AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 166
MIROIR : francisco lachowski
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : lion lame
A DÉBARQUÉ LE : 09/09/2016
FORCE : 674

SITUATION : à la recherche de sa princesse
EST ÂGÉ DE : 24 ans
avatar
Simon J. Hawkins

MessageSujet: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 21:30


Simon Jeremy Hawkins
une jolie citation

identité : Simon J. Hawkins surnom : Simone, ouais c'est vraiment pourri  date et lieu de naissance :Le treize avril mille-neuf-cent quatre-vingt douze à Cardiff âge : 24ans . nationalité et origines : Gallois wesh  situation maritale :Célib mais pas encore inscrit sur adopteunemeufàostrov.com  orientation sexuelle : Bisexuel occupation : Médecin presque diplômé en stage à Ostrov ancienneté à ostrov island :Quelques mois. maladie(s) : Agression physique, Paranoia, Stress Post Traumatique avatar : Francisco Lachowski. groupe choisi :Narcissus Poeticus  principaux traits de caractère :Je ne supporte pas ne pas avoir ce que MOI je veux - Capricieux et insolent s'il le faut- Violent et colérique- Narcissique- Perdu,  quand mes souvenirs reviennent- Protecteur- Dévoué- Chiant (et oui!)-Rancunier parce que dans la vie faut se venger de ce qui vous ont fait souffrir -
i'm not mad, my reality is just different from yours...
histoire de ton personnage à placer ici. Racontes son enfance, ses souvenirs, ses joies, ses peines, ses rêves, sa situation actuelle, etc. de la forme que tu veux, tu peux même rajouter des images.
CRAZY KIDS

Maman m'a raconté que ce jour-là, tout le village a du se réveiller tellement je pleurai. Le 13 Avril 1994, j'avais pointé le bout de mon nez et j'avais fait un brouhaha terrible, pas mal pour annoncer au monde que j'arrivai non ? Le vent lui, soufflait sur Cardiff et pour essayer de me faire taire, Maman me chantait ses berceuses en Gaélique.
Sauf que ce jour-là, je n'étais pas tout seul à pleurer, Diego y avait aussi mis du sien peut être parce qu'il  n'avait pas eu envie de voir son frère  pointer le bout de son nez. C'est le plus râleur d'entre nous deux d'ailleurs. Ah ! Pardon ! J'ai oublié de vous dire qui est Diego, Diego c'est mon frère jumeaux ! Et ensembles, on forme les deux terreurs de la famille Hawkins. Et oui ! Des parents Gallois  ça fait des enfants terribles. Forcément.


TAKE ME AWAY I'LL BE BACK IN TIME YEAH
Je me souviens que durant mon enfance, Diego  et moi avons toujours eu ce que nous voulions. Des montagnes de cadeaux, de peluches et de sucreries. Et notre maison était si grande que l'on ne pouvait pas explorer toutes les pièces en une seule vie.Diego  et moi, aimions nous y perdre. On courrait dans les dédales de couloirs, on glissait sur la rampe du grand escalier et on piquait des desserts à la cuisine. On était presque les princes de Cardiff.  En même temps, ce n'était que la pure vérité. Mes parents étaient pétés de tunes. Pas besoin  d'aider dans les tâches ménagères car toute une flopée de domestiques étaient à notre service. Là, vous allez sûrement me dire que j'ai été un petit garçon  pourri gâté mais oui, vous avez bien  raison car cela est vrai. Quand je n'obtenais pas ce que je voulais, je passai pro dans le domaine du caprice. J'étais tout juste insupportable pour tout les gens qui me croisaient. Peut-être pour mes parents aussi ? Mais eux étaient trop occupés à faire marcher leur business pour penser une seule seconde à moi ou à mon frère.


I SEE FIRE HOLLOWING SOULS
Nous avions fêté nos dix ans le jour où tout a basculé. Papa et Maman nous avaient préparé une grande fête. Toute la maison avait été décorée, il y avait un gâteau avec plein de coulis de framboise comme je les aimais, des peluches et des cadeaux pour tout les enfants invités. Enfin, eux n'en n'ont eu qu'un petit, moi j'avais ma pile de cadeau personnelle qui m'attendait. Papa m'a dit que le salon avait ressemblé à un champs de bataille, tellement le papier cadeau traînait partout à la vitesse où j'avais ouvert tout mes cadeaux.
Seulement, ce jour là, ce fut la dernière fois que je fus le petit prince de la famille Hawkins.

Des  hurlements m'ont réveillés au milieu de la nuit. J'avais fait la fête toute la journée avec ma famille et mes amis et qui pouvait bien oser me réveiller ? Je suis fatiguée moi ! J'espère que ce n'était pas Napoléon, notre stupide chien. Il a effectivement hurlé ce jour-là, pendant 5 minutes puis plus rien. Il avait perdu sa langue ou quoi ?
Je n'ai pas osé sortir de ma chambre tout de suite . J'étais figé sous ma couette, j'étais un chevalier en détresse mais pourtant  personne ne venait me sauver. Oui petit détail, si je veux bien me le permettre, je n'étais pas courageux, du moins pas à l'époque.
On a continué à crier.
J'ai fini par sortir de ma chambre, il faisait un froid de canard dans la maison mais personne n'étaient présents dans ces sombres couloirs.
J'étais seul.

J'ai alors pris le grand escalier, la porte d'entrée était ouverte. Elle est toujours fermée à double tour d'habitude et sous vidéos surveillance et puis Napoléon, il sert à ça à monter la garde hé !
Mais là Napoléon n'était pas là, quelqu'un était entré dans la maison et j'étais tout seul.
J'ai entendu, un puis deux puis trois coup de feu. Je tremblais comme une feuille.
J'ai alors couru jusqu'à la chambre de papa et de Maman, elle était ouverte, j'allais enfin pouvoir les retrouver ! Mais quand je suis entré, je n'ai pas compris ce qu'il se passait.
J'avais dix ans et  je venais de voir mes parents mourir.
Les tapis d'Orient qui avaient ornés la chambre auparavant étaient passés du orange au rouge. Papa ne parlait pas, Maman non plus d'ailleurs.
Pourquoi est ce que Papa et maman dormaient-ils sur le tapis ? Pourquoi ne se réveillaient t-ils pas ?
Il faisait noir tout autours de moi et je n'apercevais pas très bien le sang qui coulait dans la pièce. Simon, lui, avait disparu.  Je me suis approché près des corps et les images m'ont hantés pendant très longtemps. Deux balles une au cœur et une à la tête pour chacun de mes parents. C'est dont je me suis souvenu et non loin de là, le couteau traînait. Mes parents avaient t-il été torturés avant de mourir ?

J'ai attendu que l'on vienne me chercher mais personne n'est venu. J'ai continué à crier dans la grande maison mais personne ne m'a entendu. Mes paupières devenaient alors de plus en plus lourdes et je n'arrivai plus à respirer et c'est seulement lorsque je suis retourné dans le couloir que j'ai compris : notre maison commençait a brûler.

Je n'ai pas crié, je n'ai rien dit, mais j'ai dévalé le grand escalier pour échapper aux flammes.
J'ai alors couru à perdre haleine jusqu’à pouvoir respirer le vent frais du matin de Cardiff.

Ce n'est que seulement des années plus tard que j'ai compris que j'avais été égoïste ce jour-là. Je n'ai pas chercher à trouver mon frère.
J'ai continué à courir.

OUI, MONSIEUR L'INSPECTEUR.
Des années plus tard, j'ai compris.
J'ai compris que c'était un type ouf qui avait assassiné ma famille juste parce qu'ils étaient pétés de tune.
Alors, depuis que j'ai compris, je me suis juré de venger ma famille.
On m'avait chercher et ils allaient me trouver.

TATIE & TONTON
Après ma course dans Cardiff, un soir d'Avril, on a finit par me retrouver et c'est là que j'ai atterris, chez mon oncle Peter, sa femme Lydia et leur deux enfants, mon cousin, Ciàran et ma cousine Elisa.
Bien sur, je n'avais aucune envie de vivre avec des gens que je connaissais à peine, ouais mon père détestait son frère alors les O'Connel étaient tout le temps exclus des fêtes de familles à la maison. On  m'a  alors envoyé loin des terres Galloises, en Écosse, là où leur accent et encore plus pourri que le notre et surtout, on m'a emmené là-bas sans mon frère.
Diego avait disparu et ça c'était de ma faute.
Je n'avais pas cherché à le retrouver parce que j'avais tracé ce jour-là.
Ils l'avaient pris, c'était sur.
Alors, je m'en suis voulu. Très longtemps.

Pendant, un an, la cohabitation avec cette famille c'était pas ça. Le Peter en question, tout aussi riche que nous était directeur d'un collège prestigieux et ventait les mérites de son école jour et nuit. La femme, Lydia, se pomponnait jour et nuit et quand des choses disparaissaient de la maison, étrangement, j'étais le premier accusé. Elisa avait mon âge et était tout aussi pompeuse que sa mère. Elle me détestait et me rendait la vie dure. Seul mon cousin Ciàran, timide mais le premier de sa classe était à peu près fréquentable.

2+2=4    3+3=6     6x6= 42
Comme prévu et comme tout les enfants de la famille O'Connel, j'ai été envoyé dans ce fameux collège que dirigeais mon oncle. Moi, je n'avais jamais été un garçon brillant à l'école et le niveau poussé ne m’intéressait guère. Surtout que sans cesse, la nuit, je refaisais des cauchemars du meurtre, je revoyais Diego en rêve. Et par dessus tout, je ne comprenais pas ce qu'il se passait.

Mon oncle et ma tante ont alors décrétés que j'étais fou. Elisa s'est bien foutu de ma gueule quand elle a appris ça.
En effet, je ne dormais pas la nuit et je les réveillai par mes cris, à cause de mes cauchemars.
Seulement, mes terreurs, ce n'était pas comme des cauchemars, c'était réel. Ou du moins, j'y croyais. Quand  je le revivais, je pouvais transpirer de tout mon corps, tellement c'était puissant.
Et à ce moment là, je ne désirais qu'une seule chose : me venger du psychopathe qui avait tué ma famille.

VICTIME

Mes années au collège royal comme disait mon oncle, se sont affreusement passées. Je ne convenais à aucune classe car je ne pouvais supporter ces gosses de riches qui faisaient sans cesse des remarques. Être orphelin, ça signifiait un peu avoir la loose. Et quand vous êtes pas populaire à l'école, votre vie et fichue et les autres enfants sont sans cœur dans ce domaine là.

Dans un premier temps, j'ai été une victime, pendant un moment on va dire, c'est à dire que je laissais les autres faire, je restai dans mon coin et j'envoyais des lettres à mon frère. Je lui racontai ma nouvelle vie, lui demandai ce que lui de son coté faisait et espérais  le revoir un jour.
J'avais perdu un jumeau et perdre un jumeau c'était comme perdre une part de moi.

Mon oncle de son coté était le type le plus furax du monde, c'est peut-être lui qui m'a transmis cette rage que j'ai développé plus tard. Il m'a toujours répété que j'étais un raté qui je nuisais à la renommée de son oncle. Sa fille en rajoutait une couche toujours pour confirmer l'avis de son père.
Je vivais un véritable  enfer.

Il a commencé alors à levé la main sur moi quand je rentrai de l'école. J'avais alors  droit à ma série de coup. Et combien de fois m'avait t-il  répété que j'étais un bon à rien. Je ne pouvais plus les compter.

Mes marques se sont faites nombreuses. Des bleus partout. Super stylé hein ? Et par dessus tout, un air blafard,  quand je me regardais dans le miroir j'avais l'impression d'être un monstre. Moi qui avait voulu séduire les filles et bah c'était fichu.

Dans les vestiaires de la piscine, c'était là le plus dur. Je restai assis et je n'osais pas enlever mes habits de peur que toute la classe ne voient mes marques.
"Oh la chochotte, il sait pas nager ! Il veut pas se montrer en maillot de bain, avaient-ils crier en chœur."
La maîtresse a finit par voir ces horribles marques. Elle n'a jamais rien dit. Mais elle avait compris et vu que dans cette école tout le monde était au service de Peter O'Connel personne n'allait me sortir de là.

Je devenais habitué à recevoir des coups. Je ne disais rien, j'encaissais juste.

SONG OF SILENCE

Un jour, j'ai fini par ne plus parler. Je ne dormais toujours pas, je faisais toujours mes crises d'angoisses, le soir ou en plein milieu de la journée. J'étais incontrôlable, comme un fauve en cage.
Bref, un fou ou un malade mental comme disaient mes camardes ne comprenant pas ce que j'avais réellement vécu.
Puis, j'ai décidé, que pour ne pas souffrir à l'intérieur, il fallait souffrir à l'extérieur. Alors, j'ai pris la lame du petit couteau de la cuisine et j'ai commencé à me faire ces marques.

Les marques, je les ai longtemps gardées étrangement, comme un langage inconnu, elles sont restées. En moi, en mémoire de ma souffrance.
Les gens se sont posés des questions, les O'Connel aussi alors on m'a envoyé voir le Dr Adams, psychiatre.

Je n'ai jamais voulu voir ce type. En fait, je n'ai jamais pu le blairer. Il posait des questions et moi, je ne lui répondais pas. Je restais dans mon silence, je le regardai fixement dans le blanc des yeux. Il voulait qu'on parle, de mes bleus et de mes cicatrices et de mes crises.
J'ai continué à le regarder et j'ai finis par lui dire : « allez vous faire foutre »

REBEL OF THE DAY

C'est là que j'ai commencé la rébellion. Même, si je savais depuis toujours que je voulais venger mes parents, j'ai décidé que je n'allais plus me laisser faire.
Alors quand on me cherchait, forcément, on me trouvait. J'ai alors décidé de taper tout ce qui bougeait. Je suis alors passé du type sans défense à la terreur de l'école et j'adorais ça.

Et c'est là que j'ai commencé, la boxe, en douce, j'allais au cours, tout les soirs. Tout les soirs, mon oncle me demandait pourquoi je rentrais si tard le soir. Je ne lui disais rien, il me frappait et je lui répondait par des coups.
C'est avec la boxe que je suis devenu plus fort. Je protégeai les jolies filles en détresse.
J'ai commencé à me faire aimer au lycée. Je souriais maintenant, mais le passé n'était pas derrière moi. Il était toujours là. Mes crises subsistaient encore. Même quand je finissais au lit avec la plus jolies fille du lycée, mes souvenirs pouvaient resurgir et là , je partais loin en enfer.

Mon oncle et ma tante, on continué à m'emmener voir Adams. J'ai essayé de lui raconter ma vie mais tout en me méfiant de ce type. Il était con et incompétent, me répétant que mon frère était mort alors que j'étais persuadé qu'il était vivant. Il a continué à me titiller avec ces questions et affirmations débiles sur mon frère. Je l'ai frappé. Il a finit à l'hosto. Et moi, comme ce jour là, comme le jour de mes dix ans, j'ai fuis en courant à perdre haleine. J'avais 16 ans et il était temps que je parte de cette famille débile.
Bye bye les O'Connel.

HELLO PARIS

J'ai atterris en France ou plutôt j'ai suivis, Lola ma petite copine de l'époque qui déménageait là-bas, ouais, j'étais fou amoureux d'elle, ne me demandez pas pourquoi.
Là, j'ai pu faire ce que je voulais. Des cours de boxe 24heures sur 24 et  j'avais avec moi une famille qui savait me comprendre.
Mais mais problèmes psychologiques ont continués à refaire surface. J'avais toujours cette énergie à revendre, cette rage que je ne savais pas maîtriser. Et évidemment, ce jour là, c'est Lola qui a eut mon point dans la gueule. Elle a souffert, je me suis senti coupable et elle m'a largué bien sur.
Je perdais celle que j'aimais et mon seul point d'appui juste parce que j'étais à moitié fou.
A ce moment, là, j'ai encore cru que ma vie était finie.  
BAD BOY

Alors, j'ai erré, j'ai erré pendant un bon bout de temps. Je ne saurais même pas vous dire combien d'années. Tout ce que je savais c'était que je suis resté avec Lola pendant deux ans et que maintenant tout était fini. Alors, j'ai erré, sans savoir exactement ce que j'allais faire. Dans un pays qui n'était pas en plus le mien. Super ! Mon oncle, lui,  n'avait pas son mot à dire, d'ailleurs, il a cherché à savoir où je m'étais encore fourré. Quand  il a sut, il était fou de rage. Il a même cherché à me rapatrier en Écosse. Beurk ! Moi qui m'étais adapté aux bons croissants français. A coté les petits déj à son collège royal, c'était pas de la grande gastronomie. Mais bon, en deux ans, j'avais eus le temps de grandir et d'avoir 18 ans. Enfin, majeur, j'avais tout ce que je voulais.
Avoir mon bac, fut un coup de chance, ne me demandez pas comment j'ai fais ça. L'amour peut-être. Personne n'a jamais sut comment 4 ans après avoir skoitter un collège royal sans jamais rien foutre j'allais enfin me remettre au travail. Magique hein.
Alors, j'ai débarqué à l'université et le pire de ça. En médecine. Whaaaaat. C'est surement ce que mon oncle s'est dit quand il l'a appris un peu après. Pour tout vous dire comme je suis quelqu'un qui dit la vérité,  et j'ai fais nimp pendant les premières années de médecine.
Avec Arthur mon meilleur pote de la fac, on n'écoutait pas grand chose aux cours en amphi, scotchés sur nos téléphones, on avait clairement autre chose à faire. Le soir, on allait dans les bars Parisiens . Ça terminait des fois par des cuites ou plusieurs filles à la maison. Ça c'était notre truc aussi. On passait le clair de notre temps à jouer les Don Juan et le pire c'est qu'on plaisait ! Mais comme j'avais assez souffert de ma rupture, de mes troubles liés à mon passé, j'invitais les filles juste dans mon lit, un point c'est tout. Çà n'allait pas plus loin. Je ne voulais pas qu'on me brise le cœur encore une fois. Alors, j'ai brisé les leurs.
Grâce à l'argent de mes parents et de la super assurance décès  j'ai eu assez d'argent pour prendre une coloc avec Arthur. La fiesta a continuée jusqu'à qu'on se rende compte qu'il fallait qu'on bosse un minimum  pour avoir notre année.


WORKING BOYS


-Bon on va à la bibliothèque et ce soir, on fait une petite soirée mais juste une mini ? M'a demandé Arthur
-ça marche ! J'ai répondu
Et puis on a ouvert nos livres et on s'est mis à étudier la médecine.
De temps en temps, je continuai à tout taper sur mon passage. J'ai continué la boxe et les cauchemars eux aussi, on refait surface.
Alors, j'ai décidé de m’intéresser à une branche toute particulière de la médecine. La psychiatrie. Même si en soit, j'étais moi-même pas très doué. Gérer mes émotions, c'était pas encore trop ça. Enfin, je l'ai pas choisit. On m'a dit : viens faire ton stage à Ostrov Island, tu verras c'est génial. Ouais, je suis en 6e année, fallait bien qu'on m’envoie quelque part.
En fait, personne ne m'a vendu les mérites d'Ostrov. J'ai lu dans les commentaires que c'était un endroit austère et très très space. Mais je sais pas j'aime bien les trucs glauques moi.

Et voilà comment moi, Simon Jeremy Hawkins, jeune médecin, pas encore diplômé, j'ai atterris à Ostrov pour nager en eau trouble.
Je ne sais pas encore combien de temps ça va durer ce stage. Je ne sais pas ce qui m'attend.
Tout ce que je sais, c'est que je ne dois pas me retourner vers le passé.
Si le malade mental qui a tué mes parents est un patient ici, je ferais tout pour le torturer, je ferais tout pour me venger.
Et surtout, je veux retrouver Diego.
Je sais qu'il est quelque part, peut-être plus près que je ne le pense.
Je le retrouverai.
Et personne ne se mettra en travers de mon chemin.
Sinon promis juré craché vous aurez mon poing dans la gueule.
Oups ! J'ai encore été vulgaire, sorry.


Romy
prénom :Johanna. âge :19 ans type de personnage : inventé  d'où connais-tu le forum ? comment le trouves-tu ?De mes deux autres comptes  as-tu lu le règlement ? A vos ordres chef   autre chose à dire ? Je vous aime        


Code:
<t>francisco lachowski »</t> <ps>simon j.hawkins</ps>




Dernière édition par Simon J. Hawkins le Mar 17 Jan - 22:07, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1576
MIROIR : holland roden
IDENTITÉ : yellowsubmarine
A DÉBARQUÉ LE : 04/02/2015
FORCE : 4544

SITUATION : perdue
EST ÂGÉ DE : 22 ans
avatar
Soan A. Calloway

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 21:59

Ouiii Francisco
Bon courage pour cette fiche

_________________

- i'm done with your bittersweet tragedy -
Revenir en haut Aller en bas
http://youknowiambad.tumblr.com En ligne
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1517
MIROIR : dianna agron
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/ jeune padawan signature/anaëlle (@prd) gifs/moi+(@tumblr)
A DÉBARQUÉ LE : 29/07/2016
FORCE : 4425

SITUATION : célibâtarde, au coeur finalement brisé qui essaye de le recoller comme elle peut.
EST ÂGÉ DE : 26 ans. Je suis née le 29 septembre 1990, en Angleterre.
avatar
Piper C. Blackwood

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 22:09

rebienvenue du coup
tu connais la maison

_________________

GIVE ME LOVE

Give a little time to me to burn this out, We'll play hide and seek to turn this around, All I want is the taste that your lips allow. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 1291
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 3840

SITUATION : Dans une belle merde...
EST ÂGÉ DE : 27 ans
avatar
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 22:25

Reeeebienvenue !
Bon choix de vava

_________________
★ Damage incorporated ★
Stepping out ? You'll feel my hell on your back. Blood follows blood and I make sure. Victim is your name and you shall fall. I chew and spit you out, I laugh, you scream and shout. Fuck it all and fucking no regrets, never happy endings on these dark sets. Step a little closer if you please...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1063
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3610

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 22:38

Oh mais encore toi C'pas possible de te voir arriver avec un visage si mignon

Courage pour ta fiche!

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Sam 7 Jan - 22:53

kyyaaa un nouveau beau gosse *_*
rebienvenue parmi nous
j'ai hate de lire la suite t'est obliger nous faut un lien *_*
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 1381
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Mischief Insane
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 4614

SITUATION : Esprit plongé dans un océan d'incertitudes et d'amers souvenirs aujourd'hui consumés.
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Dim 8 Jan - 0:09

Ouuh le beau garçon
Rebienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 166
MIROIR : francisco lachowski
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : lion lame
A DÉBARQUÉ LE : 09/09/2016
FORCE : 674

SITUATION : à la recherche de sa princesse
EST ÂGÉ DE : 24 ans
avatar
Simon J. Hawkins

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Dim 8 Jan - 12:21

Merci à vous les zamis
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 682
MIROIR : Tom Hiddleston
IDENTITÉ : Eowin
CRÉDITS : SHADOWS
A DÉBARQUÉ LE : 16/10/2016
FORCE : 2436

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 30 ans
avatar
Gabriel Donovan

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Dim 8 Jan - 23:26

Re-bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1063
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3610

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   Mar 17 Jan - 23:10


Félicitations !

J'ai ris en lisant le début de ta fiche Promis on va ouvrir un meetic spécial Ostrov c'est prévu . J'ai bien aimé lire ta fiche. Notre petit Simon ici présent a un manque de chance crutial mais ça ne fait que le rendre plus intéressant encore. Rebienvenue chez toi

Te voilà maintenant validé En premier lieu, nous te demanderons d'aller vérifier que ton avatar est bien recensé. Désormais, tu as la possibilité d'aller te créer un scénario. Tu devras ensuite aller créer ta fiche de liens et celle de tes sujets. Oh, n'oublie pas de faire ta demande de logement ou de dortoir ! Ensuite, rendez-vous dans ce sujet, que vous soyez psychiatres ou patient, pour vous recenser ! Bon jeu sur Ostrov Island !

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Simon- J'vais pas pleurer j'vous jure que je vais pas pleurer-
» Alors, si je vous disais que... Je vais être absente!
» Sisi, je vous jure, la deuxième vague est là!
» J'vous jure, c'est pas moi qui l'ai fait !
» OCTAHL ϟ J'suis tout à fait sain, j'vous jure !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: Monsters Among Us :: Four Walls And A Roof :: Welcome in !-