AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Un papillon a tout ce qu'on n'a pas ; liberté et éphémérité ~ Kayden & Anthony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 18
MIROIR : Lachlan Buchanan
IDENTITÉ : Kayl
A DÉBARQUÉ LE : 12/04/2017
FORCE : 110
SITUATION : Célibataire qui accepte tout plan cul
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar
Kayden T. Cooper

MessageSujet: Un papillon a tout ce qu'on n'a pas ; liberté et éphémérité ~ Kayden & Anthony   Mar 18 Avr - 21:33

Un papillon a tout ce qu'on n'a pas ; liberté et éphémérité


 Le moins de bruit possible. Là, comme ça. Kayden se glisse tel une ombre indéfinie dans les couloirs. Tout est clair aujourd’hui. Trop clair, c’est presque agressant. C’est une lumière d’un début de printemps. À moins qu’on soit déjà à la fin du printemps ? On ne sait plus, on perd le temps, coincé entre quatre murs. On perd le temps et il nous en manque, alors on court derrière pour le rattraper. Kayden ne veut pas courir. Il sait qu’il ne le rattrapera pas, il sait qu’il ne sortira pas. Il sait beaucoup de choses, mais il ignore l’important. Qu’est-ce que c’est, l’important ? On ne sait pas. Ici, rien ne semble l’être. Ici, tout est insignifiant, jusqu’à sa misérable existence.
Kayden marche dans l’ombre alors que le soleil brille dehors, sur l’île. Il se sent piégé, opprimé. Il a besoin d’air, de sortir, de respirer.
Il ne peut pas respirer dans ces couloirs. Il a l’impression d’étouffer. Alors il sort. Il a le droit de sortir, non ?

Il n’est pas fou au point de chercher dehors une roche tranchante pour égorger le premier psy qu’il croisera. Kayden ne se considère pas comme fou et il ne l’est pas. Il est différent, atypique. Il est lui, celui qui est encore un peu enfant et qui n’a jamais eu d’enfance. Celui qui est un peu mort à l’intérieur après avoir tout fait pour mourir, après être resté vivant malgré tout.
Il est lui et il est seulement borderline. Émotif. Dépressif. Suicidaire.
Qu’est-ce que la folie, après tout ? Ceux qui ne rentrent pas dans la norme ? Mais puisque tout le monde est différent, comment réussir à situer une norme ? On ne sait pas. On ne sait pas où débute la folie et la normalité, et certains paraissent normaux et sont différents. Kayden n’a jamais compris où se situe cette norme. Il ne comprend pas qu’il existe une norme pour ces choses. Qu’a-t-il fait, lui ? A-t-il tué ? Non. Non, il ne tue pas. Il ne fait pas de mal, sauf à lui-même. Mais qui se préoccupe de lui ? Personne.
Il est seul.

Sauf qu’on ne le laisse pas mourir. En a-t-il vraiment encore envie ? On ne sait pas. Peut-être qu’il est guéri. Peut-être que le fait d’être enfermé le rend encore plus dingue que ce qu’il ne l’est déjà. On ignore tout de ce qu’il se passe dans sa tête. Il doit souffrir. Ils doivent tous souffrir, ces patients internés ici. Peut-être qu’ils méritent la mort. Par là, il faut comprendre réellement la mériter, comme si elle était un cadeau.
L’air, dehors, est pur. Il y a des relents d’humidité, à cause de l’eau, évidemment. C’est une île. C’est entouré d’eau à perte de vue. Est-ce que certains se sont déjà noyés dans les eaux sombres et tumultueuses ? Sans doute. Ça non plus, on ne sait pas. Ils se taisent sur ce genre de choses.

Il y a un papillon. Il y a beaucoup de papillons, en été, mais là c’est le printemps - du moins semble-t-il à Kayden qui perd le compte du temps. Et à cette époque, il n’y a généralement que ces papillons entièrement blancs, qui butinent les jonquilles et s’en vont. Mais celui-là n’est pas blanc. Non, il est rouge, orange, doré. Il arbore une multitude de couleurs, les couleurs d’un soleil levant. Un papillon comme il y en a tant, mais celui-ci est le premier de la saison. Le premier ainsi de l’année, même. Kayden s’approche de lui sans bruit. Est-ce qu’un papillon a des oreilles ? Peu importe, car c’est le mouvement qui alerte l’insecte qui s’envole tranquillement pour aller se poser un peu plus loin.
Kayden répète l’opération plusieurs fois, suivant la petite bête colorée dans le parc. Ça fait passer le temps. Amusant de vouloir faire passer le temps lorsqu’il file déjà si vite qu’on n’en a presque plus.

Lorsqu’il relève la tête, son regard bleu glace se perd dans la contemplation de l’autre prisonnier. Un autre patient qu’il ne connaît pas. Enfin, il a peut-être déjà entendu son nom quelque part. Quelle importance ? Il l’a déjà vu, c’est tout ce qu’il sait. Kayden ne connaît que peu de noms, ici. L’a-t-il vu faire son manège avec le papillon ? D’ailleurs, l’insecte a disparu.

“Hey ! J’t’avais pas vu.”

Meilleur moyen d’engager une conversation, sans doute. Kayden n’est pas un type bavard, mais il n’aime pas le silence. Ce qu’il semble aimer, ce sont les paradoxes.

© Kayl
Revenir en haut Aller en bas
 

Un papillon a tout ce qu'on n'a pas ; liberté et éphémérité ~ Kayden & Anthony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Grass Is Green :: The Park-