AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 I'll stick to the plan - ft Nirina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 16
MIROIR : Diego Luna
IDENTITÉ : Pilou
CRÉDITS : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 22/05/2017
FORCE : 100

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 37 ans
avatar
Viktor Andreassen

MessageSujet: I'll stick to the plan - ft Nirina   Mer 7 Juin - 23:31



I'll Stick to the Plan

Viktor / Nirina

Voilà trois mois de passé. Pas un seul jour ne s'était écoulé sans que Viktor ne maudisse ceux qui l'avait envoyé sur cette île sinistre.
C'était assez simple, les trois mois avaient été réparties de la sorte : les séances avec le psy, une tentative d'évasion et pour finir un isolement. Voilà le tableau pour bien démarrer. Rien ne s'était déroulé comme prévu de toute façon. Naturellement.. il aurait dû s'attendre à ce qu'on cherche rapidement à le faire taire.
On avait finit par le prévenir que sans effort de sa part il n'obtiendrait qu'un retour immédiat en isolement et c'est ainsi qu'il avait été décidé qu'il changerait de psychiatre, quoi, pour « repartir sur de bonnes bases » comme ils le disaient si bien.
C'est aujourd'hui qu'avait d'ailleurs lieu «  ladite rencontre » mais Viktor savait pertinemment que ça ne changerait rien et il se répétait inlassablement les mêmes phrases.
«  - Tien bon, je viens te chercher »
Peut être encore la seule lueur d'espoir qui lui permettait de tenir ici. Pas la peine de compter sur les autres détenus, oui Viktor préférait ce terme à celui de patients employé par les psy, il n'avait pas d'alliés et personne en qui se confier de toute façon. Son isolement n'avait fait que renforcer ce sentiment de solitude et d'acharnement contre lui.
S'ils pensaient pouvoir obtenir quoi que ce soit de sa part en le changeant de médecin, il pouvait se fourrer le doigt ou je pense. Ce serait, dans ce cas, renoncer à ses convictions et abandonner complètement son combat depuis le début de son internement, à savoir prouver les manigances qu'il y avait derrière la disparition de sa sœur.
Un des gardes le conduisis donc en direction du bureau de son nouveau médecin. Le simple fait de pouvoir à nouveau parcourir les couloir d'Ostrov lui faisait du bien, non pas qu'il chérissait le lieu en question mais le manque cruel de nourriture et l'absence totale de lumière l'avait épuisé. Il avait fallu quelques jours avant qu'il se remette entièrement de cette période passée là bas, si horrible qu'il en garderait probablement des séquelles. La dénutrition le guettait sérieusement et le manque de communication l'avait un peu plus endurcit. La nourriture l'obsédait et dès l'instant ou il avait quitté l'enceinte de la cellule, il semblait redécouvrir peu à peu le gout de chaque chose, même des plus simples.
«  - Tien toi tranquille Viktor, sinon tu sais ce qui t'attends ». lui adressa le garde à son intention tout en le dévisageant.
C'est ça ducon pensa t-il intérieurement en ne lui adressant pas un mot, il esquissa seulement un demi sourire volontairement faussé que le garde ne manqua pas de comprendre, celui ci secoua d'ailleurs la tête en l'accompagnant. Savait-il au moins ce que ça faisait d'être enfermé comme un chien dans une cage privé de tout ? Non, certainement pas. Mieux valait ne pas répondre, Viktor aurait été prêt à l'étrangler.
Il n'en pensait pas moins et n'avait qu'un seul objectif, duper quiconque essaierai de le persuader qu'il est fou. Il n'avait d'ailleurs aucune envie d'endurer encore une nouvelle rencontre pour rabâcher toujours et encore la même chose alors qu'on ne le croirait pas. C'est ce qu'il s'était mis en tête, nouveau médecin ou pas, on ne l'aiderait pas. Donc cet entretien n'était d'aucune utilité si ce n'est faire plaisir aux gardes et psychiatres.
Après avoir sagement suivit la porte de prison qui l'accompagnait, un signe de tête suffit à lui faire comprendre que c'était à lui d'entrer.
Viktor soupira et après hésitation toqua deux fois à la porte sans attendre de réponse. Il ouvrit la porte et découvrit enfin l'apparence de son... sa nouvelle psychologue. Il haussa un sourcils presque abasourdi de voir qu'il s'agissait d'une femme. Non pas que ça le dérangeait.. plutôt qu'il ne s'y attendait pas mais rapidement son objectif lui revint en mémoire et il s'assit sur la chaise en face d'elle croisant les bras avec la ferme intention de rester sur ses positions.
«  - Bon, ça va durer combien de temps au juste ? »
Les bras toujours croisés, il pencha la tête l'air agacé vers la psychologue essayant de l'analyser rapidement outre son physique plutôt... attrayant, il détourna le regard sur la table pour ne pas se laisser déstabiliser et se concentrer sur la suite.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1188
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Avatar : Verendrye
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4020

SITUATION : Des rumeurs courent disant que le coeur de la blonde ne serait plus à prendre. Si elle est toujours là, c'est pour lui.
EST ÂGÉ DE : 31 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I'll stick to the plan - ft Nirina   Lun 19 Juin - 1:53

I'll stick to the plan
Viktor ft. Nirina


« Attendez, il a fait de l’isolement récemment ? Vous ne pouviez pas me prévenir avant pour que je repousse le rendez-vous ? » Plantée devant le seuil de son bureau, Nirina avait peine à croire le discours que lui offrait un des employés de l’hôpital.
« Ecoutez, on m’a chargé de vous avertir qu’il avait passé quelques temps au trou, c’est chose faite, maintenant c’est plus mon problème. » répondit l’homme en haussant les épaules. Indifférent à la colère qui rougissait les blanches joues de la jeune femme, il tourna aussitôt les talons pour repartir. Nirina de son côté, déchargea tout son mécontentement sur la porte, la faisant claquer dans un vacarme assourdissant. Les patients qui sortaient de l’isolement, la plaie des psychiatres et psychologues. Ils oscillaient à chaque fois entre deux états d’esprits, au mieux l’isolement les rendaient encore plus apathique qu’un mort, au pire, ils trouvaient le premier bouc émissaire à portée de main, coupable comme innocent, pour se délester de leur colère. D’un pas rageur, Nirina se dirigea vers son bureau pour s’affaler dans son fauteuil, avant de se prendre la tête entre les mains tout en soufflant bruyamment. Comme l’ancienne Nirina lui semblait loin en cet instant. Il ne restait aujourd’hui que des souvenirs réduits en cendres et au goût amer, de cette jeune psychologue si douce et naïve, persuadée de pouvoir apporter toute sa bienveillance aux malades qui avaient besoin de son aide. Mais désormais, il lui fallait vivre au jour le jour dans un endroit qu’elle détestait, avec cette idée fixe qu’elle n’avait plus sa place en ce lieu.

Son regard se porta sur le dossier qui trônait piteusement sur le bureau, un simple carton souple qui enserrait une forêt de feuilles blanches et autres formulaires. Et pourtant il lui apparaissait comme un panneau de publicitaire géant, la pointant du doigt dans un geste railleur, comme pour mieux souligner son statut de psychologue dont elle ne pourrait jamais se débarrasser. Dépitée, elle empoigna le dossier Viktor Andreassen pour l’ouvrir et s’y plonger. C’était la première fois qu’elle avait affaire à un patient souffrant de paranoïa avec délire de persécution. Elle appréhendait beaucoup cette première rencontre, il n’était là que depuis quelques temps, impossible alors de savoir quel genre de réputation il tenait au sein de l’hôpital. Plongée dans son dossier, un bruit signifiant qu’on toquait à la porte lui fit relever la tête. À peine le temps d’inviter la personne à rentrer que cette dernière entra dans son bureau. Devant ce manque total de politesse, elle dût se retenir pour ne pas le faire ressortir et lui demander d’attendre son autorisation pour entrer, comme on l’aurait fait avec un enfant. Mais elle n’en fit rien et resta stoïque dans son fauteuil, se contentant de le détailler du regard. Il suffisait de voir son piteux état, son teint cireux et ses yeux cernés par la fatigue pour comprendre aisément que l’isolement avait parfaitement bien réussi sa mission sur le pauvre homme. Mais voilà qu'il venait tout juste de s'assoir, et déjà il démarrait les hostilités. Pour Nirina, c’était un fait quasiment établi, la séance entre eux deux risquait d’être mouvementée. Elle trouvait presque dommage qu’un visage aussi charmant et qui semblait inoffensif, cache en réalité un caractère provocateur et agaçant.
« Hé bien… Si vous parlez de cette séance, je pense qu’une heure vous suffira autant à vous qu’à moi. » répondit-elle en mâchouillant son stylo. « En revanche, si vous parlez de la durée de votre séjour ici, alors là par contre… Ça ne dépend que de vous. »  Sa voix laissait transparaitre un léger ton goguenard, aujourd’hui elle n’avait pas la patience de rester douce et compréhensive, tant pis s’il devait en faire les frais.
« Allons donc,  Andreassen, est-ce que vous savez pourquoi on va a envoyé à Ostrov ? » Elle jeta un bref coup d’œil dans son dossier, finalement peut-être qu’elle allait s’amuser durant cette séance. «  Premier indice, ni les illuminatis, ni les francs-maçons ne sont à mettre en cause. »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
 

I'll stick to the plan - ft Nirina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Go Habs Go - Simple Plan
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-