AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Les ombres fondues – Charlie & Loulou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 100
MIROIR : Finn Wittrock
IDENTITÉ : Dragon
CRÉDITS : ©ironshy ♡ ©Solosland
A DÉBARQUÉ LE : 30/05/2017
FORCE : 389

SITUATION : Veuf et divorcé à plusieurs reprises
EST ÂGÉ DE : 33 ans
avatar
Loulou De Colombel

MessageSujet: Les ombres fondues – Charlie & Loulou   Dim 9 Juil - 23:17

LES OMBRES FONDUES

LOULOU & CHARLIE


They call you cry baby, cry baby, but you don't fucking care

☉☉☉


L'herbe sous ses pieds était humide, quelques gouttes d'eau perlaient sur ses chaussures en cuir. Les nuages rongeaient le ciel dans un désordre solaire et il commençait à s'ennuyer fermement. Il avait voulu mettre le nez dehors, profiter de l'air frais, recycler sa réserve d'oxygène polluée par les hurlements et les bavardages incompréhensibles des patients. Mais les nuages étaient gris et froissaient son semblant de bonne humeur. Les mains dans les poches, il boudait le ciel noir, les yeux tout aussi sombres. Il avançait en donnant des coups de pied rageur dans les cailloux qu'il croisait. Son plan n'allait pas comme prévu. Ça prenait trop de temps, trop de préparation, trop d'arrière-salle et pas assez de temps sur scène. Loulou s'ennuyait à mourir quand il n'avait pas de patient à examiner. Il feuilletait ses dossiers, ses calepins, il répondait aux appels de sa mère, répondait « oui », « non », puis « au revoir » avant de raccrocher, histoire qu'elle entende sa voix et qu'elle s'assure qu'il était bien vivant. Il faisait parfois même le ménage dans son bureau, dans sa chambre, mais il passait la plupart de son temps à travailler sur son plan. Son rêve. Son but ultime, bien trop éloigné de lui pour le moment. Un autre grognement fit résonner sa tête. Le bout de sa chaussure alla se cogner contre un caillou, qui vola sur une longue distance avant de s'écraser piteusement sur le chemin de gravier.

Un arbre au loin semblait faire bouger ses feuilles dans sa direction. Il le rejoignit et s'assit contre le tronc, en tailleur. Il n'avait pas l'air à l'aise, trop droit, trop raide, trop lui pour être confortablement installé. Il avait peur de tâcher ses vêtements, regardait l'herbe mouillée avec un dédain incroyable. Il cueillit un brin vert, le tortilla entre ses doigts, puis le déchira et continua plusieurs autres fois. Une nervosité le prit de court. Et s'il n'arrivait pas à devenir ce qu'il mourrait d'envie d'être ? Et s'il n'était pas assez bon acteur ? Comment toute cette histoire allait-elle se terminer ? La scène l'attendait, il était en train d'écrire le script. Qu'allait-il faire si la pièce de théâtre ne plaisait à personne ? Une pensée fut coupée par une autre, puis une autre fut coupée par une silhouette. Elle ne l'avait pas vu, il n'avait pas bougé et ne faisait aucun bruit. Il se racla la gorge bruyamment. « Vous me faites de l'ombre. » Si ombre il y avait. Sans soleil, difficile de distinguer quelque ombre que ce soit. « Allez-vous en. » Il fit un mouvement de la main, comme s'il chassait un vulgaire insecte. Ce n'était pas le moment de lui adresser la parole.

code by lizzou

Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 162
MIROIR : Jenna Louise Coleman
IDENTITÉ : Lore
CRÉDITS : ghost.writer (avatar) - Isak (gif)
A DÉBARQUÉ LE : 01/12/2016
FORCE : 754

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 34 ans
avatar
A. Charlie Mendoza

MessageSujet: Re: Les ombres fondues – Charlie & Loulou   Sam 15 Juil - 21:26


Un regard noisette se perdant dans les hauteurs. Les nuages lourds et noirs couvrant le ciel, le rendant menaçant. L'odeur de terre mouillée lui montant aux narines. Jour de repos. Le calme est sensé régner sur ces jours-là. Mais les cris. Encore et toujours. La rage. L'ennui. La folie. La solitude. Tout ces sentiments émanant des patients comme des employés pesaient sur Ostrov, rendant la brune fébrile. Sur les nerfs. Ses doigts tremblaient. Elle avait besoin de s'éloigner de cette atmosphère saturée de haine, de ressentiment et de rage avant de devenir elle-même instable. Des pas qui retentissent contre l'herbe mouillée. Les siens. Une fermeture éclair qui remonte pour se protéger du vent. Une allure bien moins sophistiquée que durant ses heures de travail. Un jean noir. Un sweat rouge piqué dans l'armoire de son frère. Une paire de converses. Et un paquet de clopes pour compléter la panoplie du jour de déprime. Ses cheveux retenus en une couette haute, le visage impassible et l'esprit ailleurs. Les doigts tremblants, une cigarette entre l'index et le majeur, un briquet entre les mains. Une petite flamme réconfortante au bout d'un zippo. Quelques souvenirs doux de Cordoba émanant tout droit d'une enfance révolue. Un arbre. Un arrêt. Une bouffée. Et une voix.

Charlie tourna la tête et aperçut un homme assis contre l'arbre. La posture raide, l'air dédaigneux. En temps normal, la brune serait tout simplement partie, ne voulant pas avoir affaire à ce qui était, visiblement, un emmerdeur de première. Mais avec l'atmosphère ambiante ? Le calme qu'elle ne parvenait pas à trouver ? Les tremblements qui l'agitaient ? Mettez ce que vous voulez en cause, toujours est-il que la jeune femme ne bougea pas. Elle se contenta d'hausser un sourcil agacé devant l'attitude exaspérante et hautaine de l'homme. Elle était sûre de l'avoir déjà croisé dans les couloirs, mais elle n'avait pas prêté attention à lui. Elle n'était là que depuis deux semaines, elle se constituait encore son petit monde, s'habituant tant bien que mal à cette nouvelle vie. Pour l'instant les seuls qui l'intéressaient, c'était ses patients, son frère, Ania et quelques autres. Les autres, pour l'instant, elle n'en avait que faire. Elle répondit d'une voix neutre et glaciale, tenant encore sa politesse légendaire. Mais si il continuait ainsi ça n'allait pas durer "-Le parc appartient à tout le monde et si ma présence vous dérange tant, vous pouvez toujours vous levez et partir. Toujours est-il que je ne compte pas bouger.". Une envie de faire chier ? D'emmerder le monde ? Que nenni. Simplement la brune en avait marre de marcher. Alors, en silence, elle continua à savourer la nicotine qui ravageait son organisme. Elle avait commencé la clope en même temps que Kaelan durant une période bien trop sombre pour être évoquée avec n'importe qui. Et depuis elle n'avait jamais arrêté, cette sensation s'étant ancrée en elle comme un réconfort doux même si illusoire et destructeur.
Revenir en haut Aller en bas
 

Les ombres fondues – Charlie & Loulou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» teddy epagneul adorable loulou!
» Le clan des Ombres
» CHARLIE X)
» BALTHAZAR MALE X LOULOU DE POMERANIE SPA DE DOUAI (59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Grass Is Green :: The Park-