AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 330
MIROIR : Stephen James
IDENTITÉ : anesidora (Emily)
CRÉDITS : bonnie (avatar) » bat'phanie (signature) » whoiselijah (gifs) » clyde (crackship)
A DÉBARQUÉ LE : 03/07/2017
FORCE : 1171

SITUATION : Single. But it's actually a big mess.
EST ÂGÉ DE : 25 ans.
avatar
L. Semyon Kozlov

MessageSujet: (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn   Jeu 13 Juil - 22:26



how fast we fall
you pray for the storm of your life
it's over and nothing survived


Ça a été facile.
Immensément trop facile.


Ce matin se profilait comme le générique d'un film visionné des centaines de fois, qu’on rembobine encore et encore. On a beau guetter le moindre changement, chaque seconde reste exactement la même. Le passage brutal des rêves à la réalité, l’attente interminable, le lent levé de soleil derrière la vitre. Sa lumière qui s’intensifiait progressivement dans la pièce. L’envie de tout foutre en l’air, de te foutre en l’air. Il y avait eu comme d’habitude le garde, ses moqueries, son regard sur tes tatouages, le lent défilé de couloirs. Les patients tous rassemblés dans la cafétéria pour une pitance infâme. Le retour dans une cellule – pardon, chambre – des plus austères.

Et pourtant, aujourd’hui la bobine a déraillé. Le film s’est arrêté brusquement pour laisser place à une réalité qu'tu t’es empressé de tourner à ta façon. En t’asseyant sur le lit un peu défoncé, tu l’as senti en-dessous de toi. Un craquement plus important que d’habitude. Tu as froncé les sourcils, hésité, appuyé tes mains, entendu le métal gémir. Tu t’es levé et as basculé le matelas sur le côté, au risque de t’attirer les foudres d’un garde. Et t’as ri, froidement, en voyant le sommier complètement rouillé. Complètement défoncé, aussi. Il faut croire qu'le temps et ton poids ont eu raison de lui. Tu t’es agenouillé et as passé la main entre les fils de fer jusqu’à ce qu’un ressort pointu s'décroche. Elle reposait dans ta main, cette ferraille insignifiante. Une idée malsaine s’est alors infiltrée dans ton esprit et n’en n’est plus ressortie.

Et tu l’as fait.
Ça a été facile. Trop peut-être.


Le liquide coule entre tes doigts. Fébrilement, tu jettes un œil aux marques sombres. Elles s’étalent sur ta paume, glissent le long de ton poignet, s’arrêtent proche de ton coude droit. Des éraflures strient ta main gauche. Tes tatouages luisent d’hémoglobine. Tu marches d’un pas peu assuré dans les couloirs en essayant de cacher comme tu peux le rouge sur ta peau. Le ressort coupable sous ton matelas imbibé de sang et ta porte forcée sont déjà assez révélateurs comme ça. Ton regard s'lève et s'brouille sur une porte blanche. C’n’est pas le repère d’un autre fou, celle-là. Ton épaule donne un coup sur le battant et tu trébuches plus que n’entres dans la salle. L’infirmerie. Vide pour l’instant. Faut en profiter ça n'durera sûrement pas. Sans réfléchir plus tu t’avances jusqu’à un distributeur et en sors brusquement une ribambelle de papier, que t’écrases sur les plaies. Les picotements remontent le long de ton bras, la douleur revient, tu pousses un grognement, réprimes un sourire. C’que ça fait du bien.

Quelqu’un rentre et tu sursautes, fautif. C’est une femme, une infirmière probablement à la vue de sa tenue. Merde, merde, merde. « Hem… » Merde ! Que dire ? Que dire qui ne t’enverra pas au trou ? « Y’avait personne alors j’me suis servi. » tu fais d’une voix rauque, avec cet accent qui révèle automatiquement tes origines. Que dire ? « J’me suis… Coupé. » Et même un petit peu plus que ça.

by tris
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 247
MIROIR : nina dobrev
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 01/01/2017
FORCE : 649

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Donnie Denver

MessageSujet: Re: (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn   Sam 22 Juil - 1:02


   

semyon&donnie

   


   
« Tu es vraiment sur ? » Demandais-je à ce patient en plantant mes yeux noisettes dans les siens. « Oui, oui ! » Lança t’il avec une dose de surexcitation bien supérieure à la normale. Je fronçais les sourcils, ayant bien du mal à croire ses dires. J’avais fini par comprendre que peu de monde était honnête ici, personnel comme patient. Là, j’avais de gros doutes sur ce patient d’une vingtaine d’années. Il avait des prescriptions pour trois sortes de médicaments à hautes doses. J’étais chargée de faire prendre les médicaments aux patients aujourd’hui, mais j’avais l’impression que cet homme avait déjà reçu sa dose. Qu’il me faisait croire l’inverse pour en avoir encore. Pour planer, se défoncer. Peut-être même mourir. Et le plus effrayant, c’est que je le comprenais. Je comprenais son envie d’être ailleurs, son envie de se gaver de pilules pour se sentir mieux. A Ostrov, la vie était toujours plus simple du côté du personnel. J’avais de la chance, un privilège en or que je me devais de conserver. Ca n’était pas évident, avec tout ses regards braqués sur moi au moindre faux pas… Parfois, je rêvais de me défoncer moi aussi. Pour évacuer ce stress et ma peur. Cette peur de me faire piéger. J’étais une infirmière incompétente, tant sur le plan moral que pratique. Ma mémoire me faisait défaut, j’avais tout oublié du métier, et au lieu de me faire soigner, j’avais prétendu que tout allait bien. Hélas, depuis cette violente chute, ma vie entière avait déraillé. J’avais été nommée infirmière ici, dans cet établissement sinistre, là ou des patients souffrant sévèrement avaient besoin de moi. Besoin d’une aide que j’étais incapable de leur offrir. Alors je faisais semblant. Semblant de savoir ce que je faisais, prenant des décisions peu convenables.

« Thomas. Je sais que tu as déjà eu ta dose de médicaments aujourd’hui. Mais si tu ne dis rien alors je veux bien t’en donner un de plus. » Il hocha la tête énergiquement et sans attendre, je lui offris le cachet. Je n’y gagnais rien. Je ne savais même pas pourquoi j’agissais dangereusement comme ça. J’avais l’impression d’avoir un soucis avec ça, les médicaments. Lors de mon hospitalisation, après ma chute, les médecins m’avaient déjà dit que mon malaise avait surement été dû à une trop grosse prise de médicaments. Mais je n’y avais pas prêté attention. J’avais peut-être eu une grosse migraine ce jour là… Ou peut-être que la vérité état toute autre et que je ne voulais pas l’entendre…

J’étais sortie de la chambre du patient, décidée à rejoindre l’infirmerie. L’alcool était plus dur à trouver que les médicaments ici. Je voulais simplement en reprendre quelques uns, pour voir ce que ça pouvait me faire… J’avais déjà pris l’habitude d’en voler dans les stocks. Pour des maux de tête, des boules au ventre. Rien de grave… Ca me permettait d’oublier, tous ces maux…

J’entrais en hâte avant de sursauter. Un patient était là. Et aussi étonnant soit-il, il ne volait pas les médicaments. Il recouvrait une blessure de papier, papier déjà coloré de rouge. Je ravalais difficilement ma salive. C’était difficile à regarder. Rapidement, je me dirigeais vers l’armoire pour en sortir du désinfectant et des bandages. Je me rapprochais du patient, infiniment plus grand que moi. « Il n’y a pas de mal. » J’espère qu’il se rendait compte de sa chance. Certains médecins ne l'auraient même pas laissé s'expliquer. Trainer dans les endroits défendus était très souvent signe d’isolement. « Mais je ne pense pas que le papier fasse l’affaire. » Je pris délicatement son bras, tirant légèrement le papier pour observer la plaie de plus prêt. « Ca a l’air grave. » Avais-je lâché sans réfléchir. Une réflexion des moins professionnelles… Je tentais de rattraper le coup. « Comment vous… Vous vous êtes fait ça? » Demandais-je, me rendant compte que je tenais toujours son bras et qu’il serait peut-être temps de le soigner.

   
   

made by pandora.

   

   

   

_________________

- hell is empty, all the devils are here -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
PILULES AVALÉES : 330
MIROIR : Stephen James
IDENTITÉ : anesidora (Emily)
CRÉDITS : bonnie (avatar) » bat'phanie (signature) » whoiselijah (gifs) » clyde (crackship)
A DÉBARQUÉ LE : 03/07/2017
FORCE : 1171

SITUATION : Single. But it's actually a big mess.
EST ÂGÉ DE : 25 ans.
avatar
L. Semyon Kozlov

MessageSujet: Re: (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn   Sam 26 Aoû - 3:18



how fast we fall
you pray for the storm of your life
it's over and nothing survived

« Il n’y a pas de mal. » Tu te retiens de hausser les sourcils. Pardon ? Un air légèrement étonné doit flotter un instant sur ton visage avant que tu ne puisses chasser ce sentiment dérangeant, et ton regard survole à nouveau cette femme qui vient d’entrer. Elle doit avoir ton âge, et est plus petite que toi. Vraiment. « Mais je ne pense pas que le papier fasse l’affaire. » Tu baisses la tête sur la compresse de fortune et le sang épongé qui s’dépose déjà sur tes doigts. Tu retires la masse tachetée de rouge et observes les striures en-dessous, avant d’recoller ça par-dessus. Tes épaules se haussent, nerveuses. « Bah, je n'ai vu qu’ça qui traînait… » Tu te mords la joue et essaies de te donner contenance. « Et puis, j’allais pas fouiller dans les armoires non plus, j’veux pas d’emmerdes moi… » Cette simple visite interdite dans cette pièce est déjà susceptible de t’en attirer des masses…
L’infirmière se rapproche, seulement attentive à ton bras. Le réflexe de le retirer est grand et pourtant, tu t’en empêches au dernier moment. Tu abandonnes tes blessures à ses soins et te contentes de t’appuyer sur le lit derrière. Avec un peu d’chance cette femme fait partie de ces membres du personnel crédules et manipulables… Ou corrompus. « Ca a l’air grave. » Tu hausses un sourcil vaguement amusé. Non, sans blague… « Comment vous… Vous vous êtes fait ça ? » Tu restes muet à cette question, y’a juste ton silence compromettant pour lui répondre.

C’est vrai tiens, comment t’es-tu fait ça Semyon ? Une liste de mensonges divers et variés défile à une vitesse affolante dans ta tête, en passant du moins logique au pas trop surréaliste. Cela dit, rien qui puisse te sauver la mise. Tu sens la panique t’envahir, les mots s’bloquer dans ta gorge et ton autre poing se serrer. Dis quelque chose. « J’vous ai dit. J’me suis coupé. Mon lit a craqué et j’ai essayé d’le réparer mais j’me suis… coupé. » Quel piètre dissimulateur fais-tu… Clairement, tu n’sais même pas si t’aurais cru à ton mensonge. Probablement que non. Suffit de voir les entailles profondes qui lézardent ton avant-bras, aussi… Tes yeux remontent à celui d’l’infirmière et une idée germe dans ton esprit. Elle est pas bien grande, cette fille. Pas bien solide. Faible. Alors, est-ce que tu te permettrais de… ?
Tu mets cependant de côté cet éclair de connerie qui t'a traversé, au moins pour l'instant. La menacer impliquerait tout un tas de conséquences auxquelles tu n’as pas envie de t’attarder pour le moment, et assurément des ennuis supplémentaires. « Est-ce que ce serait possible que ça reste entre nous… s’il-vous-plaît ? Les gens vont penser que j’recommence à faire des conneries, alors qu’c’est pas le cas. » Pour une fois, tu joues sur l’humilité malgré ton physique qui n’aide pas. Et ton accent, aussi, ton accent.

by tris

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 247
MIROIR : nina dobrev
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 01/01/2017
FORCE : 649

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Donnie Denver

MessageSujet: Re: (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn   Dim 17 Sep - 23:10


   

semyon&donnie

   


   
Je trouvais ça ironique qu’il ne veuille pas fouiller dans les armoires pour ne pas avoir d’emmerdes. Il était entré dans l’infirmerie sans y avoir été autorisé, c’était déjà une entrave au règlement… Quoique, vu sa plaie, il y avait surement un cas de force majeure ? En réalité, je n’en avais aucune idée, j’étais vraiment inutile à cet endroit. Je ne savais jamais ce que je devais faire, je ne connaissais pas les règles… Mais là, j’allais faire tout mon possible pour aider ce patient même si il ne semblait pas être très ouvert là dessus. « C’est rien, tu as bien fait de venir. » Qui sait comment cela aurait pu évoluer sans désinfectant ?

Sans trop le vouloir, j’avais l’impression de détendre un peu l’ambiance avec mes remarques stupides. Il allait finir par croire que j’étais simplement une stagiaire, ou pire, une patiente déguisée en membre du personnel. Je ne lui en voudrais même pas d’imaginer ça…
En revanche, il mentait. Ca se voyait sur son visage, même si il voulait le cacher, j’avais perçu une réaction anormale. Comme un vent de panique soudain. « Ton lit a craqué? » Demandais-je en affichant un sourire amusé, m’imaginant diverses possibilités. Mais merde Donnie ! Pourquoi fallait-il toujours que je sorte des stupidités pareilles ? Je n’avais pas besoin de savoir pourquoi ni même comment son lit avait craqué. Et puis, de toute façon il mentait ! Il s’était coupé volontairement. La plaie était bien trop profonde pour qu’il en soit autrement. Je n’ajoutais rien quant à ça. Cela ne servait à rien et visiblement, la vérité le mettait mal à l’aise. Je ne le connaissais pas. Le contredire pouvait peut-être l’énerver. On me l’avait assez répété : les patients peuvent se montrer imprévisibles.

Je lâchais délicatement son bras pour prendre une compresse et du fil dans l’armoire. Revenant vers lui, je l’écoutais me demander à ce que tout cela reste entre nous. « Ton secret sera bien gardé. » Avouais-je d’un clin d’oeil. Après tout, moi aussi je faisais des conneries. Et si un jour j’étais découverte, j’espérais tomber sur quelqu’un d’assez sympa pour ne pas le répéter. Je repris son bras pour mettre délicatement la compresse dessus. « Une fois que ça s’arrêtera complètement de saigner… Il va falloir recoudre. » Je fis un sourire pincé. Ca ne serait sans doute pas un moment agréable, pour lui comme pour moi. « C’est pour ça que tu es ici alors ? Pour ce genre de… Conneries? »

   
   

made by pandora.

   

   

   


Spoiler:
 

_________________

- hell is empty, all the devils are here -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn   

Revenir en haut Aller en bas
 

(donnie) i never noticed how fast we fall, and drawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» So fast so furious
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The infirmary-