AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 101
MIROIR : Evan Peters
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : Schizophrenic
A DÉBARQUÉ LE : 10/06/2017
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Jeu 6 Juil - 17:14





SIXTINE & NATHAN
 Une amitié tout feu, tout flamme

Allongé sur mon lit, je me demande ce que devient mon frère. James est psychologue avec une bonne renommée. Le voir débarquer un jour à Ostrov me ferait tellement plaisir. Il me manque terriblement.
Évitant tout contact avec les autres patients, je ne fais que penser à lui et à notre dernière rencontre. “Tu crois que c’est à cause de lui que je suis là”, questionnais-je Lucie. “Tu aurais dû le tuer...”. me répondit-elle aussi sec. Je serre les poings et la rage commence à monter. Je déteste quand elle parle de lui comme ça. Personne ne touche ou ne parle mal de mon frère, pas même elle. “Ferme-la Lucie…” La colère monte, je me lève d’un bout de mon lit, et me mets à crier tout en me bouchant les oreilles. Je m’assieds dans un coin de la chambre, les genoux contre mon menton, les mains qui cachent mes oreilles, et je me balance d’avant en arrière. Tout en continuant de crier. “Tais-toi… TAIS-TOI”. J’en peux plus, je n’ai qu’une envie, fracasser ma tête contre le mur, pour enfin être tranquille. J’aime Lucie, mais pas quand elle parle de mon frère de la sorte.
Un garde rentre en furie dans ma chambre. Toujours le même. En deux semaines que je suis ici, ce n’est pas la première fois que je fais une crise à cause de Lucie. Je crois bien qu’elle éprouve un malin plaisir à me faire souffrir comme ça. Le garde me parle et tente de me calmer. Mais cette crise est plus forte que les autres. Il lui faut l’aide d’un autre garde, pour réussir à me canaliser. Ils me portent, m’allongent sur le lit, et une fois calmer, partent faire leur ronde dans les couloirs.
Lucie s’est arrêtée. Mais ses mots résonnent encore dans ma tête. Il faut que je sorte de la chambre. Je dois me balader, faire un tour ou n’importe quoi d’autre pour me trouver une occupation. M'aérer l’esprit pour ne plus avoir Lucie, ne plus penser à elle, faire comme si elle n’existe plus.
Je prends mon courage à deux mains et ouvre la porte de ma chambre. Je marche paisiblement dans les couloirs à la recherche d’une salle avec du monde. D’un endroit bruyant, tout l'opposé de ma chambre. En marchant, la faim commence à monter et je n’ai plus qu’une idée en tête me nourrir. Même si je me doute bien que dans un hôpital psychiatrique l'alimentation ne doit pas être de qualité, mais rien que remplir mon estomac me ferait le plus grand bien.
L’entrée de la cafétéria m'apparaît et mon allure se fait plus rapide. Arrivée à l’entrée je vois du monde mais sans plus. Je me range dans la file d’attente et attends mon tour. Je choisis mon plat et mon dessert, prends mon plateau et cherche une place tranquille.
Je remarque une jeune fille assise seule à une table et me dirige vers elle. Je prends place à ses côtés et là salut. “Salut ! Moi c’est Nathan. Bon appétit”. Je regarde mon plat, je prends mes couverts et me jette sur la nourriture, tel un ogre affamé.

code by Chocolate cookie



Dernière édition par Nathan Solverson le Mer 12 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 359
MIROIR : Ebba Zingmark
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Éléa (avatar) ; minori (signature) ; tumblr pour les gifs
A DÉBARQUÉ LE : 30/10/2016
SITUATION : apprend à conjuguer le verbe aimer avec Gabriel Donovan
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Mer 12 Juil - 19:27

This people are on fire, they burn
Nathan
feat.
Sixtine


 

 



 

 

Alors, pour la dernière fois je vis la Terre : un globe stable d’un bleu rayonnant, voguant dans l’immensité de l’éther. Et moi, fragile poussière douée d’une âme, je voltigeais silencieusement dans le vide en partant de ce bleu lointain pour m’élancer dans l’inconnu.  Δ William Hope Hodgson

Assise dans son lit, ses jambes relevées pour pouvoir dessiner plus facilement, la rouquine était en train de faire une énième esquisse pour la décoration de sa future chambre et celle de son amie Alice. Elle avait beaucoup d'idées et d'imagination, et ça lui prenait donc énormément de temps de s'arrêter sur une seule proposition. Et puis elle avait un petit côté perfectionniste dans le dessin dès lors qu'elle voulait faire plaisir. Lorsque ça ne concernait qu'elle, Sixtine savait se montrer plus souple étant donné qu'elle connaissait ses goûts et qu'elle aimait bien aussi le côté un peu fouillis en art. Tantôt de la perfection, tantôt dans une ébauche imitant les néophytes, la jeune femme avait tendance à aimer l'art dans le sens large du terme. Néanmoins, de son côté, elle voulait vraiment une décoration dans les tons violet. Mais il était vrai qu'elle ne pouvait s'empêcher à lui, et d'avoir envie de tout mettre en rose avec des cœurs, des licornes et des arcs-en-ciel. Bref, quelque chose qui faisait très fille mais surtout très petite-fille. Or elle n'en était plus une, n'est-ce pas ?

Rangeant ses dessins et ses crayons, Sixtine se rendit compte que le temps avait passé et son ventre se rappela à elle par des gargouillis. Elle n'avait pas très envie de sortir maintenant cela dit... Sixtine se sentait encore en osmose avec son inspiration et n'avait guère envie de la quitter si brusquement. Hélas, l'appel de la faim pour une gourmande comme elle était plus forte que tout et elle finit par quitter sa chambre. Après tout, elle aurait tout le temps de rêvasser une fois sa panse remplie ! Joyeusement, elle sautilla jusqu'à la cafétéria et son aplomb redescendit à peine en voyant la tête de la nourriture qui était sensée la nourrir. Bah, c'était mieux que rien même si clairement, il y a des jours où l'hôpital avait fait mieux que ça. Prenant son plateau, la miss choisit une table à l'écart. Elle aimait bien sa solitude et à ce moment plus particulièrement. Elle pourrait ainsi prendre le temps de se réveiller tranquillement de son monde. Perdue dans ses pensées, la rouquine ne prêta plus attention aux autres patients, et encore moins aux gardes. Lorsque soudainement, un homme s'installa à côté d'elle et la tira de ses rêveries. « Salut ! Moi c’est Nathan. Bon appétit. » Sixtine mit un petit temps à atterrir sur terre, et finit par lui sourire. C'était plutôt rare de croiser des personnes dynamiques ici qui n'avaient pas envie de se tailler les veines ou de tuer quelqu'un. « Bonjour ! Moi c'est Sixtine. Merci et bon appétit à toi-aussi ! Même si clairement, je m'interroge beaucoup sur la consistance de ce que je mange... » fit-elle en triturant ce qui ressemblait à de la purée avec sa fourchette. « Je n'ai pas le souvenir de t'avoir déjà vu. Tu es ici depuis longtemps ? » s'enquit-elle ensuite, aimant sa solitude mais appréciant aussi de faire de nouvelle rencontre.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 101
MIROIR : Evan Peters
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : Schizophrenic
A DÉBARQUÉ LE : 10/06/2017
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Mer 12 Juil - 22:01





SIXTINE & NATHAN
 Une amitié tout feu, tout flamme

J’ai pour habitude d’aimer la solitude, mais depuis ce matin, Lucie ne fait que me tirailler. Le mot fou prend tout son sens quand je reste seul trop longtemps en sa compagnie. J’ai du mal à croire qu’à peine cette crise passée, j’arrive à garder mon sourire. J’arrive surtout à être avenant avec la jeune fille assise à côté de moi, ce qui en principe n’est pas dans mon habitude. Quand je ne connais pas, j’ai tendance à être isolé et à attendre d’être en confiance. Avec l’expérience que je viens de vivre juste avant de me diriger vers la cafétéria, il est normal que je veuille me changer les idées après tout. Elle me répond dans la même dynamique que la mienne. Sixtine. C’est un prénom plutôt original, mais très joli tout de même. Elle me fait décrocher un sourire quand elle parle de la nourriture. Moi qui n’ai pas hésité une seule seconde pour manger, je me rends compte après coup, que la texture de cette purée est assez étrange. Je finis ce que j’ai dans ma bouche avant de lui répondre, “J’avoue que j’ai tellement faim, que la provenance de ce plat m’est complètement égale.” J’ai la sensation de ne pas avoir mangé depuis 3 jours. Je finis mon plat en un éclair. Je regarde à nouveau Sixtine et me permets de lui demander une chose. “Si tu n’en veux pas, je veux bien te rendre service en finissant ton plat”. Je lui souris tout naturellement à la fin de ma phrase.
Je viens tout juste de faire sa connaissance et elle me paraît être quelqu’un d’agréable à vivre. Si elle peut me faire oublier la folle qui vit dans ma tête pendant un court instant, alors je suis preneur pour continuer cette discussion.
“Je viens d’arriver ici. Ça fait environ deux semaines que je suis là. Et toi ?”
Je ne la connais même pas et je me sens pourtant si bien. C’est vraiment étrange comme sensation. C’est même complètement nouveau pour moi. Je n’ai jamais eu d’amis. Accompagné de James, c’était tellement plus drôle d’effrayer tous nos camarades. En même temps, j’étais en sa compagnie, personne ne voulait nous approcher. Je pense à lui maintenant, c’est malin. Il me manque tellement. Qu’est-ce qu’il est devenu depuis notre dernière rencontre en prison ? Mon sourire s'éteint à l’idée qu’il est pu lui arriver quelque chose. Lors de notre rencontre, nous avons évoqué la mort de notre mère. Ou devrais-je dire, comment je l’ai tué sans aucun remords. Je suis pris tout à coup, d’une folle envie de brûler quelque chose. Un arbre, un objet quelconque dans l’enceinte de cet hôpital, voire même un patient. Il faut que je me procure un briquet ou des allumettes.
“Du feu, j’aime le feu...” Lucie. À croire que mon envie irrésistible de tout brûler me vient d’elle. Je tourne ma tête dans la direction opposée de Sixtine et chuchote pour Lucie “Moi aussi, mais reste calme”. Je me retourne à nouveau vers la belle Sixtine et la regarde. Elle a l’air si douce, si calme. Contrairement à moi qui est perdu entre divers sentiments. J’ai la haine contre Lucie, j’ai peur et en même temps j’éprouve de la peine concernant James, et pour finir je suis curieux d’en savoir un plus sur Sixtine. Sans oublier le plaisir et l’envie de voir le feu. Cet élément si majestueux quand les flammes grandissent petit à petit. Tous ses sentiments se bousculent dans ma tête. Elle doit voir en moi, un homme perdu. Cet asile va vraiment me rendre fou.
Afin de rompre ce silence pesant, je la regarde encore une fois et me décide de lui poser une question “Qu’est-ce que tu aimes dans la vie ?”
Je regarde mon assiette vide et je lui réponds sans prendre la peine de la regarder.
“Moi, c’est le feu.”

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 359
MIROIR : Ebba Zingmark
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Éléa (avatar) ; minori (signature) ; tumblr pour les gifs
A DÉBARQUÉ LE : 30/10/2016
SITUATION : apprend à conjuguer le verbe aimer avec Gabriel Donovan
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Ven 14 Juil - 20:26

This people are on fire, they burn
Nathan
feat.
Sixtine


 

 



 

 

Alors, pour la dernière fois je vis la Terre : un globe stable d’un bleu rayonnant, voguant dans l’immensité de l’éther. Et moi, fragile poussière douée d’une âme, je voltigeais silencieusement dans le vide en partant de ce bleu lointain pour m’élancer dans l’inconnu.  Δ William Hope Hodgson

Texture étrange ou non, le patient qui venait de s'installer à côté de la rouquine et qui disait s'appeler Nathan était visiblement trop affamé pour s'en soucier. Raison pour laquelle il avait déjà entamé son plat alors que la rouquine était en pleine réflexion après quelques bouchées. Manger ou vivre, telle était la question. D'un autre côté, on avait pas le droit de les empoisonner n'est-ce pas ? Au pire, elle pouvait attendre de voir si son compagnon de cantine allait survivre ou non à son repas ? « J’avoue que j’ai tellement faim, que la provenance de ce plat m’est complètement égale. » Oui oui, elle avait remarqué et ça avait tendance à la faire sourire. Pour une fois qu'elle ne tombait pas sur un pensionnaire aigri et plaintif, Sixtine allait en profiter ! « Je vois ça ! Ils t'ont affamé avant ou tu as toujours grand appétit ?» demanda-t-elle, amusée par cet aimable jeune homme. « Si tu n’en veux pas, je veux bien te rendre service en finissant ton plat. » Mmm, une proposition intéressante. Sauf que la rouquine avait faim aussi alors... que faire ? D'un autre côté, s'il avait autant faim que ça, elle pouvait bien lui donner son assiette. De son côté, elle saura comment trouver quelque chose à se mettre sous la dent. C'était une demoiselle pleine de ressource derrière ses bonnes manières. « Si tu veux. On dirait que tu en as plus besoin que moi. » sourit-elle en poussant son assiette vers lui. N'empêche, elle n'avait encore vu personne vider son plat à une vitesse pareille. Du coup Sixtine se dit que peut-être il était habitué. Mais elle n'avait pas le souvenir de l'avoir déjà vu. Finalement, la rouquine lui posa directement la question que tout le monde posait à moment ou à un autre : depuis combien de temps était-il ici ? « Je viens d’arriver ici. Ça fait environ deux semaines que je suis là. Et toi ? » Ah oui, très récemment donc. En comparaison, elle était une vieille, une poussière oubliée depuis longtemps dans un placard, une ombre invisible sur les murs la nuit. Malheureusement, vivant au jour le jour et n'ayant guère la notion du temps, Sixtine était bien incapable de répondre précisément à sa question. « Mmm... Je ne sais pas vraiment. Ça fait tellement longtemps que je suis ici... Mais il est possible que ça fasse quelque chose comme plus de quatre ans si j'en crois ma psychologue. » déclara-t-elle en fixant un point sur la table délabrée. Puis elle haussa les épaules et afficha un grand sourire, comme si tout cela n'avait aucune importance. Ce qui était le cas pour elle. De toute façon, pourquoi voudrait-elle partir d'ici maintenant qu'elle y avait rencontré Gabriel, Seth, et d'autres ? Elle était chez elle ici, c'était sa maison et les fêlés sa famille.

Perdue dans ses pensées heureuses, Sixtine ne prêta pas tout de suite attention au comportement étrange de son compagnon. De toute façon, à son niveau, il lui était difficile de dire ce qu'elle trouvait bizarre ou non. Finalement, un silence se place entre eux... que Nathan finit par rompre en posant une question somme toute intéressante. « Qu’est-ce que tu aimes dans la vie ? Moi, c’est le feu. » A cette question qu'il posa et à la réponse qu'il apporta, Sixtine ouvrit de grands yeux remplient d'étincelles tout en affichant un air ébahi. « C'est vrai ? Toi aussi ? Moi aussi j'aime le feu ! Ces flammes qui dansent, qui réchauffent, qui hypnotisent et nous comblent d'un bonheur indescriptible ! C'est proprement magnifique ! » s'exclama-t-elle en posant ses mains sur ses joues et en fermant les yeux pour mieux apprécier ses souvenirs. Lorsqu'elle vivait dans la rue, elle était devenue une pro du feu. Bon, c'était à cause de ça qu'elle avait fini au commissariat la première fois mais elle ne regrettait pas. Ça avait été le plus beau et le plus grand feu de sa vie. Puis elle revint tristement à la réalité. « Malheureusement ici ils ne veulent pas qu'on en fasse. Ça leur arrive d'en allumer dans la salle commune mais uniquement en hiver et cadenassé. Mais bon, j'imagine que c'est mieux que rien... » soupira-t-elle, déçue comme si on l'avait privé de son animal de compagnie. Mais peut-être qu'avec l'aide Nathan ils pourraient trouver comment faire un feu ? Il semblait aussi débrouillard qu'elle, et c'était une excellente qualité dans cet hôpital !
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 101
MIROIR : Evan Peters
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : Schizophrenic
A DÉBARQUÉ LE : 10/06/2017
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Mer 19 Juil - 18:58





SIXTINE & NATHAN
 Une amitié tout feu, tout flamme

Dans cette cafétéria un boucan indéfinissable règne. Mais parmi tout ce monde et ce bruit, une seule personne est sortie du lot. Sixtine. Je viens seulement de la connaître et je ne veux pas que ça s’arrête en si bon chemin. Me voyant dévorer mon plat, elle me lance une phrase qui me fait sourire. Je lui réponds, “Non mais la colère et l’ennui me donnent faim”. Je finis ma phrase par un léger sourire, presque forcer. Je repense encore à la crise que j’ai eu à cause de Lucie et je me pose un tas de questions. Elle n’est certainement pas méchante, mais à cause d'elle je deviens fou. Le pire, c’est que je commence à comprendre que c’est en partie à cause de Lucie que je suis ici. Enfermé sur cette île morbide, avec pour seule occupation, des jeux pourris dans la salle commune, des plats qui ne ressemblent à rien de mangeable et des gens plus fous que moi. Il faut être affamé pour pouvoir manger leurs plats de merde.
Au-delà de ça, j’ai quand même pus faire quelques rencontres sympathiques. Comme la rouquine assise à mes côtés. Je lui demande de me donner son plat si elle ne souhaite pas le manger. Elle prend le temps de la réflexion et finit par me dire oui. Je ne me fais pas prier. Je prends son plat et le dévore aussi rapidement que ma première assiette. Il ne me faut que quelques minutes pour la terminer. Je me rassois convenablement et admire la belle Sixtine. Je sens que l’on pourra être ami. Elle m’annonce qu’elle est ici depuis très très longtemps. Plus de quatre ans. Elle fait partie des murs comme on dit. Je vois qu’elle a un peu de peine, mais cache vite sa tristesse par un petit sourire forcé. Je ne vais pas insister plus longtemps. Tous les deux perdus dans nos pensées, un froid s’installe. Je décide de le rompre en lui posant une question anodine.

« C'est vrai ? Toi aussi ? Moi aussi j'aime le feu ! Ces flammes qui dansent, qui réchauffent, qui hypnotisent et nous comblent d'un bonheur indescriptible ! C'est proprement magnifique ! »

Et sa réponse me remplit de joie. Sixtine aime le feu. Je n’en crois pas mes yeux et mes oreilles. Je reste un moment interloqué devant l’annonce de la jolie rousse. Plus le temps passe et plus je me dis qu’on était fait pour se rencontrer. Là, dans la cafétéria d’un hôpital psychiatrique, je rencontre une femme, très charmante soit dit en passant, qui aime le feu. À sa manière d’en parler, je dirais même qu’elle n’aime pas le feu. Elle voue un culte pour cet élément majestueux. Tout comme moi. Ses
mots résonnent comme un écho interminable dans ma tête. Elle termine par me dire qu’ici, ils ne veulent pas qu’on en fasse. Serait-ce un défi ? Si oui, je le relève sans problème. La différence entre le possible et l’impossible, c’est la volonté.
Comme un enfant à qui on vient d’acheter un nouveau jouet, je lui réponds avec extase. “Oh toi aussi ! Mais c’est génial. On formera un binôme de choc tous les deux.” Passé l’euphorie, je m'aperçois de mon invitation gênante. “Enfin si tu le veux bien hein”, me rattrapais-je d’un ton plus doux et plus timide. Je baisse la tête et attrape mes mains. Je les bouge dans tous les sens afin d’éviter son regard.

C’est à ce moment que Lucie décide d’intervenir : “Nat’, tue un garde et vole lui son briquet” m’annonce Lucie. Oubliant que je suis en bonne compagnie, je réponds à voix haute et avec plein d’énergie à Lucie, “T’inquiète pas, j’ai déjà pleins d’idées en tête”. Le regard dans le vide, fixant un garde au fond de la pièce, je décroche un sourire sadique.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 359
MIROIR : Ebba Zingmark
IDENTITÉ : Larme d'Étoile ou Senara
CRÉDITS : Éléa (avatar) ; minori (signature) ; tumblr pour les gifs
A DÉBARQUÉ LE : 30/10/2016
SITUATION : apprend à conjuguer le verbe aimer avec Gabriel Donovan
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Dim 15 Oct - 13:36

This people are on fire, they burn
Nathan
feat.
Sixtine


 

 



 

 

Alors, pour la dernière fois je vis la Terre : un globe stable d’un bleu rayonnant, voguant dans l’immensité de l’éther. Et moi, fragile poussière douée d’une âme, je voltigeais silencieusement dans le vide en partant de ce bleu lointain pour m’élancer dans l’inconnu.  Δ William Hope Hodgson

La rouquine finit par céder son assiette à son compagnon de tablé en constatant qu'il mangeait à vive allure, apparemment affamé. Si jamais son estomac viendrait à gargouiller plus tard, elle parviendrait bien à subtiliser une clé ou un passe pour entrer dans les cuisines. D'ailleurs, elle irait plutôt fouiner du côté des repas réservés au personnel. Pour en avoir déjà subtilisé, il lui semblait que c'était bien plus mangeable que ce qu'on leur servait. Dans tous les cas, Sixtine accepta de renoncer à sa nourriture au profit de son nouvel ami. Ce dernier lui confia d'ailleurs que s'il mangeait autant, ce n'était pas vraiment pour la qualité du service. « Non mais la colère et l’ennui me donnent faim. » A ces paroles, Sixtine pencha légèrement la tête de côté. Pour l'ennui, elle comprenait. Elle-même y était souvent soumise car on les privait d'une bonne partie de leur liberté. Elle avait ainsi appris à trouver refuge dans les livres, et encore plus dans le dessin qu'elle pratiquait déjà auparavant. Et lorsqu'on le lui permettait, ou pas d'ailleurs, elle sortait dès qu'elle le pouvait respirer le grand air frais du dehors. Par contre, pour ce qui était de la colère, là elle ne comprenait pas. En fait, Sixtine ne se souvenait pas d'avoir ressentie cette émotion, elle qui était d'une nature calme et joyeuse. « Pourquoi la colère ? Quelqu'un t'as fait du mal ? » demanda-t-elle alors, avec son innocence naturelle, tout en l'observant ne faire qu'une bouchée de son repas qu'elle lui a donné. Puis un silence s'installe, après qu'elle ait répondu à sa question où il lui demandait depuis combien de temps elle était ici. Longtemps. Très longtemps. Trop longtemps. De toute façon, quelque soit le temps qu'on pouvait passer ici, c'était toujours trop. Paradoxalement, les jours se ressemblant tous, on finissait par ne plus s'en soucier. Une semaine ou dix ans, c'était pareil.

Ce fut finalement Nathan qui brisa ce silence en lui disant qu'il aimait le feu. Aussitôt, le regard de la rouquine se mit à pétiller de bonheur. Le feu ? Elle-aussi l'aimait, et c'était une des raisons qui avaient contribué à l'enfermer entre ces quatre murs. Elle n'avait d'ailleurs jamais compris comment quelque chose qui rendait si heureux pouvait conduire dans un endroit aussi sinistre. Ça n'avait pas de sens. Mais enfin, elle venait de tomber sur quelqu'un qui comprenait sa fascination et ça, ça valait tout l'or du monde ! « Oh toi aussi ! Mais c’est génial. On formera un binôme de choc tous les deux. Enfin si tu le veux bien hein. » s'extasia-t-il sur le moment, lui-aussi sous le choc et heureux de rencontrer quelqu'un qui aimait voir danser les flammes. « Oh oui ! Avec plaisir ! » s'exclama-t-elle, le regard débordant de joie à cette idée. Mais les étoiles dans ses iris se ternirent en se rappelant qu'ici, on leur interdisait de faire du feu, et par extension, de posséder quoi que ce soit qui puisse en faire. Sans en comprendre les raisons réelles, Sixtine s'aperçoit que son nouvel ami est plus que déterminé à accéder à leur envie la plus profonde. D'ailleurs, ses paroles le confirment rapidement. « T’inquiète pas, j’ai déjà pleins d’idées en tête. » Vraiment ? Cette affirmation lui fait chaud au cœur, et la rouquine est trop ingénue pour se rendre compte que son plan, en l'occurrence, vise un des gardes de la pièce. Tout ce qu'elle voit, c'est que sous peu, elle va enfin pouvoir se rapprocher de son élément préféré, celui qui la transcende et lui donne des frissons d'excitation, celui qui la fascine, la calme autant qu'il la fait exploser de joie. « C'est vrai ? Lesquelles ? » A ce moment-là, Sixtine le regardait avec admiration, comme s'il était son sauveur, sa lueur dans ce monde obscur, son dernier espoir dans un endroit où il n'en existait plus. Elle ne savait pas ce qu'il avait en tête, mais elle avait hâte de le voir à l’œuvre.
©️ Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 101
MIROIR : Evan Peters
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : Schizophrenic
A DÉBARQUÉ LE : 10/06/2017
SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 29 ans
avatar

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   Lun 23 Oct - 22:37





SIXTINE & NATHAN
 Une amitié tout feu, tout flamme

Être en aussi bonne compagnie après autant de temps passé seul ici me fait chaud au cœur. Certes, par rapport à d’autres, on ne peut pas dire que je suis à Ostrov depuis des années mais tout de même. Les journées se ressemblent toutes et sont si longues que j’ai l'impression d’être là depuis une éternité.
Quand Sixtine me questionne sur la raison de ma colère, je commence à ressentir une émotion nouvelle pour moi. Quelque chose qui fait crépiter mon cœur, je ne saurais dire et décrire cette sensation étrange, mais on dirait que mon cœur brûle. Je lui réponds avec mon sourire d’ange, “Personne ne m’a fait du mal, ne t’inquiète pas”. Je finis ma phrase et rougis. Je souhaiterais lui parler de Lucie, mais j’ai trop peur de rompre ce si beau moment avec elle. En si peu de temps, cette mystérieuse charmante rouquine, m'a fait ressentir des sentiments nouveaux. Je m’en voudrais de tout perdre à cause de Lucie. Sixtine. Ce prénom si doux résonne dans ma tête comme un écho. Son empathie, son sourire, son charme, sa joie quand j’ai parlé du feu. Toutes ces choses chez elle font chavirer mon cœur. Je crois bien que je tombe amoureux d’elle. Il va falloir que je garde tout cela pour moi. Il est encore trop tôt pour lui annoncer des propos aussi fort et important. Elle me prendra réellement pour un fou. “Ne me remplace pas…”. Lucie, pour une fois depuis ma naissance, j’en avais presque oublié sa présence. “M'oublie pas…” et je crois bien l’avoir énervé. Mais il est hors de question que je dévoile l’identité de Lucie tout de suite.
Seulement avec toute la joie que nous avons éprouvés ensemble Sixtine et moi, je n’ai pas fait attention que je lui ai répondu à voix haute. La question que me pose la belle rousse ensuite, me ramené à la réalité. Je viens de me rendre compte que j’ai gaffé.

« C'est vrai ? Lesquelles ? »


Ouf. Sa question me sauve. Je peux retomber sur mes pieds. À l’avenir, je ferai plus attention.
Tu vois le garde au fond de la pièce, celui avec les cheveux longs ?”, je marque une courte pause avant de reprendre. “Il fume, j’ai déjà repéré les gardes fumeurs. Je pensais qu’on pourrait le bousculer en sortant de la cafétéria, son briquet tomberait de sa poche. Et on pourrait lui voler.” Cette idée me met l’eau à la bouche, d’ailleurs je prends une grosse gorgée d’eau et reprends mon discours. “Par chance, tous les gardes fumeur on une particularité, qui me permet de bien les reconnaître parmi les autres. Et neuf fois sur dix, il y a un fumeur dans chaque salle de l’hôpital.” Je me prend tout d’un coup pour un détective. J’ai espionné les moindres faits et gestes des gardes et j’ai pu remarquer qu’il y a un paquet de fumeurs. Je crois bien que même parmi certains psys ou autres membres du personnel, il y a des fumeurs. En même temps, j’aime le feu et depuis mon arrivée, je n’ai pas encore eu ce plaisir. Mais j’ai comme l'impression que ma nouvelle rencontre va m’aider.
“Je te parle de mon idée la plus simple. Mais tu pourrais aussi jouer de ton charme pour déstabiliser le garde et lui subtiliser le briquet dans sa poche au niveau du poitrail.” Je souris et me plonge dans son regard lumineux.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sixthan -- Une amitié tout feu, tout flamme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» E04 - Tout feu, tout flamme
» Tout feu Tout flamme
» Tout lasse, tout casse, tout passe ... [Chanel]
» 01. L'amitié résiste à tout
» En tout bien tout honneur [ Pv Guillaume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The Cafeteria-