AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 I treat patients, not animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: I treat patients, not animals   Sam 3 Déc - 6:33



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
La moindre des choses à faire quand on envoie une patiente au trou, c’est de vérifier qu’elle n’a pas de rendez-vous et si c’est le cas de prévenir ! C’est si compliqué à comprendre ? ». Nirina ne pouvait s’empêcher de décharger son mécontentement et sa colère sur le garde qui l’accompagnait pour la mener à l’isoloir. Ce jour là elle s’était préparée à recevoir Lexie Jenkins, un cas réputé difficile voir impossible à guérir. Sauf que la-dite malade n’était jamais parvenue jusqu’à son bureau, et Nirina s’était retrouvée à l’attendre vainement. Il avait fallu qu’elle se rende jusqu’au bureau des gardes pour savoir ce qui était advenue de Mlle Jenkins, et finalement apprendre qu’elle avait été placée en cellule d’isolement mais sans en préciser la cause. De toute façon, Nirina se fichait bien de la cause, le plus important était de sortir cette pauvre fille  de sa geôle. Elle ne comprenait pas comment on pouvait enfermer des patients dans des cages, tels des vulgaires animaux. Elle était venue à Ostrov Island pour traiter des patients, pas des animaux.

Le garde lui fit descendre une volée de marche avant de l’emmener dans un dédale de couloirs, c’était la première fois que Nirina se rendait dans cette partie de l’hôpital. Enfin ils atteignirent une immense porte solidement fermée par un verrou. Alors que le garde la déverrouillait et invitait Nirina à pénétrer dans le couloir de l’isoloir, elle le fit stopper net une fois la porte franchie. Elle ne souhaitait pas être accompagnée d’un garde, sa présence aurait à coup sûr rendue Miss Jenkins encore plus méfiante et elle pouvait la comprendre... Il fallait à tout prix instaurer un climat de confiance et pour cela elle devait être seule. Lorsqu’elle ordonna au garde de lui donner la clé de la cellule et de l’attendre là, ce dernier fronça les sourcils. De toute évidence, il rechignait à laisser la jeune psychologue s’aventurer seule dans cette zone à risque, où les patients les plus incontrôlables étaient retenus. Il fallu que Nirina fasse pression et le menace de se plaindre auprès du directeur de l’établissement pour que l’employé cède enfin et lui remette la clé. Il s’agissait maintenant de prendre son courage à deux mains pour s’enfoncer dans la grande allée ténébreuse peuplée de cages.

Le froid ambiant lui donnait la chair de poule, elle était presque sûr d’apercevoir un nuage de vapeur s’échapper de sa bouche à chaque fois qu’elle expirait. Comme si cela ne suffisait pas de les priver de lumière et de contact humain, il fallait en plus qu’on les transforme en glaçon ? Dans l’isoloir, seul la porte du fond à droite était fermée, il s’agissait forcément de la cellule de Lexie Jenkins. Un silence pesant régnait dans cette allée lugubre où seul le bruit des talons de Nirina foulant le sol pouvait être entendu. Elle n’avait qu’une hâte, retrouver au plus vite la chaleur réconfortante de son bureau et quitter cet endroit tellement horrifique que le diable lui-même aurait refusé d’y élire domicile.

Lorsqu’elle arriva devant la cellule de Lexie, un doute l’assailli. Maintenant qu’elle était seule, elle se demandait s’il n’aurait pas été plus judicieux de laisser le garde l’accompagner. Elle repensait aux termes crus et acérés figurant dans le dossier Jenkins : psychopathie, sadisme, vampirisme, érotophonophilie. Etait-il sérieusement possible de souffrir d’autant de troubles psychiatriques, tous plus abominables les uns que les autres ? Nirina n’avait jamais eu affaire à une psychopathe, ce genre de cas étant la plupart du temps réservés aux psychiatres. Mais elle préférait voir ça de façon positive, cette patiente là, c’était enfin le cas qui allait lui permettre de montrer à tous ses compétences. Patience, confiance, empathie, voilà les clés qui lui permettraient d’amadouer « le monstre Jenkins ». Déterminée, elle tourna la clé dans le verrou et ouvrit la porte. La première chose qui la consterna fut l’odeur de moisie assaillant ses narines en plus des dimensions minuscules de la cellule. Le mobilier se résumait à un semblant de paillasse et un sceau, jamais Nirina n’avait vu un endroit aussi effroyable que cette cage. Soudain un bruit attira son attention dans le fond de la cellule,  le peu de lumière qui entrait lui permit de reconnaître une vague forme humaine. Nirina eut pitié de cette jeune femme, aucune personne – et ce quelque soit ses crimes – ne méritait d’être traité d’une telle façon.
« Bonjour Mlle Jenkins, je me prénomme Nirina Vespucci, je suis votre psychologue. C’est avec moi que vous aviez rendez-vous aujourd’hui, rassurez-vous je viens vous sortir de cet horrible endroit, dit-elle d’une voie douce pour ne pas l’effrayer ».
©BESIDETHECROCODILE


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mer 14 Déc - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Dim 4 Déc - 20:47



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Tel un animal nocturne, Lexie était concentrée sur le moindre bruit. Une goutte qui tombe. Les courants d’airs… Ce silence avait de quoi rendre les gens complètement fous. Et ça tombait bien, car ceux s’y trouvaient étaient déjà bien atteints.
Elle n’était là que depuis quelques heures, ou quelques jours. La notion du temps n’avait plus aucune importance, ici. Il n’y avait aucune lumière dans cet endroit, mais Lexie s’était habituée à l’obscurité. Ce n’était pas ça qui la dérangeait le plus. Non. C’était plutôt cette affreuse odeur de mort. Interdiction de boire, ni manger. Aucune visite. Elle ignorait totalement combien de temps elle allait devoir rester dans ce trou à rat. Les murs dégoulinaient à cause l’humidité. Il faisait un froid monstrueux, et la paillasse qui lui servait de lit n’était pas vraiment confortable… Depuis qu’elle était ici, Lexie n’avait pas réussi à fermer l’oeil. Apparemment, les hurlements et les plaintes des autres patients durant la nuit lui manquaient un peu. Mais juste un peu… Entendre la douleur des autres l’apaisait.

Non, elle ne regrettait pas d’avoir fait le nécessaire, pour se retrouver en isolement. Parce que oui, elle l’avait volontairement cherché. Elle n’en pouvait plus, de cet asile. Le silence et la solitude étaient sa seule façon de se calmer. Et le seul endroit qui pouvait lui convenir était cette cage. Bien qu’elle ne s’imaginait pas se retrouver dans un endroit aussi dégueulasse et minuscule, elle s’en contentait. Elle n’allait pas non plus faire sa difficile, on lui foutait déjà la paix, et c’était ce qu’elle souhaitait depuis le début. Lexie était tellement calme et silencieuse, qu’un garde passait parfois la tête par la porte, pour vérifier qu’elle n’était pas morte.

Afin de se dégourdir les jambes, Lexie tentait de faire les cent pas dans ces 3 m². Elle avait faim, son ventre hurlait de le nourrir. Mais la seule chose qui pouvait la réconforter, c’était qu’ici, au moins, elle pouvait se mutiler sans que personne ne l’en empêche. Au risque de passer quelques jours de plus dans cet endroit, lorsqu’ils découvriront l’état de ses bras et de ses jambes. Elle ne pouvait clairement pas s’en empêcher. C’était maladif, chez elle.

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, la raison de son enfermement n’était pas son acharnement à se scarifier à tout prix, mais la violence qu’elle avait démontrée envers un autre patient, alors que celui-ci lui avait manqué de respect en l’insultant. Dommage pour lui, cette fois-ci, elle venait tout juste de trouver un nouvel outil pour s’entailler, et s’en était alors servi pour lui trancher la gorge, manquant de quelques centimètres la carotide. À quelques centimètres près, elle passait directement la torture, sans passer par la case isoloir. À cette pensée, Lexie sourit.

Un bruit sourd la sortit aussitôt de ses pensées. Il s’agissait de la porte. Suivi du bruit de talons qui claquaient au sol d’un pas rapide. Qui est-ce que ça pouvait bien être ? Elle espérait que ce n’était pas pour elle, mais à son souvenir, l’isoloir n’était pas énormément fréquenté ces derniers temps. Elle se demandait même si elle n’était pas la seule dans cet endroit, vu le silence pesant qui y régnait.
Lexie soupira, en entendant le bruit des clefs dans la porte. Cachée dans l’ombre, au coin de la pièce, elle observa silencieusement la jeune femme qui venait de pénétrer dans la cellule, étonnée mais aussi rassurée que cette dernière ne soit pas accompagnée par un garde. Elle venait de briser sa tranquillité. Elle faisait trop de bruit, beaucoup trop de bruit. Ses oreilles n’étaient plus habituées…

"Bonjour Mlle Jenkins, je me prénomme Nirina Vespucci, je suis votre psychologue. C’est avec moi que vous aviez rendez-vous aujourd’hui, rassurez-vous je viens vous sortir de cet horrible endroit"

Sans rien dire, Lexie fixa la jeune femme, qui ne semblait pas rassurée de se retrouver dans un tel endroit… D’un pas lent, elle sortit enfin de l’obscurité pour se rapprocher de ladite “psychologue”. Cette femme semblait douce et adorable, cependant. Un agneau dans la cage d'un loup. Elle venait de commettre une grave erreur, en entrant dans cette cellule, sans protection. Venir déranger une folle en isolement ? Pure connerie, mademoiselle Vespucci.
Lexie s’approcha lentement de la jeune femme. Elle s’approcha, jusqu’à la forcer à se reculer et se coller au mur humide et sale. Son regard suffisait à lui faire comprendre qu’elle n’était pas vraiment enjouée à l’idée qu’une psy vienne la sortir de cet endroit.
Son visage ne se trouva plus qu’à quelques centimètres du sien, puis, son index s’appuya sur sa poitrine.

“Est-ce que je vous ai demandé quoi que ce soit… Qu’est-ce qui vous fait croire que je veux sortir d’ici… ?” Répondit-elle, presque en murmurant, d’une voix menaçante.


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mer 7 Déc - 20:10



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Evidemment Nirina ne s’attendait pas à une réponse immédiate de la jeune femme, elle était une parfaite inconnue puisqu’elles ne s’étaient encore jamais vues auparavant. Lexie se tenait toujours au fond de la pièce, même si l’espace restreint l’empêchait de trop s’éloigner de la psychologue. Enfin la jeune patiente se décida à bouger, elle s’approchait doucement de Nirina. C’était une bonne chose pensa cette dernière, au moins Lexie n’était pas effrayée par sa présence, elle se mit à sourire pour l’encourager et lui montrer qu’elle venait avec de bonnes intentions. Une fois sortie de l’ombre, Nirina put enfin l’observer avec plus de détails et ce qu’elle vit l’horrifia tellement qu’elle étouffa un hoquet de surprise dans sa gorge. Les bras et les jambes de Lexie étaient remplies de coupures. D’effroyables balafres venaient creuser un sillon rouge sanglant le long de la peau blafarde de la jeune fille. Etait-il possible que les gardes soient suffisamment bêtes pour ne pas avoir l’idée de fouiller un patient avant de l’emmener à l’isoloir ? Le temps que Nirina reprennent ses esprits devant cette abominable vision, Lexie s’était encore plus rapprochée d’elle. De plus, quelque chose clochait : aucune reconnaissance, aucune gratitude n’était lisible dans le regard de Lexie. Pire, son attitude et sa façon de marcher laisser suggérer une forme d’animosité, alors qu’elle aurait du être heureuse de voir son séjour dans cette cage enfin abrégée pensa Nirina.

Alors, le sourire commença à s’affaisser lorsque Nirina s’aperçut qu’elle s’approchait près, trop près d’elle à son goût. Pour maintenir une distance de sécurité, elle dut reculer jusqu’à ce que son dos atteigne le mur. Le contact de la surface dure et froide la glaça jusqu’aux os. Mille pensées se bousculaient dans sa tête : comment la situation avait pu déraper si vite ? Pourquoi avait-elle refusé que le garde l’accompagne ? Allait-elle mourir ? En cet instant elle regretta sérieusement de ne pas avoir eu le bon sens de venir accompagnée, Nirina comprenait toujours ses erreurs quand il était trop tard. Elle aurait aimé que n’importe qui soit présent, même cet infernal Isak Gallagher. Elle rechignait à devoir l’admettre, mais l’imposante stature du psychiatre lui aurait été fort utile au vu de la situation dans laquelle elle s’était empêtrée.

Le regard de Lexie était aussi glacial que l’air ambiant, il était rempli de haine à l’égard de Nirina qui comprit qu’elle était perçue comme une indésirable. Elle tentait de garder une allure calme et maîtrisée, alors que tout son être l’exhortait à prendre ses jambes à son coup et s’enfuir loin d’ici, loin de l’obscurité, loin de cette odeur nauséabonde, loin du monstre Jenkins.
Seuls quelques petits centimètres séparaient leurs deux visages, Nirina n’osait plus respirer et le sang cognait si fort contre ses tempes qu’elle en eu presque le tournis. Elle dut rassembler le peu de courage qui lui restait pour ne pas geindre lorsqu’elle sentie le doigt de Lexie se ficher contre sa poitrine jusqu’à lui faire mal.

« Lexie s’il vous plait… Je peux vous appeler par votre prénom n’est-ce pas ? Soyez raisonnable, personne ne voudrait rester dans un endroit aussi sordide. Sa respiration saccadée rendait sa voix irrégulière, elle savait qu’elle ne devait pas montrer sa peur mais c’était sans espoir : elle était terrorisée. Croyez-moi, vous serez beaucoup plus à l’aise dans mon bureau plutôt qu’ici et je ne vous laisserais pas tranquille tant que vous refuserez de m’accompagner. J’ai tout mon temps.»
Le regard de Lexie n’avait toujours pas changé, son doigt toujours appuyé contre elle lui causait une horrible douleur.
De près, elle pouvait voir plus en détail les entailles au bras de Lexie : du sang séché et de fines croutes se mêlaient à du sang plus frais dont quelques goûtes continuaient à perler le long de ses bras.
« Comment vous êtes vous fait ça, les gardes ne vous ont pas fouillé avant de vous emmener ici ? Vous avez besoin de soin de toute urgence ». Elle avait enfin retrouvée un peu de contenance, il était hors de question pour elle de laisser quelqu’un croupir dans un pareil état.
©BESIDETHECROCODILE


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mer 14 Déc - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mer 7 Déc - 22:29



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Lexie jubilait intérieurement, en observant la réaction de la jeune femme. Celle-ci était en panique, ne s’attendant sûrement pas à ce genre de réponse. C’est à ce moment qu’elle se rendit compte qu’une présence lui manquait dans cette cage. En effet, elle n’avait plus personne à emmerder. Et bien que cette psychologue l’ait fortement dérangé en venant lui rendre visite, elle ne pouvait qu’apprécier cet instant. Voir la peur dans son regard. Sa voix tremblante. Lexie se sentait déjà mieux.

Elle ne se recula pas pour autant, cherchant à faire craquer la jeune femme. Mais Nirina tenait bon, et enchaîna sur son monologue de psy. Mieux dans son bureau ? Certainement pas. Lexie préférait nettement se retrouver dans ce trou, plutôt que de s’asseoir sur un siège et jouer au détecteur de mensonges avec une inconnue.

À la question de la jeune femme, sur ses blessures, elle baissa la tête vers ses bras. Se faire du mal était la seule chose qui lui permettait de savoir si elle était encore vivante. Malgré tout, ce séjour en isolement était loin d’être des plus agréables, physiquement. Elle ne savait plus vraiment depuis combien de temps elle n’avait pas fermé l’oeil. Épuisée, sa folie avait tendance à s’accentuer, et cela se ressentait encore plus depuis que Nirina avait passé la porte. Lexie sentait des bouffées de chaleur. Comme une gamine devant un paquet cadeau. Dans sa tête, tout se mélangeait. Elle voulait tellement de choses à cet instant. Tellement de choses plus monstrueuses les unes que les autres. Mais son corps avait de plus en plus de mal à tenir. Elle sentait ses jambes faiblir de secondes en seconde. Trop d’excitation.

Gardant la tête baissée, et sans pouvoir faire autrement, Lexie appuya sa main tremblante de fatigue sur l’épaule de la jeune femme et fouilla dans sa poche, pour en sortir un morceau du mur, qu’elle avait pu récupérer sans trop de difficulté, étant donné l’état de la cellule. Voilà l’objet en question qui lui permettait de se mutiler. Avec un sourire fier, elle leva l’objet vers le nez de la psy.

“En tant que psy, vous devriez savoir qu’un fou pourrait tuer n’importe qui, avec n’importe quoi. C’est pareil pour l’automutilation… avec n’importe quoi.”

Elle resserra ses doigts autour du morceau de mur effrité. Une envie folle de planter la jeune femme lui traversa l’esprit, mais son corps refusa de l’écouter. Se résignant à laisser Nirina en vie, Lexie soupira et rangea rapidement l’objet dans sa poche, avant qu’on ne lui prenne. De toute manière, il y avait de quoi faire dans cette pièce.
Oui, elle sentait encore la douleur sur ses bras. Oui, ses cicatrices la brûlaient. Mais, au moins, elle sentait encore quelque chose. Donc, elle n’était pas encore morte.

Plutôt que de montrer qu’elle était faible, Lexie préféra s’écarter de la jeune femme pour aller s’asseoir sur sa paillasse.

“Vous savez, je voulais la salle de torture, mais ils ont préféré m’envoyer ici. Disons que c’est un peu plus calme... ”

Finit-elle par dire, affichant un faible sourire ironique. Elle venait de comprendre, que se retrouver dans cette cage n’avait pas été sa meilleure idée. Elle n’avait même plus la force de frapper quelqu’un. Cela ne lui ressemblait pas. Elle ne s’était jamais montré faible face à quelqu’un. Et en aucun cas elle voulait laisser croire à Nirina qu’elle se laisserait faire. Elle était prête à crever dans cette cellule, par fierté, et parce qu’elle avait horreur que quelqu’un comme cette jeune femme veuille l’aider.

“Allez, foutez-moi la paix, j’ai pas besoin d’aide..."

Lexie se jurait que si cette psy osait l’approcher, elle utiliserait ses dernières forces pour la tuer. En attendant, pour calmer ses pensées et ses tremblements, elle s’adossa au mur et cogna sa tête d’un rythme régulier contre celui-ci.


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Ven 9 Déc - 1:13



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Nirina ne comprenait pas les personnes têtues et obstinées comme Lexie, celles qui refusaient de céder d’un pouce. Etait-ce par fierté ou simplement pour la provoquer ? Elle aurait pu appeler un garde en renfort afin de l’emmener de force dans son bureau, mais pour Nirina cela revenait à bafouer tous ses principes en matière de consentement et de respect du patient. En revanche l’état de la jeune femme l’inquiétait beaucoup. Ses pupilles étaient dilatées, des cernes étaient visibles sous ses yeux et ses jambes tremblaient sous l’effort pour la maintenir debout. Elle semblait en transe et menaçait de s’effondrer au sol à tout instant.

Alors que Nirina hésitait à aller chercher du secours, elle sentie un corps mou s’appuyer contre son épaule: la main de Lexie. Nirina fixa la main pendant quelques secondes, perplexe. Puis elle vit Lexie sortir quelque chose de sa poche, Nirina resta interdite devant cet objet. Comment avait-elle réussit à se procurer ce fragment mural ? Elle eu sa réponse en observant la cellule, l’humidité rongeait le ciment de la pièce jusqu’à rendre le mur friable et il était alors facile d’en récupérer un morceau. Mais la coupe était grossière et dépourvue d’arrêtes tranchantes. Se tailler avec un morceau aussi épais devant être affreusement douloureux. Comment Lexie pouvait tirer du plaisir en s’infligeant une telle souffrance ?

Elle avala sa salive avec difficulté lorsque Lexie pointa l’arme sous son nez. Nirina ne savait pas ce que Lexie avait en tête mais elle savait de quoi elle était capable. Elle avait peur que Lexie se serve de son arme de fortune pour reproduire les blessures de son bras mais sur la gorge de la psychologue cette fois. Il suffisait de quelques secondes pour que Nirina passe de vie à trépas, il suffisait que Lexie le décide.
Enfin Lexie décida de s’écarter d’elle, Nirina laissa s’échapper un petit soupir de soulagement. Elle avait retrouvé un rythme cardiaque normal en plus de ses esprits. Elle ouvra grand les yeux lorsque Lexie lui avoua sa préférence pour la salle de torture, son sourire narquois la déstabilisait.
« Je doute que la salle de torture soit un meilleur choix pour vous, je suis sûr que vous ne mesurez pas vos paroles.» Elle n’arrivait pas à déterminer si Lexie était sérieuse ou si elle souhaitait seulement la pousser à bout.

« Tout le monde a besoin d’aide un jour ou l’autre, vous vous en rendriez vite compte si seulement vous pouviez laisser votre orgueil de côté.» Pour Nirina s’en était assez, il était temps de passer à la vitesse supérieur. Puisque la méthode douce n’avait pas marché, Nirina allait elle aussi jouer à la tête de mule.
« Très bien, vous voulez jouer à la plus imbécile, alors jouons mais je vous préviens vous allez perdre. Vous refuser de monter dans mon bureau et c’est votre choix, dans ce cas nous ferons la consultation ici.»
Elle s’empara du petit sceau à côté de la paillasse, le retourna et s’assit dessus. Tant pis si ses vêtements devaient être salis, elle n’était plus à ça près.
« On va changer de tactique Lexie, on vous prive de nourriture dans l’isoloir n’est-ce pas ? Ça fait combien de temps que vous n’avez pas mangé, un jour, deux jours ? Peu importe. Elle sortit une barre chocolatée de la poche de sa veste qu’elle tendit à Lexie. Elle aurait préféré la garder pour elle, mais il s’agissait ici d’un cas de force majeur. Vous acceptez de coopérer en répondant à mes questions et je vous donne cette barre.»
Puisqu’il fallait tomber aussi bas pour obtenir ce que l’on souhaitait, autant le faire jusqu’au bout et le faire bien.
©BESIDETHECROCODILE


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mer 14 Déc - 17:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mar 13 Déc - 19:51



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Tout en cessant de cogner sa tête contre le mur, Lexie serra les poings en écoutant la jeune femme, fronçant les sourcils. D’accord, alors cette femme aurait donc opté pour le suicide prématuré… En restant dans cette cellule, visiblement, elle ne savait pas à quoi elle s’engageait. Mais la patiente avait bien l’intention de lui expliquer ses propres règles.
Lorsque la jeune femme lui annonça que de toute manière, elle ferait sa consultation même ici, Lexie grogna entre ses dents un petit “Putain… pitié non...”, démontrant un début d’impatience. Elle n’avait aucune envie de discuter. Elle n’en avait même pas la force. Tout ce qu’elle voulait, c’était tout simplement dormir.

Lexie dégna enfin regarder à nouveau la jeune femme, tandis que celle-ci s’asseyait sur le sceau posé dans le coin de la pièce. Et en plus, elle était sérieuse… Lexie hésitait à dire si cette femme était plus courageuse ou inconsciente. Mais au fond d’elle, elle retenait un rire démoniaque, à l’idée de pouvoir enfin réaliser son rêve : Tuer un psy. C’est vrai, après tout, qui pouvait l’en empêcher ? Elles n’étaient que toutes les deux, enfermées dans une minuscule cage. Nirina n’avait aucun moyen de défense, à moins qu’elle cachait un flingue dans sa poche.

Son faux sourire disparu bien assez vite, aux paroles de Nirina. Elle touchait un point sensible. La nourriture. Elle écarquilla les yeux, en voyant la barre chocolatée sortir de la poche de la jeune psy. Son ventre lui hurla de déclarer la paix et accepter de discuter en échange de quelques bouchées. Mais Lexie eut une réaction totalement différente et incontrôlée, guidée par son côté psychopathe.

“Vous êtes sérieuse, là ? Vous me prenez pour un chien ?!”

Cracha-t-elle, sans pour autant lâcher le paquet du regard. Elle mourrait d’envie de lui piquer des mains, et le dévorer. Mais sa colère prit rapidement le dessus sur sa faim… Bien que la jeune femme n’ait certainement pas l’intention de la blesser, Lexie avait horreur qu’on la traite ainsi, et elle ne pu s’empêcher de s’emporter envers elle. La fatigue n’aidant pas, son sang ne fit qu’un tour et sa patience avait totalement disparu.

“Qu’est-ce que vous comprenez pas dans “foutez-moi la paix ?”” Enchaîna Lexie, en haussant le ton.

Malgré son manque de force, Lexie se redressa et, guidée par sa haine, s’approcha à nouveau de la jeune femme, mais beaucoup plus rapidement et dangereusement que la première fois. Sa main froide et tremblante se colla dans le cou de la la jeune psy, la plaquant ainsi au mur.

“J’vais changer de tactique aussi, Nirina. Si vous dégagez pas d’ici dans les dix secondes, je vous jure de vous égorger. Et vous pouvez vous la carrer où je pense votre bouffe. Je préfère crever de faim que me plier à vos conneries !”

En effet, Lexie avait très peu de patience. Mais si c’était la seule façon de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas du tout envie de voir quelqu’un…
Elle se sentait d’autant plus énervée par le fait qu’elle n’avait plus aucune force, bien qu’elle en ait suffisamment pour bloquer Nirina quelques secondes.

“Je vous laisse une dernière chance. Donnez-moi une seule bonne raison de ne pas vous tuer.”

Son regard transperçant celui de la jeune femme, Lexie serrait les dents. Inconsciemment, ses doigts se resserraient petit à petit autour de son cou. Pourquoi ne pas la tuer tout de suite ? Pourquoi lui laisser une chance ? Elle pourrait aussi très bien s’amuser d’une autre manière, après tout… Qu’est-ce qui l’en empêchait ? Absolument rien.


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Ven 16 Déc - 4:37



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Elle savait que la mission allait être compliquée, mais elle ne s’était pas attendue à devoir affronter un tel phénomène. Et dire qu’elle avait été à deux doigts de réussir, elle avait perçu l’hésitation dans les yeux de Lexie, elle avait retenu sa respiration en croisant les doigts pour que la patiente cède. Et tout espoir s'était évaporé en l’espace de quelques secondes.
Un chien aurait eu l’intelligence d’accepter la friandise songea t-elle, mais Lexie n’était pas un chien que l’on pouvait domestiquer, il s’agissait d’une humaine mais avec le comportement d’un fauve enragé.

« Ça ne sert à rien de crier Lexie, je ne suis pas sourde et j’entend très bien. Vous pouvez vous énerver tant que vous le souhaitez, je ne bougerais pas d’ici. »
Elle sentait l’agacement monter en elle, elle avait horreur des gens qui refusaient toute assistance et préféraient rester empêtrer dans leurs problèmes. Elle en avait plus qu’assez qu’on rejette son aide, cette fois-ci il était hors de question qu’elle cède, elle savait que sa mission lui resterait en travers de la gorge si elle venait à échouer. Elle voulait sortir Lexie de ce trou à rat, elle voulait l’aider à remonter la pente même si la sienne s’apparentait à l’Everest.

Encore plongée dans ses pensées, elle fut distraite par une ombre qui fondait à grande vitesse sur elle, tel un rapace. Alors tout se passa très vite, elle n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait, tout ce qu’elle ressenti fut le choc sourd de son dos contre une surface dure, alors que quelque chose de glacial comprimait avec beaucoup trop de force sa gorge. Il lui fallu quelques secondes pour se rendre compte que Lexie l’avait plaquée contre le mur et que sa main était dangereusement serrée autour de son cou. De toute évidence, il était inutile de chercher la confrontation avec elle, d’une part car cela comportait trop de risque, mais aussi parce que c’est ce que cherchait Lexie. Il fallait la considérer comme un baril de poudre prêt à exploser à la moindre friction, et il était hors de question pour Nirina de servir d’allumette. Il allait falloir redoubler de vigilance et surtout d’imagination pour réussir à s’extirper de cette situation. Même si le défi en question était une personne instable, dangereuse et avec des pulsions meurtrières.

« Je ne voudrais pas vous froisser Lexie, mais votre tactique manque cruellement de pédagogie, vous auriez fait une très mauvaise psychologue si vous voulez mon avis. » Elle savait que l’heure n’était pas à la plaisanterie, qu’elle jouait sa vie, mais la phrase était sortie toute seule, du tac au tac, et de toute façon maintenant qu’elle l’avait dite, elle ne pouvait plus faire machine arrière.

« Pour me tuer il faudrait déjà que vous arriviez à tenir debout plus de cinq secondes Lexie, regardez-vous, c’est à peine si vous réussissez à tenir sur vos jambes. En attendant je suis toujours vivante malgré vos menaces. »
Mais plus pour longtemps pensa t-elle alors qu’elle sentait les doigts de Lexie s’enfonçant toujours plus dans sa chair. Le temps allait lui manquait, il fallait à tout prix qu’elle trouve une porte de sortie, ou sinon la seule porte qu’elle réussirait à rencontrer serait celle de St Pierre.
« Si vous aviez voulu vous débarrasser de moi vous l’auriez fait depuis longtemps, des milliers d’occasions se sont présentées à vous pour me supprimer et pourtant je suis toujours là, ça prouve que j’ai suscité un peu votre intérêt non ? Vous n’allez quand même pas tuer votre seule source de distraction vous permettant de tuer l’ennui de cette cage ? »
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mar 3 Jan - 21:13



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Lexie restait perplexe, en voyant la persévérance de la jeune femme. Elle avait rarement eu l’occasion de se montrer aussi violente avec un psy, sans se faire stopper avant que ça ne devienne vraiment drôle. Mais c’était surement la première fois qu’elle avait affaire à une psy aussi insistante et têtue.
Malgré ses menaces et ses doigts serrant de plus en plus la gorge de la demoiselle, celle-ci se permet tout de même de rajouter une couche, faisant littéralement craquer Lexie, au bord de la crise de nerfs. Elle écarquilla les yeux, prenant bien plusieurs secondes avant de répondre.

“Ça tombe bien, parce que j’ai horreur des psy…” Siffla-t-elle d’une voix menaçante à la jeune femme, sans la quitter du regard.

Ses mains tremblaient de plus en plus. Ses jambes n’allaient pas tarder à lâcher. Mais totalement guidée par sa colère, elle n’en tenait plus compte. L’adrénaline semblait lui redonner des forces. Suffisamment pour tenir debout et ne pas lâcher la jeune Nirina.

“La ferme, putain, fermez-la !”

Finit-elle par crier. Sa voix résonna dans la petite cellule, laissant ensuite place à un silence inquiétant… Profitant enfin de ce calme, et sans pour autant lâcher son étreinte sur la psy, Lexie promena son regard sur cette dernière. À défaut de pouvoir la faire taire, une toute autre idée lui traversa l’esprit, totalement embrumé par sa folie. Contrôlée par ses pulsions meurtrières et son côté sadique, la jeune patiente changea radicalement de visage. Un sourire inquiétant se dessina alors  lentement sur ses lèvres.

“Vous savez quoi ? Vous avez raison. Pourquoi me priver de la seule distraction ici ?”

Le ton de sa voix s’était adouci. Cela ne présageait rien de bon. Au contraire. Ses tremblements avaient cessé. N’écoutant plus que sa folie, Lexie desserra doucement sa main du cou de Nirina, sans pour autant la lâcher. Elle profita de l’avantage qu’elle avait sur la jeune psy, pour se coller un peu plus à elle, la coinçant ainsi contre le mur.

“Vous préférez peut-être cette méthode… ?”

Sans vraiment attendre une réponse de sa part, Lexie glissa sa seconde main entre les cuisses de la jeune femme, remontant légèrement, lui faisant ainsi comprendre le sens de sa phrase. Elle ne savait plus vraiment ce qu’elle faisait, à cet instant. Mais une chose était sûre, elle n’avait pas l’intention de laisser Nirina sortir de cette cellule, elle n'aurait jamais dû  la pousser à bout.


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Sam 7 Jan - 20:39



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Plus les minutes passaient, plus Nirina se demandait si elle parviendrait à sortir vivante de cette cellule. La solution aurait été de la repousser, de prendre ses jambes à son cou et de faire en sorte que Lexie ne quitte plus jamais cette cage. Mais Nirina n’était pas ce genre de personne sage et raisonnée. Non, elle préférait agir de façon inconsciente, elle préférait mettre sa vie en danger si elle jugeait cela utile. Et venir au secours de cette femme était pour elle une chose utile, c’était un sentiment plus fort qu’elle, il fallait que Lexie lui soit reconnaissante de l’aide apportée.

Elle allait lui demander de la lâcher lorsque la voix de Lexie se répercuta avec une violence qui l’effraya. Le calme qui suivi fut encore plus terrifiant, pas un bruit ne venait troubler le silence profond de la cellule, seuls leurs souffles étaient perceptibles.

Lexie avait une lueur mauvaise dans son regard. Enfin… Lexie avait toujours une lueur mauvaise, mais cette fois-là c’était différent, c’était un regard plus malsain, accentué par un sourire qui n’annonçait rien de bon. Cette femme était imprévisible, capable du pire comme du pire, pas du meilleur. L’espace d’une seconde, Nirina eu l’impression d’être un bout de viande posé devant un loup affamé et elle n’aimait pas du tout cette sensation.

« Qu’est-ce vous comptez faire ? » dit-elle d’une petite voix. Elle ne savait pas ce qu’elle avait en tête et c’est justement ça qui l’effrayait.  Elle ne s’était pas attendue à un changement de comportement aussi brusque venant de la part de la patiente. Sa voix avait repris un ton calme et posé, mais Nirina aurait presque préféré qu’elle continue à lui hurler dessus. Au moins sa main s’était légèrement décollée de sa gorge et Nirina put enfin respirer plus aisément, mais le temps qu’elle reprenne son souffle, une masse vint s’écraser un peu plus contre elle.

« Lexie écartez-vous de moi ! » Elle était beaucoup trop proche de Nirina, elle avait l’impression d’être une petite souris acculée contre un mur, sans possibilité d’échapper au joug de sa tortionnaire.

Elle avait voulu crier sur le coup mais elle était tellement pétrifiée qu’aucun son n’était sorti de sa bouche. Elle était en plein cauchemar, ce qu’elle vivait ne pouvait pas être la réalité. Jamais un patient n’aurait osé faire ça, il était impensable qu’on puisse lui faire ça. Elle tentait de reprendre ses esprits, mais la main de Lexie la serrant à cet endroit l’empêchait de réfléchir, son esprit était trop focalisé dessus. Elle ferma les yeux, se força de tout son être à ne pas penser à ses cuisses qui tremblaient au contact de cette intrusion, elle prit une grande inspiration et planta son regard dans celui de la jeune femme.

« Je pense que j’ai été suffisamment gentille avec vous Miss Jenkins, je vous laisse une chance de vous rattraper et vous avez intérêt à la saisir pour votre propre intérêt. »
Cette fois-ci son ton était beaucoup plus menaçant, la peur avait laissé place à une colère qu’elle peinait à contenir, jamais de sa vie on ne l’avait traité. Elle commençait à en avoir assez de cette patiente incontrôlable qui n’en faisait qu’à sa tête.
« Maintenant vous allez retirer votre main, ou plutôt vos deux mains de ma personne. Et on fera comme si rien ne s’était passé, et nous reprendrons sagement notre discussion. Ne m’obligez pas à me mettre en colère. »
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Lun 9 Jan - 15:54



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Ne contrôlant plus aucun de ses gestes, Lexie se laissait totalement dominer par ses pulsions. Elle sentait déjà l'excitation monter, alors que sa main remontait de plus en plus dangereusement le long de la cuisse tremblante de la jeune psychologue. Elle était rarement entré dans cet état second, seulement lorsque, effectivement, on arrivait à la pousser à bout, mentalement. Mais jusqu'à maintenant, chez Lexie, être à bout de nerfs signifiait plutôt égorger la personne, non pas chercher à la violer... Son sourire malsain n'avait pas quitté ses lèvres, et son regard défiait celui de Nirina. Elle n'avait aucune envie d'arrêter. Et les paroles de la jeune femme lui donnaient plus envie de rire que d'écouter. Les menaces n'avait aucun effet sur elle.

Lexie agrippa, sans douceur, les poignets de la jeune femme, pour coincer ses bras contre le mur, au-dessus de sa tête. Elle ne prenait même plus la peine de lui répondre. Elle n'avait pas l'intention de laisser la jeune femme partir. Celle-ci n'aurait jamais dû venir seule ici… Nirina pouvait toujours crier, pour qu'un garde déboule et stoppe cette situation pour la sauver. Mais elle semblait pétrifiée et la jeune patiente n'en était que plus amusée encore. Quoi de plus excitant que de pouvoir faire ce qu'on voulait avec une psychologue, sans craindre d'être dérangé…

Elle resta sans bouger pendant quelques secondes, ne quittant pas Nirina du regard. Son sourire s'effaçait peu à peu. Puis, son genou remonta à son tour entre ses cuisses, lentement, jusqu’à soulever sa jupe, atteignant l’intimité de la jeune femme.

“Allez-y, mettez-vous en colère…” Lui murmura-t-elle d’un calme inquiétant, son regard laissait clairement comprendre à la psychologue qu’il ne valait mieux pas… Mais libre à elle de s’énerver, si elle le souhaitait, au risque de se retrouver avec un morceau de mur planté dans l’oeil.

Lexie savait très bien ce qu’elle faisait. Ou plutôt non, le corps de Lexie savait très bien ce qu’il faisait. Elle, devenait totalement spectatrice de ses propres gestes. Nirina avait raison, elle était une bonne source de distraction… La jeune patiente avait complètement oublié sa faim, et elle semblait avoir retrouvé ses forces. Suffisamment de force, du moins, pour retenir la psychologue. Celle-ci n’avait pas encore l’air de se débattre plus que cela, sans doutes prise par la peur et l’étonnement. Elle ne s’attendait surement pas à ce que Lexie change radicalement de tactique, pour lui faire comprendre qu’elle avait véritablement sa place dans cet isoloir, et qu’il valait mieux qu’elle y reste encore un peu...

Tentant de retenir les deux poignets de la jeune femme d’une main, elle se servit de sa main libre pour glisser délicatement ses doigts sur les courbes de la jeune psychologue. Commencer doucement, délicatement… Un nouveau sourire adressé à la jeune femme, plus joueur, cette fois. Elle ajouta, d’une voix toujours aussi calme ;

“Vous attendez quoi, pour crier à l’aide ?”


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mar 10 Jan - 18:53



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Ses bras commençaient à la lancer douloureusement, son sang y circulait avec difficulté. Il lui arrivait trop de choses en même temps pour qu’elle puisse réfléchir de façon posée, qu’importe ce qu’elle tentait de faire, le genou de Lexie frottant sa zone sensible était bien trop bouleversant. Elle sentait que le calme laissait place à une colère grondante, il suffisait d’une pichenette pour qu’elle perde définitivement ses moyens. Et Lexie ne se priva pas de lui lancer cette pichenette fatale alors que la jeune psy sentait des mains venir parcourir subtilement son corps.
Nirina pouvait percevoir que quelque chose montait en elle, une sensation qu’elle avait rarement ressenti et jamais avec autant de violence, une bouffée de haine venait s’immiscer peu à peu dans toutes les parcelles de son corps.
« Je n’ai pas besoin d’aide Lexie ! Mais puisque la faim, la gentillesse ou la colère ne vous font rien, pourquoi ne pas tenter ça ?»
Sans crier gare elle lui mordit violemment l’oreille pour la faire lâcher prise, puis elle se jeta sur elle, la faisant basculer au sol. La blonde n’attendit pas que Lexie se relève et se précipita dessus, se posant à califourchon sur elle, emprisonnant ses deux poignets dans chaque main en les serrant le plus fort possible, les clouant au sol. Elle n’avait pas réfléchi à ce qu’elle venait de faire, elle avait juste laissé sa colère la submerger et prendre le contrôle de son corps.

« J’en ai plus qu’assez de vos frasques Lexie, c’est trop vous demander d’accepter mon aide ? Vous ne pouviez pas simplement me dire merci, regardez ce que vous avez fait de moi ! »

Elle colla encore plus son bassin au sien, accentuant la pression entre les deux corps, peut-être que Lexie avait dû puiser dans ses dernières ressources pour s’en prendre à la jeune psychologue, mais cette dernière était au meilleur de sa forme, la colère et la rage décuplaient ses forces. Elle ne pensait plus à ce qu’il fallait dire ou faire, désormais son esprit était en roue-libre, elle laissait ses émotions et son instinct la guider.

Au plus profond d’elle-même, elle savait qu’elle venait de commettre un acte horrible, une chose qui viendrait la hanterait longtemps, mais elle n’avait pas réussit à se contrôler. Ce n’était pas de sa faute mais de celle de Lexie. C’était cette dernière qui avait déclenché ce comportement indigne d’une psychologue se disait-elle.

« C’est ça que vous voulez ? Il n’y a que comme ça que vous comprenez les choses hein ? »

Elle avait été poussée à bout, acculée dans ses derniers retranchements, et Mrs. Hyde était sortie. Elle était horrifiée de voir cette Nirina ténébreuse, faisant fit de tous les codes et des règles propres au bon comportement d’un professionnel. Oubliée la Nirina douce qui souhaitait faire le bien autour d’elle, en entrant dans la cage du monstre, elle avait été contaminée par le poison Jenkins. Désormais, elle voulait faire payer à cette jeune écervelée l’affront qu’elle lui avait fait en osant lui tenir tête. L’ancienne Nirina n’avait pas entièrement disparu, elle restait tapie, cachée, trop horrifié devant cette rage aveuglante qui s’était emparée d’elle. En cet instant, elle haïssait Lexie pas parce qu’elle avait refusé son assistance, mais pour ce qu’elle lui avait, pour l’avoir obligée à découvrir cette part sombre qui n’aurait jamais dû ressortir de Nirina.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Mer 11 Jan - 9:44



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

Les paroles de la jeune femme ne lui firent aucun effet, jusqu’à temps que celle-ci lui morde violemment l’oreille. Par surprise, Lexie émit un léger cri étouffé entre ses lèvres, lâchant par réflexe les bras de Nirina pour porter sa main à son oreille. Mais qu’est-ce qui lui prenait ? Jamais elle n’aurait imaginé voir la jeune psychologue dans cet état. Sans même avoir le temps de réagir à cette première attaque, Nirina se jeta sur elle. Lexie, n’ayant pas retrouvé totalement ses forces, tomba et sa tête heurta le sol. Elle afficha une grimace de douleur, et alors qu’elle s'apprêtait à se relever pour lui faire payer, la jeune femme n’en resta pas là, et se positionna au-dessus d’elle, en lui tenant fermement les poignets.

Lexie se laissa quelques secondes, le temps de retracer ce qu’il venait de se passer. Elle restait interloquée par le retournement de situation. Étonnée par la réaction de Nirina, à laquelle elle ne s’y attendait vraiment pas. D’où le fait qu’elle se retrouvait actuellement en position de faiblesse, la jeune psychologue à califourchon sur elle. Lexie ne savait pas encore si elle appréciait ou non cette situation, mais il fallait bien avouer que le côté obscur de la jeune femme ne la laissait pas indifférente. À dire vrai, plus c’était violent, plus elle appréciait. Mais ça, Nirina ne le savait peut-être pas encore…

La patiente serra les poings, sans quitter Nirina du regard. Bien qu’elle était fière d’avoir réussi à faire craquer la jeune femme, Lexie sentait peu à peu un sentiment étrange monter en elle. Entre la haine et l’excitation. Elle voulait tuer cette femme… Elle refusait de croire qu’elle était en train de se laisser dominer par une psychologue. C’était impensable et plutôt désagréable.

“Bah voilà, on y arrive ! Je savais que j'arriverai à vous faire craquer.”

Lexie gardait un ton relativement calme, contrairement à cette haine qu'elle sentait monter. Néanmoins, elle ne souriait plus vraiment. Nirina pensait avoir gagné ? Mais c'était bien loin d'être fini. Étant donné son manque de force qui se faisait de nouveau ressentir, Lexie usa d'une stratégie plus fourbe. Elle releva rapidement la tête pour embrasser la jeune femme, cherchant à la déstabiliser. Ce qui semblait marcher, la psychologue avait légèrement lâché son étreinte sur les poignets de Lexie, ce qui lui permit de libérer ses mains, sans pour autant quitter les lèvres de la jeune femme. Parce que oui, elle en profitait aussi, sinon c'était beaucoup moins drôle. Elle attrapa Nirina par les cheveux, tirant sa tête en arrière, pour pouvoir se redresser en même temps, le regard mauvais. Nirina se retrouvait désormais assise sur la patiente.

“Vous savez que vous êtes très excitante, quand vous vous énervez ?”

Le sadisme avait totalement pris le contrôle. Lexie ne souhaitait plus qu'une seule chose maintenant. La détruire, psychologiquement, physiquement, de la manière la plus malsaine qu'il soit. Que pouvait bien espérer la jeune psychologue, en entrant dans cette cellule ? Elle devait pourtant avoir lu son dossier ? On ne peut pas changer un monstre… “Ce monstre qui porte sur son visage la noirceur de son âme..." Chaque mot prononcé, était lancé comme une lame de rasoir. Elle employait un ton à la fois étrangement calme et inquiétant. Peu importe de quelle manière cette visite allait se terminer, Lexie n’avait pas l’intention d’abandonner. Rendre fou un psychologue… Quoi de plus exaltant. C’était arrivé plus d’une fois dans sa vie, mais à ce point-là, jamais.

Ses yeux noirs, emplis de perversité, parcouraient dangereusement le corps de la jeune psychologue. Lexie agrippa une nouvelle fois encore, la gorge de Nirina, ne se retenant plus de serrer, pour la faire basculer sur le côté, et se retrouver à son tour, à califourchon au-dessus d’elle bloquant ses bras entre ses jambes. Sans attendre, elle arracha violemment les boutons du chemisier de la jeune femme, un sourire dangereux sur les lèvres.

“Mais votre tactique manque cruellement de pédagogie…”


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.


Dernière édition par Lexie Jenkins le Dim 15 Jan - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Ven 13 Jan - 6:43



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
C’était la dernière fois que Nirina irait chercher un patient en isoloir. Pour les fois suivantes, elle se contenterait juste de demander la clé de la cellule avant d’aller balancer allègrement cette dernière dans la mer. Toujours à cheval sur Lexie, elle se demandait ce qui se passerait si un garde venait à ouvrir la porte de la cellule et les surprenait dans une telle position. Il y avait fort à parier pour qu’il croie à une rixe entre deux malades, mais certainement pas à une psychologue en pleine séance avec une patiente. Ça la rendait malade de voir jusqu’où elle avait dû aller pour se défendre, pour ne pas abandonner l’objectif qu’elle s’était fixée. Jamais de sa vie elle n’aurait pu soupçonner que tapie au fond d’elle se cachait ce côté sauvage et agressif de sa personne. Je ne vaux pas mieux que certains patients ici songea-elle avec amertume.

« Allez au diable Jenkins, vous n’êtes rien d’autre qu’une petite garce. » siffla-t-elle entre ses dents.

Elle ne contrôlait même plus ses paroles, jamais de sa vie elle n’avait tenu un discours aussi injurieux. Même lorsqu’elle parlait sous le coup de la colère, elle arrivait à mesurer ses paroles pour rester décente. Cette foi-ci, les mots fusaient avant même qu’elle ne s’en rende compte, elle laissa sa rage parler pour elle. Toute sa hargne se déversait en un flot injurieux à l’encontre de cette harpie qu’elle tenait coincée sous elle.

Perdue dans ses pensées, elle en fut brusquement tirée lorsqu’elle sentie quelque chose de tiède et moite se coller contre ses lèvres. Stupéfaite par cette situation aussi inattendue que délicate, elle n’osait pas bouger. C’était la première fois qu’elle se faisait embrasser par une femme, et parce que le destin était un horrible farceur, il avait fallu que ce soit par une patiente. A peine avait-elle eu le temps de comprendre le geste de Lexie qu’une horrible douleur se fit ressentir à l’arrière de son crâne, lorsqu’elle sentie Lexie lui tirer les cheveux par l’arrière avant de se redresser.

Ecouter Lexie lui parler aussi calmement la faisait encore plus enrager, c’était comme l’obliger à écouter des ongles crissant sur le tableau noir. Elle avait une furieuse envie de lui déchiqueter l’autre oreille pour la faire taire. Voilà à quoi elle en était réduite désormais, à se battre avec une patiente dont elle n’avait même pas la charge. Elle ne savait pas qui était son psychiatre attitré, mais cela valait mieux pour lui et sa vie. Si elle avait su son nom, elle aurait été capable de laisser Lexie pour aller lui lacérer le visage en guise de représailles.

Alors qu’elle s’apprêtait à se relever, elle se sentie agrippée violement par la gorge avant d’être jeté au sol. Elle tenta de se retourner pour griffer Lexie au visage mais cette dernière s’était entre-temps placée au-dessus d’elle, l’empêchant d’effectuer le moindre mouvement. Puis tout se passa très vite, elle sentie un air froid venir s’infiltrer dans les pores de sa peau, lui donnant la chair de poule. Elle regardait avec horreur le haut de son corps exposé à la vue de tous, et donc de Lexie.

« Ah parce que vous croyez qu’on est toujours dans le domaine de la pédagogie ? » Elle enrageait, Lexie avait choisit ces mots exprès pour la mettre hors d’elle, et elle avait réussie.

« Et vous comptez faire quoi au juste ? Me violer ? Mais ne vous privez pas Lexie, donnez moi une bonne raison qui me permettra de justifier auprès de mes supérieur pourquoi il est nécessaire de vous enfermer dans cette cellule jusqu’à votre mort.»
En un cours laps de temps, Lexie avait réussit à balayer d’un revers de mains les convictions et principes de Nirina, elle qui avait toujours été contre les mauvais traitements et la souffrance des patients, tout ce qu’elle désirait maintenant, c’était voir Lexie hurler de douleur en implorant son pardon.
« Je me ferais un plaisir de vous mettre moi-même en terre. »
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MODERATRICE
PILULES AVALÉES : 378
MIROIR : Kristen Stewart
IDENTITÉ : 'Joke
CRÉDITS : 'Joke
A DÉBARQUÉ LE : 07/09/2016
FORCE : 1237

SITUATION : Quelle question de m**** !
EST ÂGÉ DE : 26 ans
Lexie Jenkins

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Ven 13 Jan - 11:49



❝I treat patient, not animals❞
Nirina & Lexie

La violer ? Oui, c’était plus ou moins l’idée qu’elle avait en tête… Nirina avait voulu jouer avec le feu. Nirina avait attisé le feu, et maintenant, Nirina se brûlait… Ce n’était pas faute de l’avoir prévenue plus d’une fois de sortir d’ici, avant qu’il ne soit trop tard. Mais comme la plupart des psychologues, mademoiselle Vespucci était têtue et croyait qu’un claquement de doigt et une barre de chocolat allaient lui permettre d’amadouer la jeune patiente? Maintenant, Lexie avait une envie irrésistible de lui balancer un rire machiavélique dans la face. Toujours écouter une psychopathe, lorsqu’elle vous conseille de vous barrer. Ce n’est pas pour rien…

Elle restait néanmoins étonnée de voir que la jeune psychologue avait plus de rage en elle que de peur. Mais cela ne la dérangeait pas, au contraire. Elle préférait. Faire peur, c’était drôle, mais les cinq premières minutes seulement. Là, elle avait de quoi s’amuser un peu, car la jeune femme ne se laissait pas faire. Et puis, voir Nirina s’énerver ainsi ne faisait que stimuler l’excitation de la patiente.
Son regard parcourait à nouveau le corps de la jeune psychologue. La voir ainsi dénudée n’arrangeait pas vraiment l’état de Lexie. Sa vue était troublée par sa folie. Ses yeux brillaient dans l’obscurité de la pièce. Elle venait d’atteindre le point de non-retour. Le monstre était réveillé. Et elle était en train de découvrir une nouvelle facette de sa personnalité… Son véritable niveau de psychopathie.

Elle écouta avec grand intérêt les paroles de la jeune psychologue. C’était étonnant de voir à quel point les gens pouvaient changer à cause de la colère… Lexie pouvait apercevoir la rage dans les yeux de Nirina. Si elle avait des flingues à la place, la patiente serait morte plus d’une fois… La jeune femme se permettait maintenant de menacer Lexie. Finir sa vie ici ? Peu importe, de toute manière, elle ne tiendrait pas bien longtemps, sans eau ni nourriture. La mort ne lui faisait pas peur. Que pouvait-elle encore espérer ici ? Dans cet hôpital de merde. Elle savait qu’elle était un cas désespéré, puisqu’elle ne souhaitait pas changer. Elle était née psychopathe…

Elle laissa gentiment la jeune psychologue terminer son mélodrame. Puis, arrivant au maximum de sa patience, Lexie se releva, entraînant Nirina avec elle, la tenant fermement par le poignet, elle la tira sans douceur, et la poussa ensuite contre le mur. Ne voulant pas lui laisser le temps de se rebiffer, la jeune patiente sorti son morceau, qui lui permettait de se scarifier, et le calla rapidement sous la gorge de la jeune femme. Elle colla son corps contre le sien, sentant la chaleur de sa peau dénudée, puis la fixa droit dans les yeux.

“Arrêtez un peu de jouer votre victime ! Je vous avais pourtant prévenu de dégager, non ?! Vous avez débarqué ici, sans garde, sans sécurité. Vous avez voulu insister avec moi. Et maintenant, il faudrait vous plaindre ?! Vous préférez que je vous saigne, peut-être ?” Fit-elle, d’une voix effrayante et menaçante.

Son regard était vraiment mauvais. Elle n’avait plus une seule once d’humanité. Et pourtant, elle se retenait réellement d'asséner la jeune femme de coups… Elle était bien trop belle pour l'abîmer. Ce serait dommage. Profitant que la jeune femme ne puisse pas bouger, Lexie posa délicatement sa main libre sur la cuisse de Nirina. Sans la quitter du regard, elle remonta avec douceur, et se rapprocha encore plus, pour lui murmurer à l’oreille.

“Le diable, vous l’avez devant vous, Nirina. Alors, bienvenue en enfer...”

Ne s’occupant plus de ce que pouvait bien répondre la psychologue, elle remonta sa main jusqu’à atteindre son entre-jambes pour commencer à la caresser à travers son sous-vêtement, tandis que ses lèvres venaient se déposer dans le cou de Nirina. Étrangement, ses gestes n’étaient pas aussi violents qu’elle se l’imaginait. Ils étaient même d’une douceur extrême. Elle voulait que le niveau monte, petit à petit. Du moins, si Nirina lui en laissait l’occasion.


© Pando

_________________
This lack of self-control
I fear is never ending controlling.
Crawling in my skin, these wounds, they will not heal, fear is how I fall, Confusing what is real, discomfort, endlessly has pulled itself upon me, distracting, reacting, against my will I stand beside my own reflection, it's haunting how I can't seem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PILULES AVALÉES : 445
MIROIR : carey mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : myself
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016
FORCE : 1554

SITUATION : Célibataire officiellement, esprit et coeur tourmentés par un certain brun officieusement
EST ÂGÉ DE : 31 ans
Nirina Vespucci

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Ven 20 Jan - 22:35



❝ I treat patients, not animals ❞


Lexie & Nirina
Ostrov Island n’était pas qu’un simple hôpital psychiatrique, c’était un gouffre dont on ne revenait jamais. Un endroit destiné à faire ressortir les pires facettes de notre personnalité, celles qui restent tapies dans l’ombre, attendant leur heure pour sortir. Tout le monde possède cette facette sombre de sa personnalité, mais les carcans de la société nous obligent à les étouffer en les cachant dans les recoins les plus sombres de notre être, nous agissons comme si elles n’existaient pas. Et pourtant, il suffisait simplement de se rendre à Ostrov Island pour qu’elles ressurgissent, une simple pichenette de la part d’une psychopathe suffisait à les faire ressortir.

Désormais plus jamais rien ne serait pareil, Lexie l’avait transformée. La blonde pourrait toujours tenter de son mieux pour se montrer douce et patiente avec les patients, se convaincre qu’elle ne voulait que leurs biens, il lui faudrait dorénavant vivre avec ça sur la conscience. Vivre en sachant qu’elle était capable du meilleur comme du pire, et que ce pire là n’était qu’immondices et vices cachés. Toujours allongée sur le sol, elle essayait de trouver un moyen pour se dégager du poids de Lexie, elle enrageait de voir la situation se retourner contre elle. Elle avait réussi à maîtriser Lexie qu’un faible instant et voilà qu’elle se retrouvait à nouveau en mauvaise posture. Plongée dans ses réflexions, elle se sentit soulever brusquement, avant de goûter à nouveau la dureté du mur. Décidément elle avait atterri contre ces murs tellement de fois en si peu de temps qu’elle allait finir par les connaître par cœur. Et encore une fois, l’arme de fortune de la jeune malade vint à la rencontre de sa gorge, elle commençait à être familiarisé de ses méthodes.

« Ne vous en faîtes pas, la prochaine fois je n’attendrais pas vos mises en gardes, je demanderais directement à votre psychiatre de remplacer votre traitement par de la cigüe, ça sera plus efficace. »

Sa voix avait perdu de son assurance, il était plus difficile de tenir tête à une patiente qui pouvait d’un bref coup vous trancher la carotide. Nirina assistait impuissante à la transformation de Lexie, laissant la bestialité ressortir d’elle. Cette malade avait abandonné toute trace faisant d’elle une humaine, elle n’était même plus une humaine. Ses yeux luisaient comme ceux d’un fauve en pleine chasse, de son corps émanait une attitude reflétant toute sa dangerosité, sans parler de son visage. Cette fois-ci Nirina découvrait pour la première fois le vrai visage du monstre Jenkins. Une leur de folie et de cruauté y était fichée, cette face là suintait le désir malsain, l’envie d’anéantir, de causer de la souffrance. Ce visage était le plus terrifiant que Nirina ait pu voir dans sa vie. Devant Lexie, elle était comme un animal prit dans les phares d’une voiture en pleine nuit, pétrifiée sur place, incapable de bouger, attendant l’instant fatidique.

Lorsqu’elle sentie la main de Lexie glisser contre son sous-vêtement, elle retint un hoquet d’horreur. Elle était tétanisée sur place, ses jambes refusaient de lui obéir et son cerveau n’était plus en état de dicter des ordres.

« Lexie je vous interdis de me toucher », sa voix n’était plus qu’un faible murmure. Les larmes lui montaient aux yeux et une boule lui serrait la gorge alors que la main de Lexie continuer à caresser cette partie d’elle-même si sensible et réactive. Elle sentait ses jambes chanceler sous son poids, le choc et la peur s’abattait sur elle avec le poids d’une enclume, ses mains cherchaient à agripper un support pour l’empêcher de défaillir. Ses ongles venaient racler la surface du mur derrière elle, tentant désespérément d’y trouver une prise, peine perdue. Alors elle se raccrocha à la seule chose disponible, à savoir la chemise de Lexie. Ses mains tenaient fermement le vêtement, l’une de ses mains vint se planter dans l’épaule de la jeune femme, ses doigts étaient fichés comme les serres d’un rapace.

« Non arrêtez s’il vous plait », elle avait l’impression d’être entourée par un épais brouillard l’empêchant de se servir de ses sens pour réagir et repousser Lexie. Ses yeux étaient plongés dans le vague et elle voyait la cellule tanguer dangereusement autour d’elle. Sa raison lui hurlait de repousser Lexie et de s’enfuir loin d’ici alors que son corps semblait vouloir le contraire.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I treat patients, not animals   Aujourd'hui à 10:02

Revenir en haut Aller en bas
 

I treat patients, not animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» KALEB + I know I can treat you better than he can
» Le Front de Lespwa en mouvement...
» Li voup pou bourik la, li voup pou sak pay la.
» Rajouter un animal au bestiaire
» MT sur IPhone!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: the polling booth-