AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Sam 29 Juil - 0:54

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Seul le bruit de ses talons claquant le sol résonnait au coeur de cette ruelle plongée dans les ténèbres. Une brume inquiétante émanait de la faible lumière que renvoyait l’unique réverbère présent et Nirina courba un peu plus l’échine en accélérant le pas. Elle avait hâte d’arriver au bout de la rue pour retrouver les lumières de la ville et leur ambiance plus rassurante. L’air ambiant empestait l’urine mêlé aux relents des poubelles qui semblaient ne pas avoir été vidées depuis plusieurs semaines. C’était la première fois qu’elle empruntait cette inquiétante rue et elle espérait que ce serait aussi la dernière. Habituellement Nirina pouvait compter sur les métros et le bus pour la ramener chez elle, mais ce jour là, une importante grève des transports en commun avait paralysé la ville entière. Elle pesta et maudit intérieurement les responsables de ce fiasco qui l’obligeaient désormais à rentrer chez elle à pied.

Sa journée avait été épuisante, elle n’avait eu droit à aucun répit entre les clients qui rouspétaient parce que leur virement n’était toujours pas arrivé, ceux incapable de remplir un bordereau pour déposer leur chèque au point qu’elle devait le faire à leur place et pour couronner le tout, l’imprimante avait décidé dès la première de travail de la lâcher. Travailler comme chargée d’accueil dans une banque n’était pas le travail qu’elle avait rêvée de faire, mais il payait son loyer et sa nourriture et elle n’en demandait pas plus. Elle savait que comparer à bien d’autres situations, la sienne n’était pas la pire. Elle avait fini par s’habituer au train de vie métro/boulot/dodo. Sa vie ne différait pas de la plupart de ses congénères, elle était aussi fade et stérile que la moitié de la population, réglée comme du papier à musique par le réveil sur sa table de nuit, l’horloge murale à l’accueil de sa banque, le cadran numérique sur les quais du métro. Mais Nirina ne s’en plaignait pas, elle n’avait jamais été très friande des imprévus ou des choses arrivant à l’improviste, une vie simple et ordonnée, c’est tout ce dont elle avait besoin.


Soudain, un grand fracas la fit sursauter alors que son coeur rata un battement, elle jeta des regards désespérés dans toutes les directions, mais la vue du bout d’une queue noire la rassura aussitôt. Elle laissa s’échapper un léger rire nerveux en voyant le chat s’extirper d’une benne à ordure avant de filer en zigzaguant entre les vieilles boîtes de conserve qu’il avait fait tomber. Cet endroit la mettait à fleur de peau, elle avait hâte de pouvoir rentrer chez elle. Elle continua à avancer alors que la rue bifurquait sur un virage en  angle droit d’où s’échappait des éclats de voix. Nirina hésitait à poursuivre sa route, fronçant les sourcils, elle soupesait le pour et le contre. L’heure était déjà bien avancée, et rebrousser chemin pour contourner cette rue lui ferait perdre encore plus de temps, elle était coincée. Elle tenta de se rassurer en se disant qu’il ne s’agissait peut-être que d’une légère dispute et que les protagonistes seraient bien trop occupés pour remarquer sa présence. Alors elle s’engouffra dans l’angle de la rue qui, remarqua-t-elle, débouchait sur une minuscule place. Et c’est alors que le cauchemars commença.

La scène était seulement illuminée par la clarté argenté de la lune, mais Nirina n’avait aucun mal à suivre l’horreur qui se déroulait sous ses yeux. Dans l’ombre des bâtiments, elle était suffisamment bien dissimulée pour ne pas être vu. Essayant de ne pas céder à la panique, elle tenta d’extirper son téléphone portable de la poche de son jean mais ses mains tremblaient de peur. Elle savait qu’il fallait qu’elle prévienne les secours, mais ses jambes refusaient d’esquisser le moindre mouvement, la clouant sur place, l’empêchant de prévenir la police qu’un meurtre se déroulait sous ses yeux. Et lorsque se fut finit, et que le corps s’écroula sur le pavé aussi froid que crasseux, tel un vulgaire poupée de chiffon, Nirina ne se rendit même pas compte que ses mains moites avait laissé tomber son téléphone au sol, celui-ci raisonnant dans le silence de la nuit comme mille carillons. Alors la deuxième personne se retourna sur elle et cette fois-ci Nirina ne pu s’empêcher de laisser un hoquet d’horreur et de consternation s’échapper de sa bouche, lorsqu’elle s'aperçut que le visage lui était familier. En effet, elle l’avait aperçu  quelques heures plus tôt. Pendant une fraction de seconde, une question aux aspects philosophiques trotta dans l’esprit de Nirina. Connaissons-nous bien ceux que nous côtoyons tous les jours ? Pour la jeune femme, la réponse était déjà toute faite. Non. Car rien n’aurait laissé penser que sa collègue de travail, celle qu’elle voyait tous les jours, aurait été capable de meurtre. Et pourtant, c’est ce qui venait d’arriver sous ses yeux. Lexie Jenkins venait d’assassiner quelqu’un devant elle. Elle ne la connaissait qu’au travers du travail, leur guichet étant côte à côte. En trois ans de fréquentation, elles avaient déjà eu plusieurs échanges, que ce soit pour faire passer le temps lorsqu’il n’y avait aucun clients, autour d’un café pendant la pause, mais cela n’était jamais allé plus loin que la simple relation entre collègue. Lexie n’était pas son amie, mais elle l’appréciait quand même.

Plusieurs secondes s’écoulèrent alors que Nirina continuait à dévisager Lexie, les traits figés par la peur. Puis, comme si on lui avait administré une décharge électrique, elle reprit bien vite ses esprits.
“Je… On m’attend” bafouilla-t-elle avant de s’enfuir précipitamment. Mais elle n’eut le temps de faire que quelques mètres avant de sentir qu’on la tirait violemment en arrière.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mer 30 Aoû - 12:20

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
L’odeur nauséabonde qui imprégnait cette ruelle lui donnait un mal de tête insupportable. Mais ce qui la dérangeait plus que tout, c’était le silence inquiétant qui régnait entre eux. Depuis leur sortie du bar, James n’avait pas dit un mot. Il se contentait de marcher en regardant droit devant lui, un léger sourire au coin des lèvres, tout en lui tenant fermement la main. Lexie n’était pas rassurée, pourtant elle le suivait docilement, naïvement... Après avoir tourné dans un angle, elle releva enfin un regard inquiet en direction de son ami. « Où tu m’emmène? Je croyais que tu me raccompagnais chez moi… » « C’est ce que je fais, Lex! On prend un petit raccourci. » Le sourire que la jeune brune aperçu au coin des lèvres de James la stoppa net, lâchant sa main. « Tu mens… » Enfin elle voyait à nouveau son vrai visage. Ce visage qui l’avait effrayé plus d’une fois. Celui qui avait fait de sa vie un véritable enfer. Lexie ne voulait pas y croire, et pourtant, James lui avait menti. Il avait réussi à la convaincre qu’il avait changé, qu’il était guéri. « J’y crois pas, t’as jamais arrêté… » Fit-elle en lui tournant le dos pour revenir sur leurs pas. Son regard insistant, son sourire fixé aux lèvres depuis leurs retrouvailles, ses paroles… Tous ces détails auraient dû la mettre en alerte depuis le début, et pourtant, elle avait osé y croire. Elle avait osé lui laisser le bénéfice du doute et lui donner une seconde chance. Elle se sentait trahie, humiliée, stupide. Comment avait-elle pu croire son petit manège? Il l’avait manipulé en beauté.

En marchant d’un pas rapide, Lexie sentit soudainement une lourde pression sur son épaule, l’empêchant d’avancer. Puis, sans pouvoir réagir, James la poussa en la tenant fermement, venant écraser sa joue contre le mur. Son corps imposant et musclé s’appuya sur le sien, la compressant un peu plus et l’empêchant totalement de bouger. C’est alors qu’elle crut sentir un objet froid se poser sur son cou. Il commença à lui murmurer quelques mots à l’oreille, comme « Je t’avais dis que je te ferais payer si tu me quittais. » ou encore « J’ai toujours été là pour toi, et tu m’as abandonné comme une merde. » « Arrêtes! Lâches-moi! » bien qu’elle connaisse la vérité, ces mots restaient blessants et effrayants à entendre. Elle tenta de se dégager en remuant ses épaules, mais il était beaucoup plus fort. Alors, tirée comme un vulgaire morceau de viande, Lexie se retrouva face à James, son dos appuyé contre le mur. Il maintenait son épaule d’une main, l’autre serrant fermement le fameux objet froid qu’elle avait senti sur sa peau quelques secondes plus tôt. Un canif.
Pétrifiée, Lexie le supplia du regard, mais la personne qui lui faisait face à cet instant n’était plus James. Cet homme était celui de ses cauchemars. Celui qu’elle avait souhaité ne plus jamais revoir. « James, s’il te plaît. » Supplia-t-elle une dernière fois, avant d’être stoppée par une douleur dans son cou. Le canif menaçait de la planter d’une seconde à l’autre. Lexie retint alors son souffle, fixant son agresseur droit dans les yeux. Puis, sans réfléchir, son genou se loga violemment entre les jambes de James, lui faisant lâcher par réflexe son arme. Ne répondant plus qu’à son instinct de survie, la brunette attrapa le couteau et poussa James de toutes ses forces. Comme habitée par une soudaine folie, lorsque le dos de son ex cogna le mur, Lexie se jeta sur lui, et lui planta la lame dans le ventre. Le cri de James ne l’arrêta pas pour autant. Son corps semblait possédé, et les autres coups s’enchaînèrent rapidement. Toute la colère, toute la peur et tous ses traumatismes refaisaient surface. Lexie était contrôlée par son désir de vengeance. Elle cria en même temps que lui, pour se libérer de toute cette haine, alors que le canif venait pour la énième fois se planter dans la chair de James. Elle s’arrêta subitement, regardant à nouveau le visage de son ex couvert de sang.

Un bruit résonna un peu plus loin dans la ruelle. Par réflexe, elle tourna son regard, lâchant le corps de son ex, qui s’écroula sur le sol dans un dernier râle. Lorsqu’elle réalisa qu’elle connaissait cette personne, Lexie eut elle-même un hoquet de surprise, et resta figée sur place. Muette, elle fixa la jeune femme, le canif toujours en main. Elle aurait aimé lui demander ce qu’elle faisait dans un endroit pareil, seule, à une heure aussi tardive, mais vu les circonstances, cette question paraissait plutôt stupide… Un silence gênant s’installa entre les deux jeunes femmes. Aucune des deux n’osa bouger. Puis, Nirina bafouilla quelques mots, avant de prendre les jambes à son cou. Par réflexe, Lexie la rattrapa et l’agrippa dans le dos, la tirant vers elle pour la retenir. « Non non non non… où tu vas comme ça? » elle poussa un peu trop brutalement Nirina contre le mur humide, et appuya ses poings contre la poitrine de cette dernière, froissant le tissu de son haut avec force. Elle n’avait aucune intention de lui faire du mal, mais le regard de Nirina venait de lui faire prendre conscience de la gravité de la situation. Jusque-là, guidée par l’adrénaline et la colère, Lexie ne réalisait pas ce qu’elle venait de faire. Et pourtant, le sang qui avait imprégné ses vêtements et qu’elle venait de remarquer sur ses mains témoignait l’horreur de la scène. Elle ne perdit pas pour autant son sang-froid - sans mauvais jeux de mots, et garda un ton neutre en regardant sa collègue dans les yeux. « Ecoutes, je veux pas t’faire de mal… mais si jamais tu parles à qui que ce soit de ce que tu viens de voir, tu finiras comme lui. » Lentement, son regard se tourna vers le corps inerte à quelques mètres d’elles. « Il… il le méritait. » lâcha-t-elle dans un grognement. Le méritait-il vraiment? Était-ce vraiment nécessaire d’en arriver là avec l’homme qu’elle a aimé, malgré ce qu’il a pu lui faire subir? Lexie n’avait pas la réponse. Tout ce qu’elle savait, c’est que si elle ne s’était pas défendu, elle serait probablement à sa place à l’heure qu’il est…

Malgré l’ampleur de la situation, Lexie restait étrangement calme. Peut-être ne réalisait-elle pas encore? Peut-être avait-elle totalement perdu la tête? Elle appréciait énormément Nirina, mais dans une situation pareille, elle ne pouvait pas se permettre de la laisser partir. Sa collègue allait forcément appeler la police, et elle ne pouvait pas lui en vouloir. Toute personne normalement constituée aurait eu la même réaction… Lorsque Lexie réalisa qu’elle tenait encore l’arme du crime dans sa main, elle finit par lâcher la jeune femme, s’assurant que cette dernière n’avait pas l’intention d’en profiter pour courir, puis elle rangea le canif dans sa poche.
« Il faut que tu m’aide… » Lui fit-elle en essayant d’essuyer d’un geste nerveux le sang sur ses mains à l’aide de ses manches, sans grand succès. Perdant rapidement patience, Lexie ôta finalement sa veste, dévoilant son chemisier légèrement arraché à certains endroits. La plupart des boutons avaient sauté lorsqu’elle avait tenté de se dégager de l’étreinte de son agresseur. Mais c’était bien le cadet de ses soucis. La priorité était de cacher les preuves. Elle n’avait aucune envie d’avoir des problèmes avec la justice et terminer sa vie en prison. Surtout pour une erreur qu’IL lui avait forcé à commettre… Son corps entier tremblait encore, mais sa conscience n’arrivait plus à suivre. Encore sous le choc, quelques larmes coulaient sur ses joues, tandis qu’elle reniflait en tâtonnant nerveusement son corps pour vérifier qu’elle n’avait pas de blessure quelque part, mais aussi pour chercher son paquet de cigarettes. Celui-ci avait été légèrement écrasé pendant la querelle… Elle sortit une clope du paquet et l’alluma non sans difficulté. Ses mains tremblaient énormément. Puis, elle s’arrêta pour regarder à nouveau Nirina. Voyant que cette dernière ne réagissait pas, elle s’approcha d’elle et demanda le plus naturellement possible; « T’as un mouchoir…? »
©️junne.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Mar 31 Oct - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Jeu 31 Aoû - 20:11

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Au moment où elle se sentit partir précipitamment en arrière, elle crut que son heure était arrivée. Si Lexie n’avait pas hésité à poignarder cet homme, pourquoi s’arrêterait-elle en si bon chemin, en particulier face à un témoin qui avait tout vu de la scène macabre ? Un cri de panique s’échappa de sa gorge et elle battit ses bras dans le vide pour garder son équilibre. Mais son cri de panique fut brusquement changé en cri de douleur lorsqu’elle sentit ses os se fracasser comme du verre contre le mur avant que Lexie n’empoigne violemment son gilet. “Lâche moi, lâche moi Lexie merde !” s’écria la blonde en essayant de se débattre pour s’échapper, mais la prise exercée sur elle était beaucoup trop forte pour qu’elle puisse s’en extirper. Mais elle cessa de gesticuler au moment où Lexie la menaçait et le ton qu’elle employait ne laissait nul doute qu’elle était capable de s’en prendre à la blonde. “ Je vois pas comment on peut mériter de mourir, mais je te jure que j’dirais rien, j’te l’jure sur la tête de ma mère, de mon frère, de mon chat, de…” mais elle n’eut pas le temps de citer tout l’arbre généalogique de sa famille car Lexie venait soudainement de la lâcher.

Le premier réflexe qu’elle eut fut de regarder en direction de la rue qui débouchait sur l’avenue principale. Elle n’avait qu’une envie, prendre ses jambes à son cou, hurler pour qu’on vienne à son secours et appeler la police. Mais en talon, la pauvre ne pouvait espérer aller bien loin… Puis ses plans pour s’échapper furent stoppés par la demande étonnante de Lexie. “Je.. Je te demande pardon ?” balbutia-elle d’incompréhension. “ Non mais ça va pas, je vais pas me rendre complice de meurtre, hors de question que je te serve de codétenue !” s’offusqua Nirina en essayant de ne pas fixer le chemisier déchiqueté de Lexie. Elle était partagée entre balancer son amie aux flics malgré sa parole de ne pas le faire, et aider une collègue qu’elle appréciait malgré tout.  “Euh… Oui attend.” Elle fouilla dans son sac et en extirpa un paquet de mouchoir qu’elle tendit à Lexie. Elle doutait sérieusement de pouvoir garder ce secret pour elle, et l’envie la démangeait encore de s’enfuir d’ici le plus vite possible. Elle s’en voulait d’avoir pris ce raccourci, ce simple choix de trajet venait de bousiller sa soirée et probablement sa vie entière. Mais en jetant un regard vers la brune, Nirina fut prise de pitié en la voyant pleurer, complètement déboussolée pendant qu’elle allumait une cigarette. Sa collègue ne semblait pas être une mauvaise personne, jamais elle n’aurait pu causer la mort gratuitement voulait croire Nirina. “Bon écoute, si tu m’expliques la raison pour laquelle tu as tué ce type, il est possible que j’accepte de t’aider.” Elle reprit un peu de contenance et se força à respirer calmement. Elle en profita pour ramasser son téléphone tombé au sol puis s’éloigna de Lexie pour aller contempler le mort face au sol “Et quand tu auras fini ton récit, profite en pour m’expliquer comment on est censé se trimballer un macchabée en pleine ville ?”
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mar 5 Sep - 20:44

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
Lexie ne prit même pas la peine de répondre, lorsque Nirina refusa de l’aider. Pour elle, cette question était rhétorique. Si sa collègue ne l’aidait pas, alors elle savait comment cette histoire allait se terminer pour elle. Elle lui adressa un faible « Merci » une fois le mouchoir en main et commença à frotter ses mains et ses bras pour essuyer le sang, la cigarette entre les lèvres. Lexie était totalement ailleurs, comme si sa conscience l’empêchait volontairement de réaliser ce qu’elle venait d’accomplir, elle agissait comme s’il ne s’était rien passé. Cependant, l’arrivée de sa collègue l’avait légèrement coupé dans son élan, et ses nerfs étaient encore à vif, à tel point qu’elle n’était pas loin de s’en prendre à Nirina si cette dernière osait lui balancer un mot de travers… Alors elle préférait encore se concentrer sur sa nouvelle activité; le nettoyage, à défaut de se servir encore une fois du canif sagement rangé dans sa poche. Elle arrivait encore à sentir les larmes couler sur ses joues, mais elle n’arrivait pas à ressentir de la peine. Seulement la colère.

À la question de sa collègue, Lexie s’arrêta soudainement, gardant les yeux baissés vers ses mains. La raison pour laquelle elle avait tué ce type? La réponse pouvait paraître extrêmement simple, mais au fond, pour elle, tout était bien plus difficile. Elle osa adresser un regard en direction de la blonde. « C’est… c’est compliqué. C’est… » elle fronça les sourcils, avant de se reprendre. « C’était mon ex. Juste un camé… Il m’a pourrit la vie. » Conclue-t-elle d’un ton plutôt expéditif pour ne pas s’attarder sur ce sujet encore trop douloureux pour elle. Lexie reprit une nouvelle taffe, évitant cette fois  la jeune femme du regard. « Il passait son temps à m’insulter et me frapper et… putain qu’est-ce que j’ai fais… » Et comme si elle venait enfin de réaliser la gravité de son acte barbare, Lexie prit sa tête entre ses mains, victime d’une soudaine migraine et d’une crise de panique. « merde, merde, merde, merde... » enchaîna-t-elle d’une faible voix alors qu’elle reprenait le mouchoir pour frotter ses mains vigoureusement, à la limite de s’arracher la peau, pour enlever la moindre trace de sang. « ... merde merde merde… J’EN SAIS RIEN, j’ai une tête à tuer des gens tous les jours?!!!! » répondit la brunette à sa collègue, d’un ton agressif. Elle perdait pied, alors que la scène revenait la hanter, l’empêchant de réfléchir et de se calmer. Elle inspira la fumée de cigarette à plein poumons, plusieurs fois d’affilée, puis jeta la fin d’une pichenette avant d’en allumer une deuxième.

Il fallait faire vite, quelqu’un pouvait arriver à n’importe quel moment, et Lexie n’avait pas l’intention de forcer tout un groupe à l’accompagner pour enterrer le corps de son ex… Tout en reprenant une longue taffe, la brunette fixait le corps inerte de James, comme si elle s’attendait à le voir revenir à la vie d’un moment à l’autre. « Je suppose que ça marche comme dans les séries policières… Euh… » fit-elle d’une voix absente, tout en réfléchissant. Puis elle s’approcha du corps, hésita plusieurs secondes, et fouilla dans les poches de la veste ensanglantée de James, avant de trouver ce qu’elle cherchait. Elle revint aussitôt vers Nirina et lui montra sa trouvaille. Des clefs. « Sa voiture! Il est garé juste à l’angle de la rue un peu plus loin. On… on porte le corps et on le met dans le coffre… On aura juste à sortir de la ville et trouver un endroit pour le faire disparaître... » Ses yeux pétillaient d’espoirs. Dit comme ça, l’idée paraissait plutôt simple à réaliser. Mais encore une fois, Lexie n’était plus vraiment elle même et agissait de manière incohérente… Sans attendre la réponse de sa collègue, la brunette retourna devant le cadavre et tenta de le soulever malgré ses mains encore tremblantes.
©️junne.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Ven 27 Oct - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mar 12 Sep - 21:15

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Nirina essayait de ne pas prêter attention à Lexie qui s’essuyait les mains pour tenter de retirer le sang qui les maculait. Pas seulement parce qu’elle n’arrivait pas encore à se remettre de ses émotions, mais aussi parce qu’une part d’elle vivait encore dans le déni de la situation dans laquelle elle était empêtrée. Elle poussa un bruyant soupir d’exaspération lorsque son amie lui annonça qu’il s’agissait d’un drogué, son ancien compagnon par dessus le marché. Pour Nirina, cela faisait trop de choses à assimiler en une fois, elle venait de voir sa collègue assassiner un homme, et comme si cela ne suffisait pas, elle apprenait que Lexie était sortie avec un drogué. L’esprit de cette dernière devait probablement être sur des dents de scie, il était inutile de lui faire la morale. Surtout que Nirina ne voulait pas se risquer à accompagner le cadavre reposant toujours par terre. Elle comprenait que cet homme devait avoir faire vivre à la brune un enfer pour qu’elle en vienne à un geste aussi désespéré, mais par ce geste, elle s’était condamnée, et avait entraînée la blonde avec elle. Et Nirina lui en voulait pour ça.

Et puis l’inévitable arriva, Lexie commençait à prendre enfin conscience de ce qu’elle avait fait, et Nirina assista, complètement désemparée, à ce qui ressemblait à un début de crise de nerf. Elle la voyait s’agiter, se perdre dans les mots, se râper la peau avec son mouchoir comme s’il s’agissait de papier de verre. “Chut, ça te suffit pas d’avoir refroidi un type, tu veux rameuter tout le quartier maintenant ou quoi ? Tu ne tues peut-être pas des gens tous les jours mais t’as buté celui là et c’est déjà celui de trop !” répliqua-t-elle tout bas sans rien laisser cacher de son énervement. Nirina tourna la tête de tous les côtés, comme une bête aux aguets, pour s’assurer que personne n’avait été attiré par le bruit. Si jamais on les découvrait ainsi, Lexie avec des traces de sang sur les mains, Nirina posté à côté d’un corps d’où s’épanchait une flaque de sang, s’en serait fini pour elles. Et une fois encore, l’envie de laisser Lexie en plan revint à la charge dans son esprit, mais c’était une opération suicidaire car la brune ne la laisserait jamais repartir en vie.

“J’espère pour toi que ça ne finira pas comme dans les séries policière parce que les meurtriers se font toujours rattraper.” murmura-t-elle face à la remarque de son amie. Les assassins ne s’en sortaient jamais, aussi parfait, minutieux ou tordu soit leur plan. Elle observa Lexie fouiller dans sa poche, avant que cette dernière se précipite vers elle, brandissant des clés de voiture comme un trophée. “Bah oui bien sûr, on fait disparaître le corps, rien de plus facile ! ” Cela relèverait du miracle si elles parvenaient sans encombre jusqu’à la voiture, avec la loi Murphy, elles avaient surtout toutes les chances de tomber sur une patrouille de police pile quand elles balançeraient le corps dans la voiture. Voyant Lexie tenter de soulever le corps, Nirina s’approcha d’elle et se mit de l’autre côté, attrapant les pieds pour le transporter. En voyant la tâche rouge toujours sanguinolente sur le tissu, le visage blanc et fermé de l’homme, Nirina senti un haut le coeur soulever son estomac. “Je crois que je vais vomir…” Et juste après elle dût se reculer, pliée en deux, pour rendre son déjeuner, la bile âcre lui brûlant l’oesophage. S’épongeant le front luisant de sueur avec sa manche de veste, elle en profita pour sortir une bouteille d'eau du fond de son sac et la bue avidement tout en se rinçant la bouche pour retirer toute trace acide. Elle en profita pour laisser couler un fin filet dans le creux de sa main qu'elle passa ensuite sur son visage pour se rafraichir. Enfin la jeune femme se releva pour reprendre sa place et souffla sous l’effort alors qu’elle agrippait à nouveau les pieds du drogué. Ils ne leur restait plus qu’à avancer cahin-cahin jusqu’à la voiture, la blonde laissant Lexie la guider. “Tu sais quoi Lexie, si un jour on me disait que t’as fini à l’asile psychiatrique, je serais même pas étonnée. Bon allez, elle est garée où cette foutue bagnole ? ”
made by black arrow


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mer 8 Nov - 19:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mar 31 Oct - 13:30

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
Tout en cherchant une bonne prise au niveau des épaules du cadavre, Lexie grogna aux paroles peu rassurantes de Nirina. « T’avais une meilleure idée peut-être? » Rétorqua la brune sur un ton désagréable, avant de soulever le corps de toutes ses forces et attendant l’aide de sa collègue. Nirina récupéra enfin les jambes et les deux jeunes femmes commencèrent à avancer de quelques petits pas en direction de la voiture. Elle n’eut pas le temps de relever les mots de la blonde, que celle-ci lâcha soudainement le corps pour aller vomir un peu plus loin. « Ohh, ça va! Y a presque rien... » Lexie faisait la fière, mais en vérité, elle n’était pas loin de l’état de Nirina. En regardant à son tour les tâches de sang sur son ex, elle ne put s’empêcher d’afficher une grimace de dégoût et détourna rapidement les yeux.

Les deux jeunes femmes reprirent la marche non sans difficulté. La brunette jetait quelques regards derrière elle pour se guider et vérifier que personne n'arrivait à leur rencontre. Ne supportant pas le sarcasme de sa collègue, elle ne pouvait s'empêcher de se mettre aussitôt sur la défensive. « Hey c’était lui ou moi, d’accord?! C’était de la légitime défense... » Le cadavre était lourd et au vu de la corpulence des deux jeune femmes, la tâche allait être plus compliquée que prévu. Lexie priait pour qu’elles ne croisent personne jusqu’à la voiture. Encore sous le choc, son corps tremblait de stress et les mots de sa collègue n’arrangeaient rien depuis le début. Alors, pour se défouler un peu, elle se mit à marmonner quelques mots. « Comme si j’avais prévu d’emmener mon ex dans une ruelle pour l’éventrer. J’ai autre chose à  faire que de m’embarquer dans ce genre de problèmes… Franchement, y a marqué psychopathe sur mon front? » Fit-elle d’un ton de plus en plus irrité en adressant un regard mauvais à Nirina. Elle souffla bruyamment tout en essayant d’avoir une meilleure prise sur les bras de James et continua sa marche. « La voiture n’est pas loin. Juste à l’angle au bout de la ruelle. » En regardant autour d’elle, Lexie aperçut un grand carton à moitié déchiré, mais suffisamment en bon état pour s’en servir. Elle laissa alors tomber le corps de son ex par terre et s’empara du carton, posant celui-ci près du cadavre. « On va le mettre dedans, ça sera moins risqué. »

À peine le corps installé au fond, Lexie posa sa veste par-dessus et tenta de refermer le carton. Au même moment, des bruits de pas lointains et des voix résonnèrent dans la ruelle. « Merde! » Lexie paniqua, poussa difficilement le carton contre le mur avec son pied et regarda rapidement autour d’elle avant de constater l’état de son chemisier et le sang encore visible sur elle. Alors que les deux inconnus s’approchaient dangereusement de l’endroit où elles se trouvaient, Lexie ne trouva pas mieux à faire qu'attirer brusquement Nirina contre elle pour la couvrir. N’ayant pas contrôlé son geste, elle se retrouva poussée et écrasée contre le mur par le corps de la blonde. Cherchant à tout prix à ne pas éveiller les soupçons, et sans vraiment réfléchir, elle agrippa la nuque de sa collègue et se jeta sur ses lèvres pour l'embrasser fougueusement. Lorsque le couple passa enfin devant elles, Lexie glissa sa main sur les fesses de Nirina et entendit quelques messes basses désagréables de la part de la femme et se retint de ne pas répliquer à ses remarques. Au moins, son plan avait fonctionné, et c’était tout ce qui comptait.

Tout en continuant d’embrasser sa collègue, elle jeta un rapide coup d’oeil dans la ruelle pour vérifier si le couple s’était suffisamment éloigné. Puis elle relâcha enfin Nirina et regarda cette dernière, restant muette quelques secondes. Elle aurait pu s’excuser pour ce qu'elle venait de faire, mais son esprit restait fixé sur l’objectif en cours; amener ce carton dans le coffre de la voiture. « On peut y aller. » Se contenta-t-elle de dire, avant de retourner soulever le carton, comme si ce qu'il venait de se passer était tout à fait normal...
junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Dim 19 Nov - 22:10

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Le corps pesait une tonne et Nirina avait les bras et les épaules qui tremblaient sous l’effort, sans compter son déodorant qui avait lui aussi claqué la porte niveau efficacité. Tout ça à cause de Lexie… Pas question qu’elle aille en prison pour elle, l’orange lui allait mal au teint et la faisait ressembler à une citrouille ratatinée. “ Bah vas-y excite-toi sur moi, j’te dirai rien ! T’as qu’à aussi me reprocher le fait qu’il soit mort, qu’il y ait la faim dans le monde et que Beyoncé se soit remise avec Jay-Z !” s’emporta-t-elle à son tour. Elle n’en revenait pas de l’ingratitude de Lexie. Elle poussa un soupir de soulagement lorsque la brune lui apprit que la voiture n’était pas loin. Avec un peu de chance elles pourraient balancer le cadavre dans le coffre et Nirina laisserait à Lexie le soin de se débrouiller pendant qu’elle repartirait de son côté. Cependant elle jeta un regard dubitatif en direction du carton. “Berk, moi je touche pas ça, on sait pas où ça a trainé, si ça se trouve il a servi de maison à un clochard..” répondit-elle en grimaçant de dégoût. Cependant elle aida quand même Lexie à planquer le corps, tout en faisant attention à ne pas trop rentrer en contact avec le déchet.

Ce fut le juron de Lexie qui l’interpella en premier, puis lorsqu’elle en compris la cause, son coeur s’accéléra subitement. Ce qu’elle redoutait le plus était en train de se passer, des gens arrivaient sur elle. Il n’y avait rien de plus flagrant qu’un carton aussi immense et une veste qui le recouvrait, c’était comme poser un panneau avec écrit dessus “ Regardez il y a un truc bizarre juste ici.” “Putain on va aller en taule, je veux pas y aller, on est foutu, merde, merde, merde.” pleurnicha-t-elle pendant que Lexie tentait de dissimuler le carton. Et sans prévenir, Lexie la colla brusquement contre elle avant de finir plaquée contre le mur. Elle poussa un cri de protestation qui fut bien vite étouffée par les lèvres de sa collègue collées aux siennes. Et ça, Nirina devait reconnaître qu’elle ne l’avait pas vu venir… Instinctivement, elle répondit au baiser même si elle était extrêmement remontée contre la brune. C’était la première fois qu’elle embrassait une femme, et même si c’était aussi humide qu’avec un homme, la jeune femme devait bien avouer que ce moment n’était pas des plus désagréable. Cependant elle poussa un gémissement offusqué lorsqu’elle sentit une main lui agripper les fesses, gémissement qui sembla être interprété différemment par les individus qui se trouvaient dans son dos vu les choses désagréables qui parvinrent jusqu’à ses oreilles. Lorsque les passants se furent suffisamment éloignés, Lexie se détacha enfin d’elle. “ La main sur les fesses c’était pas obligé hein” lui reprocha-t-elle. Mais Lexie ne dit rien, ce qui énerva encore plus la blonde. Pire, sa collègue ne chercha même pas à s’expliquer et retourna soulever le carton dans l’indifférence la plus totale. “ Euh excuse-moi c’est tout ce que tu as me dire ? Non parce que c’est pas comme si tu m’avais roulé une pelle sans même me demander mon avis hein ?” s’emporta-t-elle. Elle alla aider la brune pour soulever le carton, mais elle était toujours en colère. Elles continuèrent à marcher jusqu’à l’angle de la ruelle et Nirina aperçut une voiture solitaire qui était garée là. Probablement la voiture du macchabée. Mais avant qu’elles n’atteignent la voiture, Nirina laissa tomber d’un coup le carton, laissant la brune trébucher, emportée par la lourde charge. “ Tu pourrais au moins t’excuser quand même ! Tu butes un mec, tu m'embarques dans tes merdes et comme si ça suffisait pas, tu trouves un prétexte pour me peloter !” s’énerva-t-elle en veillant à ne pas crier. “ Je dis pas que j’ai pas aimé ça, tu embrasses super bien même, et attention ne t’imagine rien ! Je dis juste que… Putain Jenkins c’est quoi ton problème ?”
made by black arrow


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mar 19 Déc - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Lun 20 Nov - 14:30

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
Lexie soupira bruyamment. Elle s’attendait bien évidemment à ce que sa collègue n’apprécie pas le geste qu’elle venait de faire, mais elle n’avait pas vraiment réfléchi, sur le moment. Tout en essayant de garder son calme pour ne pas attirer encore plus les foudres de Nirina, la brune la regarda et prit un ton étonnamment calme pour lui répondre. « Écoutes, c’est la seule idée qui m’est venue pour nous éviter de passer pour deux folles avec un cadavre dans un carton, d’accord? Et ça a fonctionné, alors je vois pas où est le problème? À part paniquer, qu’est-ce que t’aurais fais, toi? » Tu parles de discrétion... « Oh mon Dieu qu’est-ce qu’on va faire, merde, au secours! Regardez-nous trimballer un mort! » Ajouta Lexie en imitant sa collègue avec une voix aiguë et un air dramatiquement pathétique.

Heureusement pour elle, Nirina accepta de l’aider à continuer, non sans râler dans sa barbe et tirer la gueule, évidemment. Mais ça, elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir... Elles arrivèrent bientôt à l’angle de la ruelle. En voyant la voiture de son ex, Lexie se sentait déjà plus soulagée, mais tout aussi stressée à l’idée de quitter la petite ruelle pour emprunter une rue plus éclairée avec un plus grand pourcentage de chances de se faire repérer par des passants. Il fallait bien avouer que voir deux nanas se traîner un énorme carton au beau milieu de la nuit n’avait vraiment rien d’anodin, surtout lorsque l’une des deux portait un chemisier à moitié déchiré et des taches d’un rouge plutôt inquiétant…

Cependant, elle fut bien vite stoppée dans ses pensées, lorsqu’elle sentit le poids du carton la tirer brutalement vers le sol, manquant de la faire trébucher et tomber stupidement. Surprise, Lexie regarda Nirina. Voilà maintenant que sa collègue lui demandait des excuses. « Nirina, tu penses vraiment que c’est le bon moment pour discuter de ça?! » Lui répondit-elle sur le même ton, après avoir vérifié que personne n’arrivait dans leur direction Elle s’arrêta lorsque la jeune femme enchaîna et haussa les sourcils à ses mots. C’était bien la dernière chose qu’elle s’attendait à entendre de la part de sa collègue. Plutôt flattée, mais aussi et surtout surprise, Lexie ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé, avant de se redresser pour se remettre à sa hauteur. « Okay, c’est bon, excuse-moi d’avoir profité de la situation pour te toucher le cul. Ça te va? T’es contente? » Bien sûr qu’elle était honnête. Oui, le coup de la main sur les fesses n’était pas obligé, mais au moins, ça leur avait permis d’ajouter légèrement plus de crédibilité à la situation. « Mais avoue que c’était quand même excitant… » ajouta la brune en marmonnant et souriant à sa propre connerie. Puis elle tenta de reprendre un peu plus de sérieux, se rappelant qu’elles étaient en plein milieu de la rue, avec cet énorme carton. « Tu veux bien qu’on se reconcentre sur le macchabée ou tu préfères attendre d’autres passants pour que je t’embrasse à nouveau? » Fit-elle à sa collègue, d’un air taquin et en lui adressant un clin d'oeil. Rien de mieux que de remuer un peu le couteau pour agacer sa collègue… Enfin, au sens littéraire, bien sûr. Un seul mort, c’était suffisant. Il fallait bien essayer de dédramatiser la situation, c'était son seul moyen de ne pas se laisser emporter par la panique... La voiture était à une dizaine de mètres. Encore un petit effort et elles pourraient déjà être soulagés d’avoir caché ce foutu carton dans le coffre. Après ça, Lexie allait improviser.
junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mar 19 Déc - 20:29

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Nirina se rendait bien compte que péter une durite au beau milieu d’une rue était à la fois stupide et surtout irréfléchi mais c’était plus fort qu’elle, elle se sentait en droit d’avoir une explication quant au comportement de Lexie. “ Je te demande pas une dissertation en trois parties, je veux juste de simples explications” grommela la blonde. Lexie avait raison, le moment était mal choisie mais Nirina était une femme butée. Lorsqu’elle avait une idée en tête, il aurait été plus facile de faire lâcher à un chien son os, plutôt que l’idée de Nirina. “ Ah tu vois tu l’avoues ! T’as profité de la situation pour me peloter ! Bon, je sais être magnanime, je t’accorde mon pardon.” rétorqua-t-elle en prenant un air suffisant comme l’aurait fait tout bon monarque d’avant la Révolution qui aurait voulu gracier un paysan. Mais évidemment Lexie ne pu s’empêcher d’en rajouter une couche, même en le marmonnant, Nirina avait entendu sa phrase. “ Même si c’était le cas, plutôt mourir que de l’avouer, vicelarde.” répondit-elle à demi-voix elle aussi. Oui Nirina semblait avoir plus qu’apprécié ça, mais elle détestait se faire prendre par surprise de cette façon. A défaut de se faire prendre d’une autre façon. “ Ahah, madame a de l’humour.” lui fit-elle sèchement la remarque. “ Enfin t’as raison, le macchabée d’abord.” À l’unisson, Lexie et elle soulevèrent une nouvelle fois le carton avant de s’avancer jusqu’à l’arrière de la voiture. Une fois que sa collègue eut déverrouillé le coffre et soufflant sous l’effort, les deux femmes extirpèrent le mort de son carton avant de le balancer sans ménagement dans le coffre. Et une fois la porte arrière refermée, Nirina se sentit pousser des ailes, comme une montée d’adrénaline devant cette nouvelle étape qui signifiait qu’elle en avait presque fini avec toute cette histoire. “ Génial, c’est déjà ça de fait, file moi les clés, on planque le cadavre et chacun rentre chez soi.” répondit-elle en arrachant les clés de la main de Lexie. Elle n’attendit pas la réaction de cette dernière et fonça s’asseoir sur le siège conducteur en attendant que sa collègue la rejoigne côté passager. Puis, elle inséra la clé dans le contact et fit démarrer la voiture, appuya sur l’embrayage, passa la première. “ Allez c’est parti !” s’exclama-t-elle avant d’être brutalement secouée par la voiture qui fit un sursaut avant de s’arrêter aussitôt. “Ah… J’ai calé.” remarqua-t-elle d’un air penaud. Mais plutôt que de se laisser abattre, elle remit le moteur en route. “ Mais comment on passe la marche arrière sur ce truc, attend peut-être que si je force là ça va… AH PUTAIN DE KLAXON MERDE !” s’énerva-t-elle alors que son coude alla valser en direction de ladite partie du volant qui actionnait le klaxon, pendant que la voiture elle cala à nouveau. “ ARRÊTE DE ME REGARDER ÇA ME STRESSE ! ” s’énerva-t-elle alors qu’elle imaginait le regard pesant de Lexie sur elle.  “ Non mais c’est pas parce que j’ai raté 3x fois mon permis que je sais pas conduire hein…” se sentit-elle obliger de lui expliquer. Oui Nirina était une piètre conductrice, et maintenant que l’adrénaline était retombée, elle se demandait si elle avait été vraiment intelligente de vouloir être la conductrice. “ J’ai vu tous les Fast and Furious, si des gorilles remplis de stéroïdes peuvent y arriver, y a pas de raison que ça soit pas pareil pour moi !” De rage elle débraya de nouveau pour ré-enclencher la première, puis enfonça son pied dans l’accélérateur. La voiture réagit au quart de tour dans un sursaut de mécontentement, et un immense bruit de tôle froissée raisonna dans la rue lorsque leur voiture fonça comme un taureau dans la voiture stationnée devant elles, déclenchant l’alarme de la voiture tamponnée. “ Oh et puis merde, t’as qu’à prendre ma place Schumacher.” s’énerva-t-elle en claquant la porte de la voiture pour se rendre à la place du mort. C’était une place qui lui convenait mieux, puisque la désignation de cette place correspondait aussi parfaitement à l’état de sa dignité. Elle pesta en attendant que Lexie prenne la place du conducteur, boucla sa ceinture et croisa les bras contre elle comme un enfant boudeur.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mar 16 Jan - 19:35

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
Nirina l’avait mauvaise, et même si Lexie s’en amusait, elle ne faisait pas vraiment la fière. Essayant de garder son calme et de positiver sur la situation, elle attendait que la jeune femme reprenne le carton pour atteindre la voiture. Elle s’empressa d’ouvrir celle-ci une fois le carton posé près du coffre. Après avoir vérifié que la rue était bien déserte, les deux jeunes femmes récupérèrent le corps pour le balancer à l’intérieur, sans aucune douceur. La brune en profita pour reprendre sa veste qu’elle enfila et à peine le coffre refermé, la blonde s’empara des clefs de la voiture, laissant Lexie sur place, étonnée. Elle qui s’attendait plutôt à voir Nirina détaler comme un chevreuil une fois le cadavre rangé dans le coffre. Elle resta interdite pendant plusieurs longues secondes, avant de se décider enfin à la rejoindre et s’asseoir côté passager. Ceinture bouclée, elle tourna son regard vers sa collègue et attendit. Et attendit. Et attendit… Et se pinça les lèvres à se faire mal, pour ne pas éclater de rire en admirant Nirina se ridiculiser. Malgré le barouf que la jeune femme s’amusait à faire avec la voiture, Lexie était bien trop occupée à se moquer d’elle pour s’inquiéter d’attirer tout le quartier. Finalement, Nirina quitta l'habitacle en râlant, invitant la brune à la remplacer. Se retenant de pouffer de rire, Lexie s’installa à son tour derrière le volant. Elle adressa ensuite un sourire taquin à sa collègue tout en tournant la clef, et fit vibrer le moteur comme le feraient les gorilles de Fast and Furious. Heureusement pour elle, ce n’était pas la première fois qu’elle conduisait la voiture de son ex. Après avoir fait sa manoeuvre, elle s’engagea sur la rue et accéléra, sans vraiment se préoccuper de la destination. Il ne restait plus qu’à espérer ne pas se faire arrêter pour un simple contrôle d’alcoolémie, avec le bouquant que Nirina venait de faire....
Dans la voiture, le silence régnait depuis plusieurs longues minutes. Lexie n’osait plus regarder sa collègue, à la fois concentrée sur la route et perdue dans ses pensées. La scène du meurtre tournait en boucle dans sa tête, le stress commençait doucement à refaire surface. Discrètement, elle jeta un regard en direction de la blonde, les mains tremblantes et serrées sur le volant. Une fois qu’elles auraient enterré le corps, qu’allait-il se passer? Lexie avait beaucoup de mal à croire que leur vie n’allait pas changer après ça. Elle serait rongée par la peur et les remords jusqu’à la fin de ses jours, probablement derrière les barreaux, puisque sa collègue n’aurait pas été capable de tenir un tel secret. Lexie déglutit difficilement, passant sa langue sur ses lèvres, avant d’ouvrir enfin la bouche, la voix tremblante. « Nirina… J’ai peur. » Sans même regarder la jeune femme, elle souffla pour tenter de reprendre le contrôle de sa respiration et enchaîna « Je te demande pas de me rassurer, je pense même que t’en as pas envie. J’ai juste besoin de parler... Je sais que tu tiendras pas ta langue et que tu finiras par me balancer à la police, et c’est tout à fait légitime de ta part mais… J’ai pas voulu te menacer tu sais, j’ai pris peur en te voyant, j’ai à peine réalisé ce que je venais de faire et je savais pas comment réagir… » Son pied appuyait de plus en plus sur l’accélérateur, lançant la voiture dans une course contre le débit de ses paroles. « Je veux pas que tu crois que j’ai volontairement planté mon ex. C’est lui qui m’a emmené dans cette ruelle et je veux même pas savoir ce qu’il m’aurait fait, si je m’étais pas défendu… Tu sais, c’était un mec violent et imprévisible, c’était un connard… Je dis pas qu’il méritait de mourir, même si je sais que j’ai sorti le contraire tout l’heure je le pensais pas en fait... » Rattrapée par la panique, Lexie haussait la voix à mesure qu’elle parlait, le regard perdu devant elle, essayant tant bien que mal de se concentrer la route. « Je suis pas en train de me chercher une excuse mais je voulais pas le tuer. Je te jure que je voulais pas le tuer... » Lexie ne regardait même plus le compteur. Heureusement pour elles, la route était droite et elles étaient sur le point de quitter enfin la ville. Dans un dernier espoir de s’en sortir et lancée dans les aveux, comme persuadée qu’elle a allait y rester, la brune enchaîna sur un tout autre sujet. « Tu sais Jeff le stagiaire, celui que tu trouves mignon, il en pince pour toi, il me l’a dit. Il t’avais laissé un mot sur ton bureau et je l’ai déchiré parce que j’étais jalouse. » Bonjour le changement de sujet foiré. Réalisant trop tard ce qu’elle venait de dire, la brune s’insulta, se trouvant totalement stupide à cet instant. « Je sais pas pourquoi j’ai dis ça, oublies. » Prise d’une soudaine bouffée de chaleur - et de honte - elle ouvrit la fenêtre. « J’AI CHAUD! » puis la referma. « PUTAIN IL FAIT FROID! » pis la rouvrit « MERDE! » pour finalement s’allumer une cigarette, gardant une main sur le volant. Elle jeta ensuite le paquet sur les genoux de sa collègue. « T’en veux une? »
junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mer 17 Jan - 20:44

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Evidemment Lexie n’avait eu aucun mal à faire démarrer la voiture et à rouler en trombes sans tamponner de voiture au passage, et la blonde avait dû cacher sa mine contrariée. En regardant le paysage défiler sous ses yeux par la vitre, elle se rendit compte que dans l’euphorie du moment, elle avait loupé sa chance de s’échapper comme elle avait pensé le faire pendant qu’elle portait le corps aux côtés de Lexie. Mais sans en comprendre la raison, elle comprit que désormais elle n’avait plus vraiment envie de laisser seule son amie. Son changement d’avis était si soudain qu’il l’étonnait elle-même. Elle jeta un regard étonnée à Lexie face à sa remarque. Elle, avoir peur ? Ça, Nirina avait du mal à le croire, elle qui semblait si solide, elle qui n’avait pas hésiter à planter un type de sang froid. Seulement sa gorge se serra d’émotion et la culpabilité l’envahit aussitôt à mesure que son amie conintuait à parler. Elle se demandait comment la brune avait pu lire aussi clairement dans son esprit et se demandait si elle avait vraiment une tête de balance affiché sur son front. “ Non mais t’inquiète, ça aurait pu arriver à n’importe qui.. Enfin non, n’importe qui bute pas son mec mais… Enfin ce que je veux dire…” Nirina s'emmêlait les pinceaux et n’arrivait pas à aligner deux mots cohérents et pour cause, son esprit était surtout focalisé sur la vue du compteur de l’accélérateur qui commençait à follement s’emballer. “ Tu veux pas ralentir avant de tout m’expliquer ? Non parce que selon le code de la route, la vitesse augmente par trois les chances d’accidents et réduit de deux secondes le temps de réaction” déballa-t-elle à toute vitesse. Elle détestait la vitesse et elle était plus paniquée à l’idée de savoir qu’une fille qui commençait à partir dans les mélodrames était au volant d’une voiture lancée à pleine vitesse. Cependant, son attention se reconcentra bien vite sur les propos de Lexie lorsque celle-ci lui avoua son méfait. Jeff était du genre gentil, attentionné et drôle, tout ce qui plaisait à Nirina, et cette dernière n’en revenait pas que la brune ait osé faire ça. “ Non mais t’es gonflée toi, depuis quand tu te mêles de mes histoires de coeur ?” Elle regardait Lexie qui n’en menait pas large avec sa fenêtre et devinait la gêne de celle-ci mais elle était encore beaucoup trop remontée contre cette dernière. Elle fixait le paquet de cigarettes jeté sur ses genoux et le fixait bêtement. La dernière fois où elle avait fumé remontait à ses années à la fac, pour faire comme les copines. Mais elle se fit la réflexion que s’en griller une ne pourrait pas lui faire de mal. “ Concernant ton ex, je voulais te dire que… Oh bordel elle est forte cette merde, comment t’arrives à fumer ça !” La fumée lui arrachait la gorge et elle toussait en s’en cracher les poumons. “ Ecoute Lexie, je dis pas qu’un jour je pourrais te pardonner, mais j’irais surement pas te balancer. De toute façon je suis complice maintenant et j’ai pas envie de finir au trou…”  poursuivi-t-elle tout en balançant la clope par la vitre. “ Je te crois quand tu dis que tu voulais pas le faire, je te connais pour savoir que t’es pas ce genre de fille, t’as paniqué et t’as merdé c’est tout.” Comme pour mieux consoler son amie, elle plaça sa main sur celle de Lexie qui tenait le volant et la serra doucement. “ Mais dis-moi un truc… Ça te ferait chier si Jeff et moi on sortait ensemble ? Non parce que…” cependant la blonde ne pu finir sa phrase lorsqu’un éclair lumineux l’aveugla. Le son qui suivit la glaça d’effroi et une horrible envie de vomir la prit à l’estomac lorsqu’elle vit une voiture de police, les phares incendiant la nuit et la sirène beuglante, rouler à leur niveau, le policier à bord leur faisant un geste pour les obliger à se garer sur le bas-côté. “ Oh non.. On fait quoi Lexie ?” Elle n’arrivait pas à croire que si près du but, tout était sur le point de voler en éclat. “ Ecoute Lexie, si on s’en sort pas, ou qu’importe ce qui va nous arriver, je te pardonne pour Jeff, et je t’en veux pas de m’avoir embrassé tout à l’heure, et si j’avais été lesbienne j’aurais couché avec toi sans hésiter et… putain si on va en taule, je jure que je te tue !”
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1577
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
SITUATION : Quelle importance...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Jeu 18 Jan - 14:56

Dis, Siri: comment planquer un corps ?
Nirina & Lexie
Lexie enchainait les taffes pour sentir les effets de la nicotine sur ses pauvres petits nerfs à vif, tandis que Nirina s’étouffait à moitié en allumant la sienne. Silencieuse, elle écoutait la jeune femme qui, mine de rien, arrivait à la rassurer. Elle hocha faiblement la tête, les larmes aux yeux et se pinçant les lèvres. Mais lorsque la main de la blonde se posa sur la sienne, Lexie dévisagea cette dernière, surprise. « Mais dis-moi un truc… Ça te ferait chier si Jeff et moi on sortait ensemble ? Non parce que… » la brune mit beaucoup plus de temps à entendre la sirène. Lorsque la voiture de police arriva à leur hauteur, elle se sentit soudainement prise d’un malaise. « Oh non.. On fait quoi Lexie ? » La bouche entre-ouverte, incapable de prononcer le moindre mot, elle gardait son allure, comme si sa conscience venait de se barrer par la fenêtre, sa vessie n'était pas loin de la lâcher aussi. « Ecoute Lexie, si on s’en sort pas, ou qu’importe ce qui va nous arriver, je te pardonne pour Jeff, et je t’en veux pas de m’avoir embrassé tout à l’heure, et si j’avais été lesbienne j’aurais couché avec toi sans hésiter et… putain si on va en taule, je jure que je te tue ! » « Quoi?! Mais… Mais t’es pas bien de me sortir ça maintenant toi?!! » S’écria-t-elle, sans relever la dernière phrase de Nirina. À la limite de la crise de nerfs, les doigts blancs à force de serrer son volant, la brune leva enfin son pied de l’accélérateur pour ralentir et se rangea sur le côté. Une fois le frein à main enclenché, elle écrasa son front contre le volant. « Oh putain tuez-moi, par pitié. Je veux mourir. » lança-t-elle en chouinant, alors que le policier s’approchait de la voiture. Dans un dernier élan de lucidité, Lexie ferma entièrement sa veste pour cacher les dégâts de son chemisier et écrasa sa cigarette dans le cendrier près d’elle avant de se tourner vers sa collègue. « Surtout tu dis pas un mot! Je vais trouver quelque chose. » D’imposantes épaules se baissèrent au niveau de sa fenêtre, et le faisceau de la lampe torche lui éclata les yeux. Malgré tout, elle afficha un large sourire colgate à l’intention du policier qu’elle n’arrivait même plus à voir. « Bonsoiiir… » « Bonsoir. Coupez le moteur et sortez du véhicule s’il vous plait, toutes les deux. » Lexie manqua de faire un infarctus. Elle jeta un regard en direction de Nirina et s'exécuta dans le plus grand des silences, comme un gamin qu’on viendrait de prendre sur le fait. À peine sortie, le policier lui agrippa gentiment le bras et l'entraîna vers l’arrière de la voiture. Lexie senti la panique l’envahir, s’imaginant déjà devoir expliquer ce qu’un macchabée foutait dans le coffre… « Écoutez monsieur l’agent, je sais que je roulais trop vite c’est juste que… » « Est-ce que vous avez consommé de l’alcool ou de la drogue? » La coupa-t-elle tout en l’obligeant à poser ses mains sur le coffre pour commencer une fouille. « Seulement deux verres de vin. Je n’ai jamais touché à la drogue. » Jura la brune, essayant de garder son calme, alors que ses yeux semblaient voir le cadavre sagement rangé à l’intérieur, juste sous son nez. L’agent la fit se retourner, planta sa lampe à quelques centimètres de ses yeux, l’aveuglant pendant quelques secondes, avant de pointer du doigt la ligne blanche de la route. « Marchez en équilibre. » « Pardon? » « Suivez cette ligne, pour voir si vous marchez droit! » Lexie trottina jusqu'à la ligne et suivit celle-ci en s'appliquant, les bras écartés, se sentant totalement stupide. « C'est bon. Pourquoi rouliez-vous aussi vite? » « Je n’ai pas fais attention au compteur, j’étais juste pressée de rentrer… La babysitter nous a appelé ma femme et moi pour nous dire que notre enfant était malade… » Il jeta un regard en direction de Nirina, esquissa un large sourire aux deux jeunes femmes, puis s’écarta légèrement de la brune. « Ohh! Mon mari et moi essayons aussi d’avoir un enfant. » Lexie resta perplexe. « Bon… Vous semblez honnête et je comprends votre inquiétude. Mais ce n’est pas une excuse pour rouler aussi vite! Ce sera juste une mise en garde pour cette fois. » annonça-t-il en reprenant un air plus sérieux, avant de s’éloigner vers sa voiture. « Bonne soirée, mesdames. » « Bonne… soirée? » articula difficilement Lexie, encore choquée par ce qu’il venait de se passer. Elle se tourna vers Nirina et leva les bras, espérant une explication de la part de sa collègue, mais la jeune femme semblait tout aussi perdue. Elle regagna finalement sa place et s'étala sur son siège à peine la portière refermée. « Ohhhhhhhhhhh j’ai cru que j’allais lui vomir dessus. » Lexie regarda la voiture de police s’éloigner, récupérant un rythme cardiaque à peu près normal, avant de démarrer la voiture. Puis elle se tourna rapidement vers sa collègue. « Ok, avant que tu t’excites à nouveau sur moi… c’était la seule excuse bidon que j’ai trouvée!!! » Lança Lexie en s’excitant elle-même, sans même laisser le temps à la blonde de réagir. « Et que les choses soient claires… » elle marqua un temps de pause pour passer la première et accélérer mais surtout pour retarder sa réponse. « ... je suis pas lesbienne non plus. Voilà. » finit-elle en parlant à moitié dans sa barbe. « De toute façon tu fais ce que tu veux avec Jeff, hein. J’étais dans un mauvais jour quand j’ai déchiré ce papier. C’est pas ce que tu crois. Je suis pas jalouse. Je m’en fous de Jeff. » Lexie adressa un regard à Nirina, avant de se rattraper. « Et de toi aussi, hein! Et puis merde, je t’ai dit d’oublier! Arrêtes d’en parler! Et me regarde pas comme si j’avais tué quelqu’un, j’ai fais quoi encore? Je t’ai pas emballé cette fois! » Lâcha-t-elle en continuant de s’exciter avant de se concentrer sur sa conduite. Traumatisée à l’idée de tomber à nouveau sur une voiture de police, Lexie fixait plus son compteur que la route. « Tu parles d’une soirée de merde… J’aurais mieux fait de me faire égorger finalement… » marmona-t-elle, penchée sur son volant pour esquiver le regard de sa collègue.
junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1723
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
Bitches ain t shit and they ain t saying nothing A hundred mothafuckas can t tell me nothing. I beez in the trap.
SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 31 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   Mer 14 Fév - 0:44

“Dis, Siri: comment planquer un corps ?”
Lexie ft. Nirina


Pour Nirina, le pire des scénarios était en train d’arriver. Dans ce genre de situation, l’instinct de survie prévalait sur tout, et son instinct devait être parti en R.T.T puisqu’il lui indiquait d’ouvrir la porte du passager et de mettre les voiles. Vu la vitesse à laquelle Lexie roulait, c’était du suicide, si la blonde avait beaucoup de chance, on retrouverait d’elle peut-être une dent plantée dans le bitume. Ses doigts titillaient sérieusement la poignée lorsqu’elle sentit le véhicule ralentir jusqu’à se ranger sur le bas-côté. Son visage se liquéfia quand le gargantuesque policier leur demanda de sortir de la voiture. Pourquoi elle aussi ? Elle n’avait rien fait de mal, c’était Lexie qui s’était cru chez les français avec leur tournoi de Formule 1, pas elle. Sans mot dire, elle observait ce curieux ballet d’un agent des forces de l’ordre en train de procéder à une interpellation des plus banales, loin de se douter qu’il avait en réalité affaire à une meurtrière et sa complice. “... la babysitter nous a appelé ma femme et moi pour nous dire que notre enfant était malade..” Pendant quelques secondes, ses yeux clignèrent d’incompréhension. Retenez-moi je vais la frapper… jura-t-elle dans sa tête. Elle était bien trop occupée à lancer un regard noir à Lexie pour se réjouir de voir que le policier les laissait repartir sans d’autres formalités. Elle laissa un blanc pesant s’installer de retour dans le véhicule avant d’enchainer d’une voix tranchée. “ J’dis ça j’dis rien, mais j’dis quand même que Freud aurait beaucoup de choses à y redire sur tes manières de faire.” Elle coula un regard malicieux en direction de Lexie, même si cette dernière ne la regardait pas. “ Jure sur la tête de tes parents que si je fais une sex tape avec Jeff et que je te l’envoi, ça te fera ni chaud ni froid ” enchaîna-t-elle aussitôt, bien décider à mettre Lexie dans l’embarras jusqu’au cou. C’était une façon pour elle de se venger du coup des femmes mariées allant chercher le gosse malade. “ Enfin bon… Si tu dis que t’es pas jalouse et que t’es pas lesbienne. Je vois pas pourquoi je te croirais pas.” Nirina regardait le paysage défiler sous ses yeux, les ombres environnantes enchainaient avec la lumière des villes qui ressemblait à une lâchée de lampions. Et n’y tenant plus, elle laissa éclater la phrase qu’elle retenait depuis le début. “ OUH LA MENTEUSE LEXIE EST AMOUREUSE ! ” s'esclaffa-t-elle grassement, pire qu’une hyène. Elle devait essuyer les larmes qui perlaient au coin de ses yeux sous les assauts du fou rire. “ T’es trop drôle quand t’essaies de  mentir.” Mais Nirina abandonna bien vite ses taquineries lorsqu’elle remarqua qu’un panneau annonçait une prochaine sortie en direction d’un forêt protégée. “ Prend la prochaine sortie, si on doit planquer le corps quelque part, c’est par là qu’il faut aller.” Il devait forcément y avoir des lacs, de la terre meuble, n’importe quoi qui les aiderait à se débarrasser définitivement du macchabé.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nixie ♖ "Dis, Siri: comment planquer un corps ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kenshiro Musashi
» A force de tenter le Diable, on se brûle. [PV Logan]
» Comment contrer un mumak?
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» comment peindre des orientaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: Ostrov Island - Outside :: The Other Side-