AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 660
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 2264

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Mer 4 Jan - 21:28



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Cet après-midi, Nirina profitait du temps qui lui restait avant son prochain rendez-vous pour mettre de l’ordre dans son bureau. Des formulaires étaient éparpillés sur sa table, les dossiers formaient des piles prêtes à s’écrouler à chaque seconde, cet endroit était devenu un véritable capharnaüm. Enfin, après avoir classifié son dernier papier elle releva la tête pour admirer la beauté d’un bureau bien rangé, un soupir de satisfaction s’échappant de sa bouche devant le travail accompli. Il allait bientôt être l’heure de son prochain rendez-vous avec Kaleb Sharp, son nouveau patient. Elle en profita pour sortir son dossier et le poser sur son bureau afin d’y rajouter des notes au cours de la séance. Elle le relu à nouveau pour se rafraichir la mémoire, elle était toujours autant mal à l’aise devant les troubles figurant sur son dossier. Elle se souvint le frisson d’horreur lorsqu’elle avait dû faire des recherches sur les personnes souffrant d’urophagie. Elle avait lu les premières pages d’un ouvrage qui en traitait, avant de le refermer aussitôt, elle n’avait pas eu la force d’aller jusqu’au bout. Pour ce patient aussi, il allait falloir redoubler d’imagination pour l’aider à s’en sortir.

Faire tous ces efforts de rangement lui avaient donné tellement chaud qu’elle n’avait plus qu’une idée en tête, se rafraichir le visage.  Elle se voyait mal accueillir son patient avec un visage rouge et transpirant comme le sien. Elle regarda l’heure de son horloge et fit une grimace, le temps allait être très court pour atteindre les toilettes du personnel avant de regagner son bureau. Elle sortie de son bureau et apostropha un garde qui passait devant elle.

« Vous pouvez aller me chercher Kaleb Sharp, dites lui de s’installer dans mon bureau sans m’attendre, je ne serais pas longue. » l’informa t-elle tout en refermant la porte sans la verrouiller. Lorsqu’elle atteignit les toilettes, elle ouvrit le robinet, la fraicheur de l’eau sur son visage lui fit un bien fou. Elle s’attarda quelques minutes de plus avant de s’essuyer la figure avec les serviettes en papier mises à disposition. Lorsqu’elle jeta un coup d’œil à sa montre elle étouffa un juron, le temps avait filé plus vite qu’elle ne l’avait pensé et elle était désormais en retard. Elle s’élança précipitamment dans le couloir,  en direction de son bureau. Lorsqu’elle arriva enfin à destination, elle ouvrit précipitamment la porte et aperçut une silhouette sur le siège des patients lui confirmant que Kaleb était déjà là.

« Excusez mon retard Kaleb, comment allez-vous aujour… » Elle ne put finir sa phrase, et pour cause, devant elle se tenait un spectacle des plus singuliers. Les yeux écarquillés, la bouche grande ouverte, Nirina surpris un homme… En train de dévorer littéralement le dossier « Kaleb Sharp » qu’elle avait prit soin de poser sur son bureau pour pouvoir le relire à son retour. Elle s’approcha doucement de son bureau, ses yeux ne quittaient pas Kaleb du regard, elle était comme hypnotisée par ce qu’elle voyait. Enfin, son regard parvint à quitter son patient pour se poser sur son bureau où aurait dû résider son dossier.

« Mince alors. » fut la seule chose qu’elle parvint à articuler. Ses yeux faisaient des aller-retour incessants entre Kaleb et les morceaux de feuilles restantes sur son bureau, il ne restait plus que de maigres entrailles de ce qui avait été autrefois le dossier Kaleb Sharp. En essayant de garder une attitude posée et neutre, elle écarta son fauteuil avant d’y prendre place. Du bout des doigts, elle prit un morceau qui avait survécut à la voracité du patient et le porta à hauteur de ses yeux, avant que ces derniers reviennent fixer Kaleb.

« Je pense qu’à notre prochaine séance je vous prendrais quelque chose à grignoter. Je préfère ça plutôt que courir le risque de voir engloutit la totalité des dossiers qui me restent. » dit-elle en lançant un regard indécis à Kaleb.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 220
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Lux
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 918

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Ven 6 Jan - 15:26



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
Un, deux, trois, quatre, cinq. C'était un rythme constant. Du style qu'on oublie pas. C'est toujours le même. Toujours au même rythme d'après la personne. Toujours la même distance. Pas de bruits à part celui-ci. Parce qu'aujourd'hui on l'avait laissé tranquille. Tourné sur sa couche il n'avait pas voulu se lever. Il n'avait pas voulu affronter le monde réel, sa constance sombre et ses gens misérables. Alors Kaleb s'était juste roulé dans son lit, retourné regarder le mur qui était bien plus distrayant que ce qu'il y avait dans cette salle commune. Alors Kaleb s'était laissé coulé dans son petit monde de rêves, écoutant simplement le rythme constant des pas du dehors. Les pas des gardes dans le couloir. C'est pas grave. Ici on ne le dérangeait pas. Ou du moins pas trop. Il n'y avait que lui, les murs et les pas à l'extérieur. Parfois il y avait bien du bruit, beaucoup de bruit, des cris, des pleurs, des rires et toutes ces émotions qu'il ne ressentait presque plus. Kaleb ne ressentait que l'amusement, la peur et cette sensation si étrange et si douce lorsque l'on plane. Dieu seul sait à quel point c'était la sensation la plus douce qui lui avait été donné de ressentir. Juste lui. Les murs et cette sensation de vide à l'intérieur.

Puis il y avait eu de changement. La boucle était brisée et les pas non-cohérents à ce qu'il avait enregistré. Ça lui avait faut froncer les sourcils. Le changement c'était pas particulièrement nocif mais c'était souvent mauvais signe. Le brun s'était assis sur son lit, avait attrapé les quelques morceaux de tissus qui s'échappaient de sa couette et il les avait nerveusement avalés. Parce que c'était carrément plus agréable que de devoir faire face à la personne qui allait pour se présenter à sa porte. Parce que c'était pour lui. C'était sûr.

« J'espère pour toi que t'as eu l'occasion de prendre une douche hier Sharp! Parce qu'actuellement t'as rendez-vous avec une jolie petite psychologue! » Kaleb grogne, se tourne dans son lit. Il n'a pas envie d'affronter ce petit monde, pas envie d'affronter madame la psy. Parce qu'il ne sait pas ce qu'elle va lui faire. Parce qu'il n'en a jamais vu et qu'il n'a pas vraiment envie de la voir. Mais on l'oblige, il se lève, regarde d'un oeil mauvais le garde qui lui tient le bras. Ce dernier grimace en le poussant en avant. « Merci... Røvhul » Un sourire mauvais passe sur les lèvres de l'homme et il soupire une nouvelle fois. Puis au final, Sharp se retrouve assit sur une chaise, dans une salle seul. L'anxiété commence à monter. La nervosité se lit sur ses traits... Le brun ferme les yeux et respire plusieurs fois. Ça ne marche pas. Toujours ce sentiment d'écrasement. Son regard passe sur le bureau. C'est son dossier. Oh? C'est son dossier... Rapidement il prend le dossier, l'ouvre et roule en boule la première fois pour la mettre dans sa bouche.

C'est agréable. Bizarrement très agréable. L'homme baisse la tête et déchire une nouvelle feuille. Il continue ça pendant quelques instants encore. « Excusez mon retard Kaleb, comment allez-vous aujour… » Sa tête se relève brutalement. Sa bouche est entrouverte, gavée par un papier qui ne rentrait pas. Son regard se porte sur les restes entre ses mains qu'il balance sur le bureau comme si de rien n'était... Ce n'est pas de la honte sur son visage. C'est de l'ennui. L'ennui d'avoir été vu dans une situation de faiblesse. Il supporte le regard de la jeune femme tandis qu'elle retourne à son bureau. Très bien. Bravo Kaleb paye ta première impression envers la femme qui est censée jugé ta capacité à être apte à retourner vivre en société. Génial...

« Je... Heu... » Il se passe maladroitement une main sur l'arrière de la nuque. Non vraiment madame la psychothérapeute c'était pas voulu. C'est jamais voulu ce genre de mouvements... Kaleb baisse la tête pour avaler sa dernière bouchée et la relève indécis. Il ne sait pas qu'elle attitude adopté avec elle. Disons qu'il veut juste retourner dans sa chambre. Faut la jouer franc ou bien faut la jouer tout doux et tout mignon? Approches différentes mais tout de même intéressantes. Le brun se passe la langue sur les lèvres. Bon. Génial, comme on disait un peu avant.

« J'ai... Pas voulu manger le dossier. C'était... C'était la seule chose qui passait sous la main... » Kaleb baissa la tête. «Vu que vous n'avez pas de cendrier ici... » Il lui lance un fin sourire. Voilà qu'elle a de l'humour.
© Pando

_________________
Counting stars.
Lately, I've been, I've been losing sleep, Dreaming about the things that we could be, But baby, I've been, I've been praying hard, Said no more counting dollars, We'll be counting stars
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 660
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 2264

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Lun 9 Jan - 20:21



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Elle se demandait si le brun regrettait son geste, ou même s’il se rendait compte de ce qu’il faisait,  elle venait enfin d’assister en direct à une personne en pleine crise de Pica et Dieu que c’était impressionnant. Mais il était nécessaire de se reconcentrer, il fallait garder une attitude la plus naturelle possible, faire comme s’il ne s’était rien passé. Non… C’était beaucoup trop gros de faire comme si cela n’était pas arrivé. Il fallait faire comme si ce qui venait de se passer était tout à fait normal, elle ne voulait pas que ce pauvre homme ait l’impression de paraître pour une bête de foire. Elle n’était pas là pour le juger, pour lui dire qu’il venait de faire une chose incorrecte. Il était malade, et donc il avait besoin d’être soigné et Nirina comptait bien l’aider à remonter la pente. Il n’était qu’une âme en plus noyée dans un océan rempli de noirceur et de folie et elle, elle était la bouée de sauvetage qui allait le ramener à la surface.

Elle nota dans un coin de sa tête qu’il allait aussi falloir aborder avec lui la question de son goût un peu trop prononcé pour les flammes. Mais il y avait tellement de points à aborder avec lui qu’elle ne savait plus vraiment par où commencer. La drogue pouvait attendre, le plus important était selon elle, de lui faire passer l’envie de mettre le feu lorsque ça lui chantait. Pour son bien à lui, mais aussi parce qu’elle ne souhaitait pas courir le risque de le voir se procurer une allumette pour réduire en cendre le lieu où elle résidait. Mais il y avait aussi la question du meurtre de cette jeune innocente, sans parler de ses crises de Pica qui risquait de le mettre en danger s’il venait à avaler un objet toxique. Décidemment cette séance s’annonçait compliquée.
« Non non ce n’est pas grave, le secrétariat a sûrement dû en garder une copie. Et vous m’en voyez navré mais vous ne trouverez aucun cendrier ici, il est interdit de fumer à l’intérieur, c’est dans le règlement. »
Règlement dont elle avait l’impression d’être la seule à avoir prit la peine de lire dans son intégralité, à l’inverse d’un psychiatre qui se permettait de faire fit des règles établies en fumant allégrement dans le parc, elle se demandait quelle règle il pouvait bien être en train de briser en ce moment. Ça suffit Nirina, reconcentre toi.

L’heure était déjà bien avancée, elle ne pouvait pas se permettre d’aller au secrétariat pour qu’on lui imprime un nouveau dossier. Elle allait devoir faire avec les moyens du bord. Elle se félicitait d’avoir eu le temps de relire les grosses lignes de son dossier, elle n’aurait pas eu l’air maligne si elle s’était contentée de lui parler de la pluie et du beau temps pour trouver un sujet de discussion et éviter de se regarder dans le blanc des yeux. Le fait de ne plus avoir son dossier en intégralité l’embêtait légèrement, elle se savait pas vraiment par où commencer et même en ayant retenu tous les troubles dont il souffrait, en plus des grosses lignes de sa vie chaotique, elle craignait d’avoir des trous de mémoire.

Machinalement, elle prit une feuille vierge dans son tiroir, le fait d’avoir sur son bureau un support sur lequel écrire, même infime, la rassurait. Elle n’aimait pas particulièrement faire ses séances sans un dossier, ou de quoi prendre des notes, et les quelques feuilles survivantes n’étaient clairement pas suffisantes pour elle. Non, juste parler avec un bureau vide ça n’était… pas professionnel du tout.

En regardant les rares feuilles restantes, l’unes d’elles l’interpella. Il s’agissait de la photocopie de la carte d’identité de son patient. Elle se souvint alors que James était son vrai prénom, et comme une idiote, dans la précipitation, elle l’avait appelé par le prénom synonyme de son malheur. Un prénom qu’il n’aurait jamais dû avoir, un prénom qui résumait à lui seul toute l’horreur qu’un enfant avait pu endurer.
« Euh, » commença t-elle, ne sachant plus quels prénoms employer « vous savez je vous ai appelé Kaleb sans réfléchir mais je pense qu’il vaudrait mieux que je vous appelle par votre vrai prénom, d’accord James ? Parce que c’est le prénom choisit par vos vrais parents. Vous êtes en sécurité ici, vos ravisseurs ne viendront plus vous faire de mal et personne ne pourra vos obliger à vous appeler Kaleb, ça vous va James ? » Dit-elle d’une voix douce. Il était nécessaire qu’il comprenne que Kaleb n’était plus, sa guérison devait passer par la reconstruction de sa véritable identité, pas celle qu’on lui avait inventée.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 220
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Lux
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 918

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Mer 11 Jan - 16:41



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
La nervosité se lisait sur ses traits. Surtout parce qu'il avait foiré son premier rendez-vous par une simple et inévitable crise de Pica. Mais le plus immonde pour lui c'était que les choses étaient incontrôlables. Manger du papier, des feuille, de la terre ou du papier peint ne le dérangeait pas plus que ça lorsque c'est lui qui l'avait décidé, lorsqu'il était surtout en privé, capable seul de se faire du bien, céder à ses pulsions des plus primaires comme l'envie certaine de manger des aliments non-comestibles. Mais il était tout seul. Et c'est là que les choses différaient. Là il n'était pas tout seul. Il ne décidait pas de ce qu'il faisait. C'est son esprit et son corps qui s'accordaient tous les deux sans sa permission. Ils se mettaient tous les deux d'accord pour pousser les choses à bout. L'obliger à manger. L'obliger à céder. Devenir esclave de ses pulsions. Si vous pensez que c'est pousser, ridicule parce que trop... Tss... Soyez victime de quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Ce n'est pas comme on l'aime.

Le rouge couvrait tout son visage. L'entièreté par de la honte. Kaleb baissa la tête vers ses mains pour les triturer. Elles tremblaient. Bien entendu qu'elles tremblaient. Elle tremblaient en permanence ces temps-ci. Elles tremblaient et Kaleb s'amusait à les triturer en plus. Il paraissait bien naïf là. Enfin... Pas naïf, disons juste qu'il était... Il faisait pitié. Vraiment pitié. On aurait dit un enfant. Un enfant perdu dans son petit monde. Perdu parce qu'on lui avait retiré les simples choses qu'il savait et qu'on l'avait balancé dans la fosse du monde malsain comme ça. Sans armes, simplement une personne à qui s'accrocher, un psy qui était censé aider. Est-ce qu'elle allait le faire? Il doutait. Tout ce qu'il voulait c'était la drogue. « J'espère pour vous... Après ce ne sont que des morceaux de ma Vie hein... Pas grand chose de très utile. C'est juste que des... Lorts ce qu'il y a écrit là dessus... » Kaleb soupire doucement et sourit en remontant son regard. « Il y a certaines personnes que ça ne gêne pas... À l'infirmerie ils en ont... » Urf urf urf. Balance balance le petit Kaleb. Le fait est qu'il l'avait fait sans arrière pensée. Simplement pour faire part de cette étrange envie qu'il avait et qui lui tiraillait le ventre. Parce que les cendriers ont quelque chose. C'est sale, c'est triste mais oui c'est une des seules chose qu'il accepte en ces temps-ci.

Son dossier? La vérité c'était qu'il n'avait pas pu le voir, pas eu le droit de lire ce Qu'on avait écrit sur lui, ce que les mots valaient et comment ils racontaient l'histoire malsaine de sa vie. Peut-être que c'était bien écrit. Sans jugements. Juste les mots sans petits commentaires comme "Tiens, il mange des plantes, ceci est un herbivore" OK. Il y avait peut-être pas écrit ça sur le dossier de Kaleb mais que ça soit ou non c'est toujours comme ça que le brun voit les gens qui rajoutent des commentaires, narcissiques, ironiques ou bien mauvais dans le but d'être cassant... Après, ceci dit, ils n'étaient pas là pour faire ami-ami avec lui. Lui qui en l'occurrence refusait d'avoir un lien positif avec son psy... Ça cachait toujours quelque chose.


Le silence qui s'installa entre eux était particulièrement gêné mais il convenait très bien à Kaleb. Rester ainsi tout le long de la séance ne l'aurait pas dérangé. La seule chose qu'il désirait faire actuellement c'était partir. Vraiment. Partir loin de cette situation remplie de malaise. Partir loin de cette psychothérapeute qui semblait assez sûre d'elle mais totalement démunie face à quoi elle venait d'assister. Et il voulait même partir de cette île. Mais ce n'était que le rêve d'un gamin quoi... « Euh, » Kaleb relève la tête, la penchant légèrement sur le côté pour regarder mademoiselle Vespucci attentivement.
Ses mains se crispent. Son visage vire au pale. « Ne... M'appelez pas James. Je ne suis pas James. » L'homme secoua plusieurs fois négativement la tête, on aurait pu le comparer à un enfant capable de piquer une crise de colère. « Par et mor... Ils... Plusieurs années dans la même pièce pour que je comprenne que j'étais Kaleb. Je suis pas James. Je suis plus James. J'ai jamais été James aussi loin que je me souvienne. » Urf. C'était faux. Joyeux souvenir, vieux souvenir du temps d'avant. « Je suis Kaleb Sharp. Pas James Moore. Pas depuis mes 10 ans. » Il secoue encore plusieurs fois la tête. « Mes vrais parents sont morts. Je les ai tués. » 
© Pando

_________________
Counting stars.
Lately, I've been, I've been losing sleep, Dreaming about the things that we could be, But baby, I've been, I've been praying hard, Said no more counting dollars, We'll be counting stars
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 660
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 2264

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Dim 22 Jan - 5:52



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Elle sentait qu’il était mal à l’aise, la gêne était visible sur son visage. Elle continuait à l’observer jouer avec ses mains tremblotantes, mais elle était incapable de déterminer si le tremblement était dû à sa nervosité ou au manque. C’était d’ailleurs une question qu’elle s’était longtemps posée sans jamais avoir de réponse. Il y avait probablement de nombreuses personnes toxicomanes  dans l’institut, qu’advenait-il d’elles une fois privées de leurs consommations régulières ? Inutile de se leurrer, il n’y avait ici aucune cellule d’aide, aucun programme de désintoxication visant à aider les personnes droguées. Ces pauvres malades étaient laissés à leurs propres sorts, et Nirina avait trop peur de savoir ce dont était capable ces patients pour combler le manque de leurs poisons quotidien.

Les troubles de Kaleb avaient beau être inimaginables et effarants, pour Nirina c’était une chance de faire enfin ses preuves. Si jusqu’ici elle n’avait connu que des échecs cuisants, elle comptait bien se rattraper avec lui en faisant tout son possible pour le réinsérer dans la société. Plus elle le regardait, plus elle arrivait presque à percevoir les petites flammes du succès qui lui serait assuré si elle parvenait à guérir Kaleb de ses vices. Ce n’était pas un patient commun et elle allait s’en servir pour enfin prouver à tous qu’elle était une Vespucci, cette grande famille auréolée de gloire balayant tout sur son passage. Elle avait froncé les sourcils et une moue boudeuse s’était fichée sur ses lèvres lorsque Kaleb évoqua la présence des cendriers à l’infirmerie, cet hôpital psychiatrique n’avait d’hôpital que le nom grommela t-elle intérieurement.

Ses doigts serraient nerveusement le rebord du bureau en entendant le malade refuser avec véhémence qu’on l’appelle par son vrai prénom. Elle voyait son comportement changer subitement et savait que la situation pouvait vite dégénérer si elle ne faisait pas attention. De toute évidence ses bourreaux avaient réussi leur travail de lavage de cerveau sur ce pauvre homme. Détruire pour reconstruire à leur façon, voilà ce qu’ils avaient fait.  Elle ne voulait pas laisser tomber l’idée de l’appeler par son vrai prénom, mais elle ne le connaissait pas assez bien pour savoir comment il réagirait en continuant à l’appeler James. Pour le moment, prudence était mère de sûreté.

Soudain le visage de la jeune psychologue devint cramoisi sous l’effet de la honte, l’embarras la clouait sur place si bien qu’elle n’était plus capable d’émettre un mot. Il a tué ses parents… Ce n’était pas un élément qu’on lit sans y prêter trop d’attention ou distraitement. Pire elle l’avait lu dans son dossier, elle savait quelles atrocités il avait fait subir à ses parents et à ses ravisseurs, et comme une idiote elle avait réussit à passer outres ces informations capitales. Ce genre d’informations qui vous reste en tête, vous remplis d’effrois et refuse de vous lâcher. Elle pouvait presque sentir le regard désapprobateur de son père lui signifiant qu’à nouveau, elle venait de traîner le nom de sa grande famille dans la boue. Machinalement, elle se passa la main dans les cheveux tout en se mordillant la lèvre pour tenter de camoufler sa gêne.

« Je… je suis vraiment, excusez-moi. » Dit-elle doucement. Pourquoi s’excusait-elle ? Ce n’était pas elle qui avait tué ses parents. Comprenant qu’elle accumulait erreurs sur erreurs, elle ferma les yeux et prit une grande inspiration avant de souffler doucement pour se reconcentrer. Cette fois-ci, elle n’avait plus le droit à l’erreur.

« Attendez une minute. » Elle se félicita d’avoir préalablement sortie une feuille vierge sur son bureau, comme si elle avait instinctivement anticipé le besoin dont elle en ferait. Elle prit son stylo plume et écrivit tout ce qui lui venait en tête concernant le dossier Kaleb James Sharp. Elle jetait sur le papier tous les troubles et bribes de souvenirs de la vie de ce dernier : crises de pica poussées au paroxysme, drogues, kidnapping, enfermement, Stockholm, meurtre, pyromanie, sa main volait au dessus du papier tant elle écrivait de façon effrénée, de peur de manquer un détail.

« Voilà, je pense qu’on a presque tout. », s’écria t-elle triomphalement en regardant sa feuille, satisfaite. « Bien, enfin on y voit un peu plus clair. Exceptionnellement, je vous appellerez Kaleb durant cette séance, il est peut-être un peu tôt pour démarrer notre travail sur la réappropriation de votre identité. Mais il faudra vous faire à l’idée que vous ne pourrez pas vous reconstruire tant que vous rejetterez votre identité réelle. » Reprit-elle d’un ton ferme tout en le fixant du regard. « Pourquoi avoir fait cela ? Pourquoi avoir… » elle laissa sa phrase en suspend, le temps de déglutir avec difficulté « décidé d’assassiner vos parents et vos ravisseurs en les brûlants ? Etait-ce de la vengeance, du désespoir ? »
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 220
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Lux
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 918

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Mar 24 Jan - 19:06



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
Kaleb soupira doucement. Il n'aimait pas du tout la tournure qu'avait pris les événements. Comme si les choses auraient pu se passer autrement... C'était bien naïf de sa part de penser que les choses pourraient bien se passer. Mais Kaleb était comme ça, un fin penseur et surtout un grand naïf sur des choses avec peu de reliefs. Peu de reliefs? La situation avait quelque chose de factice. Nirina était psy. Nirina avait d'autres patients. Une fois qu'il aurait passé la porte de son bureau elle ne fera que soupirer en rejetant son travail pour une prochaine séance. Parce que si c'était la première, ce n'était certainement pas la dernière. Et encore une fois ça le faisait soupirer. L'idée même de devoir faire face à une personne qui veut que vous parliez de vous fait soupirer. Sérieusement? Sincèrement? Trouvez plus crédible enfin...

Son regard était Malsain, transperçant, comme si elle cherchait à lire dans son esprit. Et ça le mettait lui mal à l'aise. Il ne voulait en aucun cas se retrouver à nu devant cette femme, ses secrets, ses rêves et ses désirs exposés à une personne qu'il ne connaissait pas tout simplement pour qu'elle puisse exercer son métier? Non... L'idée de métier pour Kaleb était différente que celle qu'on enseignait aux enfants. Sa notion de travail consistait quelque chose en échange. Il ne travaillait pas pour de l'argent ou pour de la gloire. Il travaillait pour sa dose. Question glorieux il était certainement possible de repasser plus tard. honte. cette façon qu'elle a de me sonder c'est... dérangeant. je ne veux pas qu'elle sache pour digby. Kaleb secoua doucement la tête, c'était une façon de ne pas soupirer une nouvelle fois.

L'idée d'être appelé James lui fit monter la bile en bouche. Le souvenir des coups et des cris lui revirent en tête. On avait passé tant de temps. Trop de temps à lui faire comprendre qu'il n'était plus ce James. Qu'appeler sa mère ne servirait à rien. Parce que Maman ne viendrait pas le sauver. Parce que maman était une personne différente maintenant. Et que quoiqu'il fasse il était incapable de revenir comme tout était avant, qu'avec toute la force et toute l'envie qu'il y mettait il était impossible qu'il retrouve sa vie. Que tout était fini maintenant. Et qu'il était Kaleb. Et que Kaleb c'était lui. Pas besoin de chercher plus loin.

« Pourquoi vous vous excusez? Ce n'est pas vous qui les avez tuer... » Un soupir plus bruyant s'échappa d'entre ses lèvres cette fois-ci et le brun se laissa retomber dans sa chaise. Ça le faisait sourire de la voir incapable de gérer ce qui se passait là. Mais il n'était pas sur non plus de comprendre son attitude. « Il ne faut pas se sentir coupable pour des choses que l'on ne fait pas d'après Digby! » Il gromella en réalisant qu'il avait lâché le nom de Digby.

Kaleb leva les mains pour lui annoncer qu'il avait tout le temps qu'elle désirait. Parce qu'il ne sortirait pas d'ici tant qu'elle ne l'aura pas décider. curiosité. je suppose que les mots sont pour moi. après ce qu'elle écrit c'est autre chose... Sa main bouge vite sur le papier et Kaleb lève la tête pour voir ce qu'elle a écrit. Pas tout, quelques mots. Il se passe une main nerveusement à l'arrière de la nuque. « C'est triste d'être décrit simplement par les troubles dont je suis la victime... Je suis aussi très nul aux échecs et j'ai très peur des perruches. Voilà. Ça fait plus humain comme ça. » Il sourit timidement.

« C'est... Particulièrement ironique comment vous parlez de me reconstruire grâce à... Au prénom James. Mais ce n'est pas comme si j'étais détruit. Je suis Kaleb. J'ai toujours été Kaleb d'aussi loin dont je me souvienne. Je ne veux pas me reconstruire. Parce qu'il n'y a rien à reconstruire. » Un fin sourire passa sur ses lèvres tandis qu'il étouffa un petit rire.« Je... Mes... Ravisseurs comme vous voulez les appelez ils ont été... Bons pour moi je suppose, je n'avais pas le droit de sortir. Lorsque je suis sorti la première fois, que j'ai expérimenté le monde, il m'ont remis dans la même pièce pendant plusieurs mois. Je les ai brûlés parce que j'avais pris tout ce que je pouvais prendre d'eux. » Le brun marque une courte pause en se massant l'arrière de la nuque. « C'était ni par vengeance ou désespoir. C'était par intérêt... Mais pour... Mes parents, les vrais. C'était eux parce qu'ils m'avaient laissés tomber.»
© Pando

_________________
Counting stars.
Lately, I've been, I've been losing sleep, Dreaming about the things that we could be, But baby, I've been, I've been praying hard, Said no more counting dollars, We'll be counting stars
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 660
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 2264

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Jeu 2 Fév - 6:46



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Elle l’ennuyait. Tout son dans regard traduisait une profonde lassitude, une envie d’être partout sauf celui de rester assis sur cette chaise en face d’elle. Elle était habituée à être considérée comme une source d’ennui, obligée de faire subir des séances aussi inutiles que désagréables. Cette séance là ne dérogeait pas à la règle, et Nirina commençait à saturer de ces patients refusant d’entendre raison, de l’écouter ou de se laisser aider. On ne pouvait pas les blâmer, ils étaient malades et la plupart ne s’en rendaient même pas compte. Il était alors difficile de faire admettre à une personne qu’elle avait besoin de soins alors qu’elle ne se sentait pas malade.

Mais cela ne servait à rien de ruminer ses sombres pensées, mieux valait pour elle de se reconcentrer sur son travail avec lui. Elle faisait travailler son esprit à plein régime pour déterminer une nouvelle approche thérapeutique à expérimenter sur lui. Il était hors de question de revivre ses échecs passés. Une chance pour elle, Kaleb n’était pas suicidaire, au moins avait-elle la certitude qu’il n’attende pas qu’elle ait le dos tourné pour s’ouvrir les veines. Il fallait qu’elle trouve un moyen, une information, n’importe quoi auquel se raccrocher et qui pourrait lui servir dans le traitement de son patient. Et Kaleb lui fit le plaisir de lui offrir ce qu’elle attendait en mentionnant cet étrange nom.

Digby, digby, digby…. Réfléchis, bon sang réfléchis… Elle avait beau se triturer les méninges, ce nom ne lui revenait pas en tête. Par réflexe, elle avança la main pour prendre le dossier et vérifier si ce nom était inscrit dessus, avant de se souvenir que la moitié du dossier se retrouvait désormais dans l’estomac de son patient. Elle replia les doigts et posa sagement sa main devant elle, tentant de garder la face.
« Qui était Digby ? Un ami à vous ? Parlez moi de lui. »
Le changement de comportement de Kaleb ne lui avait pas échappé, elle ne savait pas qui était Digby, mais elle comprenait qu’elle venait de mettre la main sur une information sensible. Elle avait peut-être un moyen de s’en servir sur lui. Il fallait qu’elle creuse sur ce personnage, qu’elle sache quel était son lien avec son patient.

Elle s’arrêta d’écrire en entendant les mots si justes de Kaleb, elle leva la tête vers lui, à-demi honteuse. Il était si rare d’entendre ses patients parler avec autant de sagesse et de discernement, s’en était d’autant plus gênant qu’elle était d’accord avec lui. Mais une petite voix dans sa tête ne pouvait s’empêcher de la déculpabiliser. Je n’aurais pas été obligée de faire ça si vous n’aviez pas engloutis votre dossier….
Ses coins de lèvres s’étaient légèrement relevée devant les remarques de Kaleb, elle se sentait légèrement bête devant sa feuille, aussi appliquée qu’une élève première de la classe. C’était plus fort qu’elle, il fallait toujours que le côté académique prenne le dessus, elle avait été formatée pour ça. Ses parents avaient mis tout leurs savoir pour la régler comme ils le souhaitaient. L’académie, la rigueur, l’application, voilà quel devait être le leitmotiv de son travail. On lui donnait une liste de troubles, elle devait les guérir, mais heureusement son empathie  et son envie d’aider l’empêchaient d’être le professionnel sans-cœur qu’on avait voulu qu’elle soit.
« Si nous avançons bien dans nos séances, nous pourrons essayer de faire venir des perruches pour lutter contre votre peur » répondit-elle en souriant. C’était une chose impossible, déjà l’hôpital se refusait à offrir une qualité de vie décente à ses pensionnaires, alors quant à l’idée de faire venir des perruches… Mais cette idée l’amusait beaucoup. « Et je ne sais pas jouer aux échecs, ce qui fait que vous êtes meilleur que moi par défaut. » Finit-elle en riant doucement.
Une séance ne suffirait pas à lui faire retrouver son vrai nom, Kaleb était beaucoup trop ancré en lui pour réussir à l’en extraire. Il était collé à lui comme une moule à son rocher. A la différence que les moules ne sous-entendaient pas kidnapping et séquestration, elles au moins, avaient la décence de ne servir qu’à être mangé avec des frites. Quoique la décence et la loi interdisaient à Kaleb d’être mangé.
« Ne me faites pas croire que vous n’avez aucun souvenir de votre vie lorsque vous étiez encore James ? Avant qu’on vous enlève, y a t’il des images, des odeurs, des choses de votre enfance dont vous vous souvenez ? »

Elle était choquée par les propos de Kaleb, elle ne pouvait croire qu’il puisse penser une telle chose au sujet de ses parents. Elle espérait que ce soit ses ravisseurs qui lui aient mis une telle idée en tête et non pas qu’elle vienne de son propre raisonnement.
« Comment pouvez-vous en être sûr ? Vous étiez enfermés dans votre maison, sans contact extérieur, quelles preuves avez-vous qu’ils n’étaient pas anéantis de votre disparition et n’ont pas tout fait pour vous chercher ? »
S’il suffisait de brûler les personnes sur de simples hypothèses….
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 220
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Lux
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 918

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Lun 6 Fév - 8:49



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
Ce n'était pas vraiment l'ennui que l'on pouvait lire dans ses yeux, sur son visage. C'était plus quelque chose de plus chiant. Quelque chose d'insupportable. Il était contraint d'être là. Il était obligé de poser son derrière sur une chaise et de répondre à des questions. Ça ne l'ennuyait pas. Enfin bien sur que ça. Mais c'était autre chose. C'était quelque chose de plus douloureux. L'idée que quelqu'un veuille s'incruster dans son esprit d'une telle façon. Vraiment. Sérieusement. C'est vraiment très douloureux comme idée. Vous comprenez non? L'idée que quelqu'un vienne s'incruster dans un esprit comme ça. C'est mauvais. Vraiment mauvais, instrusif. Comme si on ne s'était déjà pas assez incrusté dans son esprit...

Voilà. C'est pas très agréable. Elle sait l'être certainement? Elle sait être gentille sûrement. Elle sait être douce peut-être gentille d'une façon d'être intrusive sans être très violente. Est-ce que ça se dit? Est-ce que ça se pense déjà? L'idée de quelqu'un qui s'introduit dans votre esprit peut-être dérangeante. Elle est dérangeante... Voilà qu'avec ses questions elle avait réussi à lui tirer un nom. Un nom qu'il n'avait certainement pas voulu dire. Vraiment pas. Non mais sincèrement... Il ne voulait pas parler des gens qui avaient fait son ancienne vie. Kaleb n'avait jamais parlé de Digby a personne. Et il ne voulait pas commencer aujourd'hui. Il ne Voulait commencer jamais. Digby était son secret.

La voilà qui a l'air de réfléchir, de fouiller dans ses souvenirs. Ça fait grimacer Kaleb, presque le rend mal à l'aise. « Ne cherchez pas. Digby n'était pas dans le dossier. » Il secoue négativement la tête. Elle avait tenté d'atteindre un dossier. Désolé. C'était à présent un dossier inexistant. Parce que maintenant Kaleb avait gagné sur ce sujet. Enfin... Si avoir une crise de pica pouvait être considéré comme une victoire. Et dieu ça n'en était pas une...
« Digby était personne. Digby ne représente... C'est... Digby c'était tout pour moi... »
La dernière phrase est lâchée comme un soupir. Il est presque gêné de penser ça. De le dire à quelqu'un. Nirina n'est pas vraiment quelqu'un de confiance. Elle cherche à le soigner alors qu'il n'est pas malade. Elle n'est pas bonne pour lui. Et pourtant lui parler n'est pas aussi dérangeant que ce qu'il pensait. Parler de Digby a quelqu'un peut être... Révélateur...

Kaleb hausse les épaules. C'est sa pensée. Il n'aime pas être décrit comme quelqu'un de fou. Peut-être qu'il l'est. Sûrement qu'il l'est d'ailleurs. Il n'a pas atterri ici par hasard. Mais la folie c'est quelque chose de faux pour lui. Ça ne sonne pas comme quelque chose de vrai. Parce que les bases sur lesquelles ses pensées reposent, cherchent un modèle ne sont pas non plus les bases les plus saines que l'on puisse trouver sur la planète. Alors il pouvait simplement faite ça au final. Lever les épaules sans pour autant être capable d'offrir une conversation Véritable, encore trop flippé pour le faire. Le jugement des autres l'importe peu. Si vous saviez... Il était capable de danser dénudé dans une salle emplie de miroir alors que ça tournait sur internet simplement pour avoir une dose. Alors non. Le jugement des autres n'a plus vraiment d'impact. Ce n'est pas le jugement du docteur Vespucci qui l'interpelle. C'est plutôt son manque de jugement. Et ouais. Ce mot revient souvent dans une conversation comme celle-ci. Il a peur de ce qu'elle ne pourrait pas dire. Simplement hocher la tête et marquer des mots sur une copie. Digby parlait tout le temps. Ça comblait le vide et obstruait ses pensées. Il sait s'exprimer mais pas intempestivement.

« Urf... Si c'est une blague docteur Vespucci votre humour ne me fait pas rire. Je serais capable de gober votre perruche si vous la posez devant moi. » OK c'était faux. Il serait plutôt capable de crier et de se rouler en boule contre le mur en espérant que le truc ne se mette pas à lui parler. L'idée que la perruche lui parle lui faisait aussi peur que... Que Digby qui ne parle pas. C'est une assez bonne image. « Oh! Je crois bien que c'est la première fois que je suis meilleur en quelque chose pour quelqu'un! » Un fin sourire, un vrai sourire s'afficha sur son visage.
Il n'avait jamais souffert de ce genre de questionnement. Bien heureusement d'ailleurs. Il n'avait jamais eu à se demander si il Était James ou bien Kaleb. Son esprit et ses parents avaient décidé pour lui. Il était Kaleb. Avait été Kaleb. Et demeurerait Kaleb jusqu'à la fin de ses jours. Parce que c'était mieux comme ça. C'était mieux comme ça. C'était mieux si les choses se passaient sans qu'il ai à réfléchir à ce genre de choses.

« J'en ai docteur Vespucci. J'en ai plus que ce que j'aimerai. J'en ai sur mes soeurs. Vous savez... C'est à cause d'elles que je suis là. Enfin... C'est pas ça. Je les ai aider à fuir. Je m'en souviens bien de ce jour là. Je me souviens du kidnapping si on peut appeler ça comme ça. Ça je m'en souviens. »

Ses mots étaient choquants, violents pour une famille qui avait du l'éduquer jusqu'à ses 10 ans. Mais il ne s'en souvenait pas. Ne les avaient vu que le laisser tomber lui. Parce qu'il n'avait pas vu le monde comme eux l'avaient perçu. Sans lui. Loin de lui. Il n'avait vu que la partie renfermée du monde.

« Parce qu'ils me l'ont dit. Parce que Far et mer me l'ont dit... Que ça ne servait à rien que je tente de fuir. Parce que tout le monde s'en foutait. Parce que lorsque je les ai retrouver, enfin qu'ils m'ont retrouvé ça n'a servi à rien. Elle n'a fait que semblant d'être émue. »
Il soupire tristement.
© Pando

_________________
Counting stars.
Lately, I've been, I've been losing sleep, Dreaming about the things that we could be, But baby, I've been, I've been praying hard, Said no more counting dollars, We'll be counting stars
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 660
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 2264

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Hier à 2:17



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Ça y est, enfin elle le tenait et elle ne comptait pas le lâcher. Maintenant que le poisson était ferré, il était hors de question de le laisser s’échapper dans l’eau. Presque tous les patients possédaient cette faille qui les rendait un peu plus vulnérable. En sachant s’y prendre, il était possible d’utiliser cette faiblesse pour s’en servir sur eux, à bon comme à mauvais escient. Il suffisait juste de la trouver et une fois le filon trouvé, il ne suffisait qu’à l’extraire pour ensuite le travailler, l’exploiter jusqu’à faire céder le patient. La faille de Seth, c’était son frère, une ressource inépuisable dont elle pouvait se servir inlassablement et qui aurait pu réussir s’il n’était pas aussi têtu. Et après les révélations de Kaleb, elle se demandant si elle n’avait pas enfin trouvé sa faille, celle qui lui permettrait de s’en servir sur lui mais à des fins bénéfiques. Jamais elle ne s’amuserait à se servir d’informations aussi sensible pour faire du mal à ses patients, sa mission était de les soulager de leurs peines, pas les enfoncer encore plus. Elle n’avait que pour but de les aider à s’en sortir car tous méritaient d’être sauvés. Enfin tous sauf une…

« Il était tout pour vous…. Donc vous deviez être très attaché à lui. Comment l’avez vous rencontré ? Votre relation était de quelle sorte ? Etait-ce un ami, un parent, ou bien plus que ça ?  »
Elle le martelait de questions mais elle savait ce qu’elle faisait. Il fallait qu’elle réussisse à briser la solide carapace qu’il s’était forgé, elle était persuadée que sous ce nom se cachait d’autres secrets. C’était un pari risqué, elle n’était pas certaine de l’issu car en l’harcelant ainsi, il pouvait très bien plier comme se rebeller.

Le verdict était clair, elle pouvait abandonner tout espoir de carrière dans le domaine comique. Piquée au vif, elle grimaça, vexée par l’acerbe remarque qu’il lui avait faite. L’envie de se jeter sur sa feuille pour écrire en gros « aucun humour » était là, mais elle n’était pas suffisamment stupide et immature pour laisser la rancœur agir à sa place. Elle préféra faire comme si elle n’avait pas entendu sa remarque, continuant à le regarder de la façon la plus neutre possible.

Elle laissa tomber son stylo à côté de sa feuille, puis se laissa retomber contre le dossier de son fauteuil. Elle observa longuement Kaleb, croisant les bras contre elle alors que des plis de rides venaient barrer son front sous l’effort de la concentration. Tous les patients qu’elles géraient étaient des cas assez difficiles et compliqués à résoudre, mais ce patient là… C’était un réel défi pour elle. Nirina ne pouvait pas faire comme si les paroles de Kaleb lui étaient insensibles. Elle essayait de retrouver en son patient, le jeune garçon qui avait sauvé ses sœurs mais c’était sans espoir. James avait sauvé ses sœurs, hors ce dernier n’était plus là, étouffé par l’intrusion de Kaleb. Elle ne pouvait croire qu’une mère soit indifférente de retrouver son fils, comment pouvait-on faire preuve d’autant de cruauté… La jeune blonde ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la peine pour lui, loin d’imaginer toute la souffrance qu’il avait eut à affronter dans sa vie.

« Ecoutez Kaleb… » Commença-t-elle, peinant à trouver les mots juste « j’ai conscience que vous avez dû souffrir de l’indifférence qu’on montré vos parents à votre égard. Mais était-ce nécessaire de… les brûler ? Vous auriez très bien pu repartir, continuer votre vie. La vengeance est rarement la solution, vous en êtes la preuve, c’est bien pour cela que vous avez fini à Ostrov » termina-t-elle d’une voix douce.

Elle voulait comprendre, pourquoi les brûler, pourquoi les flammes, pourquoi cette fascination morbide… Ça pouvait être dangereux, mais c’était un risque à prendre. Il fallait qu’elle comprenne. Elle se baissa pour atteindre le fond de son tiroir, fouillant jusqu’à trouver l’objet qu’elle recherchait. Le serrant dans sa main, elle le tenait éloigné de Kaleb. Ses collègues l’auraient traités de folle mais elle s’en fichait, les plus grandes découvertes scientifiques ne s’étaient pas faites sans risque. Alors elle alluma le briquet qu’elle tenait dans sa main.

« Allez-y, regardez la flamme et dîtes-moi ce que vous ressentez. » demanda-t-elle simplement, reprenant son stylo entre ses doigts.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   

Revenir en haut Aller en bas
 

A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petrova fire ¶ feat.Tatia
» drop sur les boss monsters
» Strayana
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines
» Recherche open : Fire & Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-