AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 I miss you [Soan A. Calloway]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 33
MIROIR : Ian Somerhalder
IDENTITÉ : Tchitcho
CRÉDITS : (c) Liloo_59
A DÉBARQUÉ LE : 27/04/2017
FORCE : 190

SITUATION : Ce serait vraiment hypocrite de sa part de se mettre en couple, il s'amuse et prend un malin plaisir à draguer toutes les femmes qui osent passer devant lui.
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Gabriel N. Adams

MessageSujet: I miss you [Soan A. Calloway]   Ven 28 Avr - 23:59


I miss you
Gabriel & Soan


Il est inutile de préciser à quel point son voisin de droite commençait sérieusement à l'emmerder à brailler comme un putois parce qu'il perdait une partie de poker. Deux timbrés s'amusant avec des cartes, ça ne serait pas étonnant de les voir les utiliser pour former un château comme des illettrés. Peut-être est-ce seulement parce que ce sont des hommes qu'il se retrouve sur les nerfs en les observant ? La tension ne cesse de s'accroitre lorsqu'il croise la route d'un mec lui tapant sur le système d'une façon ou d'une autre. Tout est décuplé dans cette hospice de malheur qu'il ne peut se résoudre à voir ses sentiments prendre de l'ampleur à un point presque incontrôlable. Disons seulement que la présence des gardes aux extrémités de la salle commune arrange bien les affaires des deux guignols à sa droite. Enfin, rien ne l'empêche de se lever et d'aller mettre un terme à cette putain de partie de poker d'un seul geste de la main. L'étape numéro une consiste à lancer un regard noir et menaçant, chose déjà faite, mais qui n'a pas eu l'effet escompté. La seconde se tient aux avertissements par la parole...mais ce serait une perte de temps d'où le fait qu'il décida de se lever machinalement pour venir se poster à côté de la table, les deux mains se posant immédiatement sur les rebords. Légèrement penché vers l'avant, son regard se posa sur les cartes présentes sur la table. « Qu'est-ce qu'il y a les gars ? On arrête de parler ? » Sourire arrogant sur le visage, il prit sans aucune permission l'as de cœur dans la main avant d'entreprendre une observation poussée. « J'ai comme l'impression que tu n'es pas du genre ouvert d'esprit, je me trompe ? Allez, dégage d'ici on a une partie à finir. » Oh, mais c'est que le bonhomme possède finalement une paire de couilles assez grosses pour se montrer impoli, heureusement pour lui Gabriel aime ça, du moins... « Est-ce que tu sais ce qu'une carte peut provoquer comme dégât ? Visiblement non vu ton taux de débilité, tu es loin de te rendre compte à quel point tu viens de donner une bonne raison de t'enfoncer cette carte au fond de la gorge jusqu'à ce que tu t'étouffes. Mais je vais me contenter d'un petit avertissement pour cette fois. » D'un mouvement fluide et précis, Gabriel se fit une très légère entaille avec la tranche de la carte au niveau de la paume de sa main droite, là où une légère touche rougeâtre prit forme. Il ne saignera pas abondamment, ça cicatrisera rapidement. « Imagine un seul instant que c'est ta gorge et que tu te vides de ton sang comme une vulgaire truie qu'on emmène à l'abattoir. Tu vois un peu ? Je te conseille donc de fermer ta grande gueule quand tu te trouves dans le même périmètre que moi, j'ai tendance à camper sur mes positions. » Un avertissement dit avec un ton aussi sérieux que sombre, beaucoup trop sombre pour rester de marbre surtout quand on le connait. Il n'est pas du genre à parler pour rien, toutes ses paroles prennent vie un jour ou l'autre et si il dit qu'il le fera payer, il le fera et au moment où il s'y attendra le moins.

D'un geste fier, Gabriel laissa la carte tomber sur le table, coupant ainsi cours à cette brève conversation avant que ça ne dégénère et qu'il soit obligé de se coltiner la présence d'un foutu garde pour aller jusqu'à l'infirmerie ou dans ce merdier qu'est le sous-sol. Oh oui, cet endroit lui est familier et si il peut éviter d'y retourner ce n'est pas plus mal surtout en sachant ce qui s'y trame. Il se rappelle de la fois où il a battu un type jusqu'à ce qu'il finisse dans le coma parce qu'il a eu le malheur de le regarder de travers, ça a été assez plaisant de lui fracasser la tronche et le défigurer, il ne regrette en rien cette altercation, mais bordel la punition a été rude. Ça reste gravé et il n'a pas oublié l'instigateur de cette punition, il n'oubliera jamais. Peut-être devrait-il envisager un début de rébellion ? Une bonne petite ambiance dans ce manoir qui sert d'hôpital psychiatrique. Il suffit qu'il s'imagine en train de dépecer un garde ou d'écarteler une petite enflure, voir même de faire un barbecue géant avec  quelques personnes qu'il ne peut pas blairer et c'est tout bon. Personne ne lui apprend rien, il sait parfaitement qu'il est dérangé et ça ne le dérange pas du tout tant qu'il se sent libre, apaisé et lui-même. Pendant de nombreuses années il s'est voilé la face, mais il a suffit d'une petite illumination pour qu'il ouvre les yeux sur sa vraie nature. Dommage qu'il n'y ai pas une église, Gabriel n'aurait pas hésité pour aller remercier le petit jésus sur sa croix de l'avoir mit sur le bon chemin. Oui, bon, positif, bénéfique. Sérieusement, il se retrouve avec des patientes complètement bandantes, son tableau de chasse brille, son radar ne cesse de s'activer malgré les embûches que sont les hommes. La jalousie n'est pas de mise non, mais étant un homme il sait ce que c'est et si il doit en rester qu'un, ce sera lui.

Mais l'heure n'est pas aux sombres déboires, mais plus à un moment de détente qu'il essaye d'avoir depuis quelques minutes. Qu'ils aillent crever, ça lui rendrait service. C'est donc sans plus attendre qu'il entreprit de quitter les lieux, de se rendre à la cafétéria pour se manger un petit quelque chose, la petite altercation lui a ouvert l'appétit. La démarche assurée le propulsa rapidement vers la sortie sous le regard vigilant des gardes, mais une personne le stoppa dans son avancée. Qui donc peut bien le pousser à freiner son action ? Qui a ce don de lui retourner le cerveau par sa simple présence ? Une seule personne en est capable et ce n'est personne d'autre que la sublime Soan dont la chevelure pourrait faire de l'ombre au soleil lui-même. Si il en a vu des femmes de près dans sa vie, celle-ci bat surement tout les records tant elle arrive à le mettre sans dessus dessous intérieurement, autant dire que c'est le vrai foutoir lorsqu'il croise sa route. Le problème est qu'il ne l'a pas revu depuis un petit moment et ça lui manque depuis cette fameuse nuit où il a découvert un côté d'elle plus libre, plus avenante sexuellement. La petite cache bien son jeu et il adore ça le bougre.

Il a enfin trouvé un moyen de décompressé et elle va l'aider. Gabriel finit par faire irruption dans le champ de vision de la belle. « Chaque atome de votre chair m’est aussi précieux que ma propre chair ; dans la souffrance, dans la maladie, j’y attacherai autant de prix. » Lui annonça t'il avec une certaine assurance, le sens de ses propos prenait forme au moment même où il a posé son regard sur elle. Où a t'il entendu ce proverbe ? Voilà bien un mystère qu'il n'était pas en état de résoudre à l'heure actuelle, mais peu importe, la sincérité dans le ton de sa voix en disait long malgré son visage détendu et son sourire aux lèvres. Elle peut toujours l'éviter, mais au fond il sait pertinemment qu'elle ne résistera pas bien longtemps comme ça a été le cas il y a quelques temps...du moins c'est ce qu'il croit.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1510
MIROIR : holland roden
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 04/02/2015
FORCE : 4368

SITUATION : perdue
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar
Soan A. Calloway

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Lun 1 Mai - 21:23

I Miss You
“Gabriel & Soan”
S
oan avait bien du mal à sortir de sa chambre ces derniers temps. Entre ces journées qui étaient toutes les mêmes, ces autres patients insupportables et ces médecins psychopathes, elle avait bien du mal à trouver sa place. Elle voyait de moins en moins Piper. Evan aussi. Surement un coup tordu des gardes qui faisaient en sorte que ce trio infernal ne puisse pas se croiser. C’était dingue comme tout semblait être contre eux ici. Les patients n’étaient libres de rien. Et c’était justement ça qui manquait à Soan : la liberté. L’étouffement, ce trop plein de règles lui donnait tout simplement envie de les enfreindre. Parce que c’était amusant, excitant, et que c’était la seule chose décente à faire ici.

« Calloway, c’est l’heure du repas. Et cette fois t’y vas, tu te bouges vite le cul même. » Soan resta immobile, allongée sur son lit, fixant le plafond, écoeurée par ces grossièretés. « Je n’ai pas faim. » Osa t’elle annoncer, pourtant parfaitement au courant des risques.  Le garde poussa un long soupir avant qu’elle n’ajoute quelque chose. « Je peux aller en salle commune à la place? » Il leva les yeux au ciel avant de répondre par la positive. Soan se leva du lit énergiquement, prête à s’occuper pour la journée. S’avançant jusqu’à sa porte, elle fut décontenancée de voir que le garde ne bougeait pas. « Les médicaments d’abord. » Lacha t’il sèchement. Affichant une mine agacée, Soan se dirigea vers la petite table de sa chambre, pour tous les prendre d’un coup. Sa seule tâche de la journée pour avoir le droit à un peu de distraction. Quelle plaie.

Marchant le long du couloir, son garde à ses côtés, elle se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir faire une fois là bas. Lire ? Elle connaissait déjà quasiment tous les bouquins intéressants là bas. Tenter de convaincre les gardes de brancher la télévision ? C’était peine perdue. Elle espérait alors croiser d’autres patients intéressants. Des victimes, ou des bourreaux, comme elle. Elle priait pour que Piper soit aussi dans la salle commune, et qu’elles puissent recommencer leurs jeux pervers. Séduire les gardes, pour pouvoir partir là ou elles voulaient sans surveillance. Ca avait fonctionné… Une seule et unique fois. Et la punition fut beaucoup plus mémorable d’ailleurs.

Entrant dans la salle commune, la jeune femme balaya la salle du regard, à la recherche d’une distraction. Son regard se figea immédiatement sur Gabriel, attablé avec d’autres crétins, des cartes à la main. « Il ne manquait plus que ça… » Marmonna t’elle de façon presque inaudible. Elle se cherchait une place, hélas, elles semblaient toutes occupées. Et pas question de se faire remarquer par Gabriel. Pensait-elle vraiment ne plus jamais le croiser ? Certes, il y avait énormément d’autres patients ici et énormément d’autres salles aussi, mais la salle commune était tout de même le QG de pas mal de monde, dont Gabriel. Soan n’avait pas vraiment imaginé le jour ou elle le recroiserait. Ce qu’ils avaient fait, aussi bon que ça ait été, la couvrait de honte. Elle s’appuya contre le mur froid de la salle, attendant d’un fauteuil ou qu’une chaise se libère. Croisant les bras, elle réfléchissait. Rejoindre sa chambre serait peut-être une bonne idée… Seulement elle ne voulait pas éviter Gabriel. Elle était tout à fait capable de se confronter à lui. Le mieux serait de jouer à l’idiote, faire comme si rien ne s’était passé. Comme si rien n’avait compté. Cette situation lui échappait totalement. Elle se demandait même pourquoi elle compliquait tout. Pourquoi n’avait-elle pas le droit de continuer ce jeu qu’elle avait avec lui ? Certes, elle avait cédé, mais qui disait qu’elle céderait encore ? Elle chassa rapidement cette idée de son esprit, se rappelant la colère d’Evan lorsqu’il avait appris cette aventure. Puis elle se rappela aussi leur réconciliation… Intense, violente, passionnée. Elle ne pouvait pas à nouveau gâcher tout ça.

Voilà que Gabriel se levait de sa chaise, avançant d’un pas assuré vers la sortie. Parfait, Soan allait pouvoir prendre sa place et arrêter de penser à lui. C’était sans compter le regard de Gabriel qui se posa sur elle. Plongeant son regard dans le sien, les yeux brillants, un sourire narquois, elle le défiait presque du regard.  Puis Gabriel se plaça devant elle, barrant sa route, la rendant immobile, sous le choc tout autant que sous le charme. Néanmoins, la jeune femme reprit rapidement ses esprits. Il le fallait. Gabriel ne représentait rien de bon pour elle, il avait même failli tout gâcher en elle et Evan. Mais c’était si bon de se sentir aimée, désirée… Avec Evan tout était compliqué, alors qu’avec Gabriel tout semblait simple. En apparence. Elle avait joué et s’était brulée les ailes. Plus question de recommencer. Et voilà qu’il lui ressortait sa poésie, de beaux mots lâchement volés à de vieux bouquins. La rousse leva les yeux au ciel, pas le moins émerveillée du monde. « Impressionnant, tu as trouvé ça dans un vieux livre crasseux de la salle commune? » Lança t’elle ironique, haussant les sourcils avec un air badin. Puis elle continua sa route, comme si de rien était, allant s'assoir à la première table assez propre pour elle. Elle se doutait bien que Gabriel n’allait pas la laissait fuir aussi facilement. Il lutterait surement pour lui arracher un sous entendu, la moindre parole à propos de… L’autre fois. Cette nuit folle que Soan aimerait effacer de sa mémoire, de son histoire. Comment avait-elle pu se montrer aussi faible ?
© Starseed

_________________

- i'm done with your bittersweet tragedy -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
PILULES AVALÉES : 33
MIROIR : Ian Somerhalder
IDENTITÉ : Tchitcho
CRÉDITS : (c) Liloo_59
A DÉBARQUÉ LE : 27/04/2017
FORCE : 190

SITUATION : Ce serait vraiment hypocrite de sa part de se mettre en couple, il s'amuse et prend un malin plaisir à draguer toutes les femmes qui osent passer devant lui.
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Gabriel N. Adams

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Mar 2 Mai - 22:28


I miss you
Gabriel & Soan


Est-il réellement possible de fissurer une pierre ? La structure que forme cette assemblage de minéraux ou plus couramment ce fragment de roche n'est pas impénétrable ni même vulnérable, une forte pression peut venir à bout de cette dernière à l'image de l'organe vital qu'est le cœur de Gabriel. Endurci depuis son plus jeune âge à vivre dans la solitude en apprenant à ses dépends la dureté de la vie, une épaisse carapace s'était formée autour de son organe afin de lui éviter des blessures, des séquelles dû à une quelconque personne. Il devrait probablement remercier ses parents pour ça, mais encore faudrait-il qu'un minimum de respect puisse voir le jour. Tout ce qu'il peut souhaiter ou dire à ses géniteurs c'est de pourrir en enfer dans les règles de l'art, priant au passage pour qu'ils ne se retrouvent pas tout les trois là-haut parce qu'il compte bien occuper la place du bourreau une fois six pieds sous terre. Par chance ce n'est pas prévu dans son agenda, il a encore quelques femmes à contenter et une vie à poursuivre comme il l'entend. Certes ce n'est jamais bon signe quand son ombre plane au-dessus d'autres, mais là est toute la réalité, il est devenu avec le temps un joueur de poker maniant la parole aussi bien que les cartes, menant qui bon lui semble sur le chemin qu'il désire pour arriver à ses fins. L'exemple parfait ? Soan. Qui est donc cette petite patiente aussi rebelle que faible ? Tout cela reste encore un mystère pour plus de la moitié de l'hôpital, mais pas pour Gabriel qui sait parfaitement de quoi en retourne cette galère dans laquelle elle s'est embarquée contre son gré...ou pas totalement. Il n'est pas dupe, il a seulement su saisir sa chance au bon moment et en employant les bons moyens. Tout est question de stratégie et de sentiments inconnus pour lui. Qu'est-ce qui la rend si spécial de Piper ou encore Lexie ? Il est proche des trois femmes, certes d'une façon différente, mais au final ce sont des patientes, ce sont des femmes, mais par il ne sait quel miracle elle arrive à se démarquer. Voilà un bon point pour elle, mais rien de mieux que de s'abstenir de le lui dire pour éviter qu'elle prenne la grosse tête.

Alors oui, lorsqu'il l'aperçut dans la salle commune la première réaction qu'il eut a été de la retrouver, se planter tel un piquet devant elle tout en lui sortant les violons avec une phrase dont il a le secret. Éternel charmeur autant dans son regard que dans son attitude, Gabriel continue de chevaucher cette réputation pour approcher une nouvelle fois Soan. Qu'est-ce qui résultera de ce nouveau face-à-face ? L'attente fut longue, bien trop longue à son goût et s'il se juge fautif dans un sens de ne pas avoir prit l'initiative de la rejoindre, il compte bien se racheter sur ce coup d'une façon ou d'une autre. « Tu ne devrais pas me sous-estimer à ce point, je n'ai pas besoin de ça et tu le sais parfaitement. » Lui dit-il d'un ton à la fois assuré et joueur en faisant allusion à la dernière nuit qu'ils ont passé ensemble. Certes, l'alcool a joué dans le rapprochement, mais ils savaient ce qu'ils faisaient et déjà là le petit orchestre romantique qu'il a sortit à ce moment a parfaitement fonctionné. Devrait-il changer de disque ? Bordel non, ça ne lui ressemblerait pas.

Mais quelle fut sa surprise lorsqu'il la vie s'éloigner pour aller prendre place  à la table où il était précédemment assis comme pour montrer son envie de fuir la conversation, fuir sa présence. Sérieusement ? Sa présence était-elle si désagréable ? Contrarié sur le moment, Gabriel tenta de camoufler ce ressentit pour se focaliser pleinement sur Soan et la suivre jusqu'à la table où il prit également place. Reculant d'un geste lent la chaise en face d'elle, il posa ses fesses délicatement avant de s'affaler bien au fond de cette dernière, le bras gauche posé sur le bois, les doigts venant pianoter le tissu végétal. « Tu sais, je m'attendais à un accueil différent de ta part. C'est pas comme si ça fait quelques jours qu'on s'est pas vu, si mes souvenirs sont bons depuis le lendemain de notre petite nuit de.... » Afin de conclure sa phrase, il se mordit la lèvre inférieur tout en essayant de trouver le regard de son amante. C'est malin, en plus vouloir le snober elle veut se la jouer indifférente, mais ça ne marche pas comme ça avec lui. « Mais je comprends, c'est pas facile d'assumer le fait que tu as un pris ton pied avec quelqu'un d'autre qu'Evan. Et ne me dis pas le contraire, je me rappelle encore de tes gémissements du genre... » Sans aucune gêne, cru et direct, voilà un petit avant-goût de ce dont il est capable sans oublier qu'il a envie de jouer, de l'attirer à nouveau vers lui, mais cette fois-ci plus définitivement. Evan n'est rien, qu'un petit merdeux ne sachant pas s'y prendre, elle a besoin d'un homme et il peut lui fournir ça. Prenant soin de se pencher légèrement au-dessus de la table de façon à bien faire face à la rouquine, Gabriel se mit à imiter la jeune durant l'ébat...peut-être en rajoutant un peu, mais ce n'est qu'un détail. « Oui.....vas-y....plus fort.....OUI !!!! Bordel...» Il la provoquait ouvertement en tentant de lui faire comprendre qu'elle se voile la face, qu'elle est à lui autant indirectement et involontairement que directement et volontairement. « Mais visiblement quelque chose ne va pas et je suis sûr que tu vas me faire part de tes pensées. » Lui dit-il tout en reprenant un ton plus modéré, plus posé malgré l'insistance employée dans le ton de sa voix.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1510
MIROIR : holland roden
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 04/02/2015
FORCE : 4368

SITUATION : perdue
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar
Soan A. Calloway

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Dim 7 Mai - 0:50

I Miss You
“Gabriel & Soan”
L
’esprit de Soan divaguait. Ses émotions s’entremêlaient, la perturbant à tel point qu’elle ne savait même plus quoi penser. Son foutu trouble émotionnel. Que ressentait-elle envers toute cette histoire avec Gabriel? Tout d’abord, du dégout. Puis des remords, de la rancune aussi. Et une folle envie de recommencer, aussi étonnant que cela puisse paraitre. Parce que c’était interdit par Evan, et l’interdit, c’était toujours incroyablement excitant. Mais Soan aimait Evan et elle ne voulait pas le trahir à nouveau. Elle en avait bien trop souffert. Elle avait pris des coups, mais c’était surtout les mots qui faisaient mal. Au final, la jeune femme n’avait jamais su qui était allé lui raconter son infidélité. C’était peut-être Gabriel lui même, ou quelqu’un à qui il l’avait confié. Quelle importance ? Elle ne recommencerait pas. Du moins, elle essaierait.

A quoi s’attendait réellement Gabriel ? A ce que Soan lui saute dans les bras, l’attire ailleurs pour qu’ils remettent ça ? Cela serait prendre ses rêves pour la réalité. Evidemment qu’il n’avait pas besoin de ça. Il savait toujours trouver les mots de lui même. Les bons mots. Ceux qui n’étaient jamais vrais mais qui fonctionnaient toujours. Seulement, il semblait oublier un petit détail : l’alcool. Dans d’autres circonstances, avec un verre de moins… Soan serait peut-être partie de cette chambre avant que tout ne dérape. Et qu’il ne dise pas que cette vodka n’était pas une stratégie de sa part… Pour Gabriel, tous les moyens étaient bons pour parvenir à ses fins, que cela soit moral, ou pas. Pour toute réponse, Soan avait levé les yeux au ciel et s’était éloignée. Qu’il la suive ou non, cela lui était égal. Elle trouverait une distraction, que Gabriel soit là ou ailleurs. Mais jamais elle ne le laisserait l’attirer à nouveau dans ses filets. Elle savait quel genre d’homme il était maintenant. Un coureur de jupons. Et le fait qu’il haïsse Evan le rendait encore plus fier de son exploit. Il avait eu Piper aussi. Au final, tout le monde se faisait avoir par le beau Gabriel Adams. C’était terriblement malsain, toute cette histoire.

Elle avait fuit si rapidement qu’elle n’avait même pas pu voir sa réaction. Dommage, elle aurait aimé lire la frustration sur son visage, la colère dans ses yeux. Mais Gabriel avait plus d’un tour dans son sac, évidemment. Il vint la rejoindre s’installant face à elle. « Oh, tu ne partais pas? » Il semblait vouloir sortir de la salle commune avant de l’apercevoir. La rousse afficha un sourire agacé lorsqu’il mentionna leur nuit de passion. « Ecoute Gabriel… Je suis vraiment désolée mais… Ca n’était pas si mémorable… » Quelle bonne comédienne… Ou pas. Enfin, peut-être que le meilleur moyen de l’éloigner serait de le vexer. Mais il était malin Gabriel, et surtout, il connaissait bien Soan. Il décelait facilement le vrai du faux. Lorsqu’il s’approcha de plus près -bien trop près- et qu’il entreprit de l’imiter, Soan ne put s’empêcher de ressentir de la honte. Oui, elle avait pris son pied, et alors? D’autres patients, étonnés des bruits de Gabriel, les regardaient. « Tu vas te taire ! » Dit-elle en haussant un peu la voix. Décidément, cette situation amusait bien plus le beau brun qu’elle. Mais Soan n’allait s’avouer vaincue si rapidement. Et puis, elle se fichait bien des autres qui les fixaient sans comprendre. Elle devait se calmer. Parce que si elle s’énervait, alors Gabriel aurait réussi son coup, et ça c’était hors de question.

Changement de stratégie. Elle se pencha vers lui, sans trop savoir quel sentiment cette proximité provoquait en elle, puis plongea son regard dans le sien. « Je faisais semblant… Et je t’en prie, mes gémissements sont bien plus sensuels que ça… Dommage, tu ne les entendras plus. » Murmura t’elle avant d’afficher un air moqueur. Quoi de pire que de détruire tous ses espoirs ? « Tout va bien, je ne vois vraiment pas de quoi tu parles. » Avoua t’elle avec un nouveau sourire. Décidément, quelle bonne comédienne.  Si il voulait jouer, ils allaient jouer, sans problème.  Il avait attendu très longtemps avant qu’elle ne lui cède, il allait maintenant connaitre l’éternité.
© Starseed

_________________

- i'm done with your bittersweet tragedy -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
PILULES AVALÉES : 33
MIROIR : Ian Somerhalder
IDENTITÉ : Tchitcho
CRÉDITS : (c) Liloo_59
A DÉBARQUÉ LE : 27/04/2017
FORCE : 190

SITUATION : Ce serait vraiment hypocrite de sa part de se mettre en couple, il s'amuse et prend un malin plaisir à draguer toutes les femmes qui osent passer devant lui.
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Gabriel N. Adams

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Dim 7 Mai - 14:00


I miss you
Gabriel & Soan


Faire retarder l'inéluctable est une façon comme une autre d'éviter l'échéance malsaine que peu procurer une relation comme celle qu'ils entretiennent et qui a tendance à exciter au plus haut point Gabriel. Cette simple perspective de recommencer des ébats à l'image du dernier en date avec cette sublime rouquine aussi bandante qu'un film porno pour un jeune puceau. Se passer d'elle n'est pas impossible, il a bien réussi à tenir quelques jours sans la voir pour il ne sait quelle raison, mais à l'intérieur de lui il y a toujours cette envie irrépressible de la voir, de l'approcher, de sentir le parfum émanant d'elle tout en étant en union avec son corps. La relation charnelle procure un bien fou au jeune homme, il ne peut se résoudre à abandonner une proximité de ce genre pour une solitude malveillante pour l'esprit, pour l'âme. Personne ne se doute un seul instant de l'effet néfaste que peut avoir l'état de solitude sur une personne, Gabriel le sait que trop bien d'où le fait qu'une présence féminine l'arrange grandement sur plusieurs plans. Est-elle en droit de lui en vouloir ? Ne serait-ce pas gratifiant de savoir qu'un homme de son envergure s'intéresse à elle ? Evan n'est rien, il ne lui apporte rien que des complications et comme une petit naïve elle ne cesse de tomber dans le panneau. Tout les problèmes, toute cette réticence est dû à la présence d'Evan dans sa vie et il peut l'aider à l'évacuer...à sa façon.

S'installant confortablement face à Soan, son but était de lui faire prendre conscience qu'elle se ment à elle-même, qu'elle ne veut pas avouer le fait qu'elle a aimée cette nuit, cette proximité. En tant que fin manipulateur sadique et presque psychopathe, il est bien placé pour déceler le vrai du faux en analysant plusieurs facteurs décisives tel que le ton de la voix, l'expression du visage, l'intonation, etc... Cela n'empêche pas Gabriel de se sentir insulté lorsqu'elle lui fit croire que ce n'était pas si mémorable. Vraiment ? Si seulement il ne tenait pas aussi bien l'alcool peut-être qu'il aurait pu douter de ses capacités à la faire s'évader dans un moment aussi intense et sexuellement bon. « Cesseras-tu un jour de jouer la comédie ? Il n'est pas conseillé de me mettre sur les nerfs et ça vaut pour toi. Je tiens bien mieux l'alcool que toi, tu ne me feras pas gober une telle connerie. Tu te mens à toi-même, c'est déplorable. » Dit-il tout en lâchant un léger soupir, s'affalant bien au fond de sa chaise tout en haussant les sourcils, agacé de cette situation où prône l'hypocrisie, le mensonge. Qu'il la porte dans son cœur pour diverses raisons n'est pas une raison suffisante pour qu'il l'épargne si elle vient à lui monter les nerfs, à le contrarier de la sorte en voulant le rabaisser d'une façon ou d'une autre. Un brin narcissisme intérieurement, il n'arrive pas à douter de ses capacités même si les propos de la rouquine vont à l'encontre de sa vision des choses. C'est toujours dégradant et blessant pour l'égo et la fierté de tels propos, il a beau ne pas le montrer explicitement à l'extérieur, intérieurement c'est une autre histoire. Surtout ne pas faire le bordel dans la salle commune, ça n'arrangerait pas sa situation et il a une image à garder auprès de Soan, il ne peut pas perdre contenance, perdre pieds pour laisser place à une violence malvenue. Garder la situation en main est beaucoup plus avantageux pour lui et déstabilisant pour ceux qui lui font face.

« C'est vrai, c'est notre petit secret. » Moqueur, joueur, il était parfaitement conscient que leur ébat a été ébruité par quelqu'un. Qui donc aurait bien pu aller raconter qu'ils se sont envoyé en l'air ? Non pas que ça lui déplaise, il se fout royalement qu'on le sache ou pas vu qu'il n'a rien à se reprocher ni à se cacher. Par contre elle, c'est une autre histoire. La curiosité des autres patients et des gardes présents dans la salle commune. Proie à l'alcool, elle n'a pas attendue une plombe avant de le rejoindre dans sa chambre et pourtant elle semblait se rappeler de la tonalité de ses gémissements. Voilà bien un exploit aussi gratifiant qu'insultant. Le côté gratifiant de la chose repose sur le fait qu'elle se souvenait de certaines choses, le côté insultant est qu'elle semblait prendre un malin plaisir à vouloir le rabaisser. « Ça fait plusieurs jours que tu m'évites et voilà que tu fuis ma présence. Qu'est-ce qui se passe ? » Ayant bien insisté sur ses dernières paroles, Gabriel appuya ses propos avec un ton plus grave, plus perçant à l'image de son regard qu'il posa sur elle. Il insistait vraiment à ce qu'elle lui donne la raison parce qu'il est fort probable que sa patience ne s’amenuise à force de jouer avec lui surtout en sachant que pour sa part il ne joue aucunement avec elle, tout est bien vrai.

Peut-être qu'il y a simplement plus qu'une simple attirance physique, il n'a jamais réfléchi à cette possibilité d'où le fait qu'il restait vague jusque là. Comprenant qu'il n'arrivera pas à lui faire cracher le morceau aussi facilement, il n'a pas l'alcool avec lui pour la faire flancher. Une autre solution ? « Je sais que tu me vois comme un simple coureur de jupons utilisant les femmes comme des appâts, ce qui en soi n'est pas totalement faux pour la plupart. Il est vrai que j'aime la compagnie des femmes et je ne m'en lasserai jamais, mais tu n'es pas elles, tu es bien plus que ça. »  Cherchait-il à avouer certaines choses ? Oh non, ce n'est pas son genre. « Tu ne me croiras probablement pas, mais tu comptes bien plus que tu ne pourrais l'imaginer. Je sais pas...peut-être que je suis influençable et que tu as réussis à m'ouvrir les yeux sur certaines choses. » Il se mit à sourire au coin avant de reprendre. « Es-tu réellement heureuse avec Evan ? La vie n'est pas aussi facile que tu l'aurais cru, n'est-ce pas ? Je sais ce qu'il te fait, comment il a apprit les choses. Tout pourrait être plus facile pour toi. Je t'aime vraiment bien Soan, VRAIMENT bien !!! » Il ne mentait pas là-dessus, il l'aime vraiment bien et tout ce qu'elle fait pour lui répondre c'est de l'envoyer bouler ailleurs en tentant de le rabaisser. Ça voix se fit plus ferme, sa mâchoire se crispa, ses mains se resserraient sur eux-mêmes. « Et toi tout ce que tu trouves de mieux à faire c'est de me prendre pour un con. Avoue et ça restera entre nous. Continue à mentir.... » Il ne termina pas sa phrase, laissant un certains suspens s'installer, valait mieux ça que de connaitre la fin de sa phrase. Ce qu'elle devrait prendre en compte est qu'il n'a qu'une parole, un détail d'une extrême importance.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1510
MIROIR : holland roden
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 04/02/2015
FORCE : 4368

SITUATION : perdue
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar
Soan A. Calloway

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Mer 10 Mai - 23:44

I Miss You
“Gabriel & Soan”
O
u les mènerait une relation telle que la leur ? Certainement vers l’extase puis vers la souffrance à nouveau. Parce que deux êtres aussi perturbés qu’eux ne pouvaient que se faire du mal, c’était écrit. Entre l’extase et la douleur… Il n’y avait peut-être qu'un pas finalement. Soan avait conscience que si elle éjectait Evan et Gabriel de sa vie, alors tout serait plus simple. Mais elle n’en avait pas la force. Parce qu’au final, souffrir faisait parti d’elle. Et sans cela, elle ne se sentait plus vivre. Et autant dire que les causes de ses peines savaient aussi se montrer très réconfortants… Lorsqu’ils arrivaient à trouver un endroit tranquille et isolés.

Voilà qu’il semblait sur la défensive, presque agressif et menaçant. Soan n’avait pas peur de lui. Il était dangereux et elle en avait pleinement conscience, mais il ne lui faisait pas peur. Elle savait qu’il ne pouvait pas faire de mal à une femme, il les aimait trop pour ça. Encore une différence flagrante avec Evan, qui pour le coup traitait les femmes comme des objets et n’hésitait pas à les frapper.
Déplorable. Il avait bien raison, cette situation était déplorable. Soan mentait, mais elle se mentait aussi à elle même. Pourquoi ne pas admettre que Gabriel était un bien meilleur homme qu’Evan ? Pfff, elle n’avait même plus envie de lutter. De toute façon, il semblait évident que le beau brun ne lâcherait pas l’affaire.  Elle leva les yeux au ciel.

« Plus si secret que ça finalement. » Eh oui, puisque Evan était au courant. Et évidemment, c’était Soan qui en avait fait les frais. Elle était son souffre douleur. Son punching ball. Et elle commençait à en avoir assez, d’être traitée tel un objet et pas comme une personne à part entière, avec des sentiments.

Il voulait savoir pourquoi elle l’évitait, et elle ne voulait pas lui dire qu’Evan en était la cause. Elle ne voulait pas paraître soumise, même si elle se rendait compte au fil des jours qu’elle l’était totalement. Et puis, Gabriel se servirait surement de cela pour rabaisser une fois de plus Evan, son meilleur ennemi depuis une éternité. Alors la jeune femme se contenta d’hausser les épaules, prétendant ne pas connaître la réponse. Après tout, elle avait des changements d’humeur constamment, cela pouvait y être du.

Gabriel semblait maintenant se lancer dans des révélations pour le moins surprenantes. Soan haussa les sourcils, surprise, attentive, tentant de comprendre là ou il voulait en venir. Elle était bien plus que ça ? Que voulait-il dire par là ? Gabriel se tapait des tonnes de patientes, pourquoi Soan serait elle différente de toutes ces autres ? Et sur quoi avait-elle pu lui ouvrir les yeux ? « Je… » Soan était perturbée, touchée par ces paroles mais aussi perplexe. « A propos de quoi as-tu ouvert les yeux ? » Etait-elle heureuse avec Evan ? C’était une très bonne question. Avec Evan, tout se faisait au jour le jour. Tout n’était pas tout rose, mais rien n’était trop noir non plus. Il l’aidait à survivre à l’atrocité de la vie ici. Soan avait appris à le connaitre, à le supporter, à l’aimer. Mais voilà Gabriel aimait vraiment bien Soan, lui aussi. Elle ignorait ce que cela voulait dire, si il tenait simplement à elle ou si ça signifiait plus que ça. La rousse se perdait dans ses mots, dans ses yeux bleus aussi. « Tu m’aimes vraiment bien… » Répéta t’elle une dernière fois avant qu’il ne lui demande à nouveau d’avouer. La rousse s’éloigna immédiatement. « Mais j’hallucine Gabriel ! » Elle poussa un soupir. « T’es vraiment qu’un beau parleur. Tu me sors des conneries pour que j’avoue c’est ça ? Alors ok. J’ai pris mon pied comme jamais avec toi, t’es satisfait ? » Elle se leva et replaça la chaise correctement, restant là, immobile, une main sur son front, les yeux fermés, poussant un nouveau soupir d'agacement. Il fallait qu’elle se calme… Elle réouvrit les yeux, cherchant une autre place ou s’assoir. Elle hésitait même à partir, retourner dans sa chambre, affronter la solitude.  Tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était qu’il la laisse tranquille… Ou qu’il lui avoue que tout ce qu’il venait de dire n’était pas des mensonges. Elle en avait marre des mensonges, des manipulations et des paroles dans le vent. Elle voulait du concret, du vrai. Pas que des mots, mais aussi des preuves.
© Starseed

_________________

- i'm done with your bittersweet tragedy -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
PILULES AVALÉES : 33
MIROIR : Ian Somerhalder
IDENTITÉ : Tchitcho
CRÉDITS : (c) Liloo_59
A DÉBARQUÉ LE : 27/04/2017
FORCE : 190

SITUATION : Ce serait vraiment hypocrite de sa part de se mettre en couple, il s'amuse et prend un malin plaisir à draguer toutes les femmes qui osent passer devant lui.
EST ÂGÉ DE : 25 ans
avatar
Gabriel N. Adams

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Sam 13 Mai - 22:07


I miss you
Gabriel & Soan



Est-ce un choix réellement judicieux de s'aventurer sur un terrain aussi complexe avec la jeune rouquine ? Si son subconscient lui intime l'ordre de stopper ce petit manège malsain, ses convictions et son côté joueur se montre bien plus entreprenant qu'à l’accoutumée. Pour l'heure il est impossible de stopper Gabriel tant il prend un plaisir immense à jouer de ses charmes avec la jeune femme, elle le prend plutôt bien selon ses souvenirs contrairement à ce qu'elle laisse paraître au moment de la conversation. Que s'était-il passée dans sa tête pour qu'elle le fuit de la sorte ? N'est-il pas assez compétent ? Cela serait une preuve concrète d'une hypocrisie assumée suite à l'influence d'un ego et d'une fierté démesurée. Une attitude qui ne prend pas sur Gabriel malgré les questions qu'il se pose. Tout ça semblait si incohérent qu'il avait encore du mal à croire à ce retournement de situation plutôt inattendu. Elle ne peut pas le fuir indéfiniment, elle craquera à un moment ou un autre peu importe le temps que ça prendra. Elle est à lui, c'est écrit depuis le jour où ils ont commencé à se rapprocher, à flirter d'une façon presque insistante l'un et l'autre. Et dire que ça lui manquait presque de sentir son parfum, la chaleur de son corps emplissant le périmètre où il se trouve. Dieu seul sait à quel point il était fortement impatient de la revoir, mais il avait d'autres choses à faire comme de s'occuper du cas de Lexie et de sa tentative de fuite totalement merdique et irresponsable.

Tout ça n'était peut-être plus un secret grâce à lui en grande partie, mais certains détails sont encore dans l'ombre contrairement à ce qu'elle pourrait penser. Gabriel n'est pas con au point de divulguer toute l'intrigue autour de son rapprochement avec elle, les enjeux, son véritable ressentit ou encore le machiavélisme et obsession dont il est animé. C'est totalement involontaire de sa part qui plus est, jamais il aurait pensé une seule seconde qu'elle l'influencerait de la sorte, qu'elle l'attirerait tel un aimant ne pouvant pas se passer de sa présence. Tant pis pour Evan, il a eu sa chance et comme un idiot de première il n'a pas réussit à la saisir correctement. Il est l'heure de laisser les grandes personnes discuter. Tendant attentivement et patiemment l'oreille avant de prendre à nouveau la parole, il se mit à observer le visage de la jeune femme lorsqu'il lâcha telle une bombe certaines révélations concernant ce qu'il pense d'elle. N'étant pas conne pour faire dans la demi-mesure, avec lui c'est tout ou rien quitte à devoir en rajouter un peu pour se placer à l'extrémité d'un côté en particulier. Souriant face à la détresse de Soan cherchant désespérément à trouver une réponse plus concrète et explicite, il respira un bon coup tout en haussant les épaules, paraissant le plus convaincu du monde de ce qu'il venait de dire, les affirmant par la même occasion.

Sa détermination finit par payer après un très long moment à jouer à ce petit jeu en son agréable compagnie. Enfin elle lui disait ouvertement qu'elle avait prit son pied avec lui. Est-ce si compliqué d'avouer ? Mais c'est qu'elle est pudique....la blague. Gabriel écarta légèrement ses bras pour montrer à quel point il était ravi de l'entendre dire, un sentiment de victoire envahissant son être. « C'est que tu commences à te dévergonder. Tu sais que c'est la facette que je préfère de toi. » Aguicheur, il lui adressa un clin d’œil en disant long sur ses allusions avant de se lever à son tour et contourner la table que le séparait d'elle. Beau parleur il l'est aussi, elle le cerne plutôt bien. Ne montrant aucun signe d'animosité ou quoi que ce soit pouvant la faire fuir,  Gabriel finit par réduire considérablement l'écart entre eux pour venir se poser entre elle et la table désormais derrière lui. « Des conneries ? » Le ton de sa voix se fit plus ferme en pensant qu'elle le voit comme un manipulateur se jouant des femmes simplement pour se les faire. Elle n'a pas tord, mais là où elle se trompe est qu'il ne joue pas avec elle comme avec les autres, ce jeu est spécial, indescriptible et totalement plus excitant et vrai sur certains plans.

D'un geste délicat il vint placer son index en-dessous du menton de la rouquine, forçant très légèrement à bien relever son visage pour pourvoir placer son regard dans le sien, beaucoup plus près. « Tu penses sincèrement que je suis du genre à perdre mon temps à avouer des choses de ce genre alors que je n'en pense pas un mot ? » Il n'est pas connu pour parler de ses sentiments, jamais il n'a fait allusion à quoi que ce soit et a toujours fait en sorte qu'il ne se passe rien à part un coup d'un soir ou de plusieurs avant de changer de cible. Soan devrait-être au courant de tout ça, elle l'est, c'est obligé. Et puis il y a de nombreuses évidences prouvant qu'il n'est pas qu'un beau parleur prônant les conneries pour l'emmener à nouveau dans son lit même si l'idée est fort plaisante et tentante surtout. « Peut-être que tu as besoin que je te rafraichisse la mémoire. » Lui dit-il tout en venant lui susurrer ces paroles à l'oreille de façon inaudible pour l'entourage présent dans la grande salle. « Si tout ça n'était qu'un leurre pour te mettre dans mon lit, alors dis-moi comment ça se fait que je ne cesse de venir te parler alors que je pourrai seulement venir te voir quand j'ai envie de me soulager ? Que malgré ce que tu pourrais penser notre entente est aussi spontanée et apaisante comme les nombreuses fois où on a réussit à éloigner les mauvaises ondes simplement en discutant ? Pourquoi est-ce que je perdrai mon temps avec toi alors qu'il y en a des tonnes dans cet enfer à vouloir passer une nuit avec moi ? Tu sais comment je suis, tu connais ma réputation, tu peux pas nier le fait que j'agis différemment avec toi. Ou alors tu es finalement aussi bête que tout les autres. » Elle peut continuer à nier tout ça, mais pas trop longtemps car ça risquerait de le mettre en colère. En tout cas et peu importe la réaction qu'elle aura, il vint déposer ses lèvres sur les siennes sans le moindre consentement. Prendre des risques fait partie de sa vie, nourrit son adrénaline qu'il chérit tant. Un baiser se voulant à la fois fougueux et passionné....pour conclure ses propos et attaquer la phase B.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1510
MIROIR : holland roden
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 04/02/2015
FORCE : 4368

SITUATION : perdue
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar
Soan A. Calloway

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   Mar 23 Mai - 1:31

I Miss You
“Gabriel & Soan”
P
ourquoi revenait-il encore vers elle ? Il avait eu ce qu’il voulait après tout. Ils avaient partagé le même lit, une nuit entière, laissant aller cette tension, libérant cette électricité qu’il y avait entre eux depuis leur rencontre. Gabriel avait gagné, Soan avait cédé. Alors pourquoi vouloir remettre ça ? Pour voir à quel point elle était faible et la mettre plus bas que terre tant c’était humiliant pour elle de le constater ? Il le disait lui même, une tonne de patientes, et peut-être même quelques infirmières rêvaient de passer une nuit avec lui. Et puis, pourquoi Soan particulièrement ? Elle n’était qu’une pauvre fille paumée, touchée par un trouble émotionnel, enchainant les crises d’hystérie. Elle n’était pas la fille idéale. Elle était sarcastique, violente, possessive, jalouse… Mais c’était peut-être ça qui lui plaisait finalement. Ils se ressemblaient sur certains points. Deux êtres torturés trouvant du réconfort dans les bras l’un de l’autre… Comme c’était tragique.

Soan ne comprenait pas bien l’intérêt de Gabriel à se dévoiler autant. Mis à part pour flatter son ego et espérait repasser une nuit avec elle, elle n’y voyait aucun autre but ou objectif. Gabriel n’était pas quelqu’un du genre à faire des confidences à la légère. Soan avait perdu patience, et dépassée par la situation, avait avoué ce qu’il rêvait d’entendre. Elle espérait maintenant qu’il cesserait de la tourmenter. C’en était trop pour elle, cette situation. Si seulement tout pouvait être plus simple… Il aimait qu'elle se dévergonde... Non, elle ne se dévergondait pas, là. Elle était tout simplement agacée par la situation. Parce que c'était elle qui était en tort, c'était elle qui avait été infidèle. Gabriel, lui, ne devait rien à personne. Il avait tout gagné.

Elle aurait voulu trouver le courage de repartir dans sa chambre, de le laisser en plan, là, comme ça. Mais elle était incapable de partir, de partir fâchée contre lui. Elle voulait simplement qu’il arrête de mentir dans le but d’obtenir quelque chose, qu’il soit sincère, vrai. Etait-ce réellement si compliqué ? Il s’était levé, et avait attrapé son menton, la forçant à plonger son regard dans le sien. Qu’est ce qu’il voulait encore ? Ne l’avait-il pas assez torturé comme ça ?
Non, Gabriel était contrarié, lui aussi. Contrarié que Soan le croit capable de mentir, de lui mentir. Elle était spéciale à ses yeux et il tenait réellement à ce qu’elle le sache. Mais tout ça n’était que des mots… Des mots, ça ne valait rien face à des actes. Les belles paroles, c’était facile, ça séduisait souvent une femme. Soan était jeune, et encore naïve parfois.

Et pourtant, les mots de Gabriel illustraient des vérités. Parce qu’ils avaient de nombreuses fois discutés, outre le flirt et les sous entendus. Ils s’étaient soutenus dans cet enfer, ils avaient ri ensemble. Il n’y avait pas que leur jeu, leur stupide jeu ou ils se brulaient sans cesse les ailes. Ca, ça n’était que bonus. Oui, Gabriel agissait différemment avec Soan. Mais qu’en était-il avec Piper alors ? Soan n’encaissait déjà pas les infidélités d’Evan. Si elle donnait son coeur à Gabriel, ça n’était pas pour subir le même sort. Elle connaissait un certain nombre de patientes qui avaient succombé à son charme. Comment pouvait-elle être réellement certaine qu’il agissait différemment avec ces dernières ? Comment pouvait-elle lui faire confiance, dans ce lieu plein de tentation ? Soan n’était pas facile à vivre. Il était simple de se lasser d’elle, d’aller vers quelqu’un de moins compliqué. Tout le monde l’avait plus au moins abandonnée au cours de sa vie. Et ça faisait mal, très mal.

Puis il l’avait embrassée. Sans qu’elle ne s’y attende, sans qu’elle ne puisse réagir. Elle s’était laissée faire, surprise. Le baiser fut fougueux, agréable, lui rappelant toutes ces folies de la dernière fois… Néanmoins, elle ne prolongea pas le baiser trop longtemps et repoussa Gabriel en posant ses mains sur ses bras, comme pour l’empêcher de faire un mouvement supplémentaire. Elle resta silencieuse quelques secondes, fixant le sol, avant d’enfin briser le silence. « Tu es fou… » Elle le regarda à nouveau. « Pas ici… Pas devant les gardes… » Les rapprochements physiques étaient tout à fait défendu, et encore plus sous le nez des gardes… C’était vu comme de la provocation.  Fort heureusement, personne ne semblait avoir tilté sur ce qu’il venait de se produire. S’assurant d'abord que personne n’avait les yeux rivés sur yeux, Soan s’approcha à nouveau du beau brun. « Je ne nie plus. Tu es différent avec moi. Alors cesse de me torturer, Gabriel Adams… Qu’est ce que tu attends de moi ? »  Demanda t’elle sérieusement, prête à écouter ses conditions.
© Starseed

_________________

- i'm done with your bittersweet tragedy -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I miss you [Soan A. Calloway]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I miss you [Soan A. Calloway]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» L'anniversaire de Miss Gwenny !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: Common Room-