer la discorde. Un homme appel à l'aide ... Nous courrons vers lui et je peux voir qu'il a une ceinture d'explosif autour de lui, un paramètre de sécurité et rapidement mis en place. L'homme avait été capturé, on lui avait mis cette ceinture et maintenant il cherché de l'aide, suppliant et pleurant. Je ne pouvais rien faire ... Je n'avais rien pus faire ... Cinq secondes pour dégager, le regard de cet homme quand je lui ai dis que je ne pouvais rien faire, ses dernières paroles ... "

Je me réveil en sursaut et couvert de sueur, la respiration haletante, p*tain de souvenir! Je mets un bout de temps avant de me lever, puis je fini par filer à la salle de bain, pour prendre une douche froide. Je m'habille et je sors dans les couloirs, je déverrouille le bureau des infirmiers et je prends un paquet de cigarette et un briquet, j'ai besoin d'une clope à cet instant. Il doit être cinq heures du matin lorsque je me retrouve dans le parc à fumer ma troisième cigarette, je regarde le ciel, me passant parfois la main dans les cheveux et soupirant. C'est au bout de vingt minutes que je vois une silhouette familière venir vers moi, malgré ce cauchemar, je n'en montre rien et je me contente de lui afficher un sourire en coin, lui proposant une cigarette.


☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Nicholas L. Grewal le Mer 20 Sep - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 188
MIROIR : Scarlett Johansson
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Angie (avatar)
A DÉBARQUÉ LE : 06/05/2017

SITUATION : techniquement libertine, actuellement accro à un soldat
EST ÂGÉ DE : 34 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Mer 6 Sep - 22:07

I never find peace.I cannot be an optimist but I am a prisoner of hope. (Cornel West )Allongée dans son lit, sous sa couverture, Moïra repensait encore et encore à ce qu'avait été ses journées depuis qu'elle avait été voir Nicholas dans le dortoir des hommes... et qu'ils s'étaient finalement sautés dessus avant qu'on ne les mette en isoloir. Dans le noir, elle n'avait pensé qu'à lui, à son corps contre le sien, cette jouissance qui l'avait envahi tandis qu'il prenait possession d'elle. Il y avait si longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi vivante. Mais surtout, qu'elle n'avait pas été aussi troublé par un homme. Ses longues heures dans l'obscurité étaient passées vites, et son subconscient avait même oublié de lui faire faire des cauchemars. A sa sortie, elle avait rôder autour des couloirs qui menaient sur les isoloirs, se faisant gronder et menacer par les gardes d'y retourner si elle ne disparaissait pas de là. Elle ne les avait pas écouté. Elle avait attendu impatiemment que Nicholas sorte, tout en se sentant paradoxalement étouffée par des sentiments et des émotions ambivalents. Elle refusait de s'attacher, mais désirait ardemment qu'il lui appartienne. Finalement il était sorti, mais il était mal en point. Trois jours sans manger et sans boire... Une torture interdite dans ce pays non ? Une fois de plus, elle avait transgressé les règles et s'était rendue dans la chambre du soldat. Elle lui avait tenu compagnie puis avait du se résoudre à retourner dans sa chambre. Pendant de longs jours elle avait continué de penser à lui et, à un moment, avait commencé à culpabiliser. Tout ça ne lui serait jamais arrivé si elle n'avait pas franchi les limites. Les cauchemars avaient repris.

Se réveillant à l'aube, Moïra s'enveloppa dans sa robe de chambre et passa machinalement devant sa fenêtre. Une silhouette attira immédiatement son attention et la réveilla mieux qu'un saut d'eau glacée. Elle se dépêcha de s'habiller et sortit pour rejoindre le parc, là ou elle devinait que s'était rendu son beau militaire. Elle mit un peu de temps à le trouver, ce qui n'était guère étonnant car à cette heure-ci, sortir de sa chambre et aller dehors était interdit. Nicholas avait du se mettre dans un coin pour être tranquille et si le parc n'était pas très grand, il l'était suffisamment pour que ça lui prenne un peu de temps. Jusqu'à ce qu'enfin, elle finisse par poser son regard sur lui. Un sourire trahit sa joie de la voir, mais celui qui la trahit le plus fut son cœur qui s'emballa sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit pour l'en empêcher. S'approchant de lui, Moïra finit par s'apercevoir que lui aussi affichait un sourire, un sourire espiègle. Sans mot dire, il lui tendit simplement une cigarette en guise de salutation. Moïra fit semblant de ne pas la voir et se nicha directement dans ses bras. Elle attendit quelques secondes avant de se reprendre. « Tu m'as manqué... Je commençais à me demander si j'allais te revoir... C'est toujours aussi long tes stages en isoloir ? » s'enquit-elle, se rendant compte qu'elle ne supporterait pas d'attendre si longuement à chaque fois qu'on l'y mettrait. Moïra ne voulait plus qu'il y aille. Pas tant qu'elle serait là, même si c'était égoïste de sa part. Avant de lui laisser le temps de répondre, elle se jeta à nouveau dans ses bras protecteurs. « Je suis désolée... C'est arrivé à cause de moi. J'avais même peur que... tu m'en veuilles. » confia-t-elle, tout en se disant que dévoiler ses faiblesses si tôt était une erreur. Mais rien à faire, il provoquait quelque chose en elle qu'elle pensait mort depuis toujours.  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 371
MIROIR : Jeremy Renner
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : TAG
A DÉBARQUÉ LE : 21/01/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 41 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Mer 20 Sep - 17:46

Les cauchemars d'un vétéran

La dernière fois que j'avais vue Moïra, nous avions passé un très bon moment, je n'allais pas rentrer dans les détails coquins, en tout cas une chose était sur, dès que j'avais posé les yeux sur elle, ça avait été le coup de foudre. Cette femme est un véritable amour, une battante, une guerrière, ma guerrière. Elle était aussi sauvage, je savais qu'un jour, tout deux, ont finiraient par fuir loin de cet hôpital ou de cet asile de fou ... Alors que j'étais toujours appuyé contre l'arbre, lorsque je reconnus Moïra mon coeur fit un bond, je lui proposais une cigarette mais celle-ci vint de suite se réfugier dans mes bras. Eteignant ma cigarette pour me consacrer à ma belle rousse, j'embrassais celle-ci sur le dessus de sa tête, avant de l'étreindre à mon tour, heureux de la sentir contre moi et de pouvoir enfin la retrouver. Alors que Moïra me demandé si c'était toujours aussi long mes séjours en isolement, j'embrassais à nouveau celle-ci sur le front avant de reprendre la parole.

-Disons que je ne sais pas vraiment combien de temps j'y suis resté ... J'ai perdu la notion du temps depuis ...

Puis je fus de nouveau face à mes cauchemars, cette prise d'otage, j'avais perdu la notion du temps, être enfermé sans connaître l'heure, sans même savoir si il c'est écoulé une semaine ou un mois, on fini par perdre toute notion du temps. Pour certain c'est long, pour d'autre c'est court.

-Enfin rien que le fait d'être séparé de toi, pour moi c'était très long, même trop long et comment pourrais-je t'en vouloir ? Les gardes aiment jouer avec moi, ils veulent me pousser à bout, mais toi ? Comment va tu ? J'espère que personne ne t'a fais de mal, même si je sais que tu es une véritable tigresse


☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Nicholas L. Grewal le Sam 21 Oct - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 188
MIROIR : Scarlett Johansson
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Angie (avatar)
A DÉBARQUÉ LE : 06/05/2017

SITUATION : techniquement libertine, actuellement accro à un soldat
EST ÂGÉ DE : 34 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Mar 10 Oct - 12:54

I never find peace.I cannot be an optimist but I am a prisoner of hope. (Cornel West )La rouquine n'aurait jamais songé qu'attendre le retour de son soldat lui paraitrait si long. Elle qui se vantait de ne jamais s'attacher et de se suffire à elle-même, d'être indépendante jusqu'au bout des ongles, il fallait croire que le comportement possessif et étonnamment tendre du militaire avait suffit à ouvrir une brèche. Or d'une nature aux tendances à être extrême dans ses pensées et ses actions, Moïra s'était attachée à lui comme à une bouée de sauvetage. Il lui avait suffit de lui faire comprendre qu'il tenait à elle, mais surtout de l'embrasser avec une passion telle que Moïra n'en avait pas connu depuis des années pour que ça ait un effet d'ouragan sur son cœur. Elle pensait même avoir oublié ce que ce mot signifiait. Et d'une certaine manière, c'était assez effrayant de se rendre compte que ce n'était pas le cas. Car l'agent du FBI coincée sur cette île contre son gré avait l'impression qu'il lui avait retourné le cerveau. A moins que ce ne soit plutôt son cœur ? Pourtant celui-ci était fait de glace et de roche. Moïra ne savait plus trop où elle en était et ce qu'elle devait croire ou faire, mais ça n'avait guère d'importance pour le moment. Être confinée ici la rendait peut-être folle finalement... et elle n'avait que Nicholas sur qui s'appuyer. En dépit de son amitié avec Seth, il était trop fragile pour qu'elle l'achève avec ses propres peurs et ses contradictions. Nicholas, lui, était solide et, jusqu'à qu'elle parvienne à mieux se contrôler et à apaiser son esprit pour réfléchir correctement, elle sentait qu'elle aurait besoin de lui pour garder un pied dans la réalité. Néanmoins, ne risquait-elle pas de devenir folle durant un de ces interminables séjours en isoloir ? C'était peut-être égoïste de sa part, mais pour le moment elle avait davantage besoin de lui pour ne pas perdre pied que par amour fou. Quoique... Moïra devait avouer qu'il provoquait en elle des émotions que seul Aaron avait su provoquer en elle des années auparavant. Peut-être même en plus fort ? « Disons que je ne sais pas vraiment combien de temps j'y suis resté... J'ai perdu la notion du temps depuis... » Au bout de trois jours, elle voulait bien le croire. Agrippée à lui comme si elle craignait qu'il ne s'évapore, Moïra sentit une brise de sérénité souffler sur elle maintenant qu'elle pouvait enfin le toucher. Non, elle n'avait pas rêvé leur dernière rencontre, et non, il ne lui en voulait pas. Son beau soldat semblait toujours la regarder avec la même intensité et tenir toujours autant à elle. Chose que la rouquine ne comprenait pas, mais dont elle profitait sans mot dire. Après tout, elle n'était qu'une poupée brisée depuis bien longtemps, que pouvait-il trouver d'intéressant chez elle ? A moins qu'il n'ait le syndrome du héros ? Trop de questions, trop d'incohérence, ça la fatiguait. « Enfin rien que le fait d'être séparé de toi, pour moi c'était très long, même trop long et comment pourrais-je t'en vouloir ? Les gardes aiment jouer avec moi, ils veulent me pousser à bout, mais toi ? Comment vas-tu ? J'espère que personne ne t'a fais de mal, même si je sais que tu es une véritable tigresse. » C'était étrange d'entendre quelqu'un s'inquiéter pour elle. A son boulot, personne ne le faisait. Il faut dire qu'elle était tout sauf agréable. Froide et professionnelle, elle abattait un boulot considérable sans jamais montrer le moindre signe d'émotions intrinsèque à un humain. Elle était semblable à une machine. Sans s'en rendre compte, Nicholas était le premier à la traiter comme un être humain, comme une femme, depuis sa rencontre avec les frères Frances. Même ici, on ne pouvait guère dire que c'était le cas parmi les membres du personnel qui étaient pourtant sensés les aider. « J'ai bien failli retourner en isoloir à force de trainer là on t'avait enfermé mais sinon, non, personne n'est venu m'enquiquiner. De toute façon, ça devait se lire sur mon visage qu'il valait mieux éviter... » Moïra, bien que rassurée de voir qu'il allait bien, du moins pour autant qu'il puisse l'être, ne le lâcha pas pour autant. « Tu es levé tôt. Décalage horaire ou tu as fait des cauchemars ? » demanda-t-elle ensuite, son sixième sens hérité de ses enquêtes policières lui faisant pressentir qu'il n'allait pas aussi bien qu'il le lui montrait. ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 371
MIROIR : Jeremy Renner
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : TAG
A DÉBARQUÉ LE : 21/01/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 41 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Sam 21 Oct - 22:02

Les cauchemars d'un vétéran

Retrouver Moïra était pour moi comme un baume au coeur, j'étais sans cesse face à mes vieux démons, je faisais souvent des cauchemars, je dormais très mal, j'avais de plus en plus de crise d'angoisse, mais lorsque la rousse était la, je me sentais mieux, je n'avais qu'une envie, la serrer dans mes bras même si je n'étais pas le genre démonstratif. Alors que j'étais assis contre un arbre, Moïra contre moi, je profitais de l'instant présent et rattrapé le temps que j'avais perdu en isolement. Alors que je vins à me confier à la rouquine, je lui expliqua qu'attendre en isolement c'était devenu une habitude, ensuite savoir si le temps passé plus ou moins lentement, disons que lorsqu'on est pris en otage, on fini par oublier le temps qui passe, on perds toute notion de celui-ci, à la base je m'en moqué, mais depuis que je connaissais Moïra, je trouvais que ça avait un côté plutôt effrayant ... C'était comme ci on m'avait retiré on partie de mon âme, que je ne pouvais plus réfléchir normalement, ça me faisait vraiment peur, seulement je ne le dirais pas, sans doute par fierté. Finalement je repris la parole, j'avais eu aussi le temps de réfléchir en isolement, il est vrai qu'être séparé de Moïra avait été très dur, le temps m'avait semblait bien long sans elle ... Puis j'étais à la limite de harceler la jeune femme de question, en même temps je n'avais pas vue ce qui c'était passé quand on avait été séparé, et je n'aimais pas les méthodes qu'employaient cet hôpital, alors valait mieux qu'on ne s'attaque pas à Moïra. Lorsqu'elle m'expliqua qu'elle n'avait pas arrêté de rester à côté de ma "chambre d'isolement", je serra celle-ci davantage contre moi, déposant un baiser sur le dessus de sa tête. Puis à sa question j'eu un léger soupire.

-Cauchemar ... Et toi ?


☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Nicholas L. Grewal le Lun 4 Déc - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 188
MIROIR : Scarlett Johansson
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Angie (avatar)
A DÉBARQUÉ LE : 06/05/2017

SITUATION : techniquement libertine, actuellement accro à un soldat
EST ÂGÉ DE : 34 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Mer 8 Nov - 12:33

I never find peace.I cannot be an optimist but I am a prisoner of hope. (Cornel West )Ces retrouvailles étaient assez particulières. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, ils s'étaient pris de tête, avant de se sauter sauvagement dessus. Puis ils avaient fini en isoloir pour avoir agresser un garde (pour Nicholas) et pour avoir enfreint la règle de ne pas aller dans le dortoir du sexe opposé (pour Moïra). Et pour tentative de fuite aussi. Bref, la situation était étrange mais l'un comme l'autre faisait comme si tout cela était normal. Quoique pour Nicholas, terminer ses journées en isoloir relevait vraiment de la banalité depuis le temps qu'il faisait tout pour qu'on l'y mette. De son côté, la fausse rousse n'avait pas vraiment d'avis sur la question. Elle qui passait son temps à éviter les autres s'y était senti plutôt bien. Sa seule envie de sortir avait été pour retrouver son amant, celui qui semblait la comprendre depuis leur rencontre il y a plusieurs semaines. Le reste lui importait peu. En fait, vu sa soif de vouloir se carapater d'ici, elle était même étonnée de ne pas avoir goûté aux joies de l'isoloir avant ce fameux jour. Et puis elle devait bien avoué que depuis ce qui s'était passé entre eux, elle avait eu le temps de réfléchir dans sa prison. Et avoir Nicholas à ses côtés rendait ses idées de fuite moins pressantes. Elle n'était plus seule, et elle devait aussi veiller sur Seth. Son horizon prenait un autre tournant. Pour preuve, elle qui ne liait aucun sentiment amoureux avec quelques hommes que ce soit ne se privait pas pour lui montrer combien elle était heureuse de le retrouver, autant par des gestes que par des paroles. Elle s'était naturellement nichée contre lui et n'avait pas cherché à cacher qu'elle avait attendu près de l'isoloir qu'il sorte enfin, quitte à y retourner aussitôt. Peut-être parce que, coincée dans cet enfer, elle n'avait plus rien à perdre ? Ou peut-être parce que, sans se rendre compte à quel point ni comment, elle s'y était attachée au moment même où il avait l'embrassé dans cette chambre, avant de lui signifier combien il tenait à elle ? Ou peut-être encore parce qu'elle se retrouvait en lui, deux âmes-sœurs qui entraient enfin en collision avec son autre moitié ? Quelle qu'en soit la raison, Moïra ressentait le besoin d'être contre lui et ne plus s'en détacher. Elle ignorait si ça durerait, mais pour le moment elle ne se posait de toute manière pas la question. Elle ressentait plutôt que de réfléchir. Sa tête posée contre son torse, la fausse rousse lui demanda pour quelle raison il était dehors si tôt, bien qu'elle se doutât de la réponse... « Cauchemars... Et toi ? » Mmm, son cas était plus complexe. Elle aussi avait des cauchemars, mais en l'occurrence c'était son besoin de le revoir qui la maintenait éveillée. Surtout au moment ou elle avait appris qu'il avait enfin été libéré et expédié dans sa chambre. A partir de là, elle avait été comme une puce ne tenant plus en place, incapable de penser à autre chose que de le revoir pour voir comment il allait, et surtout pour savoir s'il lui en voulait. « Disons que, j'étais surtout inquiète de savoir dans quel état ils t'avaient mis. Alors quand je t'ai vu sortir, je t'ai suivi. » Difficile d'expliquer comment ses terreurs nocturnes avaient disparu depuis deux jours tant elle s'inquiétait pour lui. Et difficile de savoir aussi si ces dernières allaient revenir maintenant qu'elle constatait qu'il était toujours lui, et qu'il ne la considérait pas comme responsable d'avoir fini en isolation. S'agrippant à lui, Moïra avait un million de question à se poser et à lui poser. Mais incapable de les formuler à voix haute, elle se contenta simplement de se laisser aller contre lui. De toute façon, elle avait déjà été plus loin en matière d'angoisse et de relationnel avec lui qu'elle ne l'avait fait de toute sa vie. Elle avait maintenant juste besoin de se rassurer en le sentant contre elle et en respirant son odeur. ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 371
MIROIR : Jeremy Renner
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : TAG
A DÉBARQUÉ LE : 21/01/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 41 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Lun 4 Déc - 19:16

Les cauchemars d'un vétéran

Je n'étais pas sur de savoir si j'avais réellement une place ici ... Après j'y avais rencontré Moïra et je n'allais pas m'en plaindre. Que penser de l'avenir, alors que le monde ne cesse de se faire la guerre ? D'ailleurs j'avais fini à cause de la guerre ... ça m'avait détruis, maintenant j'avais gagné en agressivité, je n'arrivais plus à dormir paisiblement, je me réveillais toujours avec les mêmes visions d'horreurs en tête. Alors oui, ou était ma place dans ce monde ? Valait-il mieux que je reste ici ? Que je quitte Ostrov alors que j'étais devenu dangereux aussi bien pour moi même, que pour les autres ? Oui je me posé beaucoup de question ... Et je n'arrivais pas à trouver la moindre réponse, j'étais complètement perdu, mais encore une fois je ne fus pas perdu pour longtemps, alors que j'étais toujours assis dans l'herbe, Moïra me rejoignit, à cet instant précis je me sentis bien mieux. Elle me demanda ce que je faisais dehors à cette heure-ci, pourquoi lui cacher ? Elle finirait par le deviner, et ça devait sans doute être écrit sur mon front. Evidemment je retournais la question et Moïra et j'eu un léger petit sourire lorsque j'entendis ses paroles, j'avais envie de capturer ses lèvres par la remercier de s'inquiéter pour moi, puis pour le prouver mon amour envers elle. Alors que Moïra c'était aggripé contre moi et que je serrais celle-ci, j'embrassais le dessus de sa tête, profitant de sa présence et du silence de la nuit. Je fini tout de même par reprendre parole.

-J'avais hâte de te revoir aussi ... J'espère que ... Enfin que ça n'a pas était trop difficile ? C'est en partie un peu à cause de moi que toi aussi tu as fini en isolement ... Je suis désolé Moïra ... Enfin il vaut tout de même avouer que notre escapade valait le coup

Lui dis-je avec un clin d'oeil.


☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Nicholas L. Grewal le Ven 15 Déc - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 188
MIROIR : Scarlett Johansson
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Angie (avatar)
A DÉBARQUÉ LE : 06/05/2017

SITUATION : techniquement libertine, actuellement accro à un soldat
EST ÂGÉ DE : 34 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Mer 13 Déc - 19:45

I never find peace.I cannot be an optimist but I am a prisoner of hope. (Cornel West )Ça aura pris du temps, et ça aura mis la patience de la rousse à rude épreuve, mais les deux têtes brûlées étaient finalement enfin réunies. Et puis ça avait eu l'avantage de la faire réfléchir sur ce qu'elle ressentait pour le soldat. Or Moïra n'était pas du genre à avoir de coup de foudre ou à s'emballer facilement, mais clairement Nicholas lui avait retourné la tête. Ça prendrait encore un peu de temps avant qu'elle ne s'abandonne totalement et qu'elle abaisse ses dernières barrières, mais en peu de temps la rousse en était arrivé à un stade encore jamais parcouru auparavant. Peut-être qu'enfin, dans cet endroit des plus improbables, elle allait connaitre l'amour ? Moïra ne cherchait rien cela dit, elle laissait les choses se dérouler et écoutait son instinct. L'avenir lui dira bien assez rapidement si ses choix seraient porteurs de bonheur ou de malheur, même si en vivant dans un hôpital psychiatrique les deux seraient forcément liés. Blottie contre son amant, la rousse avoua s'être inquiétée pour lui et l'avoir suivi en l'apercevant par la fenêtre de sa chambre. Nicholas de son côté, et sans vraiment que ce soit source d'étonnement, avait eu besoin de sortir pour prendre l'air frais après avoir cauchemarder. « J'avais hâte de te revoir aussi... J'espère que... Enfin que ça n'a pas était trop difficile ? C'est en partie un peu à cause de moi que toi aussi tu as fini en isolement... Je suis désolé Moïra... Enfin il faut tout de même avouer que notre escapade valait le coup. » déclara-t-il avec un sourire et un clin d’œil, sourire malicieux qu'elle lui rendit. « Non, ça a même été reposant de ne pas voir tous ces cinglés. Je comprends pourquoi tu fais tout pour qu'ils te mettent en isolation. » avoua-t-elle sur le ton de la plaisanterie. « Puis dans cette histoire, nous avons tous les deux nos torts même si ce n'est clairement pas le plus important. Comme tu le dis, ça valait le coup. » confirma-t-elle en coulant vers lui un regard équivoque. Mmm, la sensation de sa peau contre la sienne avait été encore plus électrisante à cause de la situation dangereuse. Moïra ne se fera pas prier pour remettre ça, sauf que cette fois-ci elle pourra prendre le temps d'explorer le corps de son soldat plus tranquillement. « Tu veux pas qu'on aille plus loin ? » proposa-t-elle pour qu'ils s'avancent plus loin dans les fourrés, quitte à aller dans la forêt. Puisqu'ils étaient à l'extérieur si tôt, autant profiter du calme pour passer du temps ensemble et oublier cet endroit sinistre ou ils étaient retenus prisonniers contre leur gré. ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 371
MIROIR : Jeremy Renner
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : TAG
A DÉBARQUÉ LE : 21/01/2017

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 41 ans
avatar

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   Aujourd'hui à 21:32

Les cauchemars d'un vétéran

Ce jeu entre Moïra les gardes et moi était assez amusant, même si ça pouvait finir mal ... Comme par exemple un séjour un isolement ... Enfin j'avais tellement l'habitude de me retrouver enfermé, surtout depuis cette prise d'otage, je ne réagissais même plus, je me contentais d'attendre ce qui agaçait les gardes. Les gardes voyaient bien que l'isolement n'était pas une véritable punition pour moi, alors ils faisaient tout pour me mettre en colère, et pour enfin me rendre complètement fou de rage au point de déclencher une bagarre. Je n'étais pas non plus contre une bagarre, évidemment c'était plus douloureux, mais la douleur j'ai appris à la connaître ... Surtout avec la guerre. En faite on pouvait me priver de nourriture, m'enfermer, me frapper, je m'en moquais royalement. Par contre si on venait à me priver de Moïra, la c'était différent, le temps devenait beaucoup plus long, je pouvais ressentir de la souffrance ... Moïra m'avait redonné vie. Alors que j'étais avec elle, celle-ci blottis contre moi, je profitais de sa présence et de l'air du parc. Etre dehors et être avec ma belle ... Voilà un magnifique cadeau. Alors que j'avais repris la parole, terminant avec un sourire en coin et clin d'oeil, Moïra repris à son tour. J'eu un rire à ses paroles tout en caressant ses cheveux, je reconnaissais bien le caractère rebelle de ma belle. Alors que je continué de lui caresser les cheveux, j'eu un sourire, oh oui ça valait le coup ... Ont c'était amusé comme des gosses, enfin des gosses, c'était une façon de parler. A la proposition de Moïra, je regardais autour de moi, il était tôt, pourquoi ne pas profiter ? Puis ont pourraient toujours jouer à cache-cache dans la forêt avec les gardes. Je capturais les lèvres de la belle avant de me relever.

-Je suis partant, j'ai envie de voir jusqu'où on peut se rendre sans se faire remarquer

Lui dis-je avec un sourire en coin.


☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les cauchemars d'un vétéran [Nira]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les cauchemars d'un vétéran [Nira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» one again : reves et cauchemars à la con
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Gri-Gri pour rêver
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Grass Is Green :: The Park-