AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Still on your back ×Roméo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Still on your back ×Roméo   Lun 5 Déc - 22:23



❝Still on your back❞
Roméo & Isak

Parce que tout le monde n'est pas comme toi Isak La phrase fait pencher la tête. Désigne l'incompréhension. Dequoi? Dequoi? Personne n'est comme lui. Bien entendu. Too Hot pour la majorité des autres membres du personnel ici... Même si certains se défendent bien ceci dit. Mais ce n'est pas le sujet. On parle pas de physique ici. On ne parle pas du corps mais de l'esprit, des idées. Ça fait froncer les sourcils. Il n'est Peut-être pas le meilleur psychiatre ici mais ce n'est pas ça, si? Il n'est pas le pire. Isak cherche vraiment à soigner les patients, pour certains. Les questions sont réalistes, les idées sont bonnes. Mais est-ce que c'est le cas de tout le monde? Pas certainement. Pour sur. Certains sont plus touchés que d'autres. Et ça marche pour les patients mais très certainement pour les psychologues. Et oui et oui c'est logique non? Quand on est dans une maison de fous ce n'est pas seulement pour faire papier peint. Mais non, on fait partie des meubles aussi. C'est d'une logique imbattable! Ne mentez pas, c'est une logique que l'on ne peut pas démentir. On ne peut pas devenir psychiatre sans avoir un grand secret à cacher. Un grand secret psychiatrique. Vous ne choisissez pas vraiment volontairement d'aller bosser dans la maison de fou... Nan en vérité c'est moins sain d'esprit que ça. Vous êtes ici pour une bonne raison. Parce que vous pourriez certainement être de l'autre côté du block, attaché par une camisole ou se maudissant pour avoir taper la petite fée magique.

Et c'est ce qui l'avait poussé hors de sa chambre le petit Isak. Enfin petit. Huhu... Le grand Isak d'un mètre quatre-vingt-dix qui était déstabilisant lorsqu'il vous regardait de haut... Voilà, c'est ce qui l'avait poussé hors de sa chambre. Disons qu'après n'avoir rien à faire comme aujourd'hui, rester sa chambre s'apparentait plus comme rester en cellule. Sauf que lui il était chanceux, il n'avait pas les bras entravés, il avait de quoi écouter de la musique et un paquet de clopes à fumer quand l'envie lui prenait. Ce qui au demeurant était un très bon moyen pour attirer l'attention d'un patient. Il le ressortait souvent. Certes ça ne marchait que sur les fumeurs, mais au moins ça marchait sur quelqu'un/quelque chose. Savez on est jamais trop sûr pour certaines personnes. Bref, c'est ce qui l'avait poussé en dehors de sa chambre, bien plus loin que le petit block et le jardin dont il se contentait habituellement. Il trainait dans l'aile des hommes. Des patients hommes au demeurant. L'idée d'aller voir Seth lui vint à l'esprit. Il la poussa dans un coin de son esprit, ne pas y penser. Seth était mignon. Seth n'était pas à voir lorsque l'on était psychiatre et capable de baiser tout ce qui bougeait. Note que Seth est mignon au passage... Enfin bref, Isak avait continué sa roure un peu. Histoire de tomber sur un de sa "team". Il était de dos, près d'un patient à en juger par ce qu'il voyait. Et apparemment son comportement n'était pas... Des plus sain? Son esprit déraillait? Oh il n'était jamais sûr avec lui. « Qu'est-ce que tu fais gamin? »
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 345
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : nebula
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 1299

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Lun 19 Déc - 16:10

J'espérai réussir à remonter la pente. A réussir à nouveau à me pencher correctement sur les dossiers de mes patients, comme avant. Mais rien n'était plus comme avant. Avant, j'étais un brillant étudiant diplômé de la faculté de médecine spécialisation psychiatrie d'Oxford. Tout les profs étaient ébaillis par mes thèses, mes écrits, mes analyses sur la maladie. Personne ne connaissait mon lourd passé. Personne ne savait réellement qui j'étais. Et puis là, j'étais revenu à Ostrov, tout joyeux de revenir dans ce lieu que j'avais adoré. Je reste d'ailleurs le seul patient à avoir aimé ce super lieu. C'est peut être pour cela que je suis bizarre. Parce qui veux revenir ici ? Les patients sont nombreux à faire des crises d'angoisses parce que l'enfermement ne leur convient pas. Certains commencent à arracher le papier peints. Nous, on essaye de les calmer, des les mettre sur le divan et de leur poser des questions. Mais alors qu'au début, j'étais persuader que l'équipe d'Ostrov pouvait les soigner, aujourd’hui, je sais que moi, en tout cas, je n'en suis plus capable, tous sont des cas désespérés et moi avec.
Mais bon, être un cas désespéré, ça, je le gardai pour moi. Fallait que personne ne le sache. Je me plais bien ici et je ne veux pas y partir mais pas non plus y être transféré en tant que patient.

Je restai pour l'instant le psychiatre Roméo Johnson ( Léo pour les intimes quand ce type horrible refait surface) et puis je suis psychiatre parce que je porte une blouse blanche et que l'on m'enferme pas dans une pièce (ou du moins pas encore).
J'errais donc dans les couloirs. Léo m'avait obligé à finir cette bouteille à la pause de midi. Super, l'esprit clair alors que je m'étais rendu dans les chambres des hommes. ( pour faire des trucs pas catholiques avec mes patients ) mais non Léo pas ça ! Pas ça du tout !
Bref, je reprend, ce débile m'a coupé. J'étais chez mes patients pour une visite de contrôle pour ceux qu'on évite de sortir même pour aller dans les couloirs. Ca s'est relativement bien passé malgré le fait que je n'ai parfois pas d'autorité et qu'il n'y a rien à faire, avec l'un d'eux d'ailleurs, ça a finit en bataille de polochon.


Maintenant, j'errais dans les couloirs, je me sentais pas bien. Léo était entrain de me traiter de tout les mots parce que je n'avais pas fait ce qu'il voulait que je fasse. C'est à dire de me taper le joli blond ou la jolie brune de l'étage d'en dessous. Et puis j'étais vulnérable à cause des trois verres de vin de midi.
Et bam que ce con de Léo m'oblige à me cogner contre un mur. Je lui marmonne des injures. Ouf qu'il n'y est pas de patient.
J'ai un mal de tête horrible. Fuck je déteste ça.
Je trébuche ensuite par dessus mes pieds parce que je sais pas marcher. J'ai vu noir pendant quelque seconde, j'ai gueulé à Léo d'arrêter ça mais quand je gueule ça ne sert à rien. Donc rien à faire.

J'ai rouvert les yeux et j'ai vu un mec qui avait l'air d'un psychiatre, le vieux en tout cas. Un vieux sage peut être. J'étais par terre et il me demandait ce que je fais.
Je sais même plus qui c'est exactement, je parle pas trop au personnel.
-Je, je sais pas ce que j'ai....je crois que je suis pas au top de ma forme , j'ai bredouillé immédiatement
Les voix continuaient dans ma tête enfin celle de Léo. J'espère que la prochaine étape ne serait pas une crise d'angoisse. Ne m'emmenez pas dans le bureau d'un psy , please !
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Lun 19 Déc - 22:26



❝Still on your back❞
Roméo & Isak



Isak pencha doucement la tête. Les gens ici étaient bizarres, n'est-ce pas quelque chose de logique en fait? Bien entendu que les gens ici étaient bizarres ici. On était dans un asile. Enfin, ils étaient bizarres aussi surtout dans cette partie du bâtiment. Le couloir des hommes, le couloir des fous en l’occurrence. De ceux qui assument mais aussi de ceux qui n'assument pas. Enfin, les gens étaient obligatoirement bizarres ici. A part. Et voilà le fait qui va tout changer... Ceux qui avaient leur pas accroché à la poitrine. On les reconnaissait parce qu'ils avaient souvent une blouse blanche, parce que c'étaient les médecins. Le fait est qu'ils étaient censés être les sains d'esprits. Voilà. Ils étaient supposés. Toute la team ne l'était pas. Isak pencha de nouveau la tête. Blouse blanche, jolie gueule, jeunesse, c'était bien un médecin. Si lui n'avait pas sa blouse parce qu'il ne la portait jamais, on le reconnaissait, parce que ça faisait cinq années qu'il traînait sa carcasse entre les murs. La jeunesse il était pas contre. Disons que quand on avait moins de 25 ans il fallait pas vraiment rainer dans un asile. Parce que la santé mentale déjà pas encore assez forgée par la vie ce n'est pas vraiment une bonne idée d'aller regarder, d'aller soigner des petits petits patients. "Petit petit ours brun! Amène nous des gentils petits patients très sains!" Enfin, l'idée est sympa. Le sang jeune ça l'est un peu moins. Mais on fait avec!


Isak tenta de remettre ses lunettes en place avant de réaliser qu'il ne les avait plus sur le nez. Il leva les yeux au ciel face à sa propre stupidité et mit un espoir sur le fait que le garçon ne l'ai pas vu. Espoir espoir lorsque tu nous tiens... D'ailleurs sans ses lunettes il avait pensé voir un patient aux côtés de l'homme à la blouse blanche mais il s'était trompé pour sûr. Le garçon était tout seul. Tout seul dans une situation assez gênante. En temps normal elle aurait certainement amusé le médecin, un mur, une personne, une rencontre inattendue, c'est le genre de truc que l'on voit dans ces putains de bêtisiers qui passent à la télé. Mais ici, on avait appris à arrêter de se moquer des troubles cognitifs des gens. Parce que sérieusement, certaines personnes sont touchées par des troubles qui les obligent à rencontrer un mur, à faire des gestes qu'ils ne veulent pas faire. A force vous ne riez plus. Vous baissez la tête, vous approchez et vous aidez.


Si il n'avait pas eu sa blouse, en fait Isak aurait certainement douté. Bordel le gars parlait tout seul. Ouais, ouais Isak le fait aussi. Mais pas de la même façon. Lorsque lui le fait c'est pour se dire des choses du style. "Rah merde j'aurais dû faire ça" ou "Putain t'es vraiment trop on Gallagher..." Il se tapait pas une putain de discussion avec lui même! Oh non pas que le garçon le faisait, enfin il ne le faisait pas non? Rassurez un peu Isak, il est médecin qui rencontre un autre médecin, du moins il espère. Pas envie de ramener la camisole de force. Isak n'aime pas la camisole. Déjà quelque chose avec "de force" dedans ça ne sonne pas très bien lorsque l'on veut prôner la paix, l'ordre et surtout la confiance...


Une nouvelle et sûrement dernière fois l'homme penche sa tête pour regarder le garçon. Il n'a pas sale mine comme aurait pû l'avoir Gabriel la première fois qu'il l'avait trouvé. Nan mais il avait pas l'air tout frais non plus. Ce qui lui fait froncer les sourcils.

«J'vois ça ouais... Tu es pas surmené? Tu fais au moins parti du personnel non? Parce que question move... T'as plus l'air d'un patient un peu atteint. »

Isak pince un peu les lèvres avant de lui tendre la main pour l'aider à se relever. Vas-y saisis sa main bonhomme.


© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 345
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : nebula
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 1299

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Lun 26 Déc - 14:49

Je pense que si je n'avais pas mis cette foutue blouse blanche qui n'est plus si blanche que ça parce que avec les cafés que je consomme à répétition, il m'arrive de trébucher et de les renverser. Même sur les patients. Je sais, je sais , ce n'est pas très gentlemen de ma part alors que je suis censé avoir les bonnes manières comme je viens du pays le plus noble du monde, à savoir Angleterre.
Je me demande tout de même si comme il m'avait pris pour un fou est- ce que ce type m'aurait enfermé dans une pièce et m'aurait demandé de me calmer ? Je ne sais pas ce que je lui aurait fait dans son cas là , je lui aurait brandit mon diplôme de l'université d'Oxford ? En mode, hey mec j'étais le major de ma promo. Bon c'était il ya quelque année ou je sais pas quand à vrai dire, j'ai déjà oublié.
Mais peut être que le type aurait chercher mes antécédents. Il aurait fouillé les vieux dossiers poussièreux d'Ostrov, et il aurait trouvé le dossier de Roméo Johnson, mais pas psychiatre, patient. Il aurait reconnu ma jolie bouille, il m'aurait dénoncé et bye bye l'Anglais.
Mais il était certain que je n'allais pas le laisser faire cela, Léo non plus d'ailleurs. Et d'abord, on le connait pas, on parle pas aux inconnus. Tu te prend pour un enfant sans défense là ? On le bute et c'est tout. Hum Léo tu sais tout se finit pas par la violence. TA GUEULE LEO. Ok... I get it.


Je regardai le type en face de moi. Hum quel âge pouvait donc avoir ce mec ? Je pense qu'il pourrissait dans cet hôpital depuis pas mal d'années. Moi j'en ai passé plusieurs dans ma jeunesse ici mais il était pas encore là. Bon alors c'est qui ce papi de service ? En tout cas quand je suis arrivé ici il ya quelque mois, c'était pas le mec le plus pour venir m'aider et être mon mentor. En fait personne n'a jamais voulu m'aider. Les petits jeunes sont pas les bienvenus, on a compris.

Mais heureusement , le type a accepté de m'aider. Merci c'est gentil, si on avait été dans le monde des bisounours, je t'aurais fait un câlin et on aurait manger des bonbons et du chocolat pour fêter ce sauvetage.
Bon d'accord, de base, l’équilibre n'était pas mon fort. Je sais, mais quand quelqu'un « vous oblige » à vous cogner contre un mur c'est qu'il ya vraiment un problème. Je sais, je sais, vous allez me dire que ce mec n'existe pas , il est dans ma tête, mais je vous jure qu'il apparaît et à chaque fois c'est pareil....


Je sentais son regard sur moi et j'essayai d’esquisser un sourire forcé en mode : « hey mec tu sais je suis pas fou. Je vais pas te foutre mon poing dans la gueule ni te violer tu sais »
Merci, bredouillai-je alors qu'il m'aider à me lever
On aura tout vu. Léo, lui qui détestait passer pour le faible parce que là le preux chevalier docteur était obligé de nous sauver.
Mais bon, avoir l'air louche et rencontrer un autre type du personnel. Not a good idea.
Ce serait peut être plus poli de se présenter avant non ? Lui repliquai-je, avant de passer tout de suite à l'interrogatoire, Mr le psychiatre, je présume. Roméo Johnson.
Il fallait bien qu'on rattrape le coup, moi et Léo alors on a pris notre air hautain. Face à ce type qui se posait des questions sur notre move.
-Surmené, ça doit être ça, mais les vacances c'est pas trop mon truc, tu sais, nul part où aller, pas de famille, pas d'amis et encore moins de copine... J'préfère skoitter ici. Et puis mon move, j'prenais des cours de hip hop mais visiblement je dois avoir perdu. Quoi que, j'ai fais de la danse classique aussi quand j'étais jeune. Demi plié, les pointes et toussa toussa, tu vois le genre je pense.
Éviter les questions spéciale et le « t'as plus l'air d'un patient atteint ».Voilà ce que j'essayai de faire.

-Et toi t'es qui alors ? Le sauveur des cascades du couloir. Et t'inquiète moi j'suis clean, j'vais bien, pas de stress, les patients, c'est eux qui sont atteints pas le personnel voyons, où irait le monde sinon ? Le premier mec médecin que je vois ici atteint, j'préviens, il vire !
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Mar 27 Déc - 11:42



❝Still on your back❞
Roméo & Isak
Yep... Yep! Yep! Yep! Les gens dans cet hôpital qu'ils soient patients ou bien employés sont bizarres. Ouais certes ce n'est pas une surprise, voir au contraire c'est quelque chose dont on se doute particulièrement. On se le doute quand on fait parti du personnel en fait. Parce qu'en temps que patient... Déjà Isak n'avait aucune idée de comment on pouvait réagir face à ce genre de situation... Déjà ça dépendait de votre maladie. Ouais, la réaction n'était clairement pas la même. Mais là, si Isak restait particulièrement stoïque, Certaine personnes pouvaient partir en rires nerveux voir en réels fou-rire... L'humour ça a toujours été quelque chose de douteux chez le médecin. Mais le sens de l'humour de certains lui parait aussi creux qu'une noisette pourrie. Quelle comparaison... Bravo doc, très intelligent et très utile en l'occurrence. Question ressort scénaristique, ramené la noisette pourrie dans l'histoire va faire totalement explosé les scores. Putain... On s'écartait du sujet actuellement, non? Oui, si, si. Parfois on pose des questions rhétoriques, ne vous sentez pas obligé de réfléchir, de pensé à une réponse... Croyez ça ne sera jamais une bonne réponse. Parce que là, actuellement Isak réfléchissait sur la possibilité que le garçon soit un patient. Et ça ne sonnait pas si faux dans son esprit.

Et bien et bien... La jeunesse dans cet hôpital avait toujours le don de le faire soupirer. Pourquoi? Ah parce que pour vous une personne de 25 ans, tout droit sortie des études avec simplement les théories en tête est capable de gérer des personnes avec des problèmes si profondément ancrés dans leurs âmes? Il n'ont pas de vécu, pas d'histoire des plus dramatiques ou de sang et de larmes dans leur passé. Ils ont simplement les textes, les théories en tête, les idées qui sont si concrètes, qui paraissent Intéressantes, qui font soupirer le plus vieux. Bon... Et de plus une personne qui se prend des murs! Comment diable voulez vous qu'il ai du respect pour ces personnes là après? Pardon, emportement. Ce n'est pas ce Qu'Isak voulait dire. Il respecte les gens qui prennent cette filière du métier... Oh ce n'est pas la plus simple. Au contraire, confronter des gens qui sont mentalement déséquilibres, des gens violents ou totalement perdus... Mais... Voilà, voyez la crédibilité du garçon venait d'être sérieusement entamé avec une rencontre assez soudaine avec Jose le mur... Hell yeah... Le garçon saisit sa main et en une pression il était de nouveau debout. Sur deux pieds. Position qui semblait bien différente de la première impression qu'avait eu Isak. Jeez, c'était presque comme quelque chose de faux. Est-ce que vous êtes sur que tout va bien?

« Gamin... C'est le plus mauvais mensonge que l'on m'ai servi sur un plateau. Je ne sais pas si tu me prends pour un con ou si toi actuellement tu es assez con pour croire à tes conneries, je veux bien croire que t'as pas de famille, que tu traines dans le coin, OK, je vois, je saisis, c'est ce qu'on fait tous... Mais ton histoire de danse... Oh s'il te plait gamin quoi. J'croyais être assez vieux pour ne plus entendre des conneries pareilles... »

Isak leva les yeux au ciel en retenant un petit rire. Ça c'est ce qu'on apellait de la vitalité nan? Enfin... C'était ça la vitalité ou pas?

« Jesus kid... Si tu pouvais parler moins vite tu serais peut-être plus abordable. Un, la réponse c'est Isak. J'suis Isak et oui j'travaille ici... Et si tu lâches des conneries pareil sur le personnel atteint... » Isak rit amèrement. « Alors ça doit pas faire bien longtemps que tu te trimballe entre ces murs gamin. Parce qu'ici rien n'est ou noir ou blanc. Tout n'est que nuances... »

© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 345
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : nebula
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 1299

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Dim 8 Jan - 17:52

J'étais le sang frais d'Ostrov au niveau du personnel et j'en étais fier. Bien que les vieux schnock du genre le type devant moi actuellement, ne supportaient pas les gens comme moi. Oui dès qu'on est encore dans la vingtaine on est pas bien vu par ces snobs. Oui, ici c'était bien la lois de la jungle à Ostrov entre les membres du personnels. Déjà qu'on faisait nimp avec nos patients alors entre le personnel lui-même je vous dit pas la catastrophe. Ostrov ça peut devenir très vite votre pire cauchemar dans certains cas. Pour moi, ça va encore, ça ne va pas tarder à l'être si dans les prochains temps je ne me ressaisi pas pour faire ce combat entre moi et moi-même. Au moins, je l'admet, c'est déjà bien.
N'empêche que ce type avait l'air intelligent pas comme le reste du personnel incompétent que j'avais croisé auparavant. Il était déterminé à savoir ce qu'il me passait par la tête. Tout comme cette Nirina l'autre jour. Punaise, ils ont vraiment des têtes de psys, moi pas du tout au contraire. Et dire que je souffrais dans ma jeunesse d'être un intello, à présent plus du tout, je passe pour le débile de service. Ma vie est toujours aussi classe. Bientôt on devra me soigner de la dépression parce que j'ai 27 ans que je suis à moitié fou, que j'ai jamais eu de petite copine, que je n'ai pas d'amis et que je suis du genre super timide. Heureusement que depuis que Léo pointe le bout de son nez ça ne l'est plus, je peux balancer toutes les best conneries du monde. Au moins, ça me permet de faire semblant de me défendre dans des situations comme celles-ci.
Je l'aime quand même mon ami Léo vous savez, juste pas quand il me fait perdre le contrôle ou quand il me fait faire des bisous aux murs. Oui, je cherche de l'affection amoureuse tellement désespérément que maintenant, je me tape des murs comme réconfort. Oui c'est très nul.

Le mec en face de moi. Isak pour être plus précis, avait ses petites manières. « Gamin » ouais c'était original mais j'approuvai. Pour une fois que quelqu'un du personnel me parlait, ça n'arrivait pas souvent. Ma sociabilité, ouais, elle est très réduite.

-Mon vieil ami, mes histoires sont tellement intéressantes et extraordinaires que tu ne veux même pas les croire ? Roh, je suis un peu déçu. Toi t'as pas quelque chose de marrant à raconter. Hum, je saisis c'est peut-être pour ça que l'on dit que j'ai un super sens de l'humour.... Je te donne des cours if you want ! Faudra que tu me dise si les mensonges que t'as eu sur plateau étaient bons à la dégustation , c'est bon à savoir !

Ça y est j'avais osé rentrer dans le jeu de mon ami le psychiatre. Il ne fallait pas que ça dégénère. Sinon, je savais comment ça pouvait terminer. Léo ferait son apparition, sans que je le veuille et le vieux finirait par terre.

Je continué à sourire à Isak, oui je devais avoir l'air d'un mec totalement débile. Rien à faire, avec mon super humour , il était trop tard pour que je me rattrape.
Il trouvait que je parlais vite, bien vu, il avait vite remarqué un de mes défauts. Bravo détective Gallagher.

-Ouais, la vitesse, c'est mon truc, mais t'inquiète, j'ai pas souvent été bourré sur l'autoroute. Ça fait quoi d'ailleurs d'être à Ostrov depuis un bout de temps ? C'est la fête ? J'ai pas vraiment compris le truc des nuances. Accessoirement.
Ce mec avait l'air tout aussi bizarre que moi. Sauf qu'a ma grande surprise, il ne m'avait pas encore diagnostiqué. Mais je l’appréciai tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Lun 9 Jan - 7:08



❝Still on your back❞
Roméo & Isak
Si la situation aurait pu dégagé un magnifique sentiment de malaise, un truc bien certain et bien violent, bizarrement ce n'était pas le cas. Ou du moins pas entièrement. C'était du malaise mais à petit degré. Certainement parce que le garçon en face de lui savait utiliser son humour à gogo. A gogo... Urf l'expression de vieux c'était logique en fait qu'il utilise le terme "mon vieux". Disons que ça sonnait mal pour Isak il était écrit sur son visage, sa barbe ou bien ses tempes qu'il n'était plus très jeune... Mais après tout c'était pas si grave non plus. C'pas comme si il allait faire une crise cardiaque en plein milieu d'Ostrov. De préférence c'était pas à faire. Mais il aurait pu, en l’occurrence face à une telle magique petite entrée fracassante en matière de la part du garçon faire une crise de rire. Du moment qu'il refaisait pas une crise de panique. Disons qu'au moins une crise de rire ne débouchait que rarement sur une crise de panique. Il en avait déjà fait plusieurs depuis qu'il était ici, c'était suffisant à son bonheur. En plus devant un gamin qu'il voulait réprimander. Buuuh... Paye ta crédibilité!

Isak rit doucement devant le garçon. Mais c'est qu'il était plus intéressant que prévu en fait!

«Urf... Déjà avec l'emploi du mot vieux tu pars dans les points négatifs gamin... Puis, franchement, les cours d'humour... C'est pas que tu m'as pas l'air d'être une valeur sûre mais sincèrement, je pense que je peux m'en passer... Adorable de faire la proposition. Et pour ce qui est de tes mensonges... Disons qu'il étaient un peu copieux, un peu étouffant, du style il y en avait trop, t'comprends ce que je veux dire? Un peu moins et ça passait. Sincèrement... »

Isak passa la main sur le bas de son visage, ses doigts caresserent sa barbe et un petit sourire pris place sur ses lèvres. On avait peut-être pas tant perdu la jeunesse que ça. Voyez, le garçon en face de lui avait du répondant, beaucoup de répondant. Voilà qui pouvait être sympa à voir...

Mais le meilleur dans cette histoire qu'il semblait vraiment croire qu'il était mister super doué de la mort qui tue. Et quelque part cette confiance en lui ça faisait sourire Isak autant que ça lui faisait lever les yeux au ciel. Sérieusement, on ne manque pas de culot chez Roméo d'après ce qu'il voit.

«Evites de préférence de finir bourré sur l'autoroute. Je me sentirais capable de ne pas t'avoir arrêter dans ta connerie ici... C'est la fête? Ouais bah excuses moi mais ta une vision de la fête quand même vachement différente de la mienne. T'es allé à des fêtes plus jeunes? Juste pour savoir hein... Nan c'est chiant en fait. Disons que ça dépend des patients que t'as je suppose. Accssoirement? Laisses tomber tu dois être daltionien refoulé... »

© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 345
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : nebula
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 1299

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Sam 11 Mar - 21:56


Je ne savais pas vraiment jusqu'à où encore aller avec ce type. J'essayai de sortir toute mes cartes d’humoristes à petit feu avant que Léo se pointe et commence à sortir le grand jeu mais là je vous préviens, ça ne rigolera plus. Ça commencera à devenir menaçant et ça deviendra chiant, désolé Léo. Mais bon, le rire et les blagues pourries, c'est mon alternatives à tout ce bordel de dédoublement de la personnalité.

La barbe allait tout de même bien à Isak, oui je sais je change totalement de sujet mais bon c'est normal je vais toujours ça. Habituez vous putain au lieu de me crier dessus. Ça lui donne un air de père Noël, genre le mec peut utiliser ça en menace avec ses patients : « Hop là vas y réponds à mes questions et je te donne un bonbon ou un cadeau »
ça sonne bien, moi qui n'a plus de méthodes pour les faire parler parce que c'est l'anarchie dans mon bureau je devrais essayer.

-Mince, d'habitude l'humour ça marche bien avec les patients t'as déjà essayé toi ça ? Tu me conseilles quoi comme activités si je suis nul en blague d'ailleurs ? Oh mec mon vieux je sais ! Je te vois trop comme mon life coach, genre on va faire notre petit footing tout les matins avant nos séances, on se chronomètre et tout, et on fait les beaux gosses en faisant des pompes. Ou pire ouais ! Deviens mon love coach ! Comme ça je saurais comment m'y prendre avec la jolie Nirina.
Je lui fais un clin d’œil. Je m'emporte toujours encore. J'exagère et je parle de sa bien aimée. Hehé veux voir jusqu'à où les nerfs de ce petit vieux peuvent aller.
-De quel mensonges parles tu ? Déclarai-je choqué comme s'il ne s'était évidemment rien passé.

Ding ding clic clic. Le mot mensonge avait déclencher quelque chose dans ma tête en mode : « tu as presque trouvé mon secret alors je vais finir par t'attaquer. »

Je crois que les jolies blagues allaient très vite terminer.

-Trop sérieux, je vois. Un jour je t'inviterai toi et le reste du personnel à ma fête d'anniversaire. On pourra faire une pyjama party. Je m'occupe des bouteilles, je pense que c'est visiblement autorisé vu que je … Mince ! Je dois pas te raconter ça héhé, vaut mieux pas, j'ai dis en continuant à sourire. Mes patients se portent bien merci et je pense que je m'en occupe très bien d'ailleurs . Et ouais merci pour l'info, je vais allé passé chez l’ophtalmo quand j'aurais du temps, tu vois, mais je suis surbooké je ne peux pas...

« avoir du temps » la phrase a fait écho dans ma tête et puis tout à changé. La lueur dans mes yeux était différente. Je ne savais pas encore quoi mais j'ai sorti :

-putain je déteste cet hôpital, ce métier et toi aussi accessoirement.
J'ai alors pris mon collègue par le col et je l'ai poussé violemment contre le mur. Léo espérait faire le poids contre le vieux ouais... Hopefully.
-Et là maintenant, j'ai envie de meurtre et de vodka, j'ai finis par lui chuchoté avec un joli sourire sadique.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Mar 14 Mar - 18:24



❝Still on your back❞
Roméo & Isak
Est-ce que c'était grave de devoir retenir une terrible envie de balancer une tête dans le mur. Enfin, la balancer. Une fois. Deux fois. Trois fois. Ups. C'était un accident. Alors c'est normal? Oh pire ne pas répondre à cette question. Isak part du principe que tout ce qu'il fait est "normal" OK. C'est normal non? (Non. La vérité étant que ça pourrait certainement être le contraire même, admettons qu'il n'est pas la normalité même.) Mais qu'est-ce que vaut la normalité lorsque l'on est dans un asile? Et surtout lorsque l'on est fasse à un gamin comme ça? Non mais sérieusement? Il avait été éduqué ce gosse? Même Shanone était plus éduquée que lui alors qu'elle avait vécuee avec l'absentéisme de son père et la haine de sa mère. Veuillez excusez Roméo... Oh Roméo, pourquoi es-tu Roméo? -Voilà. Maintenant qu'elle est faite on peut passer à autre chose- mais question éducation c'était pas ça. Alors la question est, est-ce que monsieur a eu une histoire aussi triste et larmoyante que la majorité des gens ici?
« Te voilà bien drôle... Le fait est que tu dois bien te rendre compte que moi, avec mon petit badge et mes lunettes je ne suis pas un patient non? Franchement l'activité que je te conseille c'est d'arrêter ce métier et de trouver autre chose que ça. Ce sera toujours mieux hein. » Isak soupire en se passant la main sur le visage. « Être vu avec toi c'est pire que d'avoir un ami imaginaire en fait. Toi t'es Milou et moi je suis Tintin. C'est triste hein? » Le ricanement qu'il avait en bouche se coupe plus ou moins. « Wow, t'as cru que l'on était dans un film avec Will Smith et que j'allais jouer l'agence matrimoniale avec toi? Puis, vas falloir laisser Nirina, le docteur Vespucci en dehors de ça hein. Je crois bien qu'elle n'a rien demandé. Roméo. »
Un nouveau et certainement loin d'être le dernier soupir passe ses lèvres. « De ta sale gueule. Le mensonge entier se lit dessus. »
Oui il ne s'attarde pas vraiment sur le sujet Nirina, Isak. Parce qu'il y aurait un petit nombre de choses à dire. Sujet pas clair et incomplet. Elle est incomplète. Et puis, ici, actuellement il y a plus amusant.
« La pyjama party? Sérieusement? Je suis sûr que tu as prévu de tuer tout le monde dans leur sommeil ce jour là à ce moment précis. Franchement si tu ramènes l'alcool, sans mort aux rats ou sans bouchons dans le but de gâcher le breuvage, ouais, il y a peut-être moyen que je me pointé. Qui sait, ça peut être marrant de te voir fêter tes 19 ans pour 5 d'âge mental! Très lucratif! » La mimique agressive passe sur son visage et il regarde le garçon avec plus d'amusement qu'une quelconque colère. Il aime bien le provoquer. C'est facile. Presque trop. « Ah. En fait je m'en fout. »
La phrase qu'il a coupé, comme un imbécile incapable de finir ses pensées laisse à Isak le soin de l'achever. Du moins c'est ce qu'il pense. Arriver au bout du garçon. Holà. Il en a encore en réserve apparemment. Sans trop savoir comment Isak se retrouve coincé contre le mur. La situation a pris une tournure à laquelle il ne s'attendait pas. Pourtant il n'arrive pas à avoir peur d'un garçon aussi peu crédible que celui-ci.
« Oh Roméo? T'es sûr de vouloir faire ça? Me confronter comme ça? Me menacer? Oh champion... C'est bête comme idée. »
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
PILULES AVALÉES : 345
MIROIR : Dylan O'Brien
IDENTITÉ : Romy
CRÉDITS : nebula
A DÉBARQUÉ LE : 27/10/2015
FORCE : 1299

SITUATION : Célibataire personne n'a voulut de moi, mais carrément en manque d'amour & de sexe d'où le fait que saute sur tout ce qui est joli et qui bouge
EST ÂGÉ DE : 28 ans
avatar
Roméo L. Johnson

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Lun 22 Mai - 22:41

Y en avait assez de jouer la carte blague. C'était plus drôle du tout Roméo et ça tu le savais. Y en un moment où faut que ça change pour que tu passes pas pour un con et c'est à ce moment là que moi j'interviens. Ne me demandez pas où est passé Roméo, il va disparaître pendant un moment et je vais m'occuper de son cas. Parce que là, ça ne va plus, se ridiculiser devant un papy cela est hors de question. On passe pour les gamins de service alors que non, avec moi, ya du sérieux. J'aimerai bien que Roméo ou même moi puissent paraître normal mais non, ça c'est pas possible.

Tu sais Léo, faut pas s'emballer comme ça, je suis toujours là moi et je te dis ne pas être normal franchement c'est la classe.

Isak ? Tu veux pas nous aider à redevenir normal peut-être. Être le père que j'ai jamais eut parce que mes deux parents étaient occupés à travailler et ne remarquaient pas que ça tournait pas rond dans ma petite tête. Franchement , je suis sur que notre duo père-fils arracherait du tonnerre.

-Ouais, tu rêves pour que j'arrête mon métier. C'est juste une baisse d'énergie, ça va passer. Tu veux pas de me donner des cours ? Qu'on revoit les bases ensembles. Parfois, il m'arrive de diagnostiquer bipolaire quelqu'un au lieu d'amnésique . On a trop de termes en médecine purée, je mélange tout quand même. Je regrette d'avoir fait des anti-sèches à l'époque.
-Je le trouve cool Milou, j'ai rajouté, c'est un chien intelligent, Tintin il fait parfois des gaffes quand même, le chien jamais.

C'est quoi cette comparaison bizarre ? Isak il voit pas que j'essaye de m’intéresser à lui et de m'en servir à mes fins. Ouais c'est ça la manipulation franchement j'adore.

Sauf que là il y a l'effet inverse, Isak est entrain de se foutre de ma gueule. Je bouillonne intérieurement même si Roméo lui ne sait absolument pas se défendre, quand il s'agit de se laisser faire il est là.
-Et toi t'as cru que personne ne vous a calé là avec Nirina ? Je suis peut-être bizarre mais j'en vois des choses mon ami. Ou alors soyez plus discrets.
Moi qui déteste les couples, les voir fricoter ou entendre je ne sais quelle rumeur sur ces deux là, ça me soûle. Je suis de la team célibataire moi, les gens amoureux je les comprend pas vraiment.
- Mais c'est chou, tu es prêt à la défendre.


Le « de ta sale gueule » me fit froid dans le dos. Tin, il se croit où celui là. Je suis pas le pépé d'en face qui râle parce qu'il a mis une branche dans mon jardin et que du coup ce sujet est propice à un débat terrible. Non là il s'agit de je ne sais même plus quoi.

-Wow, faut se calmer là un, je savais pas que les vieux c'était aussi violent. On t'as pas appris à ne pas dire de gros mots quand t'étais jeune ?

Ça allait partir en vrille. Je le sentais.
-Parce que sinon, j'ai repris, c'est toi qui va devoir fermer ta gueule.


Bah quoi ? Elle est pas bien l'idée de la pyjama party ? Je trouvai ça carrément classe moi.
-Pour info, j'en ai 28 et pas 19 mais au moins je n'ai pas de poil gris moi.
J'avais l'impression d'être un gamin de CP qui s'engueulait avec un CM2 franchement, on devait être pitoyable à voir.

Pourtant, je n'arrivais pas à lui inspirer la peur et cette idée , je ne la supportai pas. Il fallait que je réagisse que je trouve quelque chose et vite.

-Je fais pas peur alors ? , j'ai ensuite dis, tu penses que je dois aller ranger mon costume d'halloween?

J'ai eu une mine triste.

-Dis au revoir à Roméo de ma part au passage.
Bim bam badaboum. Comment tout embrouiller dans l'esprit de mon cher client. Bye bye Roméo et n'oublies à ta place je gère.

Je me suis approché du Gallagher et je lui ai flanqué un coup dans le ventre.

-J'ai essayé d'y mettre ma force je ne sais pas si ça a marché.

Prochaine étape : l'éclater contre le mur. J'en mourrais d'envie, je ne veux pas le tuer non. Je veux juste m'amuser. Yes, I'm bad, just for fun.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1062
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Blue Walrus
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3605

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   Jeu 15 Juin - 18:45



❝Still on your back❞
Roméo & Isak
Quelque part, papy Gallagher il était super heureux de n'avoir eu que des filles. Vous imaginez vous? Un garçon comme Roméo ? Disons que ça doit pas être fun tous les jours pour les parents. Ça doit même pas être cool d'entendre son prénom. Du style. "Roméo? Quoi encore Roméo? Putain nooon pas aujourd'hui. C'était le dimanche sympathique en famille..." Bon. Il n'a pas eu d'enfant comme Roméo mais ça ne l'a pas empêcher de ne pas faire des dimanches sympathiques en famille. Quand on a une famille aussi merdique que celle d'Isak on ne fait pas des bonnes soirées américaines clichées. La famille Gallagher avec en plus un Roméo sauvage. Bruh. Bra. euh... Ça fait frissonner par l'idée mortelle en fait. C'est pas très sécurisé comme plan. Ça pue un peu. Du style. La famille qu'il faut a tout prix éviter. Roméo. voilà qu'avec tes simples paroles tu fais peur à Gallagher. Champion.

«Ok donc je suppose que pour toi l'expression "avoir eu son diplôme dans un kinder surprise" s'adapte plutôt bien non? Bordel. Je plains un peu tes patients quand même hein. Non parce que déjà si tu parais stupide devant moi qui suis adulte et stable, ça doit être quelque chose pour tes pauvres patients. Ils sont pas terrorisés? J'suis sûr qu'au final ils veulent plus sortir de leur chambre... » Isak lève les yeux au ciel avant de soupirer. Au moins Roméo connaissait Tintin. C'est bien. « Enfin Milou c'est un chien quoi. De base c'est un peu négatif d'être comparé un chien quand tu es humain. »

Oui. Oui oui c'est une petite insulte qui passe en douce. Oui Isak a bien insulté Roméo de chien. Oh non vous ne rêvez pas. C'est juste que notre cher ami Roméo ne semble pas assez réveillé pour comprendre les sous-entendus. Ou alors il a bien compris qu'Isak se paye royalement sa tête et il est au dessus de tout ça pour répondre. C'est assez ironique mais aussi particulièrement drôle à voir. Notre petit Roméo national a qui on retire tous ses jouets, tout ce qu'il aime. Han. Pauvre chou. Perdu face à l'adulte. « Et alors? C'est quoi le problème si j'ai un truc avec Nirina? Quoi t'aurais aimé l'avoir pour toi? T'es jaloux? Calme toi gamin, je crois que t'arrive trop tard. C'est pas un jeu tu sais. Si t'es nul c'est parce que t'es nul. » Isak secoue la tête quelques instants. Même lui n'est pas trop sûr de ce qui se passe avec Nirina. Mai une chose est sûre, il sait ce qui se passe ici. Et ce n'est carrément pas bon. « Ça s'appelle le respect bouffon et du respect pour elle, j'en ai. »

Isak hausse un sourcil. Sérieusement? Il hausse poser la question? Il hausse demander la question de politesse. Quelle ironie. Ironie si parfaite que le psychiatre lui ferait bien manger ses cheveux simplement pour le plaisir de le voir s'étouffer. « Oh, j'ai appris plein de choses quand j'étais jeune. Mais aussi la notion de respect Roméo. Et je crois que le respect c'est ce genre de truc que t'as oublié nan? » Un rire s'échappe de sa gorge. « Oh, c'est une menace? Tu me menace Roméo? Toi et ton corps de lâche? C'est drôle. »


La surprise doit se lire sur son visage lorsque le garçon dit son âge. Euh. Ironie 2.0 je vois tes petits yeux perçants dans le coin. « 28? 28 sérieusement? Mais faudrait penser a prendre des hormones de croissance alors! Je serais presque capable de t'offrir de la virilité tellement t'en manque! »
Isak aborde un petit sourire narquois en frappant dans ses mains avec un petit rire. Oh. Roméo. Roméo Roméo. dans quoi tu t'es fourré?
-Dis au revoir à Roméo de ma part au passage.
L'incrédulité passe sur son visage. Parce que là... Vraiment? Incompréhensible. Le brun fronce les sourcils en posant ses yeux sur l'autre. Mais ce qui se passe après. Le garçon s'approche pour le frapper dans l'estomac. Un grognement s'échappe de ses lèvres tandis qu'il vient tenir son ventre quelques instants. « J'étais gentil avec toi et toi tu me frappes? » Quelques instants pour récupérer et le voilà qui attrape le devant du vêtement de Roméo. « T'as vraiment fait le mauvais choix. Tu sais ça? »
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Still on your back ×Roméo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Still on your back ×Roméo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: Men's corner :: The Hall-