AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 living in the storm (amy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 105
MIROIR : taylor momsen
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/heavydirtysoul gifs/(@tumblr) signature/beerus (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 07/03/2017
FORCE : 375

SITUATION : célibataire, croqueuse de femmes.
EST ÂGÉ DE : vingt deux ans, vingt trois en août prochain.
avatar
Satine Halliwell

MessageSujet: living in the storm (amy)   Lun 10 Avr - 1:22

This vulture at my door,
And I'm living in the storm
Amy ✧ Satine
La tempête avait fait pas mal de dégât finalement. Mais le calme était revenu, même que le soleil se pointait. Alors j’en profitais pour sortir, certainement pour chercher une connerie à faire, quelqu’un à emmerder. Mais le parc était désert. Juste quelques oiseaux, mais ce n’était pas eux qui allaient me tenir compagnie, et ils étaient même trop simples à emmerder. Les troncs d’arbres sur le sol étaient la seule chose restante de la tempête. Alors je m’asseyais sur l’un deux, regardant autour de moi les quelques jardiniers et autres membres du personnel qui essayaient tant bien que mal de redonner un semblant de vie à cet hôpital. Ils allaient certainement me dire de dégager, mais pour l’instant je restais là. Et même quand ils me le demanderaient, il y avait de grande chance que je ne bouge pas d’un poil. Pour une fois que je ne faisais rien de mal. On m’avait encore pris le briquet que j’avais trouvé. Et à croire qu’il n’y avait pas une seule allumette sur cette île. Je soufflais. Si seulement j’avais quelque chose… je pourrais foutre le feu à cet arbre, même au reste de l’hôpital puis me barrer d’ici. Rentrer chez moi. J’avais l’air d’une grande méchante comme ça, de la pyromane tueuse mais j’avais tout de même une famille. Enfin, une famille d’accueil, qui au fil du temps était devenu ma seule et unique famille. A qui je n’avais pas pu expliquer mon geste. La colère était si grande ce jour-là, que je ne voyais qu’à travers elle. Alors je l’avais tué. J’avais brûlé sa maison, lui à l’intérieur. Pour moi, j’avais sauvé sa nouvelle femme, son fils du sort que j’avais enduré. Parfois je me demandais ce qu’ils étaient devenus aujourd’hui. Pourquoi elle s’était mise avec un type comme mon père. Ce genre de chose auxquelles je n’aurais jamais aucune réponse. Puisque j’étais ici. Alors je m’occupais comme je pouvais.

Même si en ce moment, je me faisais tout de même royalement chier. Personne pour me passer un briquet ? Une allumette ? Du papier ? Bref tout ce qu’il me faudrait pour brûler cet arbre. Au moins, il ne serait plus couché ici et c’était ça en moins comme soucis pour les membres du personnel. Et ça nous ferait un petit feu sympathique… Mais je devais être la seule à voir ça sous cet angle. Ils n’étaient certainement pas du même avis que moi. Peut-être quelques patients, mais pour l’instant, j’étais seule. Je me tournais, me mettant à califourchon sur cet arbre, commençant à arracher bêtement l’écorce pour m’occuper. Jusqu’à ce que je sente une présente à mes côtés. Je soufflais. Certainement quelqu’un pour me virer. « Je fais rien de mal, alors je bougerais pas. Vous pouvez toujours rêver. » Je continuais mon jeu, sans daigner jeter un coup d’œil à la personne à mes côtés.
© Starseed

_________________
make me wanna die.
And everything you love will burn up in the light, And every time I look inside your eyes, You make me wanna die.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 108
MIROIR : Natalie Dormer
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : class whore stuff
A DÉBARQUÉ LE : 04/03/2017
FORCE : 440

SITUATION : Célibataire mais amoureuse
EST ÂGÉ DE : 30 ans
avatar
Amy McKenzy

MessageSujet: Re: living in the storm (amy)   Mar 11 Avr - 23:52




This vulture at my door and i'm living in the storm

Satine & Amy

Un temps maussade est gris depuis quelques jours et voilà que le soleil repointe le bout de son nez. Je regarde par la fenêtre de ma chambre et vois ce magnifique ciel bleu. Profiter de cette belle journée pour aller marcher un peu me ferait le plus grand bien. J’ai vite fait de tourner en rond dans ma chambre. Mes journées se ressemblent de plus en plus maintenant que je n’ai plus de quoi me mutiler pour me procurer du plaisir. Je me prépare, brossent mes cheveux blonds, me mets une veste sur le dos et sors de ma chambre. Je me dirige jusqu'au hall où nous sommes fouillés minutieusement. En chemin, je croise des patients plutôt loufoques, mais je ne m’arrête même pas pour balancer quelques phrases sarcastiques ou juste faire chier mon monde. Je ne suis pas d’humeur, je veux juste être dehors, respirer un air sain et profiter du calme pour me ressourcer un peu. C’est dernier temps je n’ai pas trop le moral. Je manifeste ma mauvaise humeur par encore plus d’agressivité que d’habitude surtout envers les gardes. Eux perdent patiences, ce qui me vaut plusieurs aller-retour dans l’isoloir. Et l’isoloir, ce n’est pas ce qu’il y a de plus marrant. Une chambre sombre, aucun bruit, juste les voix dans ma tête, qui ne sont que le fruit de mon imagination. Et moi je deviens encore plus folle. J’aimerais pourtant être une femme simple dans cet hôpital, rester dans ma chambre ou dans mon coin qu’en j’ose des sorties. Aller à mes rendez-vous chez le psy pour m’aider à aller mieux, m’aider à me sortir de mon renfermement. Mais ce n’est pas moi. Le destin en a voulut autrement. Le destin a fait que je me sois fait violer par plusieurs hommes, que ma mère et mon beau-père étaient au courant mais non jamais bouger le moindre petit doigt. Ce qui leur a valu une mort peu agréable. Je garde en mémoire toute mon enfance, à tels points que je ne supporte pas les hommes. Perdus dans mes pensées, je bouscule un garde qui me connaît que trop bien. Mais je ne m’arrête pas et continue mon avancée vers le parc.

Arrivé dehors, je respire enfin. Mais le parc est bien saccagé. Il a perdu de tout son charme. Je me promène dans les allées à la recherche d’un coin tranquille. Avec ce beau temps, je ne suis pas la seule à en profiter. Et c’est bien dommage. Aujourd’hui, je serais calme et n’embêterais personne. Je me dis tout le temps ça, mais bizarrement ça se termine toujours mal.
Les jardiniers s’attèlent à redonner forme au parc. Et le travail n’est pas ce qui leur manque. Plusieurs arbres sont tombés au sol et des branches cassées éparpillées un peu partout sont le paysage qui se dessine devant moi. En me baladant je vois non loin de moi, une femme assise sur un tronc d’arbre. Elle a l’air de s’ennuyer à mourir ici. Et ce n’est pas la seule. Une magnifique chevelure blonde serpente son dos, un corps digne d’un mannequin représente cette beauté. Des pensées malsaines fusent. L’acte charnel me manque terriblement. Je n’ai pas touché de femmes depuis tellement longtemps. Mon deuxième grand plaisir après la mutilation. Avant que je ne rentre à Ostrov, mon premier plaisir était bien entendu l’acte charnel avec une femme, mais ce n’est pas toujours simple de se taper quelqu’un dans un asile de fous. Donc forcément, je me suis rabattu sur le plaisir presque égal, la mutilation. Et si c’était la bonne occasion pour tenter d’assouvir un besoin absent depuis bien longtemps. Après tout, qui ne tente rien n’a rien.

Je me lance, et va à sa rencontre. Je m’approche d’elle afin de la saluer mais elle m’a senti arriver. “Je fais rien de mal, alors je bougerais pas. Vous pouvez toujours rêver.”  Je ne sais pas pourquoi elle me raconte ça. Je n’ai aucunement l’intention de la faire partir ou de lui prendre sa place. Mais cette réplique me laisse penser qu’elle non plus ne doit pas être un tendre. Habituer sans doute à emmerder les gardes ou patients qui s’approchent un peu trop près d’elle. Si c’est le cas, voilà un premier point commun. Je souris à cette pensée saugrenue. Je prends ma voix la plus douce et lui répond, “Mais je n’ai pas l’intention de te faire partir. Tu es tellement charmante que ta compagnie me fera du bien.”. Je prends place à côté d’elle et la regarde s’acharner sur ce pauvre tronc d’arbre. L’aider ? Non. Loin de là mon envie. Par contre la draguer ? Avec plaisir.
love.disaster


Dernière édition par Amy McKenzy le Ven 9 Juin - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 105
MIROIR : taylor momsen
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/heavydirtysoul gifs/(@tumblr) signature/beerus (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 07/03/2017
FORCE : 375

SITUATION : célibataire, croqueuse de femmes.
EST ÂGÉ DE : vingt deux ans, vingt trois en août prochain.
avatar
Satine Halliwell

MessageSujet: Re: living in the storm (amy)   Sam 6 Mai - 18:12

This vulture at my door,
And I'm living in the storm
Amy ✧ Satine
Sortir parce qu’il faisait beau, c’était une bonne idée. Même si le parc n’était plus aussi beau qu’avant depuis la tempête. Dommage. C’était le seul endroit qui rendait cet hôpital un peu moins lugubre. Et là, il était devenu aussi sinistre que le reste. Des arbres n’avait pas survécu et étaient tombé sur le sol, détruisant au passage des fleurs et l’herbe verte. Les jardiniers s’en occupaient, c’était à croire qu’il n’avait jamais eu autant de travail auparavant. Il ne me voyait même pas, ne faisait même pas attention à nous. Alors que d’habitude, ils passaient leur temps à nous surveiller, de peur qu’on abime leurs magnifiques plantes. Pfff. Je m’en fichais des plantes, je voulais juste un endroit pour être tranquille. Et vu qu’aucun d’entre eux ne faisaient attention à moi, j’en profitais pour m’asseoir à califourchon sur un des trucs. J’en arrachais l’écorce, la laissant tomber au sol et donnant par conséquent encore plus de boulot à ces pauvres petits jardiniers. J’attendais juste que l’un d’entre eux viennent m’engueuler. Je devais royalement me faire chier pour être aussi concentrée sur un arbre. Foutre le feu à quelque chose me manquait, sincèrement. Je pourrais même mettre le feu à cet hôpital, si je le pouvais. Parce que ce n’était pas l’envie qui me manquait pour le coup, c’était plus une question de moyens. Les gens ici faisaient tout pour que je ne me retrouve pas en face de quelque chose qui pourrait brûler, foutre le feu. Ils n’étaient vraiment pas drôles ici. Alors je m’occupais comme je pouvais, même si je savais que je ne tiendrais pas longtemps avant de péter un câble.

Mais j’avais de la visite finalement. Je ne daignais pas tourner la tête, et prévenais directement la personne, quelle qu’elle soit, que je ne comptais pas bouger d’ici. Après tout je ne faisais rien de mal, je m’acharnais juste sur un arbre pour passer le temps. Pour une fois que je n’emmerdais personnes, ils n’allaient pas me faire chier et me demander de bouger d’ici. « Mais je n’ai pas l’intention de te faire partir. Tu es tellement charmante que ta compagnie me fera du bien. » Je fronçais légèrement les sourcils, surprise. Ce n’était clairement pas un membre du personnel. Pas pour me dire ça. Je relevais la tête, et regardais la patiente face à moi. Que dis-je. La charmante patiente face à moi. Mon air étonné laissa place à un sourire en coin sur mon visage. Je ne l’avais jamais vu avant. J’en étais certaine, sinon croyez-moi que j’en aurais fait des choses avec elle… En plus, elle s’asseyait à côté de moi. Visiblement elle n’avait peur de rien, et ça me plaisait déjà. Ça changeait des patients trouillards qui n’osaient même pas vous approcher. Toujours ce sourire en coin sur mon visage, je ne la lâchais pas des yeux. « T’es nouvelle ? Je t’ai jamais vu avant… » J’en étais quasi-certaine. Elle devait être ici depuis quelques semaines seulement, peut-être un mois, un peu plus. Mais pas un an. Sinon j’aurais déjà dû la croiser. Si elle était là depuis plus longtemps la vie était vraiment mal foutue. Je ne la lâchais pas des yeux. Enfin j’avais de quoi m’occuper, autre que cet arbre. « Un visage et un corps comme le tient j’aurais pas pu les oublier… »
© Starseed

_________________
make me wanna die.
And everything you love will burn up in the light, And every time I look inside your eyes, You make me wanna die.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 108
MIROIR : Natalie Dormer
IDENTITÉ : La chieuse
CRÉDITS : class whore stuff
A DÉBARQUÉ LE : 04/03/2017
FORCE : 440

SITUATION : Célibataire mais amoureuse
EST ÂGÉ DE : 30 ans
avatar
Amy McKenzy

MessageSujet: Re: living in the storm (amy)   Ven 9 Juin - 23:19




This vulture at my door and i'm living in the storm

Satine & Amy

Je suis sorti de ma chambre pour être seule. M'aérer l’esprit et ne plus penser à rien. Surtout pas à mon passé, c’était beaucoup trop douloureux. J’aime me promener dans ce parc, bien que je ne le fais pas assez souvent. La dernière fois que j’ai mis les pieds dans le parc, j’ai failli tuer un homme. Il l’avait pourtant bien mérité, moi cherchant de la tranquillité, lui voulant me draguer. Il a d’ailleurs très mal fini, heureusement que Dame Wolf est arrivé pour le sauver. Sans ça, je n’aurais pas donné cher de son corps.
Et voilà que perdue dans mes songes se dresse devant moi, une magnifique femme aux cheveux blonds. Oui, encore, je vais finir par croire que je ne suis attiré que par ça. J’espère juste qu’elle n’est pas psychologue. J’en ai assez de tomber sur des psys, qui plus est charmante. Elle est assise sagement sur un tronc d’arbre et s’amuse à le dépiauter. En voilà une qui a besoin de s’occuper les mains aussi. J’en déduis qu’elle doit avoir un vice caché. Je m’approche d’elle, mais à peine m’a-t-elle sentie arriver, qu’elle me balance une phrase non courtoise. Mais avec tous ces fous et ces stupides gardes posés si et là, il est normal d’être agressif. Visiblement, cela laisse sous-entendre que nous ayons déjà deux points communs. C’est largement assez pour que je m’amuse à la draguer et j’espère aller bien plus loin… Je suis resté bien trop longtemps sans avoir eu d’orgasme et j’en peux plus. Amy calme toi ne va pas trop vite. Tu risquerais de la faire fuir. Je préfère me résonner avant de lui rétorquer une petite phrase aguicheuse.
“Tu es plutôt pas mal toi aussi.” Et je lui rends son sourire enjôleur. Elle me fait fondre. Je crois bien qu’elle me plaît. Sauf si c’est mes hormones qui me trahissent, mais sans doute pas à ce point.
“Je ne suis pas nouvelle, tout dépend ce que tu qualifies de nouvelle.”
En y réfléchissant bien, je ne l’avais jamais vu non plus. Et pourtant Dieu seul sait, à quel point je tourne en rond ici. J’ai la bougeotte, mais je ne l’ai jamais croisé. À force de l’observer ainsi, mon envie de faire des cochonneries avec elle reprend le dessus. Je suis tellement en manque que je lui sauterais bien autour du cou pour commencer à l’enlacer chaudement. Mais avec cette tempête qui a ravagé le parc, il y a beaucoup trop de membres du personnel. Si on est remarqué, je risquerais de perdre ma seule occasion d’assouvir un besoin important. Je m’imagine avec elle dans les douches ou dans la chambre entrain de nous procurer du plaisir. À cette idée, je sens instinctivement des picotements à l’entrejambes. Je reconnais bien là ma nymphomanie. Je ne crains pouvoir résister bien longtemps à son charme. Je prie très fort pour qu’elle soit, elle aussi, nymphomane. Et la ça serait que du bonheur. Rencontrer par un pur hasard, la personne qui me ressemble le plus dans cette asile de taré.
“Pourquoi t’acharnes-tu sur ce pauvre arbre ? Il t’a rien fait. Serais-tu en manque de quelques choses depuis que tu es enfermé ici ?”.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: living in the storm (amy)   

Revenir en haut Aller en bas
 

living in the storm (amy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» James Storm Vs Brock Lesnar
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» Ever Living rule
» Flame On [Johnny Storm]
» James Storm vs Kofi Kingston

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Grass Is Green :: The Park-