AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 I'll stick to the plan - ft Nirina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 23
MIROIR : Diego Luna
IDENTITÉ : Pilou
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 22/05/2017
FORCE : 135

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Viktor Andreassen

MessageSujet: I'll stick to the plan - ft Nirina   Mer 7 Juin - 23:31



I'll Stick to the Plan

Viktor / Nirina

Voilà trois mois de passé. Pas un seul jour ne s'était écoulé sans que Viktor ne maudisse ceux qui l'avait envoyé sur cette île sinistre.
C'était assez simple, les trois mois avaient été réparties de la sorte : les séances avec le psy, une tentative d'évasion et pour finir un isolement. Voilà le tableau pour bien démarrer. Rien ne s'était déroulé comme prévu de toute façon. Naturellement.. il aurait dû s'attendre à ce qu'on cherche rapidement à le faire taire.
On avait finit par le prévenir que sans effort de sa part il n'obtiendrait qu'un retour immédiat en isolement et c'est ainsi qu'il avait été décidé qu'il changerait de psychiatre, quoi, pour « repartir sur de bonnes bases » comme ils le disaient si bien.
C'est aujourd'hui qu'avait d'ailleurs lieu «  ladite rencontre » mais Viktor savait pertinemment que ça ne changerait rien et il se répétait inlassablement les mêmes phrases.
«  - Tien bon, je viens te chercher »
Peut être encore la seule lueur d'espoir qui lui permettait de tenir ici. Pas la peine de compter sur les autres détenus, oui Viktor préférait ce terme à celui de patients employé par les psy, il n'avait pas d'alliés et personne en qui se confier de toute façon. Son isolement n'avait fait que renforcer ce sentiment de solitude et d'acharnement contre lui.
S'ils pensaient pouvoir obtenir quoi que ce soit de sa part en le changeant de médecin, il pouvait se fourrer le doigt ou je pense. Ce serait, dans ce cas, renoncer à ses convictions et abandonner complètement son combat depuis le début de son internement, à savoir prouver les manigances qu'il y avait derrière la disparition de sa sœur.
Un des gardes le conduisis donc en direction du bureau de son nouveau médecin. Le simple fait de pouvoir à nouveau parcourir les couloir d'Ostrov lui faisait du bien, non pas qu'il chérissait le lieu en question mais le manque cruel de nourriture et l'absence totale de lumière l'avait épuisé. Il avait fallu quelques jours avant qu'il se remette entièrement de cette période passée là bas, si horrible qu'il en garderait probablement des séquelles. La dénutrition le guettait sérieusement et le manque de communication l'avait un peu plus endurcit. La nourriture l'obsédait et dès l'instant ou il avait quitté l'enceinte de la cellule, il semblait redécouvrir peu à peu le gout de chaque chose, même des plus simples.
«  - Tien toi tranquille Viktor, sinon tu sais ce qui t'attends ». lui adressa le garde à son intention tout en le dévisageant.
C'est ça ducon pensa t-il intérieurement en ne lui adressant pas un mot, il esquissa seulement un demi sourire volontairement faussé que le garde ne manqua pas de comprendre, celui ci secoua d'ailleurs la tête en l'accompagnant. Savait-il au moins ce que ça faisait d'être enfermé comme un chien dans une cage privé de tout ? Non, certainement pas. Mieux valait ne pas répondre, Viktor aurait été prêt à l'étrangler.
Il n'en pensait pas moins et n'avait qu'un seul objectif, duper quiconque essaierai de le persuader qu'il est fou. Il n'avait d'ailleurs aucune envie d'endurer encore une nouvelle rencontre pour rabâcher toujours et encore la même chose alors qu'on ne le croirait pas. C'est ce qu'il s'était mis en tête, nouveau médecin ou pas, on ne l'aiderait pas. Donc cet entretien n'était d'aucune utilité si ce n'est faire plaisir aux gardes et psychiatres.
Après avoir sagement suivit la porte de prison qui l'accompagnait, un signe de tête suffit à lui faire comprendre que c'était à lui d'entrer.
Viktor soupira et après hésitation toqua deux fois à la porte sans attendre de réponse. Il ouvrit la porte et découvrit enfin l'apparence de son... sa nouvelle psychologue. Il haussa un sourcils presque abasourdi de voir qu'il s'agissait d'une femme. Non pas que ça le dérangeait.. plutôt qu'il ne s'y attendait pas mais rapidement son objectif lui revint en mémoire et il s'assit sur la chaise en face d'elle croisant les bras avec la ferme intention de rester sur ses positions.
«  - Bon, ça va durer combien de temps au juste ? »
Les bras toujours croisés, il pencha la tête l'air agacé vers la psychologue essayant de l'analyser rapidement outre son physique plutôt... attrayant, il détourna le regard sur la table pour ne pas se laisser déstabiliser et se concentrer sur la suite.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1501
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : noralchemist.
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4985
They think I m insane, they think my lover is strange but I don t have to fucking tell them anything
SITUATION : Esprit plongé dans un océan d'incertitudes et d'amers souvenirs aujourd'hui consumés.
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Lun 19 Juin - 1:53

I'll stick to the plan
Viktor ft. Nirina


« Attendez, il a fait de l’isolement récemment ? Vous ne pouviez pas me prévenir avant pour que je repousse le rendez-vous ? » Plantée devant le seuil de son bureau, Nirina avait peine à croire le discours que lui offrait un des employés de l’hôpital.
« Ecoutez, on m’a chargé de vous avertir qu’il avait passé quelques temps au trou, c’est chose faite, maintenant c’est plus mon problème. » répondit l’homme en haussant les épaules. Indifférent à la colère qui rougissait les blanches joues de la jeune femme, il tourna aussitôt les talons pour repartir. Nirina de son côté, déchargea tout son mécontentement sur la porte, la faisant claquer dans un vacarme assourdissant. Les patients qui sortaient de l’isolement, la plaie des psychiatres et psychologues. Ils oscillaient à chaque fois entre deux états d’esprits, au mieux l’isolement les rendaient encore plus apathique qu’un mort, au pire, ils trouvaient le premier bouc émissaire à portée de main, coupable comme innocent, pour se délester de leur colère. D’un pas rageur, Nirina se dirigea vers son bureau pour s’affaler dans son fauteuil, avant de se prendre la tête entre les mains tout en soufflant bruyamment. Comme l’ancienne Nirina lui semblait loin en cet instant. Il ne restait aujourd’hui que des souvenirs réduits en cendres et au goût amer, de cette jeune psychologue si douce et naïve, persuadée de pouvoir apporter toute sa bienveillance aux malades qui avaient besoin de son aide. Mais désormais, il lui fallait vivre au jour le jour dans un endroit qu’elle détestait, avec cette idée fixe qu’elle n’avait plus sa place en ce lieu.

Son regard se porta sur le dossier qui trônait piteusement sur le bureau, un simple carton souple qui enserrait une forêt de feuilles blanches et autres formulaires. Et pourtant il lui apparaissait comme un panneau de publicitaire géant, la pointant du doigt dans un geste railleur, comme pour mieux souligner son statut de psychologue dont elle ne pourrait jamais se débarrasser. Dépitée, elle empoigna le dossier Viktor Andreassen pour l’ouvrir et s’y plonger. C’était la première fois qu’elle avait affaire à un patient souffrant de paranoïa avec délire de persécution. Elle appréhendait beaucoup cette première rencontre, il n’était là que depuis quelques temps, impossible alors de savoir quel genre de réputation il tenait au sein de l’hôpital. Plongée dans son dossier, un bruit signifiant qu’on toquait à la porte lui fit relever la tête. À peine le temps d’inviter la personne à rentrer que cette dernière entra dans son bureau. Devant ce manque total de politesse, elle dût se retenir pour ne pas le faire ressortir et lui demander d’attendre son autorisation pour entrer, comme on l’aurait fait avec un enfant. Mais elle n’en fit rien et resta stoïque dans son fauteuil, se contentant de le détailler du regard. Il suffisait de voir son piteux état, son teint cireux et ses yeux cernés par la fatigue pour comprendre aisément que l’isolement avait parfaitement bien réussi sa mission sur le pauvre homme. Mais voilà qu'il venait tout juste de s'assoir, et déjà il démarrait les hostilités. Pour Nirina, c’était un fait quasiment établi, la séance entre eux deux risquait d’être mouvementée. Elle trouvait presque dommage qu’un visage aussi charmant et qui semblait inoffensif, cache en réalité un caractère provocateur et agaçant.
« Hé bien… Si vous parlez de cette séance, je pense qu’une heure vous suffira autant à vous qu’à moi. » répondit-elle en mâchouillant son stylo. « En revanche, si vous parlez de la durée de votre séjour ici, alors là par contre… Ça ne dépend que de vous. »  Sa voix laissait transparaitre un léger ton goguenard, aujourd’hui elle n’avait pas la patience de rester douce et compréhensive, tant pis s’il devait en faire les frais.
« Allons donc,  Andreassen, est-ce que vous savez pourquoi on va a envoyé à Ostrov ? » Elle jeta un bref coup d’œil dans son dossier, finalement peut-être qu’elle allait s’amuser durant cette séance. «  Premier indice, ni les illuminatis, ni les francs-maçons ne sont à mettre en cause. »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 23
MIROIR : Diego Luna
IDENTITÉ : Pilou
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 22/05/2017
FORCE : 135

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Viktor Andreassen

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Ven 30 Juin - 18:39



I'll Stick to the Plan

Viktor / Nirina

Dès l'instant ou Viktor avait croisé le regard de cette jeune femme, il sut qu'il s'engageait dans ce qu'il appelait intérieurement «  le ring ». Absolument toute chose était faite dans le but de déstabiliser et affaiblir le sujet pour ensuite mieux l'anéantir et le manipuler, voilà la conclusion qu'en avait fait Viktor depuis son internement. Les choses étaient claires à présent, à commencer par son isolement, stratégie consistant à lui démontrer qui tenait les rennes et qu'il n'avait pas son mot à dire ici, un moyen de pression inexorable sensé évaporer le moindre espoir que le sujet se fait quant aux conditions d'internements et sur ce qui l'attend par la suite.
Avachis sur le fauteuil inconfortable du bureau, l'isolement avait certainement eu son effet, du moins concernant son état physique actuel. Il nourrissait l'envie irrépressible de soulager ses muscles endoloris, le simple fait de s'allonger et s'endormir devenait obsessionnel. Viktor dû opérer un effort monstrueux pour se redresser sur le fauteuil et garder les yeux fixés sur la psychologue qui n'avait pas manqué de remarquer également son triste état.
Sachant qu'il n'avait pas toute ses facultés de concentration, il se força à faire preuve de plus d'attention quant à leur discussion qui allait pour lui, il le savait, devenir une tâche ardue. Elle profiterait sans doute de son inattention, c'est ce qu'aurait fait n'importe quel médecin, psychologue ou je-ne-sais-quoi d'autre dans cette situation.  
Il l'observa un moment constatant que son dossier trainait sur la table, elle avait donc probablement plusieurs informations à son sujet, peut être même qu'il ignorait lui même...
Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en détournant le regard sur la fenêtre, elle comptait donc l'analyser et il se trouvait, à priori, en position de faiblesse. Bien sur.
Une heure ? C'est bien ce qu'elle avait annoncé et Viktor devrait se montrer patient, au moins faire fi de bonne foi et éviter de retourner en enfer, un jeu d'acteur entre autre..
A son écoute cette fois, il fronça les sourcils à cette pique qui lui était adressée directement concernant sa probable sortie renforçant un peu plus ce rapport de force de toute évidence inégal. Intéressant, au moins l'avait-elle évoquée, sa sortie. Même si elle n'avait pas prononcé le mot, Viktor y entrevoyait là une possibilité de creuser un peu plus cette partie, peut être plus tard. L'attitude du Docteur Vespucci, car c'est ainsi qu'on la lui avait présenté peu avant, était sans aucun doute offensive, ce qu'il n'aurait pas imaginé à première vue.
« - Ça ne dépend que de moi allons bon, êtes-vous bien certaine de ce que vous avancez là docteur ? »
Il laissa ses yeux plantés dans les siens profitant certainement du seul avantage qu'il possédait, elle semblait plus jeune que lui et facilement accommodable. Pendant un instant, il laissa le silence planer entre eux jusqu'à ce qu'elle en vienne à lui poser La question. Comment ne pas s'y attendre ?
«  - Ce que je fais ici, je crois que c'est à vous de me le dire, vous êtes tout aussi bien renseignée n'est ce pas ? Je ne suis pas dupe à ce point vous savez. »
Il n'eut pas le temps de poursuivre que cette demoiselle aux cheveux blonds avait surenchérit sans le moindre scrupule. Elle pensait pouvoir se moquer de lui de la sorte ? C'est alors qu'il décroisa les bras tout en se penchant un peu plus à son niveau la dévisageant cette fois ci du coin de l’œil. Juste le temps de réfléchir à la manière dont il allait contrer cette attaque mais cette réflexion l'avait piqué au vif et sa réponse en fut plus spontanée qu'il ne l'aurait voulu. Le sujet était trop important pour ne pas réagir. Elle savait donc son histoire, son passé, elle savait pour Anna.
«  - C'est ça, amusez vous. Dites moi tout de suite pour qui vous travaillez qu'on en finisse. Ça fait trois mois que je suis coincé ici sans raison et vous savez tout comme moi que j'ai raison. »
Viktor entremêlait ses doigts adoptant à son tour une attitude un peu plus ferme, ses cheveux longs dissimulaient une partie de son visage lui donnant un air presque mauvais. Viktor ne bougea pas attendant simplement que cette mademoiselle Vespucci daigne lui donner une explication plausible à son internement.  
Peut être avait-il finalement sous-estimé ce duel, il ne faisait que commencer mais les deux adversaires semblaient avoir de la répartie, ce n'était pas pour lui déplaire étant persuadé qu'il en viendrait à bout comme il le souhaiterait.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1501
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : noralchemist.
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4985
They think I m insane, they think my lover is strange but I don t have to fucking tell them anything
SITUATION : Esprit plongé dans un océan d'incertitudes et d'amers souvenirs aujourd'hui consumés.
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Lun 3 Juil - 12:19

I'll stick to the plan
Viktor ft. Nirina


Le comportement de cet Andreassen laissait Nirina assez perplexe. D’un côté, sa conscience susurrait à son esprit de ne pas emprunter la même voie que les autres psychiatres et psychologues qu’elle avait largement méprisé à son arrivé à Ostrov. Ceux-là même qui voyaient cet institut comme une immense aire de jeu visant à satisfaire leurs fantasmes sadiques et noirs. Eux qui voyaient le bétail à maltraiter avant l’être humain. Et d’un autre côté, la facette sombre qui s’était créé en même temps qu’elle avait évolué dans cet univers de folie aussi doucereuse que déchainée,  cette part qui était née et l’avait accompagnée à mesure que sa chute dans les abysses glacées et sombres de cet océan de violence et de chaos, elle-même lui caressait l’esprit. Comme un adulte chercherait à calmer un enfant en le câlinant tendrement, elle la rassurait quant à la culpabilité qui commençait à la ronger en songeant qu’Andreassen n’était qu’une victime de plus, perdue parmi tant d’autres. Serait-elle aussi monstrueuse que les autres si elle venait elle aussi à mettre de côté – ne serait-ce que l’espace d’une séance – cette part d’humanité qui l’obligeait à traiter ses patients avec gentillesse et douceur ?

Au diable tous les principes et fondements qu’elle s’étaient érigés comme modèle à suivre, aujourd’hui le mal était fait, peut-être était-il finalement bon de laisser sa moralité de côté et d’essayer ce que bon nombre avait fait avant elle. S’amuser avec le bétail. Peut-être serait-elle mortifiée de honte après cette séance, peut-être ne pourrait-elle plus jamais se regarder dans le miroir après ça. Mais aujourd’hui, Nirina voulait arrêter de penser aux autres. Et s’amuser un peu. Elle qui avait tant sacrifié dans sa vie, son travail, son amour. Il était désormais tant de se décharger sur quelqu’un, afin qu’il paye pour elle ce prix injuste qui lui portait sur les épaules au jour le jour.

Andreassen était loin d’être stupide, cela se lisait aisément sur son visage, il ne faisait pas partie de cette catégorie de patients aussi béats qu’idiots qui ne savaient même plus où ils se trouvaient. Cependant, elle ne se laissa pas démonter lorsqu’il vint soutenir son regard, elle avait déjà eu affaire à des poissons bien plus féroce.
« Je ne suis pas dupe à ce point vous savez. » Elle dû presque se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas afficher une sourire moqueur devant cette phrase si lourde de sens. Elle voulait savoir ce dont il était conscient, et ce qui appartenait à son délire. Ainsi donc il savait où il se trouvait, mais il ne semblait avoir aucune idée du pourquoi de sa présence au sein de cet hôpital. Elle avait suffisamment potassé le dossier Andreassen pour en apprendre plus sur sa vie, le destin funeste de sa petite sœur, les menaces à l’encontre de sa compagne de l’époque. Mais Nirina savait qu’elle avait botté en touche, tout dans l’attitude du patient laissait deviner qu’il se laissait envahir par ses délires de paranoïa, la jeune femme l’observait, attentive, mais méfiante. Depuis le temps qu’elle exerçait ici, elle avait appris à faire attention à chaque détail dans le comportement des malades. Il suffisait d’une seule seconde d’inattention pour risquer de se faire trancher la gorge. Mais elle n’avait pas peur, au contraire, et cette fois-ci elle ne se reteint pas pour afficher un franc sourire narquois lorsqu’il lui reprocha de s’amuser de lui. Sans le savoir, il venait de lui donner une perche pour lui permettre de rentrer dans son petit jeu délirant.

Pour toute réponse, elle alla se planter devant la fenêtre, laissant son regard se promener sur les azalées fleurissantes du parc, bercées par la douce brise maritime. Elle fit exprès de laisser planer un lourd silence entre eux, puis inspira profondément, comme si elle s’apprêtait à lui faire une importante révélation.
«  C’est une information secrète que je ne peux vous révéler. Il en va de ma vie… Et probablement de la votre. » Le dos tourné, le brun ne pouvait voir la lueur amusée qui dansait dans les yeux de la psychologue.
« Ce qui est arrivé à votre sœur est un accident regrettable qui n’aurait jamais dû se produire. » Aussitôt, elle se retourna pour s’avancer vers le patient. Elle se planta devant lui, s’appuyant au rebord du bureau et pencha son visage vers le sien.
«  Mais vous êtes loin d’être stupide Andreassen. Menacer une personne avec une arme ? Vous auriez dû passer directement par la case prison. Et pourtant non, on vous a envoyé ici, dans un hôpital psychiatrique. » Ses yeux ne laissaient rien transparaitre mais elle brûlait d’excitation à l’idée de rentrer dans un jeu dont elle ignorait tout de l’issue. « Sous ma surveillance. » finit-elle d’un ton énigmatique.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 23
MIROIR : Diego Luna
IDENTITÉ : Pilou
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 22/05/2017
FORCE : 135

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Viktor Andreassen

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Jeu 6 Juil - 14:58



I'll Stick to the Plan

Viktor / Nirina
Viktor, à présent pleinement concerné par la discussion, semblait toucher du doigt ce pour quoi il s'était accroché depuis le début de son internement. Ce qui lui semblait être au départ un entretien inutile et subit s'avérait en être finalement bien différent.
L'homme mettait à profit tout ce qui était en sa capacité pour paraître déterminé et ne comptait pas se montrer intimidé par cette nouvelle psychologue. Viktor espérait que son look un temps soit peu caraque lui facilite la tâche. Pourtant, à ses mots, la jeune femme blonde ne sembla pas se décomposer mais plutôt se plonger dans une longue et sérieuse réflexion.
Elle soutenait aisément son regard à son étonnement alors que lui aurait espéré que ses yeux ne la trahisse. Elle était sensé être, directement ou non, impliquée dans toute cette histoire et pourtant, rien dans son comportement ne collait à cette hypothèse. Étais-ce sans doute pour le tromper ?
Viktor ne cessa de soutenir son regard dans l'espoir de soutirer les informations tant attendues bien qu'il se préparait également à essuyer un échec. Elle ne parlerai pas aussi facilement c'était certain.
Son regard de glace ne laissait rien transparaître jusqu'à ce que ce sourire sur son visage ne vienne le chercher, comme pour lui intimer qu'ils n'allaient pas en rester là. Comment devait-il l’interpréter ?

Puis, voilà que soudainement elle se leva et se dirigea vers la fenêtre la plus proche balayant du regard l’extérieur d'Ostrov. Il n'avait jamais pensé à explorer cette partie de l'Asile soit dit en passant, à quoi bon prétendre se promener à l’extérieur en étant toujours otage du lieu.
Quoiqu'il en soit, Viktor se redressa l'observant à son tour les sourcils froncés car il ne comprenait pas. Elle s'était assez éloignée de lui, c'est tout ce qu'il constata.
Et instinctivement, sans même avoir hésité un seul instant, Viktor profita de l'instant aussi court soit-il pour scruter les nombreux objets éparpillés sur le bureau. Son attention fut rapidement attirée par le stylo de la jeune psychologue, ses yeux se posèrent dessus à n'en plus s'en décrocher. Sa main s'en rapprocha doucement frôlant le bois neuf du bureau avec la plus grande prudence.
Dans l'état d'esprit ou il se trouvait, n'importe quoi aurait suffit à le convaincre qu'il pouvait sortir d'ici, d'une manière ou d'une autre...
Très simple, un stylo suffirait à lui servir d'arme et bien qu'il se sente encore très faible, son pouvoir de dissuasion ferait l'affaire. Pourtant, il stoppa presque aussitôt la progression de sa main lorsqu'elle prononça ces quelques mots qui retentirent à ses oreilles comme un son de cloche.
Viktor se figea le regard fixé sur le stylo, son bras toujours tendu pesant le pour et le contre de sa décision.
Tenter de s'évader là maintenant – et ce n'est pas l'envie qui lui manquait – ou bien réfléchir une minute à ce que cette demoiselle Vespucci avait à lui dire. Quelques secondes pour faire son choix. Il releva la tête lorsqu'elle en vint à préciser sa pensée. Un accident regrettable ?
Cette fois Viktor retira sa main du bureau et s’accouda à celui ci pour tenter de mieux comprendre la situation. Était-elle vraiment en train de craquer ? D'avouer ? Il laissa lui aussi un petit silence réalisant ce qu'elle venait de dire.
«  - Alors vous reconnaissez enfin vos tord ? » lança t-il les bras croisés véritablement en train de jubiler mais tout aussi surpris qu'elle en vienne à lui confier cette information.
Elle se tourna et poursuivit, visiblement en ayant quelque chose à lui avouer. Son ton de voix, son expression, son comportement, tout avait changé.
Attentif, il écouta donc ce qu'elle avait à dire. Ou plutôt ce qu'elle ne lui avait pas dit mais qu'elle essayait de lui faire comprendre. Parce qu'à ce stade, il n'était pas plus avancé.
Il en va de sa vie qu'elle lui disait. Consterné, Viktor peinait à croire qu'il était en train de se rapprocher peu à peu de cette histoire presque enterrée, du moins par tout ceux qui n'avaient jamais voulu le croire. Des années après, on venait lui confirmer qu'il s'agissait bien d'une manigance volontairement étouffée mais non, il n'en saurait pas plus.
«  - Et la vie de ma sœur, tout le monde s'en fout c'est ça ? »
Stoïque, les mains croisées, Viktor avait perdu son sourire mais gardait un ton plutôt calme, comme presque lassé de constater qu'ils avaient presque réussit à le berner.  
Méfiant, il recula à peine son buste pour s'adosser contre le dossier de sa chaise lorsqu'elle s'approcha un peu plus près lui dévoilant la suite de ses révélations.
«  - Qu'est ce que ça veut dire ? »
Viktor tourna légèrement la tête tout en continuant de la dévisager d'un air béas. Il garda ses bras croisés analysant la véracité de ses propos,  hésitant dans ce qu'il allait revendiquer ou dire.
Ses yeux accusateurs fixaient ceux de la psychologue car Viktor l'avait bien compris, il s'agissait d'une forme de chantage qui s'avérait être plutôt efficace quand on savait de quels droits elle pouvait user pour le faire replonger en enfer. Elle ne céderai pas. Lui non plus.
Viktor inspira. Soudainement, il posa ses mains à plats sur le bureau dans un petit bruit sourd.
«  - Qu'est ce que vous voulez ? » lança t-il dans le plus grand des sérieux.
Il balaya ensuite la pièce du regard en se tournant complètement vers la porte d'entrée comme pour s'assurer que personne ne ferait irruption dans le bureau. Mais tout semblait silencieux.
«  - De l'argent ? » souffla t-il à demi-mot ne sachant pas pourquoi cette idée saugrenue avait germé dans son esprit. Vu le style vestimentaire de cette femme, ça ne l'aurait pas étonné qu'elle nourrisse un attrait pour l'argent ou tout autre bien de valeur. Qui plus est au sein de cet endroit sinistre, c'est sans doute la seule chose dont on pouvait espérer se contenter...
«  - Je peux m'en procurer. » assura t-il tout aussi déterminé alors qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il avançait là. Peu importe, il y parviendrait.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1501
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : noralchemist.
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4985
They think I m insane, they think my lover is strange but I don t have to fucking tell them anything
SITUATION : Esprit plongé dans un océan d'incertitudes et d'amers souvenirs aujourd'hui consumés.
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Sam 29 Juil - 1:31

I'll stick to the plan
Viktor ft. Nirina


C’était un jeu dangereux, mais terriblement exaltant, jamais elle n’aurait pu croire qu’il était si amusant de se jouer d’une personne, de manipuler une situation à sa guise, d’être la marionnettiste qui tirait les ficelles en cachette. Peut-être finirait-elle par le regretter, peut-être que son petit divertissement allait finir par se retourner contre-elle et qu’elle s’en mordrait les doigts, mais elle préférait miser sur l’insouciance plutôt que la prudence. Enfin, le destin lui donnait une occasion en or, la possibilité de pouvoir choisir ce qu’elle voulait être. Elle avait l’impression d’être une enfant en face d’un coffre rempli au ras-bord de costumes, de pouvoir se déguiser en ce qu’elle souhaitait, sans que personne ne l’oblige à revêtir un accoutrement de force, qu’elle ne voulait pas - l’image d’un costume de psychologue par exemple-... Si elle voulait s’amuser correctement, elle devait mettre à profit sa vivacité d’esprit, tenter de tout orchestrer à l’avance pour ne pas se laisser surprendre. Elle n’osait imaginer la catastrophe qui surviendrait si Viktor venait à découvrir la supercherie dans laquelle elle s’était embarquée. Ce dernier représentait sa poule aux oeufs d’or, celui dont elle pourrait se servir à outrance pour être une autre personne, pourvu que ce ne soit plus celle qu’aurait voulu que son père soit. Espionne, agent du gouvernement, membre de la mafia, qu’importe, Nirina savait que si son patient voulait alerter d’autres personnes ou des collègues, elle n’avait rien à craindre. Qui croirait les paroles d’un paranoïaque  ? Oui, Viktor Andreassen était le candidat parfait pour son petit jeu macabre.

Nirina observait chaque parcelle du visage du brun, se réjouissant de l’attention dont il faisait preuve à l’égard de la psychologue, elle le lisait sans difficulté sur ses traits. Elle avait réussi à transformer son indifférence en intérêt, pour son plus grand bonheur.
“Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, à aucun moment je n’ai affirmé que c’était de ma faute.” rétorqua-t-elle d’un ton courtois mais ferme. “Je ne décide pas de qui doit vivre ou qui doit mourir Andreassen. S’ils ont décidé au dernier moment que votre petite soeur devait finir congelé pour aller nourrir les poissons, ils avaient leur propre raison.”

Elle le voyait hésiter, soupeser chacune de ses paroles, et alors elle comprit qu’elle avait enfin réussi à ferrer le poisson. Elle le tenait à sa merci, prête à en disposer à sa guise. Déjà une idée germait dans sa tête, elle avait de nombreux ennemis au sein de l’hôpital. Patients comme gardes, elle ne se sentait en sécurité nul part. Elle n’esquissa même pas un geste lorsque raisonna le claquement des mains du patient contre le bois du bureau. Mais pendant quelques secondes, elle resta coite, la surprise l’empêchant de répondre. Ses yeux s’étaient agrandis d’étonnement, la bouche entre-ouverte, elle fixait Viktor, le regardant comme si elle venait tout juste de découvrir sa présence dans le bureau. Et puis elle laissa s’échapper un rire froid, dénué de toute chaleur.
“ De l’argent ? Vraiment ? Regardez-moi donc, est-ce que j’ai l’air d’avoir besoin d’argent selon vous ?” demanda-t-elle tout en faisant un tour sur elle-même, comme pour aider son patient à mieux la contempler.
“Ce n’est pas votre argent qui m’intéresse, ce sont vos yeux et vos oreilles. Je veux savoir tout ce qu’il se passe dans cet hôpital, ce qui se dit entre les membres du personnel, les agissements suspects de certains patients, rien ne doit vous échapper.” Une lueur fébrile dansait dans ses yeux, elle avait dépassé le stade du jeu, désormais elle avait trouvé le parfait pantin qu’elle allait faire agir à sa guise.
“Vous avez vécu dans un environnement sauvage et hostile si j’en crois votre dossier, et vous avez réussi à vous y fondre le plus naturellement possible. Ostrov ne devrait pas vous poser de problème.” Elle se hissa sur le bureau, croisant nonchalamment ses jambes tout en fixant le patient. “Un contrat de travail, voilà ce que nous vous proposons.”
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 23
MIROIR : Diego Luna
IDENTITÉ : Pilou
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 22/05/2017
FORCE : 135

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Viktor Andreassen

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Ven 11 Aoû - 18:55



I'll Stick to the Plan

Viktor / Nirina

Dans quel cercle s'était-il enfermé à présent ?
C'est la question qui lui était aussitôt venu à l'esprit à l'instant ou il avait regretté sa proposition. Il ne voulait pas offrir une quelconque opportunité à ses geôliers de profiter de sa faiblesse. Et c'était pourtant bien ce qui l'avait conduit ici, sa faiblesse.
Peut être n'en étais-ce pas une finalement. Il continua d'observer la jeune femme qui elle, prenait soudainement plaisir à l'entendre. Elle parlait pour dire des choses. Une première erreur selon lui. Elle venait ouvertement de lui dire précisément ce qu'il refusait d'entendre depuis plusieurs années, la disparition de sa sœur qu'elle avait osé tourner en dérision pour s'en moquer. Anna était quelque part, en vie et elle le savait pertinemment.  Elle confirmait sans le vouloir qu'elle faisait partie des protagonistes de cette supercherie, il en était de plus en plus convaincu . Il serra les poings à cette première phrase mal venue et dû se maîtriser pour ne pas se laisser emporter par ses émotions sa brusque envie de connaître enfin la vérité. Elle jouait avec ses nerfs, il l'avait bien compris et il s'efforça de détourner le regard vers sa droite.
Il se tût car pour l'heure, le silence était sa meilleure alliée, celle qui ne risquerait pas de le trahir. Il n'avait d'ailleurs rien à répondre à ce genre de provocation et préféra se concentrer sur la suite de l'entretien.
Elle rétorqua qu'elle n'avait pas besoin d'argent. Elle avait sans doute dû prendre sa proposition pour un geste désespéré de sa part et elle n'avait pas forcément tord de le croire...
Il l'observa alors qu'elle exposait devant lui ses parures de petite fille aisée. Son visage presque parfait lui rappelait celui des poupées de cire dont l'expression reste figée et les vêtements vieillissants avec le temps. La poupée est d'abord contemplée par sa beauté, ses cheveux soyeux et lisse, sa robe éclatante et neuve puis oubliée parmi la poussière et l'obscurité du grenier. Voilà ce à quoi elle lui faisait penser. Il pouvait voir tout cela à mesure qu'elle se tournait, il percevait chaque détail comme si la scène passait au ralenti.
Comment pouvait-elle se contenter de cette vie là ?
Le sourire qu'elle affichait ne pouvait être réel et Viktor haussa un sourcil une fois qu'elle se trouva de nouveau face à lui. Il était loin d'envier sa situation ou la corruption et l'argent devait réguler leur petit monde. Il se surprit à penser qu'elle ne devait pas réellement apprécier cela ni même être heureuse ici, qu'elle jouait son rôle au sein d'Ostrov, peut être elle aussi prisonnière de ces murs, d'une certaine manière...
Il réprima finalement un sourire à sa surprenante proposition qu'il trouvait totalement dérisoire et il eut même du mal à la prendre au sérieux. Mais c'était également un terrain sur lequel il pouvait y entrevoir une possibilité de garder le contrôle, en apprenant quelques informations utiles par exemple..
«  - Bin voyons, mademoiselle a des problèmes à Ostrov ?» lança t-il satisfait de percer à jour les intentions de la jeune femme, ou du moins le croyait-il.
Que pouvait-il bien gagner dans l'histoire ? L'espoir qu'elle lui dévoile ce qu'elle savait. Et dans le cas contraire il pourrait bien faire ce qu'il voudrait de ce que « ses yeux et ses oreilles » apprendraient. Il ramena ses coudes sur la table faisant mine de réfléchir, d'hésiter prenant tout son temps.
«  - Dites moi.. Qu'est ce qui vous chiffonne tant au point d'envoyer un de vos.. patients – disons ça comme ça – écouter aux portes ? »  finit-il par lâcher alors intrigué par la réponse qu'elle lui donnerait. Les sourcils froncés et les bras croisés, il plongea son regard dans le sien réellement intéressé par sa réponse.
Il n'avait pas refusé, ni pour autant accepté de se plier à ses exigences. Viktor voulait d'abord savoir pourquoi, ce qui la motivait réellement à lui demander une chose pareille et ce qu'elle comptait en faire.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1501
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : noralchemist.
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4985
They think I m insane, they think my lover is strange but I don t have to fucking tell them anything
SITUATION : Esprit plongé dans un océan d'incertitudes et d'amers souvenirs aujourd'hui consumés.
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Jeu 31 Aoû - 20:17

I'll stick to the plan
Viktor ft. Nirina


Plus le temps avançait, plus Nirina se demandait si Viktor finirait par rentrer pleinement dans le jeu qu’elle était en train de créer. Elle ne devait laisser aucun détail de côté si elle voulait que son histoire semble la plus crédible possible. Cependant, Nirina ne pu s’empêcher de pincer les lèvres et afficher un visage renfrogné lorsque Viktor lui demanda si elle avait des problèmes à Ostrov. Cela faisait déjà plusieurs semaines que rien n’allait pour elle dans cet hôpital. Elle n’avait aucun allié réel et le seul envers qui elle aurait pu placer toute sa confiance, elle avait préféré le quitter pour le protéger de sa nocivité. Les gardes ? Impossible de leur faire confiance pour la protéger, pas après que Dawkins avait abattu un des leur sous les yeux de Nirina. Et même certains patients avaient une dent contre elle. La psychologue voyait son patient hésiter et elle appréhendait sa futur décision, elle avait besoin de Viktor pour surveiller ses arrières. Et elle ne reculerait devant rien pourvu qu’il accepte sa proposition.

Elle se releva du bureau, fit quelques pas de long en large sans piper mot. Le but était de faire croire à Viktor qu’elle était en pleine réflexion, alors elle se servait de ton son talent de comédienne pour accentuer son air qui mimait la réfléxion. Puis elle se stoppa au milieu de la pièce, fixa la fenêtre tout en croisant les bras contre elle, et enfin pris une grande inspiration. “ Ecoutez Andreassen… J’ai de bonnes raisons de penser que certaines personnes souhaiteraient ma disparition. Ostrov est un véritable gruyère, on y rentre encore plus facilement que dans un moulin. Tout est fait pour vous empêcher de sortir vous les patients, mais concernant les entrées et les vérifications, il est facile de se faire passer pour un patient comme un membre du personnel.” précisa-t-elle en le regardant à nouveau, l’air sérieux. Elle devait avoir l’air convaincante si elle souhaitait qu’il la croit. Elle avait besoin de Viktor pour espionner les moindres faits et gestes à Ostrov, avoir un patient infiltré, c’était une aubaine inespérée pour elle. Nirina serait probablement l’unique membre du personnel à pouvoir profiter de cet avantage non-négligeable. “J’essaie juste de survivre Viktor, tout comme vous… Je vous demande juste de me rapporter toutes les discussions où il est question de ma personne. Je garderai ces informations pour moi et suivant le cas, j’aviserai. ” Si elle parvenait à mettre Viktor dans sa proche en faisait de lui un espion à sa solde, elle n’aurait plus rien à craindre des autres patients comme Dawkins, ni même des autres gardes qui la tenaient pour responsable de la mort d’un de leur collègue. De plus, elle ne lui mentait pas entièrement puisque bon nombre de personne l’avait dans le collimateur. “ Ecoutez bien ce que je vais dire car je ne vais le répéter.” Elle se rapprocha du patient, jeta un regard vers la porte d’entrée comme pour espérer que personne ne les écoutait et lui chuchota : “Si vous m’aidez, je vous aiderai en retour.”  Elle lui laissa un temps de réflexion puis s’approcha encore plus de lui et murmura tout contre son oreille “ En vous aidant à retrouver une enfant soit-disante déclarée gisante au fond d’un lac par exemple…” Puis elle se lécha les lèvres tout en réfrénant un sourire mauvais, la mascarade commençait à se mettre en place.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll stick to the plan - ft Nirina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Go Habs Go - Simple Plan
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-