AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Carrying of someone you don't know∆ Héloïse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Sam 3 Déc - 11:53



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak

Il n'est pas si tard que ça. Et pourtant ça a de quoi dérégler tout un planning. Quelque chose déjà construit qui va devenir bancal suite à une simple erreur de parcours. Pas grand chose, juste assez pour faire douter. Ce n'est pas son style. Être le gars chiant sur les horaires. Quand on demande une fourchette il donne large. C'est pas comme si les gens ici avaient autres choses à faire. Pas comme si ils avaient autres parts ou aller. Oh, ça pourrait être bien pour eux, un endroit où penser, un endroit où vivre. Isak n'était pas convaincu. Pas convaincu que cet endroit pouvait être comparé à une vie. Si la solitude d'une âme ne le frappait pas en plein coeur, le manque de vie pour certains étaient plus que flagrant. Mais ça avait toujours été comme ça non? Depuis le temps qu'il avait été là. Les choses ne changeaient pas. Parce que c'était trop compliqué de changer un système déjà mis en place. Est-ce qu'il s'en plaignait? Non. Ça lui plaisait même. D'être en haut de la chaîne. D'être le prédateur, si la métaphore pouvait s'appliquer ici. Il n'était pas l'enchainé, il était celui qui passait les fers. Vous savez, le pouvoir ça rend malsain. Si malsain on ne l'est pas déjà pour venir bosser ici.

Isak pose son regard sur ses notes, sur ce qu'il doit faire, sur qui il reste à voir. Pas grand monde. Ses yeux s'attardent sur un prénom. Héloïse. Il n'est pas très sûr. Jamais très sûr avant d'avoir pu jauger en temps réel. Jamais très sûr. C'est ce qui fait de lui un psy douteux et qui pourtant réussi. Enfin, nan? Ne répondez pas, ne pensez même pas à répondre. Ça pourrait être très vexant. Et sachant la condition que l'on a dans ses lieux il vaut mieux éviter de brusquer trop les Hommes. Ça paraît être une bonne idée. Ne brusquer personne, ne se mettre personne à dos. Histoire de pouvoir survivre assez longtemps pour sortir d'ici. Parce que si ça paraît simple sur le papier ça fait sourire, ça créé des tensions et ça met mal à l'aise...

Isak soupire en retirant ses lunettes, les posant sur le bureau en face de lui il s'étire doucement en regardant l'horloge. Ça va bientôt être l'heure. Ça va être l'arrivée D'Heloïse. Qu'est-ce que ça vaudrait? Froid et distant? Rapproché et gênant? Adorable et craquant ou alors un mix de ces trois là ? Ou alors aucun de ces trois là? L'anxiété tire les traits du psychiatre. Il espère quelque chose de doux qui ne lui saute pas à la gorge. On toque à la porte. Il relève la tête. C'est elle, bien évidement. « Entrez! »

© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Sam 31 Déc - 0:05

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Depuis que j’étais à Ostrov, les nuits étaient encore pire qu’en Australie, quand toute cette histoire avait commencé. Quand ce n’était pas les terreurs nocturnes, qui réveillaient également toute l’aile de l’hôpital où je dormais à cause de mes hurlements, c’était mes cauchemars qui m’empêchaient de dormir. Adam faisait tout ce qu’il pouvait pour me rassurer, et heureusement qu’il était là sinon je serais déjà morte de peur ici. Entre les patients qui étaient des plus terrifiants, et les nuits qui était des plus sombres, je ne savais clairement plus où donner de la tête. C’était surtout grâce aux infirmiers qui me ramenaient mes médicaments que je savais que nous étions le matin. Je les prenais, toujours docilement, ayant beaucoup trop peur de ce que certains membres du personnel pouvaient me faire. Ils n’étaient pas tous méchants, bizarrement même certains patients étaient gentils. J’avais fini par le remarquer, mais je me méfiais toujours. C’était plus fort que moi. J’avais beaucoup plus de mal à accorder ma confiance depuis que j’étais ici. Je n’étais pas folle en arrivant ici, mais je sentais bien que cet hôpital m’avait changé. Et je n’étais pas la seule dans ce cas, pour sûre.

L’infirmier qui m’apporta mes médicaments était loin d’être un tendre, il me forçait à les prendre alors que d’habitude je le faisais seule. La journée commençait bien. Recroqueviller dans un coin de mon lit j’attendais ensuite qu’un garde m’ouvre la porte et me laisse sortir pour le petit-déjeuner. Etrangement, il fut plus gentil que l’infirmier et me demanda même si j’avais bien dormi. Ce à quoi je lui répondais simplement par un hochement de tête. Il n’était pas méchant, loin de là. C’était l’un des gardes les plus gentils qui se trouvaient ici. Mais je n’étais pas la plus bavarde des patientes. Et heureusement, il le savait. J’allais prendre mon petit déjeuner, assise au bout d’une table, le plus loin possible des autres patients. Je mangeais, du moins picorais dans mon assiette. Mais plus je regardais mon assiette, et plus je me perdais dans mes pensées. Je n’avais de nouveau pas dormi de la nuit, et je me demandais si j’allais en survivre. Mes voisines de chambre devaient me détester à force de m’entendre hurler. Je ne savais même pas qui elles étaient, et je n’avais pas envie de savoir en fait. J’espérais même qu’elles ne sachent pas que la folle qui hurlait, c’était moi. Certaines filles étaient capables de tout ici, même de tuer pour rien. Et je ne voulais pas me retrouver sur leur liste. J’espérais sortir d’ici vivante. Si j’en sortais un jour, bien sûr.

Une main se posa sur mon épaule et je sursautais. C’était le garde de toute à l’heure. Il s’excusait de m’avoir fait peur et me dit que j’allais être en retard pour mon rendez-vous avec mon psychiatre. Je hochais la tête et me levais, me dirigeant vers le bureau de mon psy. J’avais l’impression d’être un zombie alors que je traînais les pieds pour m’y rendre. Je n’aimais pas particulièrement y aller, mais je ne détestais pas non plus. Mais il fallait le faire, alors je le faisais. J’obéissais comme un gentil petit toutou. Le garde me laissait à l’entrée du cabinet, et je frappais doucement, en espérant qu’on m’entende. Quand j’entendais un "entrez !" qui venait de l’autre côté de la porte, je soufflais de soulagement. Il m’avait entendu. J’entrais alors, obéissant encore une fois. Je regardais autour de moi, comme à chaque fois que j’entrais dans ce bureau. Puis je regardais mon psychiatre. « Bonjour… » Et enfin, je m’installais à ma place habituelle. Prête à répondre à toutes les questions qu’il me poserait.

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home


Dernière édition par Héloïse Winchester le Mer 18 Jan - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Dim 1 Jan - 21:09



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak
Isak se passa une main sur le visage. Il aimait bien, avant de se faire une idée sur la personne ne lisant don dossier la rencontrer en vrai, juger ses paroles et ses actes, la voir agir, réagir à des questions plus ou moins prévues plutôt que simplement sourire et hocher la tête parce que l'on sait déjà tout grâce aux notes marquées sur le papier. Mais on ne peut pas faire ça. On ne peut pas trop faire ça, parce que ça ne marche pas à tous les coups. Et que l'erreur de jugement que l'on fait parce que la personne est gentille alors que sur son papier il est dit qu'elle aime égorgé les vieilles personnes, et bien l'erreur est là. Et même si il aimerait ne pas craindre pour sa vie ou bien craindre pour sa réputation, ce n'est pas ce genre de chose que l'on peut juste ignorer lors d'un premier rendez-vous de psy à patient. Alors il l'avait ouvert. Lu dans les grandes lignes, parce qu'il était tout de même bon de savoir de quoi le sujet traitait, de quoi cette demoiselle vivait. Quelle était la chose qui l'avait poussée entre ces murs. Parce qu'elle n'était certainement pas là pour une promenade de santé, ce n'est pas quelque chose que l'on apprécie particulièrement Ostrov. Pas pour des vacances...

Disons que si l'on voulait avoir des vacances reposantes, Ostrov n'était pas le lieu premier à laquelle on pouvait penser. Nan, pas vraiment voir pas du tout. On pouvait actuellement penser à plein d'endroit de destinations mais Ostrov était juste la pierre sur l'édifice du vomissement. Personne ne voulait être ici. A part les psychiatre bien évidement. On faisait ce métier pour une raison, soigner l'esprit des Gens malades. Qu'ils le désirent ou non. En parlant de désir, il leva les yeux vers le dossier pour voir si elle était du genre violente, à ne pas vouloir aller voir son psy... Voilà qui le mettrait dans une position cocasse... Nope! Et ça c'était plutôt un bon point! Disons Qu'Isak ne se voyait pas, il n'aimait pas, se déplacer pour aller chercher les patients qui ne voulaient pas le voir. Ils étaient toujours réticents, incapable de leurs tirer quelques mots autres que "j'ai pas envie de parler" ou encore le jovial petit "tu m'soules". L'homme se passa une main sur le visage. Légèrement anxieux, comme toute les fois où il recevait un premier rendez-vous. Espérons juste que les choses se passent bien...

Elle était mignonne. Du style adorable. Pas du style "ouh elle est mignonne celle qui vient de rentrer dans le bureau, présentons lui le bureau!" Non elle est mignonne dans le style qu'elle lui rappelle un peu Shanone. Ce qui a le don de le faire sourire autant que de baisser la tête. C'est bien la peine d'avoir quitté le continent, d'avoir passé 5 longues années à détourner la tête à l'idée de son nom si c'est pour qu'une adorable demoiselle tout simplement timide pouvait ramener les souvenirs de sa fille. Non pas que l'idée était déplaisante, elle n'était jamais déplaisante, jamais il ne pourrait avoir des problèmes à s'imaginer sa fille. Disons juste que ce n'était pas le bon moment et le bon endroit. Dans son bureau, seul il aurait pu. Mais actuellement il y avait une demoiselle timide qui venait de s'assoir dans le siège un peu plus loin. La timidité se lisait sur son visage et une nouvelle fois Isak sourit. « Bonjour Héloïse! Je suis le docteur Gallagher. Que tout le monde appelle Isak, alors pourquoi pas toi? Comment vas-tu aujourd'hui? »

© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Jeu 9 Fév - 21:17

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Plus le temps passait, plus je trouvais que les jours et les nuits se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. La nuit, c’était les terreurs nocturnes qui m’empêchaient de dormir. Le jour, certains patients prenaient un malin plaisir à me faire peur, à s’amuser avec moi, à leur façon. Evidemment, ils étaient les seuls à trouver ça drôle. J’avais l’impression d’être une enfant qu’on s’amusait à martyriser dans la cours de l’école. En tout cas, j’étais tout aussi fragile qu’une enfant. L’infirmier n’était pas un des plus tendres ce matin, me forçant à prendre mes médicaments alors que d’habitude je les prenais de moi-même, plus par automatisme qu’autre chose. Heureusement, le garde qui était venu juste après, était gentil, lui. Il m’emmena jusqu’au réfectoire et je prenais mon petit déjeuner, isoler de tous. Je regardais plus mon assiette que je ne mangeais ce qui se trouvait à l’intérieur, qui de toute façon était immangeable. Jusqu’à ce que la main du garde de toute à l’heure se pose sur mon épaule, m’annonçant que j’allais être en retard pour mon rendez-vous avec mon psychiatre. Je hochais la tête, me levais et marchais en direction du bureau du médecin. J’étais un zombie parmi tant d’autres, même si d’autres avaient l’air plus vivant que moi.

C’était la première fois que je voyais ce psy. Celle que j’avais avant avait réussi à partir. Chanceuse. Je ne savais pas pourquoi elle était partit, un jour on m’a juste dit qu’elle n’était plus là et que j’allais devoir en voir un autre. Ce jour là, j’avais simplement acquiescé. Ce n’était pas comme si j’avais le choix de toute façon. C’était donc un peu anxieuse que j’avançais vers son bureau, puis que je frappais à la porte. J’attendais d’entendre qu’on me dise d’entrer, tournais la poignée et entrait dans un bureau que je ne connaissais pas. Je regardais rapidement autour de moi, avant de poser mes yeux sur mon nouveau psychiatre. J’avais un peu peur, comme toujours j’avais quasiment peur de tout et de tout le monde ici. Il était âgé, du moins plus âgée que mon ancienne psychiatre. Il n’avait pas l’air méchant, mais je préférais me méfier encore un peu. Méfiante mais pas moins polie, alors je le saluais avant de m’asseoir. Je n’osais pas trop parler, préférant attendre qu’il le fasse, qu’il commence à me poser les questions. Mais il commençait par se présenter, précisant également que je pouvais (ou devais) l’appeler par son prénom, Isak. Je hochais la tête. Ça commençait mieux qu’avec l’ancienne, dont je ne connaissais même pas le prénom en fait. « Si vous voulez, d’accord… » Il m’avait aussi demandé comment j’allais aujourd’hui. « Comme un autre jour à Ostrov… » Je haussais les épaules. « Ça va, je pense. Je n’ai pas dormi de la nuit mais c’est une habitude pour moi, donc ouais on peut dire que ça va. »

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Sam 11 Fév - 1:05



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak
« Comme un autre jour à Ostrov… » Ouais. Bravo Isak. Question con. Plus 20 points pour la team du psychiatre abruti et ses questions de merde. Vraiment. Déjà en temps normal, sur le continent c'était ce genre de phrase que le brun n'écoutait que d'une oreille. Parce que les "ça va" c'est pour prendre la température. Juger de l'État de l'autre. Savoir si lui parler de telle ou telle façon est une bonne idée. Ou juste par pure politesse. Parce qu'en vrai on en a vraiment rien à faire de ce que raconte l'autre. Mais. Voyez, Isak n'est pas comme ça. Et il n'y avait pas d'arrières pensées dans son esprit. Juste cette question... Parfois il se frapperait. Mais se frapper dans un hôpital psychiatrique lorsque vous faites parti du personnel c'est pas vraiment la meilleure idée du moment. « Ça va, je pense. Je n’ai pas dormi de la nuit mais c’est une habitude pour moi, donc ouais on peut dire que ça va. » L'homme fronce les sourcils. Elle ne dort pas la nuit? On lui donne des somnifères non? Quelque chose pour l'aider à dormir? Ou alors on l'oblige à prendre ses somnifères? L'idée d'obliger qui que ce soit le fait soupirer. Mais ce n'est pas à ça qu'il faut penser actuellement. Enfin si bien évidemment faut s'y intéresser tous les jours d'une certaine façon. Si la jeune fille ne dormait pas c'est qu'il y avait un problème quelque part. Isak soupire doucement. « Je suis désolé. C'est une question ridicule pour quelqu'un à Ostrov. C'est juste... Sorti tout seul. »

Best. Excuse. Ever. Tout seul, Isak se serait taper le front avec le plat de sa main. Pour que ça claque. Comme sa stupidité. Elle claque bien elle. Elle claque violemment en mode "bonsoir, je suis la stupidité d'Isak et le fait qu'il parle beaucoup trop pour dire beaucoup de merde. On se serre la main ou on se fait la bise?" TOI. Stupidité d'Isak. Nous t'interdisons de revenir pour cette séance. Parce qu'on va faire flipper la nouvelle patiente du psychiatre. Et c'est une très mauvaise idée. Voyez, c'est sa patiente. Si on la fait flipper, revenir sera un véritable problème pour lui. Et ce n'est certainement pas l'etat d'esprit dans lequel Isak souhaite mettre ses patients. Il veut qu'ils se sentent bien. Est-ce qu'ils sont à l'aise lorsque quelqu'un, le psychiatre, la figure saine, se met à parler seul pour déblatérer un plateau entier de conneries? Non. Certainement pas. Et on les comprend. Parce que... C'est une très mauvaise idée. A part si ils se font un bad trip de discussions imaginaires à plusieurs. Dans ce cas-là c'est plutôt fun même. « Tu ne dors pas donc... On ne te donne rien pour dormir ou alors tu ne prend pas tes cachets? Si c'est une vérité je préfèrerais que tu ne me mente pas... Je n'irai pas balance si l'idée t'effraie. »

© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Jeu 16 Mar - 18:12

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Nouveau psy, ça voulait dire que j’allais devoir tout recommencer, en quelque sorte. De toute façon, avec l’autre je n’étais pas allée bien loin, vu que j’étais toujours coincé ici avec les mêmes terreurs nocturnes, les mêmes peurs, les mêmes cauchemars. Mais déjà, le docteur Gallagher n’était pas comme les autres médecins. Il voulait je l’appelle par son prénom, soit Isak. Alors que l’autre ne m’avait même pas dit son prénom. A l’époque j’avais horreur de ses séances, parce que j’avais l’impression de n’être qu’une folle parmi tant d’autres. Et j’espérais que ce ne soit pas le cas avec lui, pour une fois. Déjà, ça commençait beaucoup mieux qu’avec l’autre qui me regardait à peine. Il me demande si ça va, et je hausse les épaules en lui répondant. Ça allait, comme un autre jour ici. J’avais connu mieux, j’avais connu pire aussi. Il s’excusait, disant que c’était sortit tout seul. Je lui offrais un petit sourire. Ce n’était rien, finalement. Certainement une question de politesse. Si ça se trouve les autres patients lui répondaient qu’ils pétaient le feu, qu’ils étaient en pleine forme et qu’ils étaient heureux. Mais ce n’était pas mon cas, et je savais que lui mentir ne servirait à rien. « C’est rien ne vous en faites pas… » J’ajoutais également que je n’avais pas dormit cette nuit. Je ne me rappelais pas de mes terreurs nocturnes, mais les autres eux se souvenaient de moi en train d’hurler. Héloïse Winchester, élue meilleure voisine de chambre de l’année. Et quand ce n’était pas ça qui m’empêchait de fermer l’œil, c’était cette ombre dans le coin de ma chambre. Et quand enfin je fermais l’œil, je faisais des cauchemars. Gé-nial. Je regardais à nouveau le médecin face à moi, qui me demandait si je prenais mes cachets ou pas. Ajoutant qu’il n’irait pas me dénoncer, au cas où. Je hochais la tête. « Je les prends. » Et c’était vrai, je n’étais pas du tout du genre à mentir. Je prenais mes cachets, parce que je faisais tout mon possible pour sortir d’ici et retourner chez moi. « Mais je crois que les terreurs nocturnes ou les cauchemars s’en foutent des cachets… » Et puis, elle aussi s’en foutait des cachets. Je me penchais vers lui pour lui chuchoter, au cas où quelqu’un m’entendent. « Et puis y a cette ombre… qui me regarde… et elle aussi s’en fou des cachets. » Je me redressais et le regardais. C’est comme si tout ça, c’était bien plus fort que des simples médicaments. « C’est comme si les médicaments n’étaient pas assez fort contre tout ça… » Je pliais mes jambes, les serrant contre moi, m’installant correctement histoire de ne pas tomber. « Mais promis, je les prends. Tous les soirs. »

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Sam 25 Mar - 9:48



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak

Si la sécurité se lisait sur le visage d'Isak, dans sa tête les choses n'étaient pas aussi claires. La majorité des gens, des choses ou des moyens étaient considérées comme noires ou blanches ici. Lui il voyait gris. A force c'était certainement une forme de daltonisme hein. Les gens qui voient tout noir ou tout blanc c'est plutôt compliqué à gérer. Surtout lorsqu'ils sont ici pour un acte que personne ne comprend vraiment. Enfin. C'est plus compliqué que ça. Les gens comprennent. Est-ce qu'ils prennent en compte par contre? Nope. Dites... C'est vachement clair toutes les pensées qu'il a en tête notre cher ami Isak! Tantôt son esprit part d'un côté et après de l'autre. Easy. A comprendre c'est d'une clarté exceptionnelle. Heureusement qu'étant psychiatre il n'avait pas besoin de faire lire ses notes aux autres... Hmmm... Pardon, il avait besoin de faire lire ses notes aux autres psy qu'ils bossent dans l'asile... Pardon, à Ostrov ou non. C'est clair. Certains patients ne sont pas fait pour sortir d'ici. Et certains patients ne sont ici que pour partir d'ici quelques temps. Allez savoir pour le cas d'Heloise. Elle est douce, trop douce. Trop aimable peut-être, cache un jeu certain derrière son petit sourire enfantin. Qu'est-ce qu'il en sait. C'est peu clair encore, indescriptible et vachement prometteur... Il sourit une nouvelle fois en la regardant lui affirmer que ce n'était rien. Bizarrement. Voilà qu'elle est bien la seule à penser ça. La majorité du temps lorsqu'il pose cette question on lui offre une grimace ou des yeux levés vers le ciel. Pardon. Excusez nous mais ça reste quand même très logique mais c'est pas super sympa. Voilà. Encore une fois une chose qui montre que notre chère amie Héloïse ici est... spéciale
« C'est bien. C'est une bonne chose. » Il lui offre un grand sourire, quelque chose qui se veut de rassurant. Parce que c'est son boulot aussi de rassurer les gens. Et qu'elle, Héloïse elle en a certainement besoin. C'est marqué dans ses traits. « Oh tu sais... Les terreurs nocturnes c'est fourbe. On peut pas trop leur faire confiance. » Mais oui monsieur les terreurs nocturnes c'est pas super drôle. Il hausse un sourcil tandis que la jeune fille se penche vers lui. « L'ombre? » Bingo. Actuellement il tient quelque chose. Peut-être pas d'aussi solide qu'il le voudrait mais si elle en parle il y a une raison. Isak se passe une main sur le visage. « C'est bien que tu les prennes... Mais si ils ne font rien on pourrait... Passer à une autre dose. » Il sourit nerveusement. « Parle moi de cette ombre Héloïse. »
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Ven 21 Avr - 21:32

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Il m’a demandé si je prenais mes cachets. Je les prenais, tous les soirs, tous les matins. Parfois j’avais l’impression de n’avaler que ça de la journée. Le jour ça va, je suis épuisée mais je n’essaye de ne pas m’endormir, parce que j’ai peur que les autres patients viennent m’embêter. La nuit, c’est une autre histoire. Je prends mes cachets, puis je m’endors. Une terreur nocturne et je réveille tous l’hôpital en hurlant. Puis on vient me voir, vérifier que tout va bien, et je suis réveillée. Je me rendors parfois, je fais des cauchemars ou alors je reste éveillée parce qu’elle est là. Isak est rassuré, ou content, je ne sais pas trop, de savoir que je prends mes médicaments. Il veut aussi me rassurer moi, en me disant que je faisais quelque chose de bien en prenant mes médicaments. Je lui souriais timidement. Je l’aimais bien, ce médecin. Il était gentil, au moins. Alors je pouvais peut-être lui parler d’elle. Je me penchais, pour qu’il m’entende. Je ne voulais pas lui dire ça à voix haute, surtout pas. On me prenait déjà assez pour une folle pour que je dise ça à voix, et que quelqu’un de l’autre côté de la porte m’entende. Rares étaient les personnes qui étaient au courant de cette ombre que je voyais. J’avais des doutes sur ce qu’elle était. Si elle était quelque chose, ou même quelqu’un. Elle était mince, pas très grande. Ma taille je dirais. Si elle était vraiment quelqu’un, je dirais qu’elle était une femme. Mais je ne voulais pas qu’elle soit quelqu’un. J’avais trop peur de cette chose, surtout quand elle s’approchait de moi juste pour me regarder. Même quand elle me fixait dans son coin elle me foutait la trouille. Parfois elle venait dès le moment où la lumière s’éteignait. Parfois, elle attendait un peu.

« L’ombre ? » Evidemment, il ne voyait pas de quoi je parlais. Ça ne devait pas être marqué dans mon dossier, vu que je ne l’avais jamais dit à personne. Dépression, terreurs nocturnes et trouble panique. C’était tout ce qu’ils avaient mis. Parce qu’en arrivant ici, c’était tout ce que j’avais. Mais enfermé entre ces quatre murs, plongée dans le noir, j’avais commencé à la voir. Comme si elle s’était caché tout ce temps et qu’elle m’avait attendu. Et c’était la première fois que je le disais. On se moquait assez de moi ici parce que j’avais peur dans le noir, je n’avais pas envie qu’on en rajoute.

Une dose plus forte ? S’il pensait que ça pouvait aider, pourquoi pas. J’étais prête à tout pour me sortir de ces merdes et surtout sortir d’ici et rentrer chez moi. Je hochais la tête. « D’accord… » Puis il me demandait de lui parler de cette ombre. Alors j’allais lui en parler. Il fallait bien que je continue, maintenant que j’avais commencé à le faire. « Elle… elle attend que les lumières s’éteignent pour se montrer. Elle aime pas le jour, la lumière. Elle aime le noir contrairement à moi. » Je baissais les yeux, les posant sur mes mains avec lesquelles je jouais nerveusement. Et si elle m’entendait là ? Et si elle me ferait payer d’avoir parlé d’elle ? Relevant la tête, je vérifiais rapidement autour de moi. Il n’y avait qu’Isak et moi. C’était déjà une bonne chose. Je reposais mon regard sur mon médecin, et continuais. « Parfois, elle reste dans son coin et elle me fixe. Parfois elle s’approche près de moi, de mon visage et ça me fait peur… Vraiment peur… » Ma main gauche serrait ma main droite, sans que je ne lâche Isak des yeux. « Je sais pas ce que c’est, si elle est quelque chose. Ou quelqu’un… »

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Lun 8 Mai - 16:31



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak

« L’ombre ? » Peur de chaque enfant. Lorsque la lumière s'éteint et que le silence s'est fait dans la chambre. Peur d'un quelque chose, de plus puissant, de plus sombre, plus prometteur et violent. Quelque chose qui ne s'enfuit pas même lorsque le visage est enfoui dans les draps. C'est ce quelque chose qui hante la jeune femme. Un quelque chose de son esprit. Mais un quelque chose de bien spécial. Parce qu'elle la voit. La réalité est présente, sombre pour elle. Et même si cette ombre n'existe pas pour les autres, elle existe pour Héloïse, qui doit affronter cette chose encore. Et encore. Et encore. Et affronter quelque chose comme ça c'est très désagréable comme idée. Du moins ça l'est pour Isak. Et apparemment... Ça ne sonne pas super bien pour Héloïse. Elle ne doit pas super apprécier non plus. « Oui. Parles moi d'elle. » Parce qu'il avait beau tourner les pages du dossier elles restaient vierges de cette appellation, de ce personnage. c'était une nouveauté. La nouveauté était toujours bienvenue certainement. Mais là c'était une nouveauté sombre, pas quelque chose qui lui apportait un minimum d'aide, de sourire ou d'entrain à continuer n'importe quelle thérapie qu'il lui offrait. Il faudrait savoir, comprendre pourquoi elle n'en a pas parlé plus tôt. -Même si l'ego d'Isak est touché qu'elle lui parle à lui, ce n'est pas super bon qu'elle n'en parle que maintenant vu que ça fait tout de même un certain temps qu'elle est là-. Après il ne lui en veut pas, comprends, tente de comprendre tout du moins. Hochant légèrement la tête il attrape le stylo posé un peu plus loin et commence à noter sur sa feuille. Nouveaux éléments, nouvelle écriture. Histoire de ne plus être seul à savoir ce genre de choses. Ceci dit, partager ce que l'on vous offre comme un secret, sonne comme de la trahison. Alors Isak va garder ça pour soi...

Il y avait quelque chose d'Innocent chez Héloïse. C'était bizarre, saisir l'innocence de cette façon. Saisir l'innocence touchée de cette façon. Anéantie à un quelque chose plus froid et moins prenant. Veut se confier, retrouver un quelque chose qui était a elle autrefois, qui maintenant appartient à du passé. Du passé très passé, d'un monde qui n'existe plus. Ici entre ces murs on est quelque chose de différent. Elle est quelque chose de différent. Lui aussi. Et avec un peu de chances ils redeviendront l'un comme l'autre différent. Différent du temps d'avant. « Elle… elle attend que les lumières s’éteignent pour se montrer. Elle aime pas le jour, la lumière. Elle aime le noir contrairement à moi. » Isak se passe la langue sur les lèvres en se penchant vers la jeune fille. Histoire de la regarder un peu plus, à l'écoute. L'écoute de ce qu'elle dit. Parce qu'en l'occurrence c'est important, trop important pour être écouté d'une oreille inattentive. Là c'est le moment où il est le psy, le joue bien. Histoire d'être sûr de ce qu'elle dit, de ce qu'elle est et de ce qu'elle voit. Parce qu'elle voit un certain nombre de choses intéressant. « Tu as peur du noir Héloïse? » Ça semble être une question avec peu d'importance mais il tente de la garder en confiance, qu'elle puisse l'écouter sans paniqué. Alors. « Tu la vois tous les soirs? Enfin... Est-ce qu'elle vient te voir tous les soirs? » Sur que ça ne serait pas agréable pour la jeune fille...
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Lun 3 Juil - 22:55

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

Isak m’avait proposé d’intensifier mon traitement, et j’acquiesçais. S’il pensait que ça pouvait m’aider, au moins à dormir, je prendrais. Je prendrais tout ce qu’il me dirait de prendre, en fait. Rapidement, j’avais réussi à avoir confiance en ce nouveau médecin. C’était ma première séance avec lui, et je lui parlais déjà de l’ombre. Alors qu’avec l’autre, je n’avais jamais rien dire. J’avais senti qu’il n’allait pas me prendre au sérieux, alors que je m’étais tus et j’avais fini par simplement répondre à ses questions toutes aussi débiles les unes que les autres. Mais Isak n’avait pas l’air de me prendre pour une folle, ou alors il le cachait très bien. Il avait l’air de me prendre en sérieux, et lorsque je lui parlais d’elle il demandait tout de suite à en savoir plus. Alors je lui expliquais, à quel moment elle venait, et surtout ce qu’elle faisait. Je ne savais pas si elle était réellement quelque chose, ou quelqu’un. Je sais juste que ça a commencé quelques mois après mon arrivée ici. Avant, chez moi ce n’était que les terreurs nocturnes et ces foutus troubles paniques qui me faisaient laisser mon bébé dans un supermarché. Il avait l’air de m’écouter, et tant mieux en fait. Je n’aimerais pas trop le répéter une deuxième fois. J’avais horreur d’en parler. Parce que je me sentais nulle, faible et inutile. Pauvre petite Héloïse qui a peur de quelque chose qui ne doit même pas être réel. Sauf que pour moi elle était bien réelle. A attendre dans un coin de ma chambre, à m’observer alors que j’essaye de fermer l’œil. J’ai beau me cacher sous ma couette, fermer mes yeux très forts, je sens toujours sa présence.

Il me demande si j’ai peur du noir. Je le regarde quelques secondes, comme si je réfléchissais à la réponse. Il y a quelques années encore, j’aurais dit non. Non je n’ai pas peur du noir, je n’ai peur de rien. Juste de perdre mon fils et mon fiancé. Ce qui s’était réalisé, en fin de compte. Mais maintenant, j’avais peur du noir. Des gens. De tout. Peur de croiser un patient et de me faire agresser pour je ne sais quelle raison, juste parce qu’il en avait envie. Peur de fermer les yeux le soir. « Oui. », finissais-je par répondre avec un hochement de tête. Et j’avais peur du noir. Je n’avais jamais osé le dire avant, parce qu’encore une fois j’avais peur. Peur qu’on se moque de moi. Parce que j’avais 28 ans, j’étais une adulte, une mère, une fiancée… Mais ici je n’étais plus qu’une patiente parmi d’autre, finalement. Il me pose une autre question, et cette fois si, je lui réponds directement. « Avant je ne la voyais pas. Chez moi à la maison, non rien. Elle est apparue quelques mois après mon arrivée ici. Je me souviens, la première fois c’était après mon premier Noël passé ici… » Mon premier Noël loin de ma famille. « Puis je ne l’ai pas revu pendant un temps. Elle a fini par revenir, de plus en plus souvent. » Je tenais mes mains entre elles, serrant aussi fort que je le pouvais. « Je ne la vois pas tous les soirs. Hier soir je ne l’ai pas vu. Je ne sais pas si elle sera là ce soir. Peut-être, peut-être pas… »

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Lun 10 Juil - 0:20



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak
Isak soupire doucement avant de se passer la main sur le visage. Il n'est pas ennuyé par la réponse, pas ennuyé au premier sens du terme. Lui c'est son métier de s'occuper de ses peurs jusqu'à ce qu'elle n'en ai plus. Et c'était un quelque chose qu'il prenait très à coeur. Toujours non? C'était peut-être bien qu'il arrive à le faire correctement. Enfin. Il n'était pas ennuyé pour lui mais pour elle. Le dossier lui affirmait qu'elle avait... Oh, vingt-huit ans. Il n'était pas du genre à juger sur ce genre de choses, elle ne pouvait pas contrôler ce genre de peur. A la mort de sa mère, Isak avait eu peur du noir pendant un long moment. C'était pas drôle et il ne l'avait dit à personne, histoire de garder un minimum de crédibilité. Elle semblait gêné, compréhensible vu la révélation qu'elle venait de lui offrir. Il fallait être courageux pour finalement en faire part à quelqu'un... Lui ne l'avait même pas été. Alors un petit sourire apparaît sur son visage, un de ceux qui se veut encourageant. Han. Il sait être encourageant. Et là il veut être encourageant envers la demoiselle. « Hey, pas besoin d'être honteuse ou quoi que ce soit d'accord? Disons que... Et bien ça peut rester entre toi et moi! Et entre nous, c'est totalement normal d'avoir peur du noir. » Quand tu vois la tête de l'hôpital et de ses murs froids c'est normal d'avoir peur, ce serait même plutôt étonnant de se sentir totalement à l'aise dans cet endroit. Amen l'hôpital. Il sourit une nouvelle fois. Mais son sourire se fane plus ou moins. Se fane lorsqu'il l'écoute. Obligatoirement. Parce que ce qu'elle raconte n'est pas adorable. Parce qu'elle raconte ne peux pas faire sourire, fane le tout, envoie un coup dans l'estomac.

C'était malheureusement commun. Pas autant que ça mais ce n'était pas non plus une première nouvelle. Que quelqu'un développe des symptômes qu'il n'avait pas avant. L'idée d'être enfermé dans un endroit n'est pas rassurante pour tout le monde. Isak pose le stylo contre le carnet et note les quelques choses qu'elle vient de lui dire. -Après son premier noël ici. Et bien... Déjà bonjour Noël. Dans un endroit comme celui-ci ne n'est jamais vraiment plaisant. -Absence de l'ombre pendant un certain moment. Okay. Disons qu'elle avait pu être tranquille pendant une courte période. Est-ce que c'est positif si l'on dit que c'est bien pour elle? Il hoche la tête doucement. Peut-être que maintenant serait un bon moment pour a rassurer Isak... « Cette ombre, on va tout faire pour que tu ne la vois pas ce soir Héloïse, d'accord? » Oui, ça serait en effet une bonne chose pour elle. Ce n'est pas le moment pour qu'elle se mette à avoir peur. Ce n'est jamais le moment pour avoir peur ceci dit. Le brun s'humidifie les lèvres. «Est-ce que... Est-ce que tu sais, ou te souviens s'il s'est passé quelque chose ici pour que tu puisses, enfin avant que tu sois victime de cette ombre? Un événement ou une personne qui t'aurais perturbé? »
© Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 490
MIROIR : teresa palmer
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/bat'phanie (@bazzart)
A DÉBARQUÉ LE : 05/09/2016
FORCE : 1635

SITUATION : fiancée, maman d'un petit garçon.
EST ÂGÉ DE : vingt-huit ans. (18/05/1989)
avatar
Héloïse Winchester

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Mar 5 Sep - 11:39

CARRYING OF SOMEONE YOU DON'T KNOW.ISAK&HELOÏSE;
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.

C’était bien la première fois que j’avouais à quelqu’un que j’avais peur du noir. J’avais tout de même vingt-huit, et en temps normal c’était quand même quelque chose qui était réservé aux enfants. Sauf que c’était moi qui avait peur du noir, et pas mon fils. Aux dernières nouvelles, en tout cas. Alors j’avais un peu honte de l’avouer, ce qui pouvait être normal finalement. De ce fait, j’évitais le regard de mon médecin. Et si je l’avais mal jugé et qu’il se moquait de moi ? J’aurais très bien pu me planter sur son compte après tout, comme je m’étais planté sur pas mal de gens ici. Mais finalement il parle à nouveau et ce qu’il dit me rassure. Il ne dirait rien à personne, ça resterait entre nous. Alors un léger sourire se dessina sur mes lèvres pour le remercier, et je hochais la tête. C’était tout ce que je voulais, que ça reste entre nous. Je ne demandais rien de plus. Sinon les autres membres de cet hôpital prendraient un malin plaisir à s’en jouer. Et il avait raison, Isak. C’était normal d’avoir peur du noir. Surtout ici, dans ce décor.

Puis je continuais mon histoire, et enfin je lui parlais de cette ombre que je voyais, quelques soirs. Heureusement elle n’était pas là tous les soirs, sinon j’aurais certainement déjà fait une crise cardiaque. Mais elle me terrifiait tellement, que rien que d’en parler, j’en avais des frissons. Les larmes me montaient aux yeux et je tenais mes mains entre elles, serrant aussi fort que possible. Je lui expliquais tout ce qui me venait à l’esprit sur le moment. Il aurait certainement des questions plus tard, mais pour l’instant je faisais au plus vite et au plus direct. Elle était apparue après mon premier Noël ici, un Noël lugubre, presque macabre. Après tout, comment passer un Noël joyeux ici ? Entourée de malade, de gens dangereux, de gens qui ne nous aiment pas et des personnes qu’on ne connaissait pas. C’était cette nuit-là. La nuit du 25 au 26 décembre 2015 qu’elle était apparue. Puis elle avait disparu, un certain temps, avant de revenir me rendre visite. Je hochais une nouvelle fois la tête pour répondre à sa question. « D’accord. » J’étais réellement prête à tout faire pour que cette foutue ombre parte d’ici et me laisse enfin tranquille. Je jetais un petit coup d’œil à mes mains, toujours entremêlées ensemble. Je relâchais doucement la pression avant de relever les yeux vers Isak quand il me posa une nouvelle question. Je ne répondais pas tout de suite, essayant de trouver une réponse correcte. Je me remémorais tout ce dont je me souvenais, de mon arrivée ici en mai, jusqu’à ce fameux mois de décembre. Mois par mois, semaines par semaines, les souvenirs me revenais. « Je… » Par quoi commencer ? Aucune idée, comme toujours. « Ils me perturbent tous ici, du moins les plus fort. Ils se moquent, me chahutent… c’est devenu une habitude… » Une sale habitude. Une habitude dont je me passerais bien, finalement. « Mais ce Noël… c’était le premier que je passais loin de ma famille, de mon fiancé et… de mon fils. » C’était ça, la source ?

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________
i'm a mess
Ooh I’m a mess right now Inside out Searching for a sweet surrender But this is not the end I can’t work it out How? Going through the motions Going through us. ▬ And, oh, I've known it for the longest time And all of my hopes All my words are all over written on the signs But you’re my road walking me home Home, home, home, home
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
PILULES AVALÉES : 1066
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : Arman
CRÉDITS : Ice and fire
A DÉBARQUÉ LE : 27/11/2016
FORCE : 3615

SITUATION : Quiet
EST ÂGÉ DE : 54 ans
avatar
Isak Gallagher

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   Ven 13 Oct - 21:57



❝Carrying of someone you don't know❞
Héloïse & Isak
Un sourire finit par orner les lèvres de la jeune femme. Oh. Douce chaleur. L'homme n'est pas mentaliste, il n'est pas capable de décrypter un visage pour savoir si l'epression est voulue ou pas... Voulue elle l'est certainement, encore est-elle réellement pensée? Et c'est quelque chose qu'il ne peut pas deviner. Mais au moins espère t-il, préfère t-il croire que la jeune femme voulait vraiment lui offrir un sourire. Hey, il avait dit quelque chose avec une portée assez phycologique, quelque chose d'assez intéréssant pour elle, pour son esprit et sa tristesse. Il avait voulu diffuser quelques petits sentiments de joie. Et... disons que ça semblait assez bien parti. Amen, un sourire pouvait tout changer, peut-être le sien pouvait illuminer sa journée comme celui d'Héloise allait, avait illuminer sa séance, au moins il se sentait un peu plus haut, toujours concerné par le cas de la jeune femme, il était plutôt déterminer, toujours prêt à faire quelque chose pour ses patients mais elle c'était spécial, c'était plus que ça. Pour elle il allait en faire plus, non?

« Ils me perturbent tous ici, du moins les plus fort. Ils se moquent, me chahutent… c’est devenu une habitude… » Vous voyez ces pubs contre le harcèlement qui sont accrochés sur les murs du lycée? Ces mots qui sortent de a bouche des enfants "ouais ça va, non mais ils me poussent pour le jeu, c'est mes copains." Dans ce monde il n'y a que quatre catégories. Les harcelés, les harceleurs, les aveugles et les réactifs. Quelle catégorie êtes vous? Quelle catégorie avez vous êtez? Et quelle catégorie serez-vous demain? Les choses marchent toujours de cette façon là. Isak, lui savait pertinemment à quelle catégorie il appartenait. Et laquelle il avait appartenu auparavant. C'est pour cette raison surement qu'il offrit un sourire coupable à Héloise, quoiqu'elle aurait pu l'interpréter d'une autre façon, ce qu'il aurait aussi apprécier, la culpabilité ne le rongeait pas non plus, mais disons qu'il n'était pas tout blanc dans ces histoires, dans les histoires de harcèlement. « Les gardes? Les infirmiers? Les autres patients? Enfin... Je pose la question mais je ne t'oblige pas à répondre. Je sais bien que le personnel, comme les patients, tous ne sont pas des agneaux ici, bon nombre est violent.» Il pousse un soupir de nouveau, voilà qu'il se place dans la case des gentils. Certes, il l'est, maintenant, dans l'instant même il l'est. Mais dans la vie de tout les jours, avec d'autres patients? Il est une partie de ce qu'il exècre. C'est peut-être une bonne chose de ne pas y penser maintenant. « Mais ce Noël… c’était le premier que je passais loin de ma famille, de mon fiancé et… de mon fils. » Isak se passe la langue sur les lèvres en tournant de nouveau les yeux vers son carnets. D'après Freud, de beaucoup de ses confrères, tout est de cause à effet. Tout a un début. Et peut-être que c'est ça le début. Disons que ça l'est très certainement même. «Hm, je comprends parfaitement ce que tu ressens Héloise, ce que tu as du ressentir. Il est possible que la distance entre toi et ton enfant, ton fiancé ai déclenché en toi un... Un système de persécution. »
©️ Pando

_________________

DO NOT GO GENTLE INTO THAT GOOD NIGHT
Old age should burn and rave at close of day ; Rage, rage against the dying of the light. Though wise men at their end know dark is right, Because their words had forked no lightning they  --5 goddamn states- Pacify him
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Carrying of someone you don't know∆ Héloïse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carrying of someone you don't know∆ Héloïse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CIRCEE & THADEUS ❧ And the arms of the ocean are carrying me. [pm]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: psychiatrists's offices-