AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Il faut une première à tout [Roméo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Jake Cooper
IDENTITÉ : Aelig
A DÉBARQUÉ LE : 03/08/2016
FORCE : 293
avatar
Chris Harper

MessageSujet: Il faut une première à tout [Roméo]   Mer 21 Déc - 14:37

Debout. Il fallait que je me lève. Le garde en face de moi commençait à perdre patience. Pourtant je ne voulais pas me lever. Je ne voulais pas suivre cette routine quotidienne imposée ici. J’avais demandé de l’aide, je voulais m’en sortir, mais je ne voulais pas qu’on m’impose des choses que je ne souhaite pas faire. Après tout c’est moi qui avait demandé de l’aide pourquoi ne pas me laisser faire ? Je ne faisais pas parti de ses violents que j’avais pu rencontrer ici. Je n’étais plus qu’une ombre ici, qui refusait de sortir de sa chambre. Une ombre qui aurait préféré ne pas demander d’aide, vivre comme avant. Mais à ce moment là je ne me sentais pas capable de continuer à avancer, sans rien faire, sans être aidée.

Le garde fini par perdre patience et me tirer de mon lit. Je fini par arrêter de résister et pris la direction du réfectoire, où je m’assied à une table sans pour autant manger. Depuis mon arrivée je ne mangeais plus et ça commençais à se voir.
Le même garde revient quelques minutes plus tard furibond, j’aurais dû le prévenir selon lui que j’avais rendez vous avec un certains psy. Mais je n’étais pas au courant. On ne m’avait moi-même pas prévenu. On repassa rapidement par ma chambre avant qu’il ne me guide dans se dédalle de couloirs jusqu’à un bureau où il me demanda de m’asseoir sur l’une des chaises. Il frappa pour prévenir de mon arrivée puis se positionna devant moi. Comme s’il avait peur que je parte. Il prit aussi une voix enfantine, tu seras sage avec le psy, qu’il me disait. Comme si j’avais pas été sage depuis mon arrivée ici ! il voulait qu’une chose ici qu’on obéit aux ordres !

Le psy ouvrit enfin cette porte, et je me leva, trop vite au goût du garde qui me repoussa pour que je reste assis.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 245
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : shiya
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 990

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Il faut une première à tout [Roméo]   Mar 27 Déc - 21:59

Une nouvelle journée commençait. Peut-être de l'espoir ? L'espoir de jouer le sauveur et de faire le bien pour la communauté au lieu de tomber bien bas dans ma folie. Moi, ma routine a moi, c'était sortir de ma chambre, enfiler cette foutue blouse blanche avec mon badge, passer un coup sur mes cheveux pour draguer les jolies filles du couloir d'Ostrov et prendre une douche pour pas sentir le chamois et paraître négligé. Non, un Anglais ne paraît jamais négligé. C'est ce que les Anciens de ma tribu londonienne m'ont enseignés. Ok j'arrête le délire. Comme tout les ados, quand je prenais pas de douche mes adorables parents m'ont gueulé dessus.Mais j'étais pas nimporte qu'elle ado, je passais ma vie entre ces murs parce que je faisais des crises d'angoisses pensant que des chats noirs étaient près de moi et j’écrivais des menaces contre moi-même sans me rappeler de les avoir écrite.
Nan, j'étais pas normal du tout.
La routine d'un psy n'était pas comme les patient de se faire chercher dans sa chambre par un garde encore heureux, je peux m'occuper de moi tout seul. Mais boire des cafés à volonté c'était mon truc. Ouais, j'suis abonné à la machine et du coup elle me fait un prix pour le café. Ouais, le café avant d'attaquer le boulot et le soir, le whisky pour broyer du noir. Modèle exemplaire de psychiatre que tu fais Roméo, ouais je sais.

Les autres du personnel me fixaient pendant que je prenais mes trois tasses de café hebdomadaires. Ils me trouvaient bizarre du coup , ils me regardaient de travers et j'aimais pas ça. Alors, j'ai remis mes lunettes pour paraître intello et j'ai pris ma liste de dossiers, j'ai fais semblant d'examiner les dossiers alors que je ne savais même pas par qui j'allais commencé.

Je me suis installé dans mon bureau et j'ai très vite feuilleter le dossier Chris Harper avant qu'on toque à la porte.
J'avais rien retenu de ma lecture, great, quel bon docteur je fais. De toute façon, c'est notre première séance, je peux lui demander ce que je veux. Et il ferait mieux de me répondre. Le café me rend nerveux, je sais, c'est pas une bonne chance.

Je n'aimais pas ces débiles de gardes qui pensaient faire la loi ici et traitaient nos patients comme des jouets. Je voyais que le mec n'était pas à l'aise et que je lui faisais peut être peur parce que j'étais son nouveau psy mais fallait pas. Je suis gentil non ?
-Laissez le et dégagez merci, je dis au garde,
Qu'il arrête de lécher le cul des patients. On voit bien que celui là va pas me tuer.

Allez c'était parti pour le speech habituel de psy presque convaincant.

-Bonjour, je m'appelle docteur Roméo Johnson, psychiatre, diplômé de l'université d'Oxford, major de promo pour la précision et je suis là pour vous aider. Je ne juge pas, je vous laisse parler et pour les muets je pose les questions et on y réponds

- Chris c'est ça ? J'ai repris
bien qu'il l'eut un numéro de patient j'allais l'appeler par son prénom et puis Chris c'était joli
- Sais tu exactement pourquoi tu es ici ?
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 65
MIROIR : Jake Cooper
IDENTITÉ : Aelig
A DÉBARQUÉ LE : 03/08/2016
FORCE : 293
avatar
Chris Harper

MessageSujet: Re: Il faut une première à tout [Roméo]   Lun 2 Jan - 15:04

Alors que la porte s’ouvrait, j’essayais de me relever, mais le garde ne m’en laissa pas le temps, me repoussant sur ma chaise. Depuis mon arrivée ici, je n’avais pas fait de vagues, je n’avais pas eu de gestes déplacés, aucune remarque sur mon comportement. Alors pourquoi me repousser ainsi ? Je n’avais pas essayé d’agresser le psy juste de me relever ! La réaction du psy m’étonna. Il demanda au garde de me laisser et de partir. Le ton était sans appel, c’était un ordre ! Première information sur ce psy, il avait pas l’air de rigoler ! Et j’avais plutôt intérêt de filer droit, il ne semblait pas y aller par quatre chemins !
« Me…merci. »
Il me fit ensuite un petit discours sur lui. Qu’est ce que j’en avais à faire qu’il soit majeur de promo ? De toute façon je n’avais pas choisi de le rencontré, de lui parlé ou quoique ce soit ! Donc qu’il soit premier ou dernier peu m’importait. Il ne juge pas, …., mouais j’y croyais pas beaucoup ! devant peut être mais ensuite il devait bien juger !
« Oui c’est bien ça … vous allez me faire quoi ? »
Je commençais à paniquer. Des bruits de couloirs, il y en avait ici aussi. Et sur les psy il y en avait des tonnes il suffisait de tendre un peu l’oreille pour les entendre. Et j’avais tendu l’oreille. Certains psy semblaient être sympas, d’autres beaucoup moins. Mais je ne savais pas de qui ils parlaient car ils ne citaient pas directement leur psy respectif, au cas où un garde ou celui-ci passe par là surement !
Des bruits circulaient sur des traitements imposés, sur des violences … je n’étais pas fou ! Je ne voulais pas servir à quoique ce soit pour les psys qui sont ici ! Mais aurais je le choix si ça arrivait ?
Pourquoi étais je ici ? Oui je le savais pertinemment, lui ne le savais pas par contre. Il pensait avoir à faire à une simple dépendance à la drogue et à une dépression, mais ce n’était pas tout. Il n’était pas au courant comme personne ici que j’avais violé une fille et que je m’en voulais énormément !
« Oui je sais pourquoi je suis ici. D’ailleurs depuis mon arrivée on me donne des médicaments, vous avez la possibilité en tant que psychiatre de décider si je dois en avoir ou pas. De faire les ordonnances. Est-ce … est ce que … vous pourriez m’enlever les miens ? Je ne souhaite pas en prendre. Je n’ai pas besoins de tout ça…. »
Je baissa la tête une fois ma demande effectuée, je m’opposais à la décision d’un de ses confrères, allait il m’autoriser à arrêter toutes ses pilules qui me shootaient du matin au soir ? J’en doutais, mais depuis mon arrivée ici je menais la vie dure aux infirmiers qui voulaient que j’en prenne, je refusais systématiquement de les prendre. Je ne ressentais pas le besoins d’en prendre, de me shooter, je n’avais pas de problèmes de comportement ! Enfin pas pour le moment. Je me reculais à présent de lui, ayant peur de ce sa réponse, de ce qui allait se passer ensuite. Nous étions toujours dans le couloir, je pourrais donc partir à tout moment, la porte du service étant restée entrouverte je n'avais besoins de personne pour en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 245
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : shiya
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 990

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Il faut une première à tout [Roméo]   Sam 11 Mar - 22:27

Je n'étais pas du genre direct comme ça. Mais c'est toujours la même chose avec les gardes, ils s'attardent devant votre porte avec le patient alors que ils doivent juste le laisser rentrer. Je sais pas ils veulent m'espionner ou quoi? Je sais que les rumeurs sur les psys sont nombreuses concernant leurs méthodes, les violences et toussa toussa mais bon c'est notre problème ok ! On fait ce qu'on veut avec nos chéris de patients.

Le petit Chris avait l'air tellement inoffensif. Léo, mon double diabolique se serait fait une joie à le torturer et qui sait peut être qu'il s'y mettrait un jour.
La question du patient m'a fait éclaté de rire. Tellement que j'avais surement l'air très débile en mode je suis mdr devant lui. Allez faut que je reprenne mes esprits.

-Désolé, la question est drôle parce que généralement les patients n'ont pas peur des psys et de leurs menaces et ne posent alors pas ce genre de question. Du coup ça me fait marrer. Mais t'inquiète pas, je rigole souvent aux blagues nulles.

Oui balancer de la merde, est aussi un de mes passe temps favoris. Toujours s'emporter Roméo, toujours ouais.

-Je ne veux rien te faire de spécial. Juste mon job, c'est à dire te poser des questions soulantes pour que t'y répondes car c'est censé t'aider. Le but étant que tu sortes un jour d'ici. Si le cas le permet, bien sur. Si t'es un psychopathe, on va éviter ouais.

Le type en face de moi m'énervait déjà. C'est quoi ça ? Il ne sait pas répondre à mes questions correctement ou quoi. Et il les évite en plus de ça ! Et puis il me sort un speech sur les médicaments mais whaaaaat, on est où ici. Chez les fous ? Je crois bien que oui.

-Déja avant de me demander toute chose, on répond à mes questions, très cher ami ! Ce que je veux demander par pourquoi tu es ici, c'est pas de crime ? Pas de grosse bêtises ni rien ? T'es PAS dans un hôpital psychiatrique parce que t'es juste tout tristounet, t'as forcément fais quelque chose.

Oui j'avais tendance à négliger la maladie de la dépression. Pour moi, ça ne comptait pas. Les dépressifs, j'avais pas la patience avec eux. Alors avec ce nouveau qu'est ce que ça allait donner oh my god, je n'étais pas sorti d'affaire. Bon la dépendance à la drogue comme symptôme allait peut être pimenter les choses ouais si ça se trouve.

-OK. C'est quoi ce chantage. Je suis pas ton dealer, ok, je suis ton médecin-psychiatre. Tu fais pas nimportequoi avec moi. C'est quoi le problème avec les médocs ? C'est pas bon à prendre ? Je t'en prescris des aromatisés à la fraise alors ? Ou alors tu penses que ça ne t'aide pas c'est ça ? Parle et crache le morceaux please.
J'étais direct avec lui. Je perdais déjà les pédales. Désolé Chris, j'espère ne pas te faire passer un sale quart d'heure.

-et puis qu'est ce que tu fous encore dans ce couloir ! Mais rentre dans ce bureau !
Je l'ai alors tiré par la manche.

-Sur le divan. Maintenant. Tout de suite. Début de la séance.
J'étais direct.
Et puis mes méthodes avec les patients n'allaient pas être les plus douces. Préparez vous au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il faut une première à tout [Roméo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut une première à tout [Roméo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» faut-il condamner a tout prix le populisme revolutionnaire?
» La cuisine, c'est comme l'amour, il faut goûter à tout pour reconnaître ce qui est bon. ♠ Sytry J. Ansom
» [PV] Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit... ni tout ce qu'on lit {Leevo}
» AUSTIN ▼ il faut de tout pour faire un monde, il me faut toi pour faire le mien.
» Pour parler de soi, il faut parler de tout le reste. ♦ Jack&Aby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-