AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 418
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1472

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Mer 4 Jan - 21:28



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Cet après-midi, Nirina profitait du temps qui lui restait avant son prochain rendez-vous pour mettre de l’ordre dans son bureau. Des formulaires étaient éparpillés sur sa table, les dossiers formaient des piles prêtes à s’écrouler à chaque seconde, cet endroit était devenu un véritable capharnaüm. Enfin, après avoir classifié son dernier papier elle releva la tête pour admirer la beauté d’un bureau bien rangé, un soupir de satisfaction s’échappant de sa bouche devant le travail accompli. Il allait bientôt être l’heure de son prochain rendez-vous avec Kaleb Sharp, son nouveau patient. Elle en profita pour sortir son dossier et le poser sur son bureau afin d’y rajouter des notes au cours de la séance. Elle le relu à nouveau pour se rafraichir la mémoire, elle était toujours autant mal à l’aise devant les troubles figurant sur son dossier. Elle se souvint le frisson d’horreur lorsqu’elle avait dû faire des recherches sur les personnes souffrant d’urophagie. Elle avait lu les premières pages d’un ouvrage qui en traitait, avant de le refermer aussitôt, elle n’avait pas eu la force d’aller jusqu’au bout. Pour ce patient aussi, il allait falloir redoubler d’imagination pour l’aider à s’en sortir.

Faire tous ces efforts de rangement lui avaient donné tellement chaud qu’elle n’avait plus qu’une idée en tête, se rafraichir le visage.  Elle se voyait mal accueillir son patient avec un visage rouge et transpirant comme le sien. Elle regarda l’heure de son horloge et fit une grimace, le temps allait être très court pour atteindre les toilettes du personnel avant de regagner son bureau. Elle sortie de son bureau et apostropha un garde qui passait devant elle.

« Vous pouvez aller me chercher Kaleb Sharp, dites lui de s’installer dans mon bureau sans m’attendre, je ne serais pas longue. » l’informa t-elle tout en refermant la porte sans la verrouiller. Lorsqu’elle atteignit les toilettes, elle ouvrit le robinet, la fraicheur de l’eau sur son visage lui fit un bien fou. Elle s’attarda quelques minutes de plus avant de s’essuyer la figure avec les serviettes en papier mises à disposition. Lorsqu’elle jeta un coup d’œil à sa montre elle étouffa un juron, le temps avait filé plus vite qu’elle ne l’avait pensé et elle était désormais en retard. Elle s’élança précipitamment dans le couloir,  en direction de son bureau. Lorsqu’elle arriva enfin à destination, elle ouvrit précipitamment la porte et aperçut une silhouette sur le siège des patients lui confirmant que Kaleb était déjà là.

« Excusez mon retard Kaleb, comment allez-vous aujour… » Elle ne put finir sa phrase, et pour cause, devant elle se tenait un spectacle des plus singuliers. Les yeux écarquillés, la bouche grande ouverte, Nirina surpris un homme… En train de dévorer littéralement le dossier « Kaleb Sharp » qu’elle avait prit soin de poser sur son bureau pour pouvoir le relire à son retour. Elle s’approcha doucement de son bureau, ses yeux ne quittaient pas Kaleb du regard, elle était comme hypnotisée par ce qu’elle voyait. Enfin, son regard parvint à quitter son patient pour se poser sur son bureau où aurait dû résider son dossier.

« Mince alors. » fut la seule chose qu’elle parvint à articuler. Ses yeux faisaient des aller-retour incessants entre Kaleb et les morceaux de feuilles restantes sur son bureau, il ne restait plus que de maigres entrailles de ce qui avait été autrefois le dossier Kaleb Sharp. En essayant de garder une attitude posée et neutre, elle écarta son fauteuil avant d’y prendre place. Du bout des doigts, elle prit un morceau qui avait survécut à la voracité du patient et le porta à hauteur de ses yeux, avant que ces derniers reviennent fixer Kaleb.

« Je pense qu’à notre prochaine séance je vous prendrais quelque chose à grignoter. Je préfère ça plutôt que courir le risque de voir engloutit la totalité des dossiers qui me restent. » dit-elle en lançant un regard indécis à Kaleb.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 155
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Swan
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 655

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Ven 6 Jan - 15:26



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
Un, deux, trois, quatre, cinq. C'était un rythme constant. Du style qu'on oublie pas. C'est toujours le même. Toujours au même rythme d'après la personne. Toujours la même distance. Pas de bruits à part celui-ci. Parce qu'aujourd'hui on l'avait laissé tranquille. Tourné sur sa couche il n'avait pas voulu se lever. Il n'avait pas voulu affronter le monde réel, sa constance sombre et ses gens misérables. Alors Kaleb s'était juste roulé dans son lit, retourné regarder le mur qui était bien plus distrayant que ce qu'il y avait dans cette salle commune. Alors Kaleb s'était laissé coulé dans son petit monde de rêves, écoutant simplement le rythme constant des pas du dehors. Les pas des gardes dans le couloir. C'est pas grave. Ici on ne le dérangeait pas. Ou du moins pas trop. Il n'y avait que lui, les murs et les pas à l'extérieur. Parfois il y avait bien du bruit, beaucoup de bruit, des cris, des pleurs, des rires et toutes ces émotions qu'il ne ressentait presque plus. Kaleb ne ressentait que l'amusement, la peur et cette sensation si étrange et si douce lorsque l'on plane. Dieu seul sait à quel point c'était la sensation la plus douce qui lui avait été donné de ressentir. Juste lui. Les murs et cette sensation de vide à l'intérieur.

Puis il y avait eu de changement. La boucle était brisée et les pas non-cohérents à ce qu'il avait enregistré. Ça lui avait faut froncer les sourcils. Le changement c'était pas particulièrement nocif mais c'était souvent mauvais signe. Le brun s'était assis sur son lit, avait attrapé les quelques morceaux de tissus qui s'échappaient de sa couette et il les avait nerveusement avalés. Parce que c'était carrément plus agréable que de devoir faire face à la personne qui allait pour se présenter à sa porte. Parce que c'était pour lui. C'était sûr.

« J'espère pour toi que t'as eu l'occasion de prendre une douche hier Sharp! Parce qu'actuellement t'as rendez-vous avec une jolie petite psychologue! » Kaleb grogne, se tourne dans son lit. Il n'a pas envie d'affronter ce petit monde, pas envie d'affronter madame la psy. Parce qu'il ne sait pas ce qu'elle va lui faire. Parce qu'il n'en a jamais vu et qu'il n'a pas vraiment envie de la voir. Mais on l'oblige, il se lève, regarde d'un oeil mauvais le garde qui lui tient le bras. Ce dernier grimace en le poussant en avant. « Merci... Røvhul » Un sourire mauvais passe sur les lèvres de l'homme et il soupire une nouvelle fois. Puis au final, Sharp se retrouve assit sur une chaise, dans une salle seul. L'anxiété commence à monter. La nervosité se lit sur ses traits... Le brun ferme les yeux et respire plusieurs fois. Ça ne marche pas. Toujours ce sentiment d'écrasement. Son regard passe sur le bureau. C'est son dossier. Oh? C'est son dossier... Rapidement il prend le dossier, l'ouvre et roule en boule la première fois pour la mettre dans sa bouche.

C'est agréable. Bizarrement très agréable. L'homme baisse la tête et déchire une nouvelle feuille. Il continue ça pendant quelques instants encore. « Excusez mon retard Kaleb, comment allez-vous aujour… » Sa tête se relève brutalement. Sa bouche est entrouverte, gavée par un papier qui ne rentrait pas. Son regard se porte sur les restes entre ses mains qu'il balance sur le bureau comme si de rien n'était... Ce n'est pas de la honte sur son visage. C'est de l'ennui. L'ennui d'avoir été vu dans une situation de faiblesse. Il supporte le regard de la jeune femme tandis qu'elle retourne à son bureau. Très bien. Bravo Kaleb paye ta première impression envers la femme qui est censée jugé ta capacité à être apte à retourner vivre en société. Génial...

« Je... Heu... » Il se passe maladroitement une main sur l'arrière de la nuque. Non vraiment madame la psychothérapeute c'était pas voulu. C'est jamais voulu ce genre de mouvements... Kaleb baisse la tête pour avaler sa dernière bouchée et la relève indécis. Il ne sait pas qu'elle attitude adopté avec elle. Disons qu'il veut juste retourner dans sa chambre. Faut la jouer franc ou bien faut la jouer tout doux et tout mignon? Approches différentes mais tout de même intéressantes. Le brun se passe la langue sur les lèvres. Bon. Génial, comme on disait un peu avant.

« J'ai... Pas voulu manger le dossier. C'était... C'était la seule chose qui passait sous la main... » Kaleb baissa la tête. «Vu que vous n'avez pas de cendrier ici... » Il lui lance un fin sourire. Voilà qu'elle a de l'humour.
© Pando

_________________
Hallelujah
Well it goes like this: the fourth, the fifth, The minor fall and the major lift ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 418
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1472

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Lun 9 Jan - 20:21



A little drop of poison and fire


Kaleb & Nirina
“Même le plus ardent des brasiers peut-être maitrisé, il suffit juste d'avoir un bon extincteur” △
Elle se demandait si le brun regrettait son geste, ou même s’il se rendait compte de ce qu’il faisait,  elle venait enfin d’assister en direct à une personne en pleine crise de Pica et Dieu que c’était impressionnant. Mais il était nécessaire de se reconcentrer, il fallait garder une attitude la plus naturelle possible, faire comme s’il ne s’était rien passé. Non… C’était beaucoup trop gros de faire comme si cela n’était pas arrivé. Il fallait faire comme si ce qui venait de se passer était tout à fait normal, elle ne voulait pas que ce pauvre homme ait l’impression de paraître pour une bête de foire. Elle n’était pas là pour le juger, pour lui dire qu’il venait de faire une chose incorrecte. Il était malade, et donc il avait besoin d’être soigné et Nirina comptait bien l’aider à remonter la pente. Il n’était qu’une âme en plus noyée dans un océan rempli de noirceur et de folie et elle, elle était la bouée de sauvetage qui allait le ramener à la surface.

Elle nota dans un coin de sa tête qu’il allait aussi falloir aborder avec lui la question de son goût un peu trop prononcé pour les flammes. Mais il y avait tellement de points à aborder avec lui qu’elle ne savait plus vraiment par où commencer. La drogue pouvait attendre, le plus important était selon elle, de lui faire passer l’envie de mettre le feu lorsque ça lui chantait. Pour son bien à lui, mais aussi parce qu’elle ne souhaitait pas courir le risque de le voir se procurer une allumette pour réduire en cendre le lieu où elle résidait. Mais il y avait aussi la question du meurtre de cette jeune innocente, sans parler de ses crises de Pica qui risquait de le mettre en danger s’il venait à avaler un objet toxique. Décidemment cette séance s’annonçait compliquée.
« Non non ce n’est pas grave, le secrétariat a sûrement dû en garder une copie. Et vous m’en voyez navré mais vous ne trouverez aucun cendrier ici, il est interdit de fumer à l’intérieur, c’est dans le règlement. »
Règlement dont elle avait l’impression d’être la seule à avoir prit la peine de lire dans son intégralité, à l’inverse d’un psychiatre qui se permettait de faire fit des règles établies en fumant allégrement dans le parc, elle se demandait quelle règle il pouvait bien être en train de briser en ce moment. Ça suffit Nirina, reconcentre toi.

L’heure était déjà bien avancée, elle ne pouvait pas se permettre d’aller au secrétariat pour qu’on lui imprime un nouveau dossier. Elle allait devoir faire avec les moyens du bord. Elle se félicitait d’avoir eu le temps de relire les grosses lignes de son dossier, elle n’aurait pas eu l’air maligne si elle s’était contentée de lui parler de la pluie et du beau temps pour trouver un sujet de discussion et éviter de se regarder dans le blanc des yeux. Le fait de ne plus avoir son dossier en intégralité l’embêtait légèrement, elle se savait pas vraiment par où commencer et même en ayant retenu tous les troubles dont il souffrait, en plus des grosses lignes de sa vie chaotique, elle craignait d’avoir des trous de mémoire.

Machinalement, elle prit une feuille vierge dans son tiroir, le fait d’avoir sur son bureau un support sur lequel écrire, même infime, la rassurait. Elle n’aimait pas particulièrement faire ses séances sans un dossier, ou de quoi prendre des notes, et les quelques feuilles survivantes n’étaient clairement pas suffisantes pour elle. Non, juste parler avec un bureau vide ça n’était… pas professionnel du tout.

En regardant les rares feuilles restantes, l’unes d’elles l’interpella. Il s’agissait de la photocopie de la carte d’identité de son patient. Elle se souvint alors que James était son vrai prénom, et comme une idiote, dans la précipitation, elle l’avait appelé par le prénom synonyme de son malheur. Un prénom qu’il n’aurait jamais dû avoir, un prénom qui résumait à lui seul toute l’horreur qu’un enfant avait pu endurer.
« Euh, » commença t-elle, ne sachant plus quels prénoms employer « vous savez je vous ai appelé Kaleb sans réfléchir mais je pense qu’il vaudrait mieux que je vous appelle par votre vrai prénom, d’accord James ? Parce que c’est le prénom choisit par vos vrais parents. Vous êtes en sécurité ici, vos ravisseurs ne viendront plus vous faire de mal et personne ne pourra vos obliger à vous appeler Kaleb, ça vous va James ? » Dit-elle d’une voix douce. Il était nécessaire qu’il comprenne que Kaleb n’était plus, sa guérison devait passer par la reconstruction de sa véritable identité, pas celle qu’on lui avait inventée.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 155
MIROIR : Andrew Lincoln
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Swan
A DÉBARQUÉ LE : 30/12/2016
FORCE : 655

SITUATION : Célibataire
EST ÂGÉ DE : 47 ans
Kaleb Sharp

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Mer 11 Jan - 16:41



❝A little drop of poison and fire❞
Nirina & Kaleb
La nervosité se lisait sur ses traits. Surtout parce qu'il avait foiré son premier rendez-vous par une simple et inévitable crise de Pica. Mais le plus immonde pour lui c'était que les choses étaient incontrôlables. Manger du papier, des feuille, de la terre ou du papier peint ne le dérangeait pas plus que ça lorsque c'est lui qui l'avait décidé, lorsqu'il était surtout en privé, capable seul de se faire du bien, céder à ses pulsions des plus primaires comme l'envie certaine de manger des aliments non-comestibles. Mais il était tout seul. Et c'est là que les choses différaient. Là il n'était pas tout seul. Il ne décidait pas de ce qu'il faisait. C'est son esprit et son corps qui s'accordaient tous les deux sans sa permission. Ils se mettaient tous les deux d'accord pour pousser les choses à bout. L'obliger à manger. L'obliger à céder. Devenir esclave de ses pulsions. Si vous pensez que c'est pousser, ridicule parce que trop... Tss... Soyez victime de quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Ce n'est pas comme on l'aime.

Le rouge couvrait tout son visage. L'entièreté par de la honte. Kaleb baissa la tête vers ses mains pour les triturer. Elles tremblaient. Bien entendu qu'elles tremblaient. Elle tremblaient en permanence ces temps-ci. Elles tremblaient et Kaleb s'amusait à les triturer en plus. Il paraissait bien naïf là. Enfin... Pas naïf, disons juste qu'il était... Il faisait pitié. Vraiment pitié. On aurait dit un enfant. Un enfant perdu dans son petit monde. Perdu parce qu'on lui avait retiré les simples choses qu'il savait et qu'on l'avait balancé dans la fosse du monde malsain comme ça. Sans armes, simplement une personne à qui s'accrocher, un psy qui était censé aider. Est-ce qu'elle allait le faire? Il doutait. Tout ce qu'il voulait c'était la drogue. « J'espère pour vous... Après ce ne sont que des morceaux de ma Vie hein... Pas grand chose de très utile. C'est juste que des... Lorts ce qu'il y a écrit là dessus... » Kaleb soupire doucement et sourit en remontant son regard. « Il y a certaines personnes que ça ne gêne pas... À l'infirmerie ils en ont... » Urf urf urf. Balance balance le petit Kaleb. Le fait est qu'il l'avait fait sans arrière pensée. Simplement pour faire part de cette étrange envie qu'il avait et qui lui tiraillait le ventre. Parce que les cendriers ont quelque chose. C'est sale, c'est triste mais oui c'est une des seules chose qu'il accepte en ces temps-ci.

Son dossier? La vérité c'était qu'il n'avait pas pu le voir, pas eu le droit de lire ce Qu'on avait écrit sur lui, ce que les mots valaient et comment ils racontaient l'histoire malsaine de sa vie. Peut-être que c'était bien écrit. Sans jugements. Juste les mots sans petits commentaires comme "Tiens, il mange des plantes, ceci est un herbivore" OK. Il y avait peut-être pas écrit ça sur le dossier de Kaleb mais que ça soit ou non c'est toujours comme ça que le brun voit les gens qui rajoutent des commentaires, narcissiques, ironiques ou bien mauvais dans le but d'être cassant... Après, ceci dit, ils n'étaient pas là pour faire ami-ami avec lui. Lui qui en l'occurrence refusait d'avoir un lien positif avec son psy... Ça cachait toujours quelque chose.


Le silence qui s'installa entre eux était particulièrement gêné mais il convenait très bien à Kaleb. Rester ainsi tout le long de la séance ne l'aurait pas dérangé. La seule chose qu'il désirait faire actuellement c'était partir. Vraiment. Partir loin de cette situation remplie de malaise. Partir loin de cette psychothérapeute qui semblait assez sûre d'elle mais totalement démunie face à quoi elle venait d'assister. Et il voulait même partir de cette île. Mais ce n'était que le rêve d'un gamin quoi... « Euh, » Kaleb relève la tête, la penchant légèrement sur le côté pour regarder mademoiselle Vespucci attentivement.
Ses mains se crispent. Son visage vire au pale. « Ne... M'appelez pas James. Je ne suis pas James. » L'homme secoua plusieurs fois négativement la tête, on aurait pu le comparer à un enfant capable de piquer une crise de colère. « Par et mor... Ils... Plusieurs années dans la même pièce pour que je comprenne que j'étais Kaleb. Je suis pas James. Je suis plus James. J'ai jamais été James aussi loin que je me souvienne. » Urf. C'était faux. Joyeux souvenir, vieux souvenir du temps d'avant. « Je suis Kaleb Sharp. Pas James Moore. Pas depuis mes 10 ans. » Il secoue encore plusieurs fois la tête. « Mes vrais parents sont morts. Je les ai tués. » 
© Pando

_________________
Hallelujah
Well it goes like this: the fourth, the fifth, The minor fall and the major lift ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb   Aujourd'hui à 9:33

Revenir en haut Aller en bas
 

A little drop of poison and fire ♖ feat Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petrova fire ¶ feat.Tatia
» drop sur les boss monsters
» Strayana
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines
» Recherche open : Fire & Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-